Résistance Identitaire Européenne

Saïd, Farid et Karim ont tué pour un briquet

Assises du Gard : 16 ans et 14 ans de réclusion criminelle pour avoir tué pour un briquet

Le 22 mars 2016, un Alésien de 51 ans avait été battu à mort, dans une rue de Nîmes, pour avoir refusé de donner du feu à un jeune homme qu'il avait jugé trop jeune pour fumer. Les trois accusés ont été condamnés dans la soirée du vendredi 21 juin à des peines de 16 ans et 14 ans de réclusion criminelle pour deux d'entre eux. Le troisième est condamné à 6 ans de prison.

Au troisième jour d'audience à la cour d'assises du Gard, la culpabilité des trois mis en cause est abordée. Après un rapport du médecin légiste qui a glacé l'assistance jeudi 20 juin, par la description de l'extrême violence des coups qui ont entraîné la mort de la victime, le 22 mars 2016, rue Séguier, l'avocate générale a requis, ce vendredi au matin, une peine de 12 ans de prison contre Saïd Berrahou (qui reconnaissait avoir porté "60 % des coups"), 10 ans de prison contre Karim Berrahou (qui affirme avoir "seulement séparé les belligérants") et 10 ans également contre Farid Ounaha. 

Evacuation de la salle

Ce vendredi soir, la cour d'assises du Gard est allée au-delà des réquisitions de l'avocate générale pour Saïb Berrahou et Farid Ounaha. Pour le premier, l'alteration du discernement n'a pas été retenu : Saïd Berrahou est condamné à 16 ans de réclusion criminelle. Farid Ounaha est condamné, lui, à 14 ans de réclusion criminelle. Enfin, Karim Berrahou est condamné à 6 ans de prison.

Après le verdict, les familles des accusés ont protesté et hurlé. Elles ont été évacuées de la salle d'audience.

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites