Résistance Identitaire Européenne

Départements : 66
Contact : Jean-Jacques au 06 89 35 61 51

 

http://terraipoble.wordpress.com/

catalogne

 

"Expédition Terre et Peuple au sommet du Bugarach, dans les Pyrénées"

BUGARACH_015

"Expédition Terre et Peuple au sommet du Bugarach, dans les Pyrénées"

Immigration ? Puisqu’on vous le dit !

 

La première action de Resistència s’est déroulée le 17 octobre dernier à Sainte Marie la Mer pour dénoncer l’arrivée, et le logement au frais du contribuable, d’immigrés illégaux en provenance de la jungle de Calais. Par un tractage massif nous avions informé la population sur nos inquiétudes via cet accueil imposé depuis Paris et par l’intermédiaire de la préfecture, le porte-flingue de l’Etat jacobin.

Malgré les tours de passe-passe des bien-pensants et de la presse locale – omerta et minimisation des faits- la vérité éclate. Des jeunes Ethiopiens, logés, nourris, blanchis par nos soins et contre notre gré, au CCAS de Sainte Marie la Mer, auraient agressé une équipe du HCR (Haut-Commissariat aux réfugiés). Encore un machin qui finance le grand remplacement. Un agent interprète aurait eu le malheur de ne pas s’exprimer en Oromo, le dialecte de l’ethnie de ces « jeunes », ce motif d’incompréhension aurait déclenché une vie discussion, puis des intentions belliqueuses de la part des faux-réfugiés. Intentions belliqueuses à tel point que les agents du HCR ont dû se réfugier (il s’agit-là de vrai réfugiés pour le coup !) dans un bureau du bâtiment pendant que les illégaux vandalisaient le véhicule du HCR ! Une vingtaine de militaires ont dû intervenir, le sous-préfet a même dû se rendre sur place. Procédure habituelle et manque de fermeté patente : un jeune a été mis en garde-à-vue pendant quelques heures… lamentable.

Citons l’Indépendant du 20/12/16 : Le sous-préfet a discuté avec les mineurs : « Ils se sont excusés et j’ai pu leur expliquer qu’ils ne pourraient plus aller au Royaume-Uni comme ils l’espéraient ; Ils seront pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance ».

Toujours selon l’Indépendant et comme je l’avais dénoncé dans un article en date du 17/9/16, soit avant l’arrivée des immigrés clandestins à Sainte Marie la Mer, neuf d’entre eux avaient déjà rejoint le Royaume –Uni avant les faits de violences énoncés plus haut.

Le triste attentat de Berlin survenu sur un marché de Noël le soir du 19 décembre 2016 n’a échappé à personne. Compte tenu des derniers événements nous sommes en droit de nous interroger sur la sécurité dans notre département. Nous demandons dès à présent que la préfecture des Pyrénées-Orientales rende publiques les informations suivantes : Nombres d’immigrés illégaux présents dans les P.O avec détail de l’âge et du sexe des intéressés, les zones de répartition de ces derniers et évidemment le coût financier de cet accueil forcé supporté par la collectivité.

En second lieu, nous demandons leur expulsion immédiate et sans préavis.

Llorenç Perrié Albanell, président de Resistència

Imprimer E-mail

Pas de mini-jungle de Calais en Pays Catalan !

perrie33

Un communiqué de Llorenç Perrié Albanell

            Si les questions liées au nom de notre nouvelle région, et les revendications pour le droit à un statut territorial, à l’instar de la Corse, occupent les esprits en Catalogne du Nord, nous ne devons pas oublier non plus que le pouvoir socialiste parisien persiste encore et toujours dans son entreprise de déconstruction de notre société traditionnelle et homogène. Le 13/09/16, un document confidentiel du Ministère de l’intérieur concernant le démantèlement de la Jungle de Calais vient d’être rendu public par le Figaro : « Le schéma de mobilisation des places d’hébergement sur l’ensemble du territoire a été validé », annonce ce document. Dans les faits, nous explique un récent communiqué de la Ligue du Midi,  cela signifie que partout en France, des CAO (Centres d’Accueil et d’Orientation) vont devoir être créés pour accueillir toujours plus de migrants.

            Le régime jacobino-mondialiste avance en conquérant dans ce qu’il considère comme ses « provinces », où il s’imagine déverser ses flots ininterrompus d’immigrés sans rencontrer d’hostilités. Seulement la résistance s’organise malgré un durcissement de l’État dans ce domaine, et seulement celui-ci:

        – Le maire d’une commune du sud de 2.500 habitants a souhaité organiser un référendum sur l’obligation faite par le préfet d’accueillir 70 migrants. Le préfet, fonction hautement antidémocratique, a rétorqué que le référendum était illégal parce que “cette question n’était pas une affaire communale”.

        – Forges-les-Bains, une petite ville de 4.000 habitants de l’Essonne, à la suite d’une réunion houleuse, le futur Centre d’Accueil des Migrants a été incendié. Dans un communiqué la municipalité, sans étiquette, a expliqué que “la commune n’avait pas été consultée” pour l’ouverture du centre et assurait subir un diktat de l’État.

   Toujours selon un communiqué de la Ligue du Midi, nous pouvons constater que c’est la région Occitanie, qui  sera  «la 3ème région de France qui devra accueillir le plus de migrants avec, d’ici la fin de l’année, 1.445 personnes, contre 354 accueillies à ce jour (chiffres officiels). Pour atteindre ces 1.445 places, il faudra donc 1.091 places supplémentaires à créer, et à répartir dans différents CAO».

            Tout ceci nous laisse présager le pire pour notre département bénit des Dieux qui bénéficie d’un climat relativement doux hors saison estivale avec une période hivernale courte qui pourrait correspondre aux besoins d’une population n’étant pas habituée à la dureté des hivers « nordistes ». Nous savons également que notre département détient le palmarès des territoires le  plus doté en villages de vacances, privés ou à caractère social. C’est ces derniers qui nous intéressent tout particulièrement et qui, n’en doutons pas, seront désignés d’office, c’est-à-dire sans consultation de la population, par le pouvoir dictatorial jacobin afin d’accueillir une population aux mœurs et aux objectifs aux antipodes des nôtres.

            – Nous savons par avance que toutes ces démarches auront un coût, et que c’est le portefeuille du contribuable qui sera mis à disposition, sans son avis.

        – Nous savons que le désir ardent de ces pseudo-réfugiés est de regagner au plus vite les rivages de Calais, car leur objectif est simple : gagner l’Angleterre, plus souple sur les questions administratives liées à l’immigration.

         – Nous sommes donc en droit de penser que des exodes en direction de l’Angleterre auront bien lieu. Laissant les campagnes et les grands axes routiers aux mains d’une population qui a déjà montré sa capacité de nuisance dans le Pas-de-Calais.

            Les solutions qui s’offrent à nous sont les suivantes :

        – Organisation de référendums locaux en vue de faire pression sur l’administration.

    – Un renvoi ordonné des émigrés dans leurs pays d’origine. Il faut encore le rappeler, la plupart d’entre eux ne viennent pas des zones de combats du Moyen-Orient. Le leitmotiv qui consiste à nous endormir en répétant en boucle qu’il s’agit de réfugiés ne tient pas la route. En ce qui concerne les réfugiés des zones de guerres, la véritable solution est la stabilisation et la pacification des dites zones. Ces territoires qui ont besoin plus que jamais de leurs populations d’origine pour leur reconstruction. La seule et véritable action humanitaire doit aller dans ce sens : aider sur place, et non chez nous.

            Face à toutes ces agressions, la Catalogne du Nord a besoin, aujourd’hui plus que jamais, d’une véritable alternative politique dans le domaine de la défense du Pays catalan. Défense dans le domaine institutionnel (un statut), culturel, économique et sur les questions liées à la sécurité et à l’immigration. C’est sur ces thématiques que je me prépare à vous présenter un projet concret dans les semaines à venir.

Imprimer E-mail

Sauvons notre pays par Llorenç Perrié

Terre et Peuple appelle ses amis à participer à cette manifestation, en illustration de notre volonté de faire vivre un Front des Patriotes.

 

Pierre Vial y prendra la parole

 

 

Un appel de Llorenç Perrié Albanell,

Porte-parole Terra i Poble Catalunya-Nord

 

Parce que nous ne devons plus nous taire et qu'il est grand temps d'agir

Parce que ce système à tuer les peuples n'a que trop duré et que notre révolte est plus que légitime, elle est nécessaire

Parce que l'insécurité, tant sociale que physique n'a plus sa place dans nos vies et qu'il est grand temps de faire le ménage

Parce que le droit à la liberté ne s'acquiert pas autrement que par la lutte

Parce qu'il est grand temps d'exposer sur la place publique les maux qui rongent notre pays...

Rejoins tes camarades !

Rassemblement à Montpellier

Samedi 6 février 2016 à 15 h

 

Renseignements

BP 1-7114

30912 – Nîmes cedex 2

Tél : 07 83 47 42 42

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Imprimer E-mail

Union des identitaires et indépendantistes contre l’immigration en Catalogne

Union des identitaires et indépendantistes contre l’immigration en Catalogne

 

02/11/2015 – 18h20 Montpellier (Lengadoc Info) – Ce samedi, les militants identitaires du parti SOM Catalans, de Terra i Poble et les militants catalans de la Ligue du Midi étaient sur le terrain au Perthus et à Figueras pour alerter et informer les habitants des dangers de l’immigration massive. Les militants de ces différents mouvements ont distribué plusieurs centaines de tracts et apposé des panneaux appelant à l’arrêt de l’immigration.


Cette action démontre un certain renouveau des identitaires en Catalogne et de l’émergence d’une dynamique d’union entre les militants des deux côtés de la frontière. En effet, SOM Catalans est un parti identitaire et indépendantiste de Barcelone alors que Terra i Poble est surtout implanté autour de Perpignan. Enfin la Ligue du Midi, jusque là surtout présente dans le Languedoc, connaît actuellement une expansion en Midi-Pyrénées, en Provence et en Catalogne.


L’action qui a eu lieu ce samedi est pour Richard Roudier, président de la Ligue du Midi, « la première du genre, (…) elle s’est déroulée dans un esprit de parfaite collaboration entre les représentants des divers mouvements identitaires, main dans la main, pour lutter contre l’invasion de l’Europe ». 

Photos : DR

Lengadoc-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

http://www.lengadoc-info.com/2736/politique/union-des-identitaires-et-independantistes-contre-limmigration-en-catalogne/

 

Imprimer E-mail

Que se passe-t-il en Catalogne ?

estima

 

"Aime les tiens, aime ta terre, à la fin tu sera identitaire"


Que se passe-t-il en Catalogne ? Bref tour d’horizon politique.

Désormais ce n’est plus un scoop, le peuple catalan souhaite accéder à l’indépendance, et il le fait savoir. Les manifestations monstres du 11 septembre 2012  avec un million et demi de personnes dans les rue de Barcelone, du 11 septembre 2013 avec un million six cent milles catalans qui ont formé une immense chaîne humaine à travers tous les Pays Catalans, et du 11 septembre 2014 avec un millions huit cent milles manifestants qui ont formé le V de la victoire dans les artères principales de la capitale catalane, démontrent bien que la mobilisation ne faiblit pas. Chose encore plus incroyable, ces manifestations ne sont pas organisées ou entrainées par les partis politiques ou les institutions en place, non, c’est bel et bien l’œuvre d’un élan populaire, volontaire, interclassiste et associatif qui porte le projet nationaliste catalan[1]. Projet incarné par l’association ANC, pour Assemblea Nacional Catalana ( Assemblée Nationale Catalane) dirigée par la courageuse Carme Forcadell. Peu d’associations peuvent aujourd’hui se vanter de mobiliser  autant que l’ANC,  les forces vives d’un pays. Encore une preuve que le ciment ethnico-culturel est une force capable de créer un égrégore, et de jeter dans la bataille un peuple uni, par delà les différences partisanes,  afin d’accéder à la réalisation d’un projet collectif longuement mûri et justifié par l’histoire.

Nous sommes loin, ici, des téléguidages étatsuniens en faveur des révolutions printanières et colorées.

La lutte pour la renaissance de la nation catalane est une des plus anciennes d’Europe. Nous ne pouvons disserter plus sur ce thème ici. Cependant, un développement plus conséquent  sur cette question fera l’objet d’une publication dans Terre & Peuple magazine. Pour ceux qui souhaitent creuser un peu plus  cette thématique, vous consulterez avec profit cette Tribune Libre publiée en janvier 2013 http://catalunya.terreetpeuple.eu/?p=3859

L’ANC a donc mobilisé le peuple catalan et la classe politique pour un référendum initialement prévu le 9 novembre 2014, avec deux questions : souhaitez-vous que la Catalogne devienne un Etat ? En cas de réponse affirmative, souhaitez-vous que cet Etat devienne indépendant ?

C’est le samedi 27 septembre 2014 que le président de la Generalitat de Catalunya, Artur Mas, a signé le décret de convocation pour la consultation. Le site d’information catalan bilingue La Clau, nous livre quelques chiffres sur cette mobilisation : L'échéance du 9 novembre vise 5,4 millions d'habitants de plus de 16 ans, elle  mobilisera 10.800 urnes, 6,7 millions de bulletins, 2.718 sites d'expression démocratique et 8.130 bureaux de vote. Pour sécuriser la journée, 9.200 agents de la police catalane, les Mossos d'Esquadra, seront en service. Cette consultation exigera la présence de 24.390 présidents de bureaux électoraux, 48.780 suppléants et 1.000 coordinateurs municipaux. http://www.la-clau.net/info/9485/le-conseil-detat-espagnol-declare-le-referendum-catalan-inconstitutionnel-9485

C’est sans compter sur les 12 magistrats du Tribunal Constitutionnel espagnol qui ont approuvé, ce lundi 29 septembre 2014,  les recours du président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy. Par cette action le Tribunal Constitutionnel entend bien suspendre la consultation populaire catalane http://www.ara.cat/politica/CONSULTA-TC-9-N_0_1220878150.html . Nous sommes loin ici des méthodes employées par la « perfide Albion »  lors du référendum d’autodétermination en Ecosse, qui fait passer l’Angleterre pour une parfaite démocrate, alors qu’elle a usé de nombreux leviers pour faire capoter le référendum écossais, comme par exemple la banque et la finance, ou encore la peur des retraités et enfin autoriser le droit de vote aux étrangers au nom du terrorisme psychique instauré par le politiquement correct.

Le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy prétend faire interdire le référendum catalan car il juge cette démarche antidémocratique ! El Punt Avui titre le 1/10/14 : Rajoy alerte que passer au dessus de la décision du Tribunal Constitutionnel est antidémocratique. Source : http://www.ara.cat/politica/CONSULTA-TC-9-N_0_1220878150.html . Il faudra qu’un jour tous ces hommes politiques au pouvoir nous expliquent ce qu’est la démocratie pour eux. La confiscation de la volonté populaire par les élites peut-être ?

Le ministère de l’intérieur espagnol prévoit aussi de mobiliser. Le site internet catalan d’information,  Vilaweb http://www.vilaweb.cat/noticia/4213008/20141001/govern-espanyol-envia-unitats-dantiavalots-catalunya.html , nous informe que seulement un jour après la suspension du référendum par le Tribunal Constitutionnel, le ministère de l’intérieur espagnol a envoyé en Catalogne des unités spéciales de police qui ont vocation à agir sur des conflits dans d’autres régions d’Espagne ( La Catalogne et le Pays-Basque disposent de leurs propres forces de police). Toujours selon le même site d’information, les effectifs seraient les suivants, quatre groupes de cinquante agents chacun.

Un bras de fer entre Madrid et Barcelone est en train de se dérouler. La récente décision du T.C conforte le président Mariano Rajoy et son parti politique le P.P « Partido Popular », parti de droite dont l’aile la plus à droite est un résidu des forces conservatrices  post franquistes. Nous devons noter que l’addition des forces unionistes rassemblées à Tarragone à l’occasion de la journée du 11 novembre 2014, en guise d’opposition à la manifestation organisée le même jour à Barcelone a atteint le nombre de 2500 personnes. Cette manifestation a été organisée par la Plataforma Societat Civil Catalana ( Plateforme Société Civile Catalane), était présent ce jour là, le leader du parti politique Ciutadans (Citoyens) Albert Rivera, et Alícia Sánchez Camacho, présidente du Partido Popular en catalogne, ainsi que des membres du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (PSOE). Source : http://www.elsingular.cat/cat/notices/2014/09/l_unionisme_punxa_i_nomes_reuneix_unes_2.000_persones_a_tarragona_102997.php

L’extrême droite espagnole la plus rance n’est pas non plus en marge du débat. Outre le fait de participer à des dégradations diverses et variées des monuments identitaires catalans[2], les crypto-phalangistes de la liste España en Marcha aux élections européennes de 2014, ont assuré lors d’une conférence de presse  donnée à Barcelone, que la journée du 9 novembre se convertirait en une journée de lutte. source : http://www.ara.cat/especials/eleccionseuropees/Pedro_Pablo_Pena-Manuel_Andrino-La_Espana_en_Marcha-Alianza_nacional-falange-nudo_patriotico_espanol_0_1139886234.html Etaient présents à cette conférence de presse, Pedro Pablo Peña, candidat et président d'Alianza Nacional, et Manuel Andrino, candidat, et chef national de la Phalange, il est entre autres un des attaquants du siège de la Generalitat a Madrid durant la cérémonie du 11 setembre 2013.Cette organisation est composée de plusieurs groupes :  Falange, Nudo Patriótico Español i Alianza Nacional. Pedro Pablo Peña a affirmé récemment dans un programme télévisuel  'Las Mañanas de Cuatro' que l’extrême droite espagnole aurait recours à la lutte armée pour lutter contre l’indépendance de la Catalogne. Son homologue phalangiste Manuel Andrino, a affirmé quand à lui qu’ils étaient prêts à faire la guerre. Source : http://www.eltriangle.eu/es/notices/2013/10/la-ultraderecha-llamamiento-a-la-lucha-armada-contra-la-independencia-1227.php

Depuis la suspension du référendum par le Tribunal Constitutionnel espagnol lundi dernier (29.09.14) , la mobilisation des Catalans dans la rue s’amplifie, nous citerons par exemple le rassemblement de la ville de Manresa avec 4000 personnes sur la place principale http://www.naciodigital.cat/manresainfo/noticia/46579/resposta/historica/manresa ou la mobilisation de soutien depuis Palma de Majorque  http://dbalears.cat/actualitat/balears/mallorca-solidaritza-amb-consulta-del-n.html Il en est de même dans tout le reste de la Catalogne. La Catalogne du Nord n’est pas en reste, un rassemblement symbolique devant le consulat espagnol de Perpignan a été organisé le mardi 30 octobre en fin d’après-midi http://www.vilaweb.cat/noticia/4212804/20140930/crida-cassolada-sorollosa-davant-consolat-espanyol.html . Le parlement catalan quant à lui continue les préparatifs de la consultation du 9 novembre prochain, et recrute même des travailleurs pour cette journée afin d’aider à une meilleure gestion des bureaux de vote ! source : http://www.vilaweb.cat/noticia/4213149/20141001/generalitat-recluta-treballadors-consulta-9-n.html

Question intéressante qui ne tardera pas à alimenter le débat : quelle sera l’orientation de l’extrême droite française dans cette affaire? Il ne faut pas oublier que bien souvent cette nébuleuse  s’est trompé de choix sur ce type de questions, prisonnière de ses préjugés, prisonnière de l’histoire, mais également de ses collections d’insignes militaria… Sera-t-elle divisée? Comme pour la guerre d’Ex-Yougoslavie par exemple, entre ceux qui ont choisi de s’engager chez  les Croates et ceux qui ont pris le parti des Serbes.  L’affaire ukrainienne est également une illustration parfaite. Certains optent pour les insurgés de la place Maïdan, et d’autres pour la rébellion du Donbass. Preuve en est que cette nébuleuse n’est pas un bloc monolithique. Sera-t-elle du côté des Hollande, Valls, et Fabius qui trouvent que l’indépendance de la Catalogne ce n’est vraiment pas gentil ? D’une Union Européenne qui affirme qu’elle ne reconnaitra pas la Catalogne en cas d’indépendance ? D’une Marion Maréchal-Le Pen qui trouve que c’est dangereux pour la République (voir à partir de 3’14m https://www.youtube.com/watch?v=L3OaniLXm9M )? D’un Louis Aliot qui n’en pense pas moins ? D’une extrême gauche qui trouve que ce n’est pas suffisamment solidaire ? En tout cas la question catalane suscite l’intérêt. Curiosité ? Inquiétude ? Soutien ? Rejet ?

Quelle conclusion à ce bref tour d’horizon politique sur la question catalane ? Nous pouvons en déduire que la partie n’est pas gagnée d’avance et que la Catalogne doit, à mon avis, se préparer à vivre quelques années noires. Nous devons en conclure aussi que la véritable Europe, celle des ethnies, ne pourra se construire réellement que lorsque les peuples encore enracinés, encore dotés d’une conscience communautaire porteuse d’un héritage ancestral, pourront vivre enfin libres. Cette Europe de la puissance, de la justice, où chaque peuple sera l’égal de l’autre en matière politique, libre de ses choix, libre de vivre selon son identité,  mais habité  par un même idéal, celui de la fraternité de civilisation,  celui d’une Europe forte, unie dans un ensemble géopolitique allant de Brest à Vladivostok.  Nous n’en sommes pas encore là, mais quelques peuples encore rebelle, comme la Catalogne pour le cas présent, peuvent amorcer ce processus. Alors une Europe des peuples c’est pour quand ?

Perpignan le 01/10/14

Llorenç Perrié Albanell

 

 



[1] Il s’agit en effet d’un projet nationaliste, car le but est la création d’un Etat catalan indépendant, au-delà d’une idée de gauche ou de droite, même si toutefois ce clivage politique existe bel et bien. Les motivations sont diverses, revendication identitaire, sociale, rejet de l’assujettissement culturel et politique etc.

[2] Nous pouvons citer parmi ces monuments par exemple, le Pi de les tres branques et le monument à la mémoire de Francesc Macià. Nous noterons d’ailleurs à ce sujet qu’en août dernier la Porte des Pays Catalans à l’entrée de notre département a été saccagée : http://france3-regions.francetvinfo.fr/languedoc-roussillon/2014/08/03/le-monument-de-l-identite-catalane-vandalise-salses-527092.html Manipulation d’extrême gauche ? Incursion d’un groupe espagnoliste en Catalogne du Nord ? Nationalistes cocorico ? Côté justice toujours pas de pistes…

Imprimer E-mail

  • 1
  • 2

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites