Résistance Identitaire Européenne


Résistance au communisme en Lituanie. Jonas Kadžionis, la vérité plus importante que la vie

image

 

La Lituanie, comme ses nations sœurs baltes, la Lettonie et l’Estonie, est un beau pays dont l’histoire a été très dure et méconnue au cours du siècle dernier. En mai 1940, en vertu du pacte Ribbentrop-Molotov, les pays baltes ont été occupés par l’Union soviétique et annexés un mois plus tard.

Comme dans le reste des territoires occupés par l’URSS, l’appareil répressif soviétique lance une campagne d’élimination des prétendus « opposants politiques » et des milliers de citoyens baltes sont assassinés et déportés.

C’est ainsi que sont nés les premiers mouvements de partisans pour combattre l’occupation, les « frères de la forêt ». Après l’invasion allemande en juin 1941, beaucoup de ces partisans ont rejoint le nouvel occupant pour combattre les Soviétiques, tandis que d’autres sont restés dans les forêts.

Lire la suite

Imprimer

L'histoire de « Révolte contre le monde moderne », le livre-culte de Julius Evola

ev1

 

Lorsque Révolte contre le monde moderne (Rivolta contro il mondo moderno) a été publiée pour la première fois en Italie en 1934, le livre est passé presque inaperçu. Non pas qu'il n'ait pas trouvé ses lecteurs, car son auteur, le baron Julius Evola (1898-1974), alors âgé de trente-cinq ans, était déjà suffisamment célèbre dans certains cercles (artistiques, hermétiques, philosophiques et politiques), mais il a été écarté par les autorités locales. Six ans plus tôt, en 1928, au moment même du rapprochement de l'État italien avec l'Église catholique, qui aboutira bien vite à la conclusion des accords du Latran, le baron doit faire face à des attaques indiscriminées tant du côté catholique que du côté du régime - fasciste -, après avoir publié un recueil de ses essais sous le titre Imperialismo pagano (Impérialisme païen). Cela n'a cependant fait que contribuer à la notoriété du titre et de l'auteur. Cette fois, donc, les adversaires d'Evola ont décidé de passer son œuvre plutôt sous silence...

Lire la suite

Imprimer

Philippe Baillet : « Avec Sparta nous entendons précisément renouer avec des formes de vraie critique sociale » [Interview]

sparta vol 1  

Nous vous proposons ci-dessous de découvrir la publication Sparta, nouvelle revue de réflexion culturelle, politique, métapolitique et philosophique, qui est parue il y a quelques mois sous la direction de Philippe Baillet (Terre & Peuple avait déjà annoncé la sortie de cet excellante publication) . Pour en parler, Breizh-Info.com a interviewé P. Baillet :

 

Breizh-info.com : Pouvez-vous tout d’abord vous présenter à nos lecteurs ?

Philippe Baillet : Né le 21 janvier 1951, je viens d’avoir 70 ans. Je suis issu d’une famille du Pas-de-Calais, non pas de l’ancien bassin houiller, mais du littoral, de Boulogne-sur-Mer à Berck en passant par Le Touquet. Socialement parlant, je viens d’un milieu de la classe moyenne, mais qui connut un grand déclassement à partir du milieu des années 50. J’insiste sur ce point car il me singularise : tout au long de mon itinéraire politico-culturel — soit depuis 1966, année de mon adhésion, à l’âge de quinze ans seulement, à la section de Saint-Cloud (alors dirigée par un certain Bernard Lugan) de la Restauration Nationale d’inspiration maurrassienne, jusqu’à la fondation toute récente de Sparta —, je n’ai pratiquement côtoyé, au sein de la droite radicale française, que des fils de la moyenne et grande bourgeoisie, chez lesquels j’ai pu constater trop souvent un grand écart entre la nature des idées défendues et la façon de les incarner. C’est aussi à cause de ce déclassement que je dus renoncer à poursuivre des études universitaires, à cause de cela encore, dans une certaine mesure, que je n’ai pu publier mon premier livre proprement dit qu’en 2010, soit un an avant de prendre ma retraite.

Je renvoie les lecteurs à mes fiches Wikipédia et Metapedia. Pour résumer très vite : après des débuts dans les rangs maurrassiens, je suis passé par ce qu’il restait du REL (fondé par Dominique Venner), puis par le groupuscule Pour une Jeune Europe, fondé par Patrick Mahé et Nicolas Tandler après la dissolution du mouvement Occident en octobre 1968. À la fin des années 60 et au début de la décennie suivante, j’eus aussi l’occasion de bien connaître le Suisse romand Gaston-Armand Amaudruz (animateur du Nouvel Ordre Européen), qui me reçut à plusieurs reprises. Ma découverte de l’œuvre d’Evola date de cette période. Cette découverte me conduisit à apprendre l’italien, jusqu’à devenir ensuite traducteur professionnel, travaillant notamment pour deux éditeurs catholiques importants (Le Cerf et Desclée De Brouwer), pour les éditions du Rocher et, ponctuellement, pour Robert Laffont. En 1977, je fus l’un des trois fondateurs de la revue Totalité, d’inspiration évolienne, avant de devenir, au milieu des années 80, secrétaire de rédaction de toutes les publications de la ND, auxquelles je collaborais moi-même. À date plus récente, entre 2010 et aujourd’hui, j’ai publié cinq ouvrages aux éditions Akribeia et plusieurs articles dans les cahiers annuels Tabou.

 

Breizh-info.com : Quelle est la genèse de la revue Sparta ? Quels sont ses objectifs ?

Philippe Baillet : Sparta n’est pas à proprement parler une revue, puisqu’elle n’a pas de périodicité fixe. Elle se présente comme un copieux volume de « mélanges », que nous espérons pouvoir faire paraître une fois par an. Sparta est le fruit d’une longue réflexion personnelle, partagée au fil des ans avec quelques amis et avec mon éditeur, Jean Plantin, sur les échecs répétés, depuis 1945, de la droite radicale française, que ce soit sur le plan politique (exemple le plus retentissant : l’OAS) ou culturel (exemple le plus marquant : le GRECE des quinze premières années et ce qu’il en reste aujourd’hui), et sur les causes profondes de ces échecs.

En 2018, j’ai publié un ouvrage qui est à la fois un pamphlet (par le ton) et un essai (par ses analyses et son appareil de notes abondant). Son titre résume bien les critiques que mes amis et moi adressons à la DR française : De la confrérie des Bons Aryens à la nef des fous. Par « Bons Aryens », je vise bien sûr les bons à rien franco-gaulois et leurs tares apparemment inguérissables : le « réalisme » à courte vue de ceux qui, pourtant cocufiés tous les dix ou vingt ans à ce petit jeu, s’imaginent encore que le commencement du salut viendra de la politique ; la frivolité et la futilité typiquement françaises, héritées des salons de la noblesse décadente d’Ancien Régime et sur lesquelles Abel Bonnard et Céline ont écrit des lignes féroces, mais justes ; le manque de soubassement historique (la France n’a pas connu de vrai mouvement fasciste, mais seulement des intellectuels fascistes, le seul mouvement sérieux dans le paysage ayant été le PPF, d’ascendance communiste comme par hasard) ; l’anti-intellectualisme (le pseudo-fascisme français est avant tout littéraire) et l’indifférence méprisante à la formation doctrinale ; l’esthétisme à corps perdu, stéréotypé et envahissant, façon typiquement bourgeoise de se donner une posture — mais seulement une posture — de révolutionnaire, et qui est une pathologie du « connaître par sensation immédiate », antérieurement à tout discours (c’est le sens même du terme « esthétique »), comme l’idéologie est une projection pathologique et passionnelle de la subjectivité.

Quant à la formule « nef des fous », elle vise un phénomène plus récent et dévastateur, qui n’est pas propre à la DR française, mais qui a trouvé chez une grande partie de celle-ci un terrain fertile pour une progression cancérigène : le complotisme et ce qui l’accompagne souvent, à savoir un antijudaïsme obsessionnel, rabique et, fréquemment, pour ceux qui en sont les fauteurs, « alimentaire ». Propre à satisfaire les petites têtes qui jouent aux matamores du clavier en s’imaginant qu’ils font peur au Système, le complotisme est aussi du pain bénit pour expliquer et justifier les lamentables échecs de toute une mouvance depuis 1945, en faisant ainsi l’économie de toute « autocritique positive ». Il est aussi un attrape-dingues particulièrement pernicieux.

Or, avec Sparta nous entendons précisément renouer avec des formes de vraie critique sociale, au lieu du « on nous cache tout, on nous dit rien » d’aujourd’hui, beaucoup moins drôle que la chanson de Jacques Dutronc qui avait égayé la fin de mon adolescence. Alors que la DR franco-gauloise s’est ruée goulûment sur l’Internet et ses innombrables poubelles psychiques — soit pour y fouiller, soit encore pour les remplir à son tour —, nous entendons développer une critique argumentée de la pénétration invasive du « tout-numérique » dans la vie quotidienne et de ses conséquences sur le plan anthropologique. Cela nous permettra de bien mettre en relief la tare majeure, en plus de celles déjà énumérées, de la DR franco-gauloise : un énorme « déficit d’incarnation » entre les idées supposément défendues et la vie casanière et bourgeoise de tant de soi-disant « antimodernes » qui n’ont pas compris que, fondamentalement, le monde moderne est une gigantesque entreprise d’avilissement de l’humain, autrement dit, en termes nietzschéens, une usine à fabriquer le « Dernier Homme », lequel, en dépit (ou à cause ?) des prothèses technologiques qui l’entourent, relève d’une forme de sous-humanité. À ce sujet, la vertu de probité chère à Nietzsche oblige à reconnaître que l’on observe bien plus de cohérence chez certains libertaires et certains héritiers de l’Internationale situationniste – je pense en particulier au groupe réuni autour des éditions L’Échappée, déjà en pointe il y a quelques années dans la défense de l’objet-livre face à la barbarie internétique. Les vrais « réactionnaires », au meilleur sens du terme, ne sont en effet pas toujours là où l’on s’attend à les trouver…

Toujours avec la même volonté d’explorer des pistes nouvelles, Sparta — publication ouvertement racialiste, identitaire et païenne — entend revisiter le patrimoine doctrinal en lien avec ces trois adjectifs : donc, avant tout, mais non exclusivement, le patrimoine national-socialiste. Nous avons commencé à le faire et le ferons sans aucune concession au folklore, à la complaisance, aux stéréotypes, mais avec la rigueur et la compétence qui n’auraient jamais dû faire défaut. Des auteurs comme Mabire et Venner, par exemple, qui ont beaucoup écrit sur l’histoire du national-socialisme, se sont surtout penchés sur son volet militaire, guerrier et politique, mais, en définitive, très peu sur ce prolifique laboratoire d’idées que fut le mouvement völkisch, avant 1933 et de 1933 à 1945, sans doute parce que l’un et l’autre ne lisaient pas assez bien l’allemand.

Ce sont ces lacunes que nous voulons pallier, à travers des études sur des historiens de l’art représentatifs de l’esthétique nordique, sur des théoriciens comme Baeumler, Rosenberg ou le grand penseur païen Ludwig Klages, sur le mouvement de la Foi allemande (qui entendait fédérer tous les groupes religieux non chrétiens favorables au régime national-socialiste), sur l’ordre SS et l’Ahnenerbe, etc. Quant au fascisme italien, nous ferons connaître une institution tardive du régime mussolinien, l’École de Mystique fasciste, fondée à Milan en 1940 et qui était censée jouer le rôle d’une espèce d’Ordre au sein du parti unique. Enfin, dans un registre plus classique, mais essentiel, nous poursuivrons l’étude des valeurs de l’« indo-européanité », grâce avant tout à la collaboration de Jean Haudry, qui, avec la disponibilité généreuse d’un esprit totalement libre, a d’emblée accepté d’intégrer notre comité de rédaction et de nous donner un premier article.

En résumé, nous nous proposons donc, d’abord, de remplir une fonction d’approfondissement doctrinal. Seul l’avenir dira s’il est possible d’aller plus loin que ce travail de nature théorique pour déboucher sur la constitution d’un réseau informel d’amis de Sparta et sur la formation d’une véritable sodalité nourrie par les contenus les plus élevés de l’héritage ancestral des peuples indo-européens.

 

Breizh-info.com : À l’heure de l’effondrement de la lecture, n’est-il pas un peu « fou » de publier une revue intellectuelle, du type de Nouvelle École, qui sera forcément une revue « de niche » encore plus petite du fait de cet effondrement ? Comment, selon vous, redonner le goût de la lecture et de la culture, notamment à la jeunesse ?

Philippe Baillet : Nous faisons le pari de l’existence d’un public exigeant, lassé des bateleurs du complotisme qui commencent à se dégonfler comme des baudruches, d’un public qui attend aussi, de la part de ceux capables d’un certain niveau de réflexion, autre chose que de l’eau tiède. Nous défendons des idées très dures par rapport aux idéologies dominantes, mais sous une forme de type universitaire, plus difficile à attaquer par le Système, avec des références précises et vérifiées, une écriture élégante et des traductions fiables. Quelques centaines de lecteurs fidèles, heureux de pouvoir lire une publication dont ils seront fiers, suffiraient à faire vivre Sparta. Nous avons bon espoir de les trouver. N’ayant pas réponse à tout, je suis incapable de répondre à votre seconde question. Parce que je ne suis pas matérialiste, je crois à la réalité des affinités électives plutôt qu’aux démarches volontaristes : Sparta arrivera entre les mains de ceux, mêmes jeunes, à qui elle était destinée avant même de voir le jour.

 

Breizh-info.com : Pouvez-vous nous présenter le contenu du premier numéro pour donner envie à nos lecteurs ? Il est beaucoup question d’Allemagne et d’Italie dans le contenu…

Philippe Baillet : Le grand détour par l’Allemagne est logique puisque cette livraison contient une étude sur Nietzsche, l’origine des valeurs et le fait que les idées ne sont jamais des données immédiates de la conscience, mais des produits dont il faut mettre au jour l’origine et qui reflètent toujours des conditions d’existence proprement vitales. Je fais ressortir l’intérêt de cette grille interprétative de toutes les religions, croyances et idéologies, avant de traiter des thèmes comme le rapport entre art, vie et vérité, ou encore la « grande raison » du corps chez Nietzsche. Dans une partie finale consacrée à l’antijudaïsme culturel de Nietzsche, j’évoque en passant le cas du grand indo-européaniste et celtisant Julius Pokorny, éditeur avant et après la guerre de la Zeitschrift für celtische Philologie. D’origine partiellement juive, il avait prêté serment à Hitler en 1934 et défendu des idées völkisch. Par l’intermédiaire de Friedrich Hielscher — tout à la fois ami d’Ernst Jünger, figure du courant national-révolutionnaire et de la « résistance intérieure », et néo-païen — sa revue était lue, à l’époque de Stur, par des esprits aussi radicaux qu’Olier Mordrel et Célestin Lainé.

Quand on sait cela, on commence à comprendre toute l’importance du sens des nuances : c’est aussi l’une des raisons d’être de Sparta.

J’ai également rédigé pour cette première livraison une très longue étude sur « le mythologue du romantisme », à savoir le Suisse Johann J. Bachofen (1815-1887), qui croisa Nietzsche à l’université de Bâle. Encore trop peu connu en France, Bachofen bénéficia pourtant d’une « réception » considérable : il est établi qu’il fut lu par des esprits aussi différents que Friedrich Engels, Walter Benjamin, Thomas Mann, Robert Musil, Hermann Hesse, Baeumler, Rosenberg et Klages, sans oublier le grand helléniste Walter F. Otto et, bien sûr, Julius Evola. Notre dossier sur Bachofen comprend d’ailleurs des textes d’Evola sur l’auteur suisse. L’Italie est encore à l’honneur avec plusieurs textes d’un sociologue de l’art italien consacrés à l’histoire de la subversion organisée des arts visuels en Occident par des « avant-gardes » nihilistes. Cette première livraison contient également un article de J. Haudry sur la notion grecque d’aidôs, terme souvent rendu par « retenue, pudeur », mais qui connote aussi le sens de « respect, révérence » envers sa propre conscience et ceux à qui l’on est uni par des devoirs réciproques ; un témoignage de Pierre Krebs sur le mouvement national-révolutionnaire allemand Der Dritte Weg, dont les méthodes ne sont pas sans rappeler celles du mouvement romain Casa Pound ; un article inédit d’Evola sur la véritable signification de l’« antimilitarisme » des nations victorieuses à l’issue de la Seconde Guerre mondiale ; et un index pour se repérer dans toute cette matière.

 

Breizh-info.com : Travaillez-vous déjà à un deuxième volume ? Quels retours avez-vous du premier ?

Philippe Baillet : La deuxième livraison est déjà en chantier, afin qu’elle puisse paraître en novembre prochain. Les thèmes philosophiques, religieux et liés au domaine indo-européen prédominent dans le premier numéro. Le deuxième numéro contiendra, lui, plus d’articles « métapolitiques ».

Nous devrions pouvoir présenter un comité de rédaction élargi, avec des collaborateurs étrangers. La naissance de Sparta a été relayée et favorablement accueillie sur le blog de Robert Steuckers, sur les sites de Terre & Peuple et de Synthèse nationale, sur la page Païens et Fiers de Jean-Jacques Vinamont, et même sur la page Facebook de quelqu’un qui ne nous aime pas, Christian Bouchet, mais qui a affirmé que Sparta, en tant que revue païenne, est très supérieure à la défunte revue Antaios du Belge Christopher Gérard. Quant aux commandes, elles arrivent en nombre tout à fait satisfaisant. Nous sommes donc raisonnablement optimistes sur l’avenir de Sparta.

Propos recueillis par YV

Sparta — volume I — 262 pages, 26 €  (à commander ici)

Sources : Breizh-info.com, 2021.

Imprimer

in Tiberim defluxit Orontes

 

AVT Juvenal 9786

Juvénal fait de l’Oronte un symbole de l'Orient dans une de ses Satires, qui dénonce les dérives du syncrétisme romain : in Tiberim defluxit Orontes, « L'Oronte s'est déversé dans le Tibre » (III, 62).

« Je ne puis, Romains, supporter une Rome grecque ! Et encore s'il n'y avait que les Grecs ! Depuis longtemps déjà le fleuve syrien de l'Oronte a déversé dans le Tibre la langue et les mœurs de son pays. » C'est ainsi qu'au début du IIe siècle ap. J.-C, le poète satirique Juvénal rend les Grecs et les Orientaux responsables de la décadence de son pays.

Imprimer

L’Empire romain n’était pas un État multiracial

 

She wolf

 

La dernière pensée à la mode chez les bien-pensants est de prétendre que la cohabitation entre les races se passait bien dans l’Empire romain alors que cet État possédait une minorité noire presque aussi importante que la nôtre.

Ce dernier point est une contre-vérité flagrante bien qu’Uderzo ait représenté les esclaves numides par des noirs dans Le domaine des dieux et ajouté un pirate noir à l’équipage de pirates. (Je m’étonne que le dessinateur n’ait pas été traité de raciste vu que le flibustier de couleur s’exprime dans un langage sans « r »). Aucun peuple de l’immense Empire romain n’était noir ! Les Numides (ancêtres des Berbères) étaient blancs (désolé Uderzo !).

Le Sahara dressait une muraille difficilement franchissable entre l’Afrique romaine (blanche) et son homologue noire. L’Égypte, conquise après Actium en 31 avant J.-C., était la seule province à avoir une frontière commune avec un royaume noir, celui de Koush (nord du Soudan actuel), État brillant, héritier et continuateur de la grande civilisation égyptienne. Les candaces (reines) de Koush traitaient d’égale à égal avec les empereurs romains et le commerce était florissant le long du Nil. Des commerçants noirs de Koush fréquentaient les terres impériales, quelques-uns ont dû s’y installer, mais étaient trop peu nombreux pour qu’on puisse parler de civilisation multiraciale. L’étude génétique comparative des momies de l’époque ptolémaïque (-323 avant J.-C. / 31 avant J.C.) et de celle des Égyptiens actuels montre que les habitants du delta du Nil de l’Antiquité avaient un génome principalement blanc contrairement à ceux du XXIe siècle qui, pour beaucoup, sont issus d’unions mixtes entre Blancs et Nubiens. Les activistes noirs ont pris l’habitude de prétendre que les Égyptiens de l’Antiquité étaient noirs et qu’ils auraient été supplantés par les Arabes blancs après la conquête musulmane de 640, pourtant c’est une contre-vérité totale. Nous venons de voir un argument imparable appuyé par une étude scientifique. En outre, les Coptes, qui descendent directement des Égyptiens du temps des Pyramides et qui n’ont eu aucun d’apport de sang arabe, sont blancs.

Néanmoins, au cours de la longue Histoire de l’Égypte ancienne (plus de 3 500 années), un souverain de Koush a conquis le delta du Nil et a été le premier d’une dynastie de pharaons noirs qui s’est maintenue de -744 à -656, mais cette occupation, comme nous l’avons vu, n’a pas modifié la composition ethnique du delta du Nil.

Notons également l’existence du royaume d’Aksoum, un des quatre empires mondiaux aux côtés de Rome, des Sassanides et de la Chine, État brillant qui est à l’origine de l’Éthiopie. Idéalement placé pour le commerce avec l’Inde et la Chine, Aksoum était prospère et ses marchands fréquentaient les ports de l’Égypte et du Levant, mais encore une fois, les ressortissants de ce royaume n’étaient pas assez nombreux pour qu’on puisse qualifier l’Empire romain de multiracial.

Si le besoin d’esclaves avait été criant à Rome, peut-être aurait-on, comme l’ont fait les États maghrébins après l’an mil, cherché les esclaves en Afrique noire avant de les ramener par caravanes en Afrique du Nord, mais les innombrables guerres fournissaient suffisamment de captifs pour que ce type de commerce transsaharien n’ait aucun intérêt.

Une minorité commence à compter à partir de 1 %. Auguste régnait sur un État comptant moins de 0,1 % de sujets de couleur. Rien n’est plus absurde que l’argument que j’ai lu sous la plume de bien-pensants : « Rome ne connaissait pas de problème racial, puisque les écrivains et les auteurs de l’époque n’en parlent pas ». Évidemment, puisque tout le monde ou presque était blanc !

En revanche, l’Empire était un État multicommunautaire qui a réussi à perdurer pendant près de 500 ans. Cet exploit s’explique par l’existence et l’acceptation par tous de deux cultures dominantes (latine à l’Ouest, grecque à l’Est) et par l’ancrage de chaque habitant dans sa ville (son terroir). Il faut concevoir Rome comme une immense confédération de cités. Celles-ci gardaient une totale autonomie municipale et culturelle ainsi que le droit d’honorer ses dieux, mais déléguaient les Affaires étrangères, la sécurité et la justice à Rome.

Leurs seules obligations était le paiement d’impôts confédéraux (qui sont devenus trop lourds à partir de 250 après J.-C.) et la célébration de la suprématie de Rome, à travers des autels sur lesquels les habitants de l’Empire, en sacrifiant des animaux, prouvaient leur loyauté. Le refus de se conformer à ce rite a provoqué les multiples révoltes juives (66-73, 115-117, 132-133…) et plus tard a entraîné la sécession des chrétiens, ce qui a fissuré l’unité de l’Empire et peut-être entraîné sa chute.

Christian de Moliner

Sources : Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – 17/10/2020

aigle

Imprimer

CHARLES V DE LORRAINE, LES HABSBOURG ET LA GUERRE CONTRE LES TURCS DE 1683 A 1687 par le Colonel Jean NOUZILLE (c.r.) Université de Strasbourg II

Charles 05 Lorraine 1643 1690 young

La victoire remportée, le 12 septembre 1683, sur les pentes du Kahlenberg par les troupes impériales et polonaises marque un tournant décisif de l'histoire de l'Europe. Consacrant la supériorité de l'armée des Habsbourg et des contingents alliés sur les forces ottomanes, elle favorise la définition et la réalisation d'une nouvelle politique de la maison d'Autriche en direction du Sud-Est européen. Grâce aux succès obtenus, cette « Südostpolitik » permet de déplacer le centre de gravité des possessions des Habsbourg en Europe centrale et de sceller leur destin.

L'instrument essentiel de la politique danubienne de la maison d'Autriche est l'armée des pays héréditaires et ses effectifs varient peu de 1683 à 1688. Charles de Lorraine est nommé commandant en chef de l'armée impériale le 21 avril 1683. Bon disciple de Montecuccoli, il doit, au cours d'une première phase, replier ses troupes dans la région de Vienne en attendant la concentration des troupes alliées. Puis il décide, en accord avec le roi de Pologne, Jean III Sobieski, de tenter sous les murs de Vienne une bataille décisive, destinée à contraindre les Turcs à lever le siège de la capitale autrichienne.

Profitant de la victoire, le duc de Lorraine engage une contre-offensive et utilise l'axe de pénétration que constitue le cours du Danube pour s'emparer progressivement des forteresses turques, qui barrent la vallée du fleuve. Après une tentative infructueuse, Charles V parvient à occuper la citadelle de Buda en septembre 1686. Poursuivant ses opérations en direction du sud, il inflige à l'armée ottomane une sévère défaite à Nagyharsàny, le 12 août 1687.

Désormais la plus grande partie du royaume de Hongrie est libérée et la principauté de Transylvanie peut être occupée sans aucune difficulté par les troupes impériales.

Au cours des quatre années de son commandement en Europe centrale, le duc de Lorraine favorise, par ses victoires, un agrandissement considérable des possessions des Habsbourg et joue un rôle décisif dans l'accession de l'Autriche au rang de grande puissance européenne. En outre, la situation créée en Europe centrale par les succès impériaux permet à Léopold 1er de faire reconnaître par la Diète hongroise de Presbourg son fils, l'archiduc Joseph, comme roi héréditaire de Hongrie en décembre 1687.

 

La situation en Europe centrale en 1683

Moins de vingt ans après la dernière guerre austro-turque, les possessions des Habsbourg sont de nouveau menacées par l'Empire ottoman.

 

La poursuite de l'expansion turque.

Au cours de la seconde moitié du XVIIe siècle, la Turquie cherche à reprendre son expansion en Europe dans trois directions. En Europe centrale, elle est bloquée par les victoires impériales de Léva-Szent-Benedek et de Saint-Gotthard en 1664. En Méditerranée, la conquête de la Crète est achevée par la prise de Candie en 1669. En Europe orientale, la progression turque est arrêtée par l'armée polonaise de Jean Sobieski à Khotin en 1673.

Mais les Ottomans ne tardent pas à reprendre leurs tentatives avec l'arrivée au pouvoir à Constantinople d'une forte personnalité. Kara Mustafa Pacha, gendre du sultan Mehmet IV, est nommé grand vizir en 1676. Autoritaire, énergique et intransigeant (1), encouragé par le chef des rebelles hongrois Imre Thököly, décidé à entreprendre une guerre de conquête (2), Kara Mustafa Pacha provoque un nouveau conflit austro-turc. Dès le mois de juin 1681, il fait entreprendre des travaux de fortifications face à la forteresse impériale de Leopoldstadt, en Slovaquie (3). Puis il précipite les événements en imposant à l'empereur des conditions inacceptables au renouvellement de la paix de Vasvàr (4). Enfin, le 6 août 1682, le gouvernement turc décide de déclarer la guerre à l'empereur Léopold 1er (5) et de s'emparer en 1683 des forteresses de Györ et de Komárom situées sur le Danube à une centaine de kilomètres à l'est de Vienne. A cet effet, il est prévu de concentrer l'armée ottomane à Belgrade le 6 mai 1683.

 

Le théâtre d'opérations.

La zone géographique dans laquelle vont s'affronter les Impériaux et les Ottomans correspond au bassin du Danube moyen, limité au nord et à l'est par la chaîne des Carpates et les Alpes de Transylvanie, à l'ouest par les Alpes et au sud par les Alpes dinariques et les collines de Bosnie. Cet immense champ clos est compartimenté à la fois par des cours d'eau lents et tortueux, qui ont créé des bras morts et des marécages propices à la malaria, et par des massifs boisés de faible altitude comme le Bakony, le Vértes et le Mecsek.

Les itinéraires terrestres, peu nombreux, sont des chemins de terre mal entretenus, utilisables pendant la saison sèche. Les cours d'eau facilitent les déplacements et les transports. Les principaux axes fluviaux sont ceux du Danube et de la Drave, qui ont été empruntés comme axes d'effort par l'armée turque lors de ses campagnes en Hongrie de 1526 à 1664.

La densité de la population de l'espace panonnien est faible et l'habitat est dispersé, ce qui ne facilite pas le ravitaillement des troupes. De plus, le commandement impérial éprouve une certaine méfiance à l'égard des Hongrois dont il redoute la haine à la suite des exactions commises par les Impériaux (6).

La principale forteresse turque de Hongrie est Buda. Elle est précédée, en amont sur le Danube, par les petites places de Pàrkàny, Esztergom, Visegràd et Vàc et, sur la Nyitra, par celle de Neuhaeusel (Nové Zàmky). Au nord, Nógrád, et Eger font face aux troupes impériales de Haute-Hongrie et Szolnok barre la vallée de la Tisza. De part et d'autre du lac Balaton, Székesfehérvár et Kanizsa font face à l'ouest. Plus au sud, la place forte d'Osijek assure la sécurité de l'important pont qui permet aux Turcs de franchir la Drave pour pénétrer en Transdanubie.

 

Les forces en présence.

L'empereur Léopold 1er peut disposer de l'armée des pays héréditaires des Habsbourg, de celle de l'Empire, de l'armée royale hongroise ainsi que des contingents alliés.

L'armée des pays héréditaires est estimée à 60 000 hommes, mais les effectifs opérationnels s'élèvent à 37 500 lors de la revue effectuée à Kittsee le 6 mai 1683 (7). A partir de 1683, la flottille autrichienne du Danube devient un élément important de l'armée impériale dont elle favorise la progression dans le Sud-Est européen (8).

L'armée de l'Empire est constituée et entretenue par la Diète d'Empire qui a fixé, le 30 août 1681, ses effectifs à 40 000 hommes, 28 000 fantassins et 14 000 cavaliers. Mais ces troupes, fournies par les Cercles de l'Empire, arrivent la plupart du temps incomplètes et en retard sur le théâtre d'opérations qui leur est assigné.

En tant que roi de Hongrie, l'empereur dispose de la milice des confins et de l'Insurrection. La première, comptant environ 14 000 hommes, fournit des détachements, qui sont intégrés à l'armée impériale à partir de 1684 (9). Les troupes de l'Insurrection, placées sous le commandement du palatin Pal Esterházy, sont fortes de 6 000 cavaliers lors de la revue de Kittsee. Leurs effectifs pourraient atteindre 11 000 hommes (l()).

L'empereur Léopold 1er a su se ménager des alliés. Un accord est conclu le 31 mars 1683 avec le roi de Pologne, qui s'engage à fournir 40 000 hommes devant rester sous son commandement. L'électeur de Bavière doit conduire 8 000 hommes et celui de Saxe 10 000. Quelques volontaires étrangers participeront à la guerre contre les Turcs. Parmi eux, le prince Eugène de Savoie se présente au duc de Lorraine en août 1683 (11).

Les conditions d'emploi de l'armée impériale sont définies par l'empereur en fonction des propositions élaborées par le Conseil de guerre de Vienne avant le début de chaque campagne. Mais le recrutement, l'armement, l'équipement et l'organisation du soutien logistique dépendent des crédits mis à la disposition du Conseil de guerre par la Chambre des comptes, dont Montecuccoli critiquait la mauvaise gestion (12). La Chambre des comptes doit négocier avec les Chambres des pays héréditaires les sommes nécessaires au budget de la guerre. Toutes ces négociations sont un frein à la mise en œuvre de l'armée, le Conseil de guerre devant attendre que les crédits lui soient attribués avant de commencer le recrutement des soldats et l'achat des armes et des matériels. Elles retardent parfois la date d'entrée en campagne ou la réalisation de travaux de fortifications nécessaires. Ainsi, dès 1681, le nouveau président du Conseil de guerre, le margrave Hermann de Bade, fait appel à l'ingénieur militaire saxon Georg Rimpler pour remettre en état les forteresses de Hongrie et moderniser les fortifications de Vienne. Ces dernières ne peuvent être améliorées qu'au début de 1683 par manque de crédits. D'autre part, les possibilités logistiques conditionnent le rythme des opérations, la vitesse d'évolution des troupes et leur rayon d'action. Pour déplacer l'armée de 37 500 hommes rassemblée à Kittsee en mai 1683 avec ses vivres et ses munitions, il faut 1 000 chariots. Par mesure d'économie, les campagnes ne commencent qu'en mai, lorsque l'herbe pousse, les chevaux étant ainsi nourris sur place. Au cours de la reconquête de la Hongrie, l'armée impériale doit établir, au fur et à mesure de son avance, une chaîne de magasins et des hôpitaux de campagne sont installés aux bords du Danube (13).

L'armée turque est estimée en 1683 à 110 000 hommes dont 40 000 réguliers et 70 000 soldats des troupes provinciales (14). Selon l'état de l'armée ottomane à la date du 7 septembre 1683, trouvé dans les archives du grand vizir sur le champ de bataille de Vienne, elle comptait ce jour-là 106 900 hommes, 138 000 avec ses alliés (15). L'armée turque est renforcée par les « Mécontents » hongrois du comte Imre Thököly. Leur nombre ne peut être fixé avec précision (16). Ils sont estimés à 25 000 (17). Les contingents chrétiens sont un point faible de l'armée ottomane. En effet, « les Moldaves, les Valaques et les Transilvains, qui avaient traité en argent pour s'exempter de venir à la guerre, ont été contraints d'y marcher » (18). Placés sous le commandement du prince Serban Cantacuzène, les Moldaves et les Valaques forment un corps auxiliaire de 12 000 hommes.

Du côté ottoman, les problèmes logistiques sont beaucoup moins considérables que pour les Impériaux. D'une part, le soldat turc est très sobre et plus résistant à la fatigue et à la maladie que le soldat impérial. D'autre part, les Turcs disposent en Hongrie de bases avancées.

 

Le commandant en chef.

Au début de 1683, le margrave Hermann de Bade décide de répartir les forces impériales en trois corps d'armée. Le premier, fort de 18 000 hommes, s'installe au nord du Danube pour couvrir la Moravie. Le second, de 16 000 hommes, prend position sur la Drave et la Mur pour interdire aux Turcs toute incursion en Croatie et en Styrie. Le troisième, ou armée principale, doit agir sur le Danube. Aucun plan de campagne n'a encore été élaboré au moment où, le 21 avril 1683, Léopold 1er désigne son beau-frère Charles V de Lorraine comme commandant en chef malgré l'opposition du margrave de Bade (19).

Le père du nouveau commandant en chef, le duc Nicolas-François de Lorraine, évêque de Toul et cardinal, a renoncé à ses titres ecclésiastiques en 1634 pour épouser sa cousine germaine Claude de Lorraine, fille du duc Henri II. Né en exil à Vienne en 1643, Charles de Lorraine suit ensuite son père, qui entre au service de Louis XIV en 1656. Il est d'abord destiné à l'état ecclésiastique mais, à la mort de son frère aîné Ferdinand, il devient en 1658 héritier de son oncle Charles IV, duc de Lorraine et de Bar. Après la signature du traité de Montmartre par lequel Charles IV cède ses duchés à la France, le 6 février 1662, Charles V s'enfuit à Rome, puis à Vienne où il entre au service de l'empereur. Nommé, le 24 avril 1664, colonel propriétaire d'un régiment de cavalerie, il se distingue à la bataille de Saint-Gotthard, le 1er août 1664. Ses qualités militaires, la protection dont l'honore sa tante l'impératrice douairière Eléonore, ses talents de société favorisent son ascension rapide. Au point de vue militaire et politique, il subit l'influence du maréchal Montecuccoli. Après sa candidature malheureuse au trône de Pologne en 1668-69, il se distingue dans les combats contre les « Mécontents » hongrois d'Imre Thököly, puis, sous les ordres de Montecuccoli, au cours de la guerre de Hollande à partir de 1672. Il est grièvement blessé à la bataille de Seneffe en 1674. Il est de nouveau candidat au trône de Pologne en 1674, mais son rival Jean Sobieski est élu roi. En 1675, Charles de Lorraine remplace Montecuccoli à la tête de l'armée impériale et il est créé maréchal. La même année, à la mort de Charles IV, il devient le 28e duc de Lorraine. Au cours de la campagne de 1676, il s'empare de Philippsbourg. Par contre, en 1677, il ne peut empêcher les Français de prendre Fribourg-en-Brisgau. En 1678, il épouse Eléonore de Habsbourg, demi-sœur de l'empereur et veuve du roi de Pologne Michel Korybut Wisnowiecki. Malgré ses espoirs, les traités de Nimègue ne rendent pas la Lorraine à son duc. Le 16 juin 1679, Charles de Lorraine est nommé gouverneur du Tyrol, de la Haute-Autriche et de l'Autriche antérieure (Vorderoesterreich) (20). C'est à Innsbruck qu'il fait la connaissance, au printemps de 1680, du Père capucin Marco d'Aviano dont il va subir l'influence. C'est par l'intermédiaire de Charles de Lorraine que le Père Marco d'Aviano entre en contact avec Léopold 1er. Le 19 octobre 1680, après la mort de Montecuccoli, Léopold 1er décide de répartir les charges du maréchal. Le margrave de Bade préside le Conseil de guerre tandis que le duc de Lorraine devient lieutenant-général de l'Empire. Cette décision est à l'origine de l'animosité entre les deux généraux. « Le prince Hermann de Bade doit être dans peu déclaré maréchal président du Conseil de guerre et gouverneur de Raab (Györ) que M. de Lorraine avait espéré d'être »(21).

D'un naturel réservé, d'un tempérament maladif, Charles V est un homme cultivé qui parle parfaitement le français, l'allemand et l'italien et qui s'intéresse à l'art et à la culture baroques. Sa grande piété et sa médiocre santé le rendent sensible à l'influence du clergé, particulièrement à celle de Marco d'Aviano. S'il est l'un des meilleurs disciples de Montecuccoli et l'un des meilleurs généraux impériaux de son temps, il est moins bon stratège que tacticien et, comme Montecuccoli, se montre souvent trop prudent, ne voulant risquer la bataille qu'à coup sûr. Il néglige les détails et accorde peu d'importance aux déplacements en bon ordre des troupes, à leur approvisionnement et à leur sécurité. Face à une situation nouvelle, sa réaction est parfois lente (22). Ses rapports avec les autres généraux sont parfois conflictuels et sa rivalité avec le margrave Hermann de Bade, puis avec Max-Emmanuel de Bavière, est nuisible au déroulement des opérations militaires en Hongrie.

EEPTlx6XYAAPnWz

Les combats défensifs de 1683

Le nom de Charles V de Lorraine est associé au deuxième siège de Vienne et à la victoire du Kahlenberg. Mais le duc de Lorraine est désigné trop tard comme commandant en chef pour pouvoir remédier efficacement à l'état d'impréparation de l'armée impériale. En effet, le 20 avril 1683, le Conseil de guerre décide que le rassemblement des troupes impériales s'effectuera le 6 mai à Kittsee, au sud de Presbourg. Le lendemain, Léopold 1er nomme Charles V commandant en chef de Hongrie malgré l'opposition du margrave de Bade, qui souhaitait que ce commandement soit attribué à son neveu Louis-Guillaume de Bade (23).

 

Les plans de défense.

Le duc de Lorraine doit élaborer un plan de campagne. Mais sa conception de la stratégie à appliquer face aux Turcs l'oppose au margrave de Bade. Ce dernier estime que les opérations doivent être conduites en s'appuyant sur le réseau de forteresses qui doit ralentir l'avance turque, l'armée impériale devant opérer une guerre de mouvement à l'intérieur de ce réseau. Il recommande une défensive opiniâtre sur une ligne fortifiée. Au contraire, Charles de Lorraine propose de conserver l'armée impériale groupée et d'engager des opérations offensives ou défensives suivant les circonstances.

Le 9 mai, un conseil de guerre envisage de freiner l'avance turque en Hongrie en attendant l'arrivée des renforts de l'Empire. Une première phase, offensive, vise à s'emparer des forteresses turques de Neuhaeusel et d'Esztergom avant l'arrivée de l'armée turque afin de ralentir sa progression le long du Danube. La seconde, défensive, consiste à interdire à l'ennemi le franchissement de la Váh, au nord du Danube, et de la Ràba, au sud (24).

 

La retraite.

Partant le 11 mai de Kittsee, le duc de Lorraine progresse prudemment et lentement en direction de Komárom où il arrive le 26 mai, ayant parcouru 130 km en 16 jours. Il effectue une reconnaissance de la place forte d'Esztergom, mais, apprenant le 30 mai les intentions du commandement ottoman, il décide d'aller assiéger Neuhaeusel. Sa mésentente avec le margrave de Bade fait échouer le siège de Neuhaeusel, qui ne dure que du 3 au 8 juin (25). Après avoir renforcé les garnisons de Györ et de Komárom, il se replie en direction de l'ouest. Sa tactique permet à l'armée ottomane de progresser rapidement et de s'emparer des petites places de Tata, Veszprém et Papa. L'armée turque opère de part et d'autre du Danube, qui est son axe logistique. Au nord, un corps de 30 000 hommes, Turcs et Mécontents, avance à hauteur du gros de l'armée. Au sud, le corps principal progresse en trois colonnes en direction de Vienne. Plus au sud, 20 000 Tatares de Crimée assurent la flanc-garde. Dès le 14 juillet, les Turcs encerclent Vienne, défendue par le général Rüdiger de Starhemberg tandis que l'armée impériale se replie toujours sur la rive nord du Danube et que la cour se réfugie à Linz, puis à Passau. Sur les arrières des Turcs, les forteresses impériales de Komárom, Györ, Presbourg et Wiener Neustadt fixent des unités turques. Après avoir regroupé ses forces le 23 juillet, le duc de Lorraine se rapproche de Presbourg. Le 29 juillet, il surprend les « Mécontents » près de Presbourg et les met en fuite, récupérant un important convoi de ravitaillement (26). Le 6 août, il installe son camp à une trentaine de km de Presbourg et envoie un plan d'opérations à l'empereur. Se maintenant au nord du Danube pour assurer la sécurité de ses communications en direction de la Pologne, il compte franchir le Danube à la fin du mois d'août et organiser une position défensive dans le Wienerwald. Le 24 août, Charles de Lorraine attaque un corps turc au nord du Danube et le bat à Langenzersdorf, le contraignant à se replier vers l'est (27). La concentration des troupes alliées va permettre d'envisager la bataille qui doit rompre l'encerclement de Vienne.

 

La levée du siège de Vienne.

A la fin du mois d'août, la plupart des contingents alliés rejoignent la région de Tulln. Le 31 août, le gros de l'armée polonaise effectue sa jonction avec l'armée impériale, suivi le 1er septembre par les troupes saxonnes. Le Père Marco d'Aviano parvient à convaincre Léopold 1er de confier le commandement des troupes alliées à Jean III Sobieski, homme de guerre expérimenté. Le 3 septembre, un conseil de guerre réuni à Stetteldorf décide de débloquer Vienne par l'ouest en partant du Wienerwald réputé infranchissable par des troupes, contrairement à l'avis du margrave de Bade qui proposait une manœuvre en vue d'une attaque au sud-est de Vienne. Les troupes alliées franchissent le Danube entre le 6 et le 8 septembre. Le 11 septembre, Jean III Sobieski réunit les commandants des grandes unités alliées sur le Kahlenberg pour leur indiquer son idée de manœuvre et fixer les objectifs à atteindre. Le dimanche 12 septembre, les Alliés attaquent l'armée turque installée à l'ouest de Vienne. Vers 16 heures, le duc de Lorraine lance une attaque, qui brise la résistance ottomane et permet à ses troupes de s'infiltrer sur les arrières turcs. Vers 17 heures, la charge des cavaleries polonaise et impériale contraint les Turcs à se replier en laissant 5 000 hommes sur le terrain (28). Le roi de Pologne et le duc de Lorraine n'engagent pas immédiatement la poursuite, qui aurait provoqué un désastre pour les Turcs (29). C'est seulement le 18 septembre que les troupes alliées reprennent leur progression en direction de l'est. Le 9 octobre, après un premier échec, Pàrkàny (Sturovo) est prise d'assaut, le 25, Esztergom capitule. Le 10 décembre, Leutschau (Levoca), chef-lieu de la région de Zips en Slovaquie, est libérée (30). Les troupes alliées gagnent leurs quartiers d'hiver.

 

La contre-offensive alliée en Hongrie

Léopold 1er décide d'entreprendre la reconquête de la Hongrie et de rejeter les Ottomans en direction du Sud-Est européen.

 

La campagne de 1684.

Le 26 février 1684, le duc de Lorraine décide que l'objectif de la prochaine campagne sera Buda, malgré les conseils de prudence qui lui sont donnés. L'ambassadeur de France à Vienne écrit : « L'entreprise du siège de Buda est grande et hardie, bien des gens ne croient pas que M. le Prince de Lorraine doive l'entreprendre » (31). Après avoir concentré son armée à Esztergom le 20 mai 1684, le duc de Lorraine s'empare de Višegrad puis, le 20 juin, bouscule un corps de 20 000 Turcs près de Vác. Le 8 juillet, les Impériaux occupent Pest et entreprennent le siège de Buda le 14 juillet (32). Mais il doit être levé à la fin du mois d'octobre car l'armée impériale est décimée par les maladies. En quelques semaines 20 000 hommes et 30 000 chevaux meurent devant Buda (33). L'échec du siège de Buda est imputé au duc de Lorraine, mais l'empereur lui garde sa confiance (34).

 

La campagne de 1685.

Grâce à la trêve conclue à Ratisbonne avec la France, l'empereur peut repousser les offres de paix faites par les Turcs. Le Conseil de guerre envisage d'abord de prendre Buda, mais le duc de Lorraine doit se contenter d'un objectif plus limité (35) car la concentration des troupes alliées ne peut s'effectuer que le 15 juin. Les Turcs viennent assiéger Višegrad et Esztergom. Les Impériaux assiègent Neuhaeusel à partir du 11 juillet. Le 16 août, le duc de Lorraine bat un corps turc à Tôt Megyer (Trvodosovce) et le 19 août Neuhaeusel est emportée d'assaut ; « La garnison a esté passé au fil de l'épée » (36). Au cours de l'automne, les Impériaux s'emparent d'Eperjes (Presov) et d'Ungvàr (Uzgorod) et 17 000 Mécontents font leur soumission à l'empereur. Seule la forteresse de Munkàcs (Mukacevo) résiste encore aux Impériaux en Slovaquie. Léopold 1er propose au prince de Transylvanie, Michel Apafi, de signer un traité d'alliance avec la maison d'Autriche, lui promettant de reconnaître l'indépendance de la Transylvanie (37).

 

La campagne de 1686.

L'année 1686 paraît plus favorable aux Impériaux en raison de la situation difficile de l'Empire ottoman attaqué par les armées de la Sainte Ligue et affaibli par la famine, la peste et les troubles intérieurs (38). Le duc de Lorraine décide d'assiéger Buda et, le 13 juin, l'armée impériale se met en route (39). Les généraux alliés sont en désaccord sur la conduite du siège (40). Trois assauts échouent les 13 et 27 juillet et le 3 août (41). Une armée turque de secours arrive le 8 août au sud de Buda, mais elle ne tente que des attaques limitées (42). Le 1er septembre, le duc de Lorraine donne ses ordres pour le dernier assaut. Le 2 septembre, après de violents combats au cours desquels, pour la première fois, la baïonnette emporte la décision (43), la citadelle de Buda est prise : « Buda e servitude in libertatem restituta ». Charles de Lorraine livre Buda au pillage et aux massacres. « Les Impériaux avaient passé au fil de l'épée tous les Turcs et tous les Juifs » (44).

Dans toute la Chrétienté, la nouvelle de la reconquête de Buda est accueillie avec beaucoup de joie. La prise de Buda a été facilitée par la situation intérieure de l'Empire ottoman dans lequel règne la disette et où éclatent des troubles, mais aussi par le manque d'agressivité de l'armée ottomane mal commandée. Elle a aussi été favorisée par la neutralité de la France et par la force considérable que représente la coalition des Etats chrétiens. En effet, à la fin d'août 1686, l'armée moscovite a pris Azov, les Polonais ont pénétré en Moldavie et les Vénitiens progressent en Morée (45). La prise de Buda permet aux Impériaux d'occuper la plus grande partie de la Hongrie.

 

La campagne de 1687.

Au début de 1687, les Turcs font des offres de paix sur les bases du traité de Vasvàr de 1664, mais elles sont rejetées par la Cour de Vienne. Le 19 avril, la Conférence secrète décide de poursuivre la guerre contre la Turquie. Une rivalité entre le duc de Lorraine et l'électeur Max-Emmanuel de Bavière risque de compromettre la campagne. Max-Emmanuel opérera séparément avec son corps bavarois à l'est du Danube (46). De son côté, le duc de Lorraine cherche à s'emparer d'Osijek. Mais il se heurte à l'armée turque et doit se replier, le 20 juillet, pour se retrancher à l'ouest de Mohács (47). Le 12 août, l'armée turque attaque les positions impériales, mais elle est battue et perd 30 000 hommes (48). Exploitant rapidement ce succès, le duc de Lorraine fait occuper Osijek. En octobre, toute la moyenne Slavonie est libérée par les Impériaux. Avec le gros de ses troupes, le duc de Lorraine se porte, le 23 août, à l'est de Temesvar (Timisoara) avec l'intention de couper les communications entre la Transylvanie et l'armée turque. Puis le duc de Lorraine pénètre en Transylvanie et occupe Klausenbourg (Cluj Napoca) et Bistritz (Bistrija) tandis que la Diète transylvaine et le prince Apafi s'enfuient à Hermannstadt (Sibiu) (49). Sans l'appui des Turcs, Michel Apafi ne peut résister aux Impériaux. Le 27 octobre, par le traité de Blasendorf (Blaj), Michel Apafi accepte l'entrée des troupes impériales dans 12 forteresses transylvaines, s'engage à approvisionner une partie importante de l'armée impériale et à verser 700 000 florins à l'empereur (50). En échange, le duc de Lorraine garantit la sécurité de la personne du prince et de sa famille, la liberté religieuse et les privilèges locaux. Cette action du duc de Lorraine procure à l'empereur plus d'avantages qu'il n'en réclamait un an plus tôt. Le 9 mai 1688, par le traité d'Hermannstadt (Sibiu), la Transylvanie est placée sous le protectorat de Léopold 1er.

En quatre ans, les Turcs ont été rejetés à 350 km au sud-est de Vienne grâce aux victoires remportées par le duc de Lorraine. Le but de la prochaine campagne doit être la prise de Belgrade. Mais la rivalité entre le duc de Lorraine et l'électeur de Bavière divise le Conseil de guerre et la famille impériale. Max-Emmanuel refuse de servir sous les ordres du duc de Lorraine et menace de ne pas renouveler son traité d'alliance avec l'empereur qui arrive à expiration en janvier 1688. Léopold 1er a le choix de renvoyer son beau-frère ou de perdre l'alliance de son gendre. A la fin de mai 1688, le duc de Lorraine est gravement malade et n'est plus en mesure de diriger la campagne. L'empereur peut nommer Max-Emmanuel de Bavière commandant en chef en Hongrie en juillet. Il prendra Belgrade le 6 septembre 1688.

Léopold 1er, fort de ses victoires en Europe centrale, accepte de conduire la guerre sur deux fronts malgré l'avis du duc de Lorraine, qui s'y oppose énergiquement. Cependant le duc de Lorraine commande les forces impériales sur le Rhin en 1689. Il assiège Mayence, qui capitule le 8 septembre, et s'empare de Bonn le 12 octobre. Malgré ses différends avec l'électeur de Bavière, il doit reprendre le commandement en chef des troupes impériales sur le Rhin en 1690.

Mais le duc de Lorraine n'aura pas la chance de conduire la campagne de 1690, ni de pouvoir régner sur ses duchés de Lorraine et de Bar, car il meurt à Wels le 18 avril 1690 en se rendant à la Cour de Vienne. C'est seulement en 1697 que la paix de Ryswick rendra les duchés de Lorraine et de Bar à son fils Léopold.

 

téléchargement

 

NOTES

(1)       Archives du ministère des Affaires étrangères (AE), Paris, Correspondance politique (CP), Turquie, Vol. 16, fol. 79.

(2)       Ibid., fol. 366.

(3)       Ibid., fol. 408.

(4)       Ibid., fol. 416.

(5)       Général   Asjr   Arkayin,   « The   second   Siège   of Vienna   (1683)   and   its   conséquences », Revue internationale d'histoire militaire, n° 46, Ankara, 1980, p. 109.

(6)       Alois Veltzé, Ausgewahlte Schriften des Raimund Fùrsten Montecuccoli, Vienne,1900, t. IV, p. 104-106.

(7)       AE, Paris, CP, Autriche, Vol. 55, fol. 182.

(8)       J. Nouzille, Le prince Eugène de Savoie et les problèmes des confins militaires autrichiens 1699-1739, Thèse de doctorat d'Etat, Strasbourg, 1979, p. 235-259.

(9)       Alfons von Wrede, Geschichte der k. u. k. Wehrmacht, Vienne, 1898-1900, t. V, p. 192.

(10)     R. Lorenz, Tûrkenjahr 1683, Vienne, 1934, p. 170.

(11)     M. Braubach, Prinz Eugen von Savoy en, Munich, 1963, t. I, p. 9. AE, Paris, CP, Autriche, fol. 39, Lettre du 13 août 1683.

(12)     J. Nouzille, op. cit., p. 130.

(13)     J. Maurer, Cardinal Graf Kollonitsch, Primas von Ungarn, sein Leben und Wirken, Innsbruck, 1887, p. 192.

(14)     G. Benaglia, Ausfùhrliche Reisebeschreibung von Wien nach Constantinopel und wieder zurùck in Teutschland, Francfort, 1687, p. 100. AE, Paris, CP, Autriche,

Vol. 56, fol. 50.

(15)     Bibliothèque nationale (BN), Paris, Manuscrits français (Ms Fr) 24482, fol. 40-45.

(16)     AE, Paris, CP, Autriche, Vol. 56, fol. 77.

(17)     H. Urbanski, Karl von Lothringen, Oesterreichs Tûrkensieger, Vienne, 1983, p. 97. AE, Paris, CP, Turquie, Vol. 18, fol. 303.

(18)     Encyclopédie de l'Islam, Nouvelle édition, Harb (guerre), t. III, p. 195-199.

(19)     T. M. Barker, Doppeladler und Halbmond, Entscheidungsjahr 1683, Graz, 1982, p. 211.

(20)     P. Wentzcke, Feldherr des Kaisers, Leben und Taten Herzog Karls V. von Lothringen, Leipzig, 1943, p. 157.

(21)     AE, Paris, CP, Autriche, Vol. 50, fol. 60.

(22)     T. M. Barker, op. cit., p. 183-184.

(23)     J.P. Spielman, Léopoldl., Zur Macht nicht geboren, Graz, 1981, p. 95.

(24)     BN, Paris, Ms Fr 22482, fol. 5.

(25)     AE, Paris, CP, Autriche, Vol. 54, fol. 355.

(26)     AE, Paris, CP, Autriche, Vol. 56, fol. 31-32.

(27)     Ibid., fol. 65.

(28)     AE, Paris, CP, Autriche, Vol. 56, fol. 92 et 103.

(29)     AE, Paris, CP, Turquie, Vol. 17, fol. 540.

(30)     AE, Paris, CP, Autriche, Vol. 56, fol. 126, 129 et 158.

(31)     AE, Paris, CP, Autriche, fol. 159.

(32)     Ibid., fol. 158.

(33)     Ibid., fol. 256.

(34)     Biographien k.k. Heerfùhrer und Générale, Vienne, 1888, p. 19.

(35)     AE, Paris, CP, Autriche, Vol. 58, fol. 433.

(36)     AE, Paris, CP, Autriche, Vol. 59, fol. 32.

(37)    J. Duldner, Zur Geschichte des Ueberganges Siebenbûrgens unter die Herrschaft des Hauses Habsburg, in Archiv des Vereines fur Siebenburgische Landeskunde, Neue Folge, 27. Band, 1. Heft, Hermannstadt (Sibiu), 1986, p. 408-450.

(38)     AE, Paris, CP, Turquie, Vol. 18, fol. 35.

(39)     AE, Paris, CP, Autriche, Vol. 59, fol. 227.

(40)     Ibid., fol. 276.

(41)     Ibid., fol. 268-271 et 294-303.

(42)     Ibid., fol. 324-330.

(43)     Paul Wentzcke, op. cit., p. 271.

(44)     AE, Paris, CP, Turquie, Vol. 18, fol. 356.

(45)     Ibid., fol. 319-334.

(46)     J.P. Spielman, op. cit., p. 120.

(47)     BN, Paris, Ms Fr 7169, fol. 244-246.

(48)     BN, Paris, Ms Fr 7170, fol. 89-91.

(49)     J.P. Spielman, op. cit., p. 121.

(50)     K. Benda, Magyarorszâg tôrténeti kronolôgiâja, Budapest, 1982, p. 510.

 

Sources : Les Habsbourg et la lorraine – Presse universitaires de Nancy – 1988.

 

 

LA TURQUIE N’EST

 

PAS EUROPEENE !

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites