Résistance Identitaire Européenne

L'immigration comme stimulus keynésien

im 1

 

Les défenseurs de l'immigration se présentent sous de nombreuses formes, différentes les unes des autres. Certains d'entre eux sont des jacobins fanatiques, remplis de l'illusion que les humains fonctionnent comme des ordinateurs, d'autres sont des narcissiques intoxiqués par l'idée de générosité (pratiquée avec l'argent des autres), d'autres encore sont de véritables réceptacles de forces démoniaques, etc.

Une catégorie entièrement différente - à la fois remarquablement négligée et très puissante - de défenseurs de l'immigration est cependant constituée par les capitalistes de connivence qui, dans une économie managériale stagnante et post-industrielle, en sont venus à dominer de plus en plus le monde des affaires. Pour eux, les conséquences de l'immigration sur la communauté locale, la nation, les écoles, la culture, la cohésion, les institutions, l'avenir et le sort de leurs propres lignées familiales ne signifient rien, puisque la seule conséquence qu'ils ont en tête est la pluie de recettes fiscales que cette même immigration déclenche.

Aux yeux des entrepreneurs peu scrupuleux, l'immigration est avant tout un stimulus keynésien. Afin de payer l'immigration, les gouvernements empruntent de l'argent sur le compte de l'avenir, afin de pouvoir le dépenser aujourd'hui. L'affectation exacte de cet argent volé à l'avenir n'a, à bien des égards, aucune importance du point de vue du capitalisme de connivence. Ces entrepreneurs sans scrupules seraient tout aussi heureux si l'argent était dépensé dans des projets agricoles lyssenkistes, dans la théorie appliquée du phlogiston ou même dans la pyromanie institutionnelle, puisque leur seule exigence est que des sommes importantes soient dépensées, et que l'objectif soit de détruire le capital afin que la deuxième loi de la thermodynamique joue en leur faveur; car créer de la valeur exige de l'intelligence et des efforts, mais démolir ce que d'autres ont construit peut être fait par n'importe quel idiot.

Dans ce contexte, un flux gigantesque et incessant d'immigrants leur va comme un gant. Du point de vue des entreprises, l'immigration génère des bénéfices (ou du moins ce qui peut être enregistré comme des bénéfices) à pratiquement tous les niveaux. Les commerçants obtiennent plus de clients, les entreprises de construction sont chargées de construire de nouvelles maisons et des écoles, des dizaines d'entreprises de services sont embauchées, les propriétaires de logements d'asile se font de l'or en barres, la quantité d'argent circulant dans le système bancaire augmente, des industries entièrement nouvelles apparaissent, etc.

 

im2

 

Rien de tout cela, cependant, n'est le fait de personnes dépensant volontairement l'argent qu'elles ont gagné en travaillant sur les produits de ces entreprises, mais tout est payé par de l'argent détourné par la contrainte de l'État aux dépens d'activités socialement importantes et/ou créatrices de valeur. L'immigration ne crée donc rien de valable, mais signifie au contraire que les fonds qui auraient dû être consacrés à des investissements dans l'avenir sont, premièrement, dépensés dans le présent, deuxièmement, utilisés d'une manière dont aucune personne honnête ne profitera et, troisièmement, dépensés dans des activités aux externalités négatives gigantesques. Les entrepreneurs qui opèrent dans le cadre de la vague d'immigration gagneront certainement beaucoup d'argent, mais pas en fournissant au marché un produit que les consommateurs ou les électeurs demandent, mais en remplissant les comptes bancaires de ces entrepreneurs avec l'argent des contribuables par ceux qui sont au pouvoir et qui ont tout sauf le bien public à l'esprit, en échange de leur travail de sape de la civilisation occidentale. Le fait que ces entrepreneurs soient constamment récompensés par des prix industriels et présentés comme de bons entrepreneurs™ devant un public ayant une connaissance très limitée de la théorie économique n'y change rien.

Le fait que les associations d'entreprises consacrent aujourd'hui tant d'énergie à chanter les louanges de l'immigration en est une conséquence directe. Les entrepreneurs ne sont pas stupides; au contraire, ils se rendent compte qu'en se lançant dans l'industrie de l'immigration, ils peuvent gagner beaucoup plus en peu de temps alors qu'il faudrait à l'innovateur diligent et créateur de valeur des années de dur labeur pour réunir la même quantité d'argent.

Il ne faut pas non plus s'étonner que les mêmes réseaux commerciaux aient pris le pouvoir sur l'ancienne Union des paysans suédoise et l'aient transformée en un parti politique qui promeut de manière très agressive les intérêts des néo-capitalistes; au contraire, étant donné les sommes d'argent que rapporte la folie de l'immigration, ce serait presque un acte de mauvaise conduite de leur part de ne pas s'engager politiquement dans la poursuite de l'immigration de masse. Le Parti du Centre est aujourd'hui, en Suède, un parti qui se bat bec et ongles pour une augmentation de l'immigration pour la simple raison que l'immigration représente les intérêts des capitalistes de connivence qui sont à la base de la subsistance du parti. Si le racket monétaire de la politique d'immigration devait prendre fin, ces entrepreneurs seraient contraints de choisir entre mettre la clé sous le paillasson et commencer à gagner leur argent par un travail honnête et utile. Il n'est pas nécessaire d'expliquer pourquoi aucune de ces options ne semble attrayante par rapport à l'existence de rêve dont jouit aujourd'hui le capitaliste.

Cependant, quelqu'un doit payer pour cela, et ce quelqu'un est le contribuable, ou plus précisément, les contribuables qui, contrairement aux « beaux capitalistes », produisent réellement quelque chose qui a de la valeur. Ces contribuables sont donc, par définition, dans une position antagoniste par rapport aux beaux capitalistes, et à la lumière de cela, nous trouvons également pourquoi l'immigration de masse est, après tout, différente, sur un point crucial, des investissements agricoles lyssenkistes, de la théorie du phlogiston appliquée et de la pyromanie institutionnelle. En effet, se présenter comme un lyssenkiste, un phlogiston ou un pyromane très bien payé serait un exercice pédagogique qui dépasserait facilement le démagogue le plus endurci, mais lorsque la destruction du capital qui aboutit aux profits gigantesques des néocapitalistes consiste plutôt en une immigration, l'activité peut être qualifiée d'altruiste, et c'est aussi précisément dans ce contexte que le concept de racisme tel que nous le connaissons doit être compris.

En effet, le concept de racisme n'a pas seulement permis aux capitalistes paresseux et totalement dépourvus de scrupules de se présenter comme de bons altruistes, mais il leur permet également de présenter les membres productifs de la société qu'ils dépouillent systématiquement de leur argent sans le moindre remords comme des égoïstes impitoyables. Pour le capitaliste, le concept de racisme est une aubaine, grâce à laquelle le pilleur peut être dépeint comme un saint et la victime comme un méchant. Que le monde des affaires et ses associations professionnelles s'engagent de manière agressive dans la guerre culturelle et traquent les « racistes » par tous les moyens est donc parfaitement naturel, du moins après avoir pris conscience de l'absence totale de principes de ces organisations.

Source :  https://fnordspotting.blogspot.com/

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites