Résistance Identitaire Européenne

L'extrême droite censurée par les médias? Ce que prévoit vraiment le cordon sanitaire en Belgique

Ceci est une présentation "douce" de la réalité qui est très dure.

 

J-39 avant les prochaines élections régionales, fédérales et européennes. D'ici le 26 mai, les traditionnels débats et autres interviews en direct vont se multiplier dans les médias d'information. Mais certains partis et personnalités politiques seront absents de ces dispositifs en raison du cordon sanitaire médiatique, effectif en Belgique francophone depuis près de 30 ans. Une pratique souvent assimilée au boycott, à la censure et à une atteinte à la liberté d'expression. À raison? Comment s'applique-t-il concrètement? Pourquoi a-t-il été instauré? Qui est concerné?

 

Le cordon sanitaire, c'est quoi?

 
"Il n'est pas question de ne pas donner la parole aux partis d'extrême droite. Il convient de ne pas les laisser s'exprimer en direct"
Jean Faniel, directeur général du CRISP

Le cordon sanitaire est d'abord politique. Au début des années 90, plusieurs partis flamands prennent l'engagement ferme de ne pas gouverner avec le Vlaams Blok et de ne pas faire passer des propositions de lois ou de décrets qui nécessitent l'appui de ce parti. 

"Il est formalisé en Flandre, puis repris par les familles politiques francophones. Cela va ensuite plus loin au sud du pays où il est décidé d'établir un cordon sanitaire médiatique. L'idée est claire, il ne faut pas donner de liberté aux ennemis de la liberté", commente Jean Faniel, directeur général du CRISP (NDLR: centre de recherche et d'information socio-politique). 

Concrètement, les partis jugés antidémocratiques, xénophobes ou racistes, qui véhiculent un discours de haine ne peuvent jouir d'une libre antenne. "Il n'est pas question de ne pas donner la parole aux partis d'extrême droite. Ce dont il est question, c'est de ne pas les laisser s'exprimer en direct", poursuit le docteur en sciences politiques. 

"Les médias s'attellent à ce que des propos délictueux, racistes ou négationistes ne soient pas tenus sur leur antennes afin de ne pas être associés au délit. L'approche se veut très juridique à l'origine", avance Marc de Haan, président de l'Association pour l'autorégulation de la déontologie journalistique.

 

Par qui? À l'encontre de qui?

 
"Le cordon sanitaire peut être appliqué à une personne précise sans êtré généralisé à l'ensemble du parti dont elle fait partie"
Marc de Haan, président de l'AADJ

Lié à la notion de direct, le cordon sanitaire n'est pas pour autant exclusivement réservés aux médias audiovisuels. Les médias écrits sont également conviés à le respecter. 

"Les médias de presse écrite et de presse électronique peuvent aussi pratiquer le direct. Techniquement, cela s'avère possible avec le net, notamment. On assimile aussi cette réflexion à l'idée d'accorder une tribune ou une carte blanche. Ce type d'article ne s'apparente pas à une interview où l'interlocuteur est cadré par des questions et commentaires.", souligne Marc de Haan.

La recommandation adressée aux médias par le Conseil de déontologie journalistique prévaut exclusivement pour la campagne électorale. "C'est une période particulièrement sensible car tout un chacun s'attend à ce que son message soit relayé. Mais les principes déontologiques s'appliquent en tout temps", expose Muriel Hanot, secrétaire générale du Conseil de déontologie journalistique. 

Au sein de cette recommandation, aucun parti n'est cité nommément. "La position du parti sur le spectre politique n'a aucune importance. Le terme extrême droite n'est par exemple pas mentionné", détaille Muriel Hanot. Mais si après analyse approfondie, il résulte que son programme est antidémocratique, incite à la haine et ne respecte pas les conventions des droits de l'Homme, alors il convient d'appliquer le cordon sanitaire.

"Aux médias de définir la frontière"


"Les conclusions peuvent diverger selon les rédactions. Ce sont  les médias qui doivent définir la frontière", reprend Muriel Hanot. "Il n'existe pas de liste scientifique basée sur des critères très pointus. La liberté éditoriale appartient à chaque rédaction."

"À l'époque où le cordon sanitaire a été créé, les idées extrémistes étaient clairement cantonnées dans des partis spécifiques comme le Vlaams Blok ou le Front National (NDLR: les noms de ces partis ont changé depuis lors). Mais elles ont aujourd'hui percolé à d'autres partis politiques, jugés démocratiques, par l'entremise de certaines personnalités, plus que par les programmes", précise Marc de Haan. "Le cordon sanitaire peut donc s'avérer moins opérant, mais on peut très bien l'appliquer à une personne précise sans le généraliser à l'ensemble de son parti."

 
"Les journalistes ne sont pas de simples porte-micros. Ils ont aussi une liberté de conscience"
Marc de Haan, président de l'AADJ

Une acte de censure?

Souvent associé à tort à un boycott total, le cordon sanitaire s'érige-t-il comme un acte de censure, une entrave à la liberté d'expression? Légitime, la question fait débat depuis près de 30 ans et l'instauration de la pratique. 

"Je conteste le mot censure. Dans cette optique, la liberté d'expression serait entravée par une autorité qui aurait le pouvoir de le faire. Ici, on est dans l'opposition entre deux libertés", estime Marc de Haan. "La liberté d'expression de candidats politiques porteurs d'idées extrémistes qui se voit limitée par la liberté d'expression des journalistes, qui ne sont pas de simple porte-micros. Ils ne sont pas obligés de répercuter les propos de tout le monde. Ils ont aussi une liberté de conscience. Les journalistes peuvent estimer qu'il est insupportable de contribuer à la renommée d'idées racistes." 

"Assimiler le cordon sanitaire à de la censure est une vision complètement dépassée par les faits. Il y aurait censure si un parti d'extrême droite ne pouvait pas s'exprimer du tout. Mais ces partis ont leurs propres journaux, leurs propres pages Facebook, leurs propres sites internet..."

Quel impact?

Le cordon sanitaire explique-t-il à lui seul les scores électoraux relativement  faibles des partis d'extrême droite en Belgique francophone? Jean Faniel nuance. 

"C'est l'un des éléments. Mais il ne faut pas oublier non plus que c'est une famille politique composite qui a toujours éprouvé des difficultés à se fédérer. Même lorsqu'elle était à son apogée au milieu des années 90, il y a toujours eu de fortes tensions en interne. Toutes les initiatives menées de manière récurrente par la société civile, les associations et les syndicats pour éduquer la population et lui faire prendre conscience des dangers que représentent les partis d'extrême droite jouent aussi un rôle important."

 

www.7sur7.be 17/04/19

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites