Résistance Identitaire Européenne

Val-d’Oise. Une trentaine de jeunes armés fait irruption dans le quartier de la Fauconnière à Gonesse

Mercredi 3 avril, une trentaine de jeunes armés notamment de bâtons et de béquilles ont fait irruption dans le quartier de la Fauconnière, à Gonesse (Val-d'Oise).

Mercredi 3 avril, il était 16 h lorsqu’une trentaine de jeunes armés de bâton, de béquilles et d'une grosse bombe lacrymogène ont fait irruption dans le quartier de la Fauconnière, à Gonesse (Val-d'Oise).
es individus armés se sont dirigés vers le square de la Garenne. (©Dr)

Des habitants inquiets face à la recrudescence de faits de violence

Ce nouvel épisode de violence a particulièrement marqué les habitants et plus particulièrement l’association de résidents, l’Afcel95-Cgl. Dans un courrier envoyé à ses adhérents, elle conseille « de surveiller au maximum vos enfants de manière à ce que ceux-ci ne se retrouvent pas au milieu de ces groupes…prêts à n’importe quoi…!  Ces comportements peuvent amener à des conséquences graves, et judiciaires. »

Bernard Dhailly, dirigeant de l’association à la Fauconnière, s’inquiète :

Il y a une recrudescence des violences entre jeunes alors que le quartier était redevenu calme ces derniers temps ».

Mais ce n’est pas tout. Le responsable associatif constate également une hausse des faits d’incivilité « entre autre des rodéos de motos tout terrain » ainsi que « de plus en plus d’emprise dans les parties communes de notre immeuble, pour la vente de produits stupéfiants ».

Et de demander que les policiers soient davantage présents dans le quartier.

Les habitants dénoncent une hausse de faits d'incivilités, notamment des rodéos de motos tout terrain.
Les habitants dénoncent une hausse de faits d’incivilités, notamment des rodéos de motos tout terrain. (©Dr)

 

souce : actu.Fr

Imprimer

Bosnie-Herzégovine : immigration, la coupe est pleine

immigrés

Pour plaire à Bruxelles, les pays des Balkans seraient prêts à faire n’importe quoi : renoncer à leur monnaie, abandonner leur souveraineté, calibrer la taille de leurs tomates… Il y a, cependant, une pilule qui ne passe plus dans les rues de la péninsule : celle de l’immigration.

En ouvrant massivement ses portes à l’immigration illégale pour obtenir des salariés bon marché, l’Union européenne a demandé à la Bosnie-Herzégovine, entre autres, d’ouvrir ses frontières pour laisser passer les colonnes d’immigrés. L’Union européenne a promis qu’en faisant ainsi, Sarajevo améliorerait ses chances d’être un jour candidat au sésame bruxellois. Les Bosniens avaient compris que les migrants ne feraient que passer, ils s’étaient dit « ça ne sera pas notre problème » mais, à la veille des élections européennes, les pays de l’Union européenne ferment leurs portes et cela n’amuse plus du tout les locaux.

Si ces immigrés avaient été guidés, par exemple, vers l’Arabie saoudite ou le Qatar, cela n’aurait pas posé de difficultés. Ces deux pays, parmi les plus riches du monde, auraient pu les accueillir convenablement, leur trouver un logement, un travail, soigner les malades… Mais la Bosnie-Herzégovine, ce n’est pas le golfe Persique. En Bosnie-Herzégovine, le taux de chômage est de 35 %, le taux de chômage des jeunes est de 60 %, et ceux qui ont la chance de travailler gagnent, en moyenne, 422 euros par mois. De plus, la Bosnie-Herzégovine est en proie à d’autres difficultés internes : la République serbe, qui forme 49 % du territoire, réclame de plus en plus son indépendance et les djihadistes, venus aider l’OTAN dans les années 1990 contre les Serbes, sont restés sur place et diffusent leur doctrine wahhabite dans des villages musulmans…

Il y a peut-être un seul sujet qui met toutes les communautés au diapason : les migrants. Le ministre de la Sécurité Dragan Mektić annonce que 70.000 migrants en provenance de la Grèce vont arriver dans le pays. Il est très clair : « Les problèmes liés à l’immigration illégale vont croître. » Bruxelles a donné 9,2 millions d’euros à la Bosnie pour gérer les migrants, mais cela ne suffit pas et des centres d’hébergement comme à Bihać, au nord-ouest du pays, explosent littéralement. 4.000 immigrés y sont installés et la population locale, majoritairement musulmane, ne supporte plus les bagarres, l’insécurité et les trafics en tout genre.

Il ne faut alors pas s’étonner que c’est peut-être vers la Hongrie que se tournera Sarajevo sur ce sujet. Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a, en effet, proposé d’envoyer des patrouilles pour aider à contrôler les frontières du pays. Ce même Orbán, que la droite parlementaire européenne du PPE menace d’exclure de son groupe, a compris que cette campagne d’immigration massive n’apporterait rien de bon ni à l’Europe ni aux immigrés qui se retrouvent entassés dans des bivouacs de fortune sans avenir. Il n’y a que Bruxelles qui pense que cela soit une bonne idée, et en Bosnie-Herzégovine, en ce moment, on se demande si Bruxelles a vraiment tout compris.

Source : Boulevard Voltaire

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites