Résistance Identitaire Européenne

Départements : 79 et 86
Contact :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Blog : http://terreetpeuplepoitou.blogspot.com/

 


Départements : 16, 17

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 


BATAILLE DE POITIERS : DEUX MONDES FACE A FACE


L’histoire est la mémoire de notre identité, comme le disait souvent mon ami Dominique Venner, à qui je dédie cet exposé, deux ans après le message qu’il a voulu nous laisser. La bataille de Poitiers tient une place fondamentale dans notre longue mémoire, n’en déplaise à ceux et celles – n’est-ce pas, Nadjat Belkacem – qui veulent faire disparaître cette longue mémoire de l’esprit de nos enfants.

Un « choc entre deux mondes » : la bataille de Poitiers fut bien cela, comme l’admettent Jean-Henri Roy et Jean Deviosse, auteurs d’un livre consacré à cet événement et qui a bien des défauts, ne serait-ce qu’en illustrant cet ethnomasochisme aujourd’hui très à la mode puisque ces deux hommes écrivent, alors que leur livre appartient pourtant à une collection qui s’intitule « Trente journées qui ont fait la France » : « On en arrive à se demander si la victoire d’Abd-er-Rahman n’eût pas été préférable : la France, comme l’Espagne, se couvrant de mosquées et d’alcazars, sans que pour autant fût freiné l’essor du style roman ni la ferveur des chrétiens, car l’islam était tolérant ». Une phrase qui apparaît insupportable quand on sait combien de chrétiens d’Orient sont massacrés, dans l’indifférence des belles âmes, par ces fous d’Allah qui seraient porteurs d’une religion d’amour, de paix et de tolérance, si l’on en croit leurs frères en religion qui envahissent notre terre et les collabos européens qui leur donnent leur bénédiction. Ce discours lénifiant, destiné à enfumer et conditionner mentalement les futurs dhimmis, ne tient pas une seconde quand on prend la peine de regarder les réalités en face même s’il faut avoir les nerfs solides quand on voit ces scènes de boucherie sadique que sont les décapitations d’otages assassinés par les djihadistes, ces malades mentaux.

Par ailleurs les islamistes sont animés par une folie destructrice qui les amène, par fanatisme et sectarisme, à éliminer toutes traces des civilisations qui n’ont aucun intérêt à leurs yeux puisqu’elles sont l’héritage d’un passé antérieur à l’islam. A cet égard le journal Le Monde, qui n’est pas de nos amis – c’est le moins qu’on puisse dire – est tout de même obligé de reconnaître certaines évidences mises en avant par l’actualité. Dans la revue mensuelle qu’il publie sous le titre Histoire et civilisations il consacre un dossier au vandalisme exécuté méthodiquement par les fous d’Allah en Syrie et en Irak. On y lit cet aveu : « Rarement une entreprise de destruction, telle qu’elle s’est déroulée ces derniers mois au musée de Mossoul, à Ninive, à Nimroud et à Hatra, s’est révélée à ce point méthodique et théâtralisée, avec la volonté explicite de couper les peuples de leur passé le plus ancien ». Un homme qui s’appelait Lawrence d’Arabie a bien connu le monde arabe, comme l’a montré Jacques Benoist-Méchin dans le livre qu’il lui a consacré. Il a écrit : « C’est un peuple bizarre que celui des Bédouins (…) Esclaves absolus de leurs appétits, sans résistance spirituelle (…) bâfreurs de viande bouillie, toujours à mendier un peu de tabac, ils rêvent pendant des semaines à de rares voluptés sexuelles et remplissent les intervalles en se chatouillant et en chatouillant leurs auditeurs d’histoires obscènes ». Mais ces gens étranges, qui ont le goût du pillage et de la destruction, voient, à partir de Mahomet, leurs entreprises de razzias et de tueries légitimées par une religion musulmane qui intime à ses fidèles l’ordre de conquérir le monde entier au bénéfice de la loi d’Allah, devant laquelle il faut se soumettre ou disparaître.

Rappeler ces vérités, c’est poser le décor de la bataille de Poitiers. Elle s’inscrit en effet au cœur d’une entreprise d’expansion de l’islam marquée dès l’origine par une volonté de conquête, maintenue pendant de longs siècles et dont l’invasion de l’Europe que nous connaissons aujourd’hui n’est que la continuation logique et programmée, effectuée avec intelligence car apparemment pacifique. En attendant mieux…

Dans le premier tiers du VIIIe siècle la progression de l’islam semble inéluctable. Après avoir submergé le Proche-Orient et le royaume perse puis l’Afrique du Nord, les disciples de Mahomet ont envahi l’Espagne, minée par les dissensions intestines des Wisigoths. Ils prennent le contrôle de la majorité du territoire de la péninsule ibérique, seuls de petits groupes de résistants espagnols réussissant à se maintenir dans les zones montagneuses du nord. Mais la rapacité des Sarrasins (le mot vient de l’arabe charqiyin, « les orientaux ») ne s’arrête pas là car au-delà des Pyrénées s’offrent des proies tentantes. Dès 719 la Septimanie, avec Narbonne, est occupée. En 725 c’est au tour de Carcassonne et de Nîmes. Puis les armées musulmanes remontent la vallée du Rhône, atteignent la Bourgogne où Autun et Beaune sont pillées. Des raids sont lancés vers le Rouergue, le Gévaudan et le Velay. En 730 Avignon est prise. L’invasion des mahométans serait-elle irrésistible ? Les Byzantins, en 718, montrent qu’il n’en est rien en tenant en échec devant Constantinople les envahisseurs qui doivent refluer, avec de lourdes pertes, à l’issue d’une année de durs combats. Les Francs vont montrer qu’ils sont capables du même exploit.

Le mérite en revient à celui qu’un calendrier du VIIIe siècle, provenant d’une abbaye luxembourgeoise, appelle Karl Martieaux. D’autres sources l’appellent Marteau ou Martel, cette diversité n’étant pas surprenante quand on connaît la fantaisie des copistes de l’époque. Le prénom Carl est germanique et étymologiquement signifie un gaillard armé, un brave, un homme valeureux. Quant au nom de Martel, il est lié à celui de Martin, qui vient du nom de Mars, dieu romain de la guerre qui a donné son nom au mois de l’année où l’on engageait les campagnes militaires. Mais la chronique de Saint-Denis, rédigée au XIe siècle, nous dit au sujet de Carl : « Lors fu primes apelez Martiaus par son nom : car aussi, comme le marteau brise le fer et l’acier et tous les autres métaux, aussi brisait-il par la bataille tous ses ennemis ». La chronique de Verdun apporte le même éclairage : « Pour cela il fut appelé Tudites (le forgeron), ce qui veut dire marteau de forgeron, parce que, comme tous les objets en fer sont forgés grâce au marteau, de même il écrasa tous les royaumes voisins ». Quant à la chronique de Godefroy elle donne une version christianisée en expliquant : « Le pape Grégoire III le proclama consul et lui donna le titre de « Marteau de Dieu » qui est resté attaché à son nom pour les siècles futurs ». Michelet, le grand historien du XIXe siècle, a une vision un peu différente : « Son surnom païen de Marteau me ferait volontiers douter qu’il était chrétien. On sait que le marteau est l’attribut de Thor, le signe de l’association païenne, celui de la propriété, de la conquête ». Ajoutons que Thor est d’abord et avant tout le dieu de la guerre, utilisant comme arme de prédilection le marteau Mjöllnir, qui produit l’éclair et le tonnerre quand on le lance mais il sert aussi à bénir la mariée lors de la consécration du mariage et il a des vertus magiques qu’utilise Thor pour ressusciter ses boucs. En fait, le nom de Charles Martel illustre le syncrétisme pagano-chrétien qui, sur le plan religieux, est à mettre en parallèle avec le syncrétisme politique et civilisationnel entre l’héritage gallo-romain et l’héritage germanique.

Il y a là une dimension importante de la bataille de Poitiers car celle-ci a vu l’union des peuples européens présents sur le territoire de l’ancienne Gaule, unis pour repousser les envahisseurs de ce territoire. En jouant cette carte, Charles Martel s’est montré aussi grand politique que grand chef de guerre. Il dut pourtant, au départ, s’imposer dans des circonstances difficiles. Il était certes fils de Pépin d’Herstal, maire du palais c'est-à-dire l’homme assurant la réalité du pouvoir au nom de rois mérovingiens porteurs d’une légitimité officiellement maintenue mais devenue symbolique. Pépin gouvernait de fait les deux royaumes, celui d’Austrasie, où se trouvaient les bases de la puissance de son clan familial, et celui de Neustrie, Austrasie et Neustrie se partageant la France du nord. En plaçant ses fidèles à la tête d’archevêchés et de grandes abbayes, Pépin s’était constitué un solide réseau, destiné à appuyer sa politique de transmission du pouvoir à ses descendants. Parmi ceux-ci Carl dut s’imposer à la force du poignet, car il était le fils d’une concubine de Pépin – ce que dans la tradition germanique on appelait une épouse de second rang. Il brisa par les armes les révoltés, neustriens, saxons et frisons qui avaient cru pouvoir profiter de la mort de Pépin pour s’émanciper, aidés par Eudes, prince d’Aquitaine. Il eut l’intelligence politique de laisser sur le trône des Mérovingiens dépourvus de tout pouvoir réel et de placer des hommes à lui aux principaux postes de responsabilité ecclésiastique, de façon encore plus systématique que son père. Si bien qu’il put se poser en défenseur naturel d’une chrétienté face à la menace musulmane qui montait du sud. Ce qui lui fournit une pieuse justification quand, pour récompenser la loyauté de ses fidèles et leur donner les moyens de s’armer efficacement, il leur distribua, à titre d’usufruit, des patrimoines fonciers récupérés, au nom du service public, sur les terres détenues par l’Eglise. Ainsi fut constituée une cavalerie lourde qui fit ses preuves à Poitiers.

En 721 le prince d’Aquitaine Eudes sut repousser l’attaque lancée par les Sarrasins contre Toulouse, l’ancienne capitale des rois wisigoths. Mais la menace musulmane n’avait pas disparu pour autant et Eudes crut opportun de conclure, vers 730, une alliance avec le chef berbère Munuza, maître de la Cerdagne – l’une des clefs, par la vallée de l’Ariège, du pays toulousain – entré en rébellion contre le wali, c'est-à-dire le gouverneur de l’Espagne musulmane. En se faisant les alliés de certains Infidèles, les Aquitains prêtaient le flanc à l’accusation de trahison à l’égard de la chrétienté. Charles Martel s’engouffra dans cette brèche qui lui offrait l’occasion de se présenter en champion de la chrétienté mais aussi de prendre le contrôle du sud-ouest de la Gaule, resté depuis longtemps plus que rétif à l’égard d’un pouvoir franc étendant progressivement son autorité dans toutes les directions. Aussi ne se fit-il pas prier quand Eudes, se sentant dangereusement menacé par un nouveau raid parti d’Espagne sous la direction du wali Abd-er-Rahman, sollicita l’aide des Francs.

La progression des Sarrasins en Aquitaine fut rapide, jalonnée par les dévastations et les tueries. Une chronique arabe note avec satisfaction : « Ce que le fer épargnait était livré aux flammes ». Après avoir ravagé les provinces de Bigorre, Comminges et Labour, les Sarrasins anéantissent Bayonne, Auch, Dax, Bazas, brûlent les abbayes de Saint-Savin et de Saint-Sever et atteignent Bordeaux. Ses habitants sont massacrés et la ville incendiée, les premiers bâtiments visés étant évidemment les églises. Eudes a regroupé vaille que vaille ce qui reste de ses troupes sur la rive droite de la Garonne mais celles-ci lâchent pied rapidement et une source précieuse dont je vais reparler, appelée l’Anonyme de Cordoue, écrit que « Dieu seul peut connaître le nombre de ceux qui périrent ». Dans les mois qui suivent l’Aquitaine est dévastée de fond en comble, les envahisseurs détruisant systématiquement récoltes, arbres fruitiers, habitations, les habitants ne trouvant de recours que dans une fuite éperdue car ils savent que, sans distinction de sexe ni d’âge, ceux qui restent sont égorgés ou mis en croix. C’est le règne de la terreur que, selon l’auteur arabe Al-Makhari, « Dieu avait jetée dans le sein des Infidèles ».

Puis Abd-er-Rahman reprend sa marche en avant vers le nord, traçant, disent les Annales ecclésiastiques de France, « un long sillon de flammes et de sang (…) en une tempête qui renverse tout et brandissant un glaive pour qui rien n’est sacré ». En font l’expérience les habitants de Périgueux, Saintes et Angoulême. Abd-er-Rahman semble avoir pour objectif l’abbaye Saint-Martin de Tours, qui a la réputation d’abriter de grandes richesses.

Alors Charles Martel donne l’ordre de lever le ban, c'est-à-dire la mobilisation de tous les hommes libres, en application d’une vieille tradition germanique que les Romains respectaient aussi au temps des premiers siècles de la République, quand ils se considéraient comme des citoyens-soldats au service de la mère patrie. Dans l’armée que réunit Charles, les Francs, qui constituent la force de choc, côtoient d’autres Germains intégrés dans le royaume mérovingien tout comme les contingents gallo-romains.

Abd-er-Rahman, utilisant la voie romaine allant de Saintes à Poitiers, pénétra en Poitou pour, reconnaissent Jean-Henri Roy et Jean Deviosse, pourtant favorables aux Arabes, « y tuer, y violer et égorger plus encore ». Arrivés en vue de Poitiers, les Sarrasins pillèrent et incendièrent l’abbaye Saint-Hilaire, emplie de richesses et bien sûr considérée par les musulmans comme un temple de l’idolâtrie. Les moines qui ne furent pas tués furent emmenés comme esclaves. Quant à Poitiers, fortement protégée par de solides murailles, il semble bien qu’Abd-er-Rahman ait négligé d’en faire le siège, qui lui aurait pris du temps, pour continuer au plus vite sa route vers le nord.

Charles Martel l’attendait, à proximité de la voie romaine reliant Châtellerault à Poitiers, à environ vingt kilomètres au nord-est de cette ville, en un lieu qui s’appelle encore aujourd’hui Moussais-la-bataille.

Cette bataille est rapportée par un écrit que j’ai mentionné plus haut, dont l’auteur, désigné comme « l’anonyme de Cordoue », était un chrétien vivant sous la férule musulmane dans une ville qui conserve, aujourd’hui, des témoignages architecturaux intéressants de l’occupation sarrasine. Le texte fut rédigé, dans un latin maladroit, vingt-deux ans après l’affrontement entre Charles Martel et Abd-er-Rahman. Il avait donc une mémoire encore fraîche des événements, tels qu’ils marquèrent les contemporains. Il nous dit que le combat décisif fut précédé de sept jours d’escarmouches destinées, pour chacun des deux camps, à tâter les forces de l’autre. Cette phase d’observation correspond peut-être au sentiment qu’avaient les deux chefs d’armée de jouer gros jeu. Mais il fallait enfin se décider à l’affrontement. Abd-er-Rahman lança ses hommes à l’assaut. L’armée franque subit le choc sans broncher. L’Anonyme de Cordoue nous dit : « En combattant avec énergie, les peuples nordiques, sans fléchir, restant immobiles comme un mur de glace, tuent les Arabes sous leurs coups de glaive ». Il est à noter que l’Anonyme désigne les guerriers de Charles Martel sous le terme d’ « Européens », ce qui montre qu’il était bien conscient qu’il y avait là un choc de civilisation, un face à face ethnique entre les envahisseurs venus d’Afrique et d’Asie et des combattants qui défendaient leur terre et leur peuple.

La lutte dura jusqu’à la nuit. Les Sarrasins avaient voulu, par leur charge, impressionner et disloquer le front de l’armée franque. Ils en furent pour leurs frais. D’autant que la contre-attaque des Francs, conduite par un Charles qui, nous dit la Chronique de Saint-Denis,  fond sur les Sarrasins « comme un loup affamé sur les brebis », incite les musulmans à se replier pour essayer de protéger leur camp où ils ont entassé le butin fruit de leurs rapines. Au cours de la mêlée qui s’en suit, Abd-er-Rahman tombe, frappé à mort. De la main même de Charles, comme l’affirment certaines sources comme la Vie de saint Theofred et les annales de Théophane.

A la tombée de la nuit le combat cesse. Les Francs se préparent à le reprendre à l’aube. Mais l’Anonyme de Cordoue nous raconte la suite : « Le lendemain, les Francs voient le camp immense des Arabes et leurs tentes toujours à la même place. Ils ignorent que le camp avait été déserté et supposent qu’à l’intérieur les phalanges des Sarrasins se tiennent prêtes au combat. Charles envoie des éclaireurs en mission. Toutes ses reconnaissances découvrent que les armées d’Ismaël sont parties. En bon ordre et en silence elles ont fui pendant la nuit. Mais les Européens redoutent encore qu’elles se cachent à travers les sentiers et tendent des embuscades. Aussi sont-ils stupéfaits de se retrouver sans résultat après avoir fait prudemment le tour du camp. Et comme ces illustres peuples ne se soucient nullement de la poursuite, après avoir seulement réparti entre eux dépouilles et butin, ils reviennent heureux dans leurs patries ». La Vie de saint Pardulf ajoute : « Un des plus beaux fruits de cette journée fut la délivrance d’un grand nombre de prisonniers que les Sarrasins entraînaient et qu’ils abandonnèrent ».           

Après Poitiers, les Sarrasins s’accrochaient encore dans le sud de la Gaule. Il fallut plusieurs expéditions pour délivrer Marseille, Avignon, Béziers, Agde, Marseille et Arles. Restait Narbonne et la Septimanie ne fut définitivement conquise que par le fils de Charles Martel, Pépin, père de Charlemagne, lequel porta le fer jusqu’en Espagne.

La bataille de Poitiers est devenue un symbole, qui nous parle d’autant plus compte tenu de ce que nous avons sous les yeux. Ma conclusion est simple : il faut aujourd’hui une nouvelle bataille de Poitiers, à grande échelle. Elle exige des âmes fortes, excluant les tièdes compromis, les calculs politiciens et le pitoyable arrivisme. C’est tout le sens de l’appel que j’ai lancé pour un Front des patriotes, destiné à coordonner, dans le respect des diverses composantes de notre camp, les efforts de tous ceux qui oeuvrent pour la même cause, à savoir l’identité de notre peuple. Donc un seul mot d’ordre : levons l’étendard de la résistance et de la reconquête. Et que vive la victoire.

                                                                                          Pierre VIAL

                 (intervention faite le 7 juin 2015, à l’occasion de la première Rencontre Charles Martel qui s’est tenue à Jaunay-Clan, dans la Vienne, à quelquelques kilomètres du site de la bataille de Poitiers, rencontre organisée par le Cercle des Chats bottés, association poitevine présidée par Jacques Soulis)

 

Imprimer E-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites