Résistance Identitaire Européenne

Montpellier. La mairie s’oppose aux tests osseux pour connaître l’âge des migrants

23/11/2019 – 18h00 Montpellier (Lengadoc Info) – Le conseil municipal de Montpellier a voté ce jeudi l’adhésion de la ville à l’association nationale des villes et territoires accueillants (ANVITA), une association dont le but est de favoriser l’accueil des migrants en France.

Le maire de Montpellier contre les tests osseux

Alors que la question des migrants devient de plus en plus sensible à Montpellier, notamment en raison des problèmes sécuritaires que posent des bandes de mineurs isolés étrangers, les élus de la ville étaient appelés à voter l’adhésion à l’ANVITA afin de renforcer les capacités d’accueil de migrants.

Une adhésion qui a cependant été mise sous condition par Philippe Saurel. En effet, le maire a réclamé, entre autres, que cette adhésion se fasse à condition que le fait de « dédubliner » des migrants soit possible, en d’autres termes, que les migrants puissent pouvoir rester à Montpellier.

Philippe Saurel s’est également « engagé à écrire au président du CHU pour demander à ce que les tests osseux ne soient pas systématiques ». Ces tests osseux sont utilisés pour connaître l’age approximatif des jeunes migrants et ainsi déterminer s’ils peuvent obtenir le statut de « mineur non accompagné ». Selon Dominique Bussereau, président de l’Assemblée des départements de France, 60% à 70% des demandes de prise en charge effectuées le sont par de faux-mineurs.

L’ANVITA a accepté les conditions du maire et l’adhésion a été votée à l’unanimité par le conseil municipal.

Photos : Lengadoc Info

Lengadoc-info.com, 2019, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites