Résistance Identitaire Européenne

Le policier racaille tire sur son voisin, s'en vante et montre les photos sur Snapchat

Le policier, qui officie dans le XIIe arrondissement de Paris, a été mis en examen pour "tentative de meurtre" et libéré à l'issue de sa garde à vue, mais placé sous contrôle judiciaire, avec interdiction de détenir une arme: un policier de 25 ans a tiré sur son voisin qui faisait trop de bruit.

"Descends sale fdp"

Mais il a aussi diffusé, sur le réseau social Snapchat, des photos de lui et de la scène prises avant et après son acte... ce qui a sans doute pesé dans la décision du juge.

Mardi soir, dans son immeuble de Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis), le jeune homme, qui n'était pas en service, se rend chez son voisin du-dessous, qu'il juge trop bruyant. 

Sur son compte Snapchat, on voit le gardien de la paix arborer son arme de service, rentrée dans son jean.

DR

Une photo accompagnée d'un texte sans ambiguïté: "Je me rends chez mon voisin d'en dessous qui fait du tapage. Il m'invite à descendre sale fdp. J'y vais."

Et peu après, le policier publie une seconde photo, qui laisse apparaître des taches de sang au sol. "J'ai tiré", écrit-il en légende.

DR

Prises très au sérieux, les deux images ont été versées au dossier d'instruction, selon Le Parisien.

Couteau brandi

Entre les deux images, la musique trop forte du voisin aura poussé le policier à descendre voir ce dernier. Selon ses dires, le voisin aurait brandi un couteau. Il est 23h30. L'agent lui rétorque "Police. Jette ton arme", avant de lui tirer une balle dans l'abdomen.

La balle, qui lui a traversé le flanc droit, aurait ricoché ensuite sur une porte d'appartement. Aucune autre personne n'a été blessée, et le voisin, hospitalisé un temps, est hors de danger. 

"Un peu racaille mais gentil"

Le policier, placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de détenir une arme, de quitter le territoire et de paraître dans la résidence où il vit, aurait usé de sa "légitime défense", selon son avocat, maître Laurent-Franck Liénard. L'avocat balaie aussi les photos publiées, évoquant "un contexte d'exaspération". Il décrit son client comme "un peu racaille mais plutôt gentil".

"La première image se voulait être une blague de potache, mais il a été rattrapé par la réalité", détaille Me Liénard.

"Il a posté la deuxième photo pour que ses contacts sachent qu’il s’était passé quelque chose de grave, et qu’ils n’allaient plus avoir de ses nouvelles", justifie-t-il.

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites