Résistance Identitaire Européenne

A Nancy, les « antifas », mercenaires du régime, s’attaquent à une librairie non-conformiste.

2 cité

L’extrême gauche et les « antifas » semblent avoir un réel problème avec tout ce qui ne partage pas la version binaire du monde qu’ils ont. En témoignent les attaques récentes survenues à Nancy, à l’occasion de l’ouverture non pas d’un local politique… mais d’une librairie indépendante et enracinée, Les Deux Cités.

Une librairie dans laquelle on vend… des livres, y compris des livres non conformistes, chose qui ne semble pas plaire aux habituels chiens de garde du système. Une librairie attaquée plusieurs fois alors que son ouverture s’est déroulée samedi dernier. Les inscriptions « Pas de quartier pour les fachos », « Nancy ville anti-fasciste », « les réfugié.e.s sont les bienvenu.e.s » s’affichaient sur la vitrine du commerce, ont ainsi été notées sur des feuilles A4 collées. Le mot « Dégagez » a également été tagué deux fois, de chaque côté de la porte d’entrée.

La librairie a communiqué au sujet de ces incidents, en voici l’essence ci-dessous :

Avant-hier, samedi 3 octobre 2020, nous démarrions l’activité de notre librairie, LES DEUX CITÉS, sise 6 grande rue, 54000 NANCY. Malgré l’annulation de la programmation inaugurale pour des raisons sanitaires (arrêté préfectoral du 28 septembre 2020), nous avons eu la joie de recevoir de très nombreux clients venus découvrir l’établissement, passer un moment convivial dans un cadre que nous avons souhaité le plus accueillant possible et nous apporter leur soutien en cette période où nous sommes victimes de la violence gratuite de groupuscules totalitaires d’extrême gauche.

Violence qui se poursuit à travers les nouvelles injures et diffamations portées non plus seulement anonymement mais par Messieurs Pascal DEBAY de la CGT 54, Yann VERRIER de l’Union locale CGT Nancy et Etienne SIMON de Solidaire 54 dans un combat obscurantiste qu’ils entendent mener contre un lieu d’intelligence et de culture ; s’en prendre à deux libraires associés d’une librairie indépendante est visiblement plus confortable que d’œuvrer à la défense des droits des salariés…

Ayant sollicité nos conseils, des plaintes nominatives seront déposées à compter du lundi 5 octobre. Nous remercions vivement les forces de Police qui ont sacrifié une partie de leur week-end pour assurer l’ordre public menacé par quelques agitateurs profitant de la complicité passive du service Culture de la Mairie de Nancy.

En effet, depuis le 21 septembre 2020 – date à laquelle nous avons eu connaissance de la circulation sur la voie publique de tracts et affiches à caractère diffamant et professant à notre encontre des injures publiques et des menaces, dont le contenu a ensuite été repris et amplifié sur les réseaux sociaux – nous avons cherché à entrer en contact avec Monsieur Bertrand MASSON, adjoint en charge de la Culture, afin de nous présenter ainsi que notre projet. Sans succès !

Malgré des appels téléphoniques, malgré l’envoi de courriels, malgré une lettre recommandée avec accusé de réception (accessible via ce lien), nous n’avons eu aucun retour. Monsieur MASSON, non disponible pour nous recevoir ou nous répondre, a cependant trouvé le temps, dans un article de L’Est républicain paru en date du 4 octobre 2020, de s’exprimer dans la presse locale à notre sujet. Article dans lequel Monsieur l’Adjoint MASSON, lequel déclare « ne [pas faire] de procès d’intention » (sic), n’hésite pas à affirmer que « les valeurs portées par cette librairie sont visiblement aux antipodes de celles de la majorité municipale et de la plupart des nancéiens ». Là est « l’humanisme » défendu par Monsieur l’Adjoint MASSON qui précise que « si les activités de cette librairie, par exemple à travers ses invités et conférenciers, venaient à engendrer un trouble à l’ordre public, la Ville aurait autorité à intervenir ». Nous eussions préféré que la Ville (sic pour l’Adjoint MASSON) intervienne quand nous l’avons sollicitée plutôt que d’afficher complaisamment le ténébreux dessein de surseoir à notre droit d’entreprendre, de réunion et d’expression. Toujours dans l’attente d’être reçus par la municipalité, c’est désormais à Monsieur le Maire Mathieu KLEIN que nous tendons la main.

La rédaction de Breizh-Info ne peut que souhaiter bon courage aux animateurs de la librairie Les Deux Cités, et leur souhaiter de tenir bon face aux nouveaux Khmers rouges qui termineront dans les poubelles de l’Histoire.

Sources : Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

 

 

Bien sûr, TERRE & PEUPLE soutient les deux courageux animateurs de la librairie non-conformiste « les deux cités » et engage tous ses amis de l’Est de la France à aider cette heureuse initiative par de nombreux achats de livres !

 

2 cité

6 Grande rue - 54000 Nancy - 03 83 20 61 47

Imprimer

Les services de renseignement allemands persécutent les nationalistes et leurs structures, tant politiques qu’intellectuelles

03/10/2020

L’Office fédéral de protection de la Constitution (Bundesamt für Verfassungsschutz – BfV) est un service allemand de renseignement actif dans toute l’Allemagne, avec pour mission essentielle de surveiller les activités contraires à la Constitution. Chacun des seize États allemands dispose également de son propre Office de protection de la Constitution, qui lui est inféodé. Les structures nationalistes, tant politiques qu’intellectuelles, subissent les pressions et attaques de cette organisation.

Persécutions contre l’AfD

Le parti politique patriotique allemand Alternative pour l’Allemagne (AfD) est soumis aux pressions de l’Office fédéral de protection de la Constitution.

Ainsi, en 2019, l’aile nationale de l’AfD est-elle considérée par l’Office de protection de la Constitution comme « cas suspect », au même titre que l’organisation de jeunesse du parti Junge Alternative (JA).

Au début de l’année 2020, il apparaît que cette organisation espionne, depuis peu de temps, en utilisant des méthodes de services secrets, trois responsables de l’AfD : le dirigeant de l’AfD de Thuringe Björn Höcke, le dirigeant de l’AfD du Brandebourg Andreas Kalbitz et le député au sein du Parlement de Saxe-Anhalt Hans-Thomas Tillschneider. Tous les trois sont membres de l’aile nationaliste du parti. Il est même annoncé, dans la presse du système, que d’autres responsables politiques de cette aile devraient être, dans le futur, eux-aussi, surveillés.

Les fonctionnaires de l’Office fédéral de protection de la Constitution, ainsi que ceux des autorités de l’Office de protection de la Constitution des États allemands concernés [donc : Thuringe, Brandebourg, Saxe-Anhalt], établissent un dossier et collectent du matériel contre les trois personnes concernées à propos de leurs activités extra-parlementaires. Donc les conversations téléphoniques et les courriels privés et intimes de ces personnes sont archivés.

L’aile nationaliste de l’AfD est placée sous observation par l’Office de protection de la Constitution en mars 2020. L’organisme considère que Björn Höcke (Thuringe) et Andreas Kalbitz (Brandebourg) sont d’« extrême droite ». Les autorités estiment que cette aile compte 7 000 membres. En conséquence, la direction de l’AfD demande l’auto-dissolution de son aile nationaliste et l’obtient.

À la mi-mai 2020, la direction fédérale de l’AfD exclut du parti le chef de l’AfD du Brandebourg et chef du groupe des élus de l’AfD du Brandebourg Andreas Kalbitz, qui peut être considéré comme le numéro 2 de l’aile nationaliste auto-dissoute de l’AfD, derrière Björn Höcke, par 7 voix contre 5, pour ne pas avoir déclaré son appartenance dans sa jeunesse à l’organisation nationaliste radicale Heimattreuen Deutschen Jugend (HDJ) ainsi que son adhésion, entre la fin 1993 et le début 1994, au parti politique patriotique die Republikaner (Les Républicains). Kalbitz avait écrit au sein d’un document de cinq pages, réalisé sous la pression de la direction du parti, avoir possiblement et probablement visité un rassemblement du HDJ, qui entretemps a été introduit sur la liste des incompatibilités de l’AfD. Selon un rapport de l’Office de protection de la Constitution, un numéro lié à la « Famille Andreas Kalbitz » figure dans le dossier du HDJ.

En mai 2020, le co-dirigeant de l’AfD Tino Chrupalla compare l’Office de protection de la Constitution à la Stasi, la police politique de l’ancienne Allemagne de l’Est communiste.

En juin 2020, l’AfD du Brandebourg devient, pour l’Office de protection de la Constitution, un objet d’observation, après qu’un long examen a conduit à estimer que les conditions pour que cette mesure soit décrétée sont remplies. L’Office de protection de la Constitution peut désormais utiliser des écoutes ou des espions afin de confirmer l’« extrémisme de droite » de l’AfD du Brandebourg.

Fin août 2020, le dirigeant de l’Office fédéral de protection de la Constitution Thomas Haldenwang confirme officiellement que l’ancien dirigeant du groupe des élus de l’AfD au sein du Parlement de Brandebourg Andreas Kalbitz figure sur une liste de membres de l’organisation radicale interdite depuis lors Heimattreuen Deutschen Jugend (HDJ), alors que l’appartenance supposée de Kalbitz à la HDJ était le principal élément qui avait conduit l’AfD à exclure Kalbitz de ses rangs.

Persécutions contre l’IfS

Au sein du magazine allemand de la Nouvelle droite Sezession – numéro 97 – d’août 2020, l’écrivain Götz Kubitschek (https://www.breizh-info.com/2020/09/28/151142/gotz-kubitschek-nouvelle-droite-allemagne/) dénonce les attaques à l’encontre de l’Institut für Staatspolitik (Institut pour la politique d’État), un laboratoire d’idées de la Nouvelle droite situé à Schnellroda en Saxe-Anhalt et qui a été désigné comme cas suspect par l’Office de protection de la Constitution et est placé sous observation :« Dans le cadre de la présentation du rapport de l’Office de protection de la Constitution pour l’année 2019, le président de cette autorité, Thomas Haldenwang, a mentionné début juillet, entre autres, l’Institut (et ainsi nous les responsables) de super diffuseur de haine et de violence.

L’expression super-diffuseur émane de la virologie et désigne, en relation avec des épidémies, des infectés qui contaminent un nombre anormalement élevé d’organismes avec des agents pathogènes ou viraux. »

Thomas Haldenwang présente donc ceux qui pensent autrement comme diffusant une maladie et étant des individus face auxquels le corps social doit être protégé.

Détournement de fonction

L’Office de protection de la Constitution voit donc sa fonction initiale, consistant à surveiller les actes contraires à la Constitution, être détournée. Il devient un organisme qui protège les partis du système politique en place face à la concurrence de formations politiques qui diffusent des idées autres que celles prônées par le système.

Lionel Baland

Sources : Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

Imprimer

Que voilà donc du beau monde par Pierre Vial

Selon Le Point, une jeune femme accuse un collaborateur d’Anne Souyris, adjointe d’Anne Hidalgo à la mairie de Paris et élue écolo (EELV) chargée de la santé publique, des relations avec l’AP-HP (hôpitaux), de la santé environnementale et de la réduction des risques, de l’avoir violée dans son bureau de l’hôtel de ville. Une plainte a été déposée et le parquet a confirmé l’ouverture d’une enquête pour viol le 1er octobre. La plaignante est intermittente du spectacle et militante écolo.

Cette affaire rappelle la démission de deux adjoints d’Anne Hidalgo, Christophe Girard, accusé d’abus sexuels et très lié avec Gabriel Matzneff, et Pierre Aidenbaum, accusé de harcèlement sexuel par une de ses collaboratrices. Il y a eu aussi l’affaire de l’ex-député écolo Denis Baupin, un pilier de l’équipe Delanoë quand celui-ci était maire de Paris.

Quant à Alice Coffin, élue écolo du 12e arrondissement de Paris, elle publie chez Grasset Le génie lesbien. Sans commentaire…

Pierre VIAL

Imprimer

Un ancien des services de renseignements israéliens à la tête de la rédaction de Libération

Le mercredi 16 septembre, les salariés du journal Libération ont élu leur nouveau directeur de rédaction : l’israélien Dov Alfon.

Fondé par Jean-Paul Sartre et Serge July, Libération, quotidien de gauche dont l’histoire retiendra qu’il fut un défenseur de pédophiles dans l’héritage de la pensée soixante-huitarde, vient de faire un choix qui n’est pas anodin. Libération devait remplacer Laurent Joffrin, parti cet été créer son mouvement politique, Les Engagé.e.s.

C’est donc Dov Alfon, 59 ans, qui dirigera la rédaction du quotidien Libération. Dov Alfon est présenté comme un ancien journaliste d’Haaretz, quotidien de la gauche israélienne.

Il n’est pourtant pas que cela. C’est un ancien de l’Unité 8200, unité de renseignement de Tsahal. Cette unité spécialisée dans le renseignement  d’origine électromagnétique et le décryptage de codes se situe au même niveau que la NSA pour les Etats-Unis. Plusieurs anciens membres de cette Unité 8200 ont ensuite pris des fonctions dans des entreprises de technologies de l’information dans différents pays.

L’Unité 8200 gère la base d’Urim SIGIT, dans le désert du Neguev, capable d’intercepter des appels téléphoniques, des courriels et d’autres types de communication à travers le monde.

Dov Alfon fit son service militaire dans cette Unité 8200 et y fut rapidement nommé chef de section.

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites