Résistance Identitaire Européenne

Montpellier : Une trentaine de migrants albanais attaquent violemment des lycéens. Un parent d’élève poignardé.

Le père d’un adolescent agressé a reçu plusieurs coups de couteau.

Vendredi vers 17 heures, plusieurs lycéens ont été attaqués par une bande de migrants albanais, devant le lycée Joffre de Montpellier. Un parent d’élève s’est interposé.

Trois coups de couteau

C’est alors qu’il portait secours à son fils âgé de 14 ans, agressé par une trentaine de ressortissants albanais tout comme d’autres élèves présents, que le père s’est fait poignarder. L’homme a reçu trois coups de couteau et a été rapidement transporté par les secours au CHU Lapeyronie.

Coups de bouteilles à la tête

Deux autres intervenants, faisant aussi partie de la famille de l’adolescent, ont été frappés à coups de bouteilles à la tête. Un couple de personnes âgées, témoins de la scène, ont aussi été pris à partie.

Une enquête ouverte

La bande a pris la fuite une fois le méfait accompli. Les agresseurs seraient hébergés par des associations locales dans le quartier Gambetta de Montpellier, rapporte E-Metropolitain.

Ce dimanche, l’état de santé du père de l’élève n’inspirait plus d’inquiétude.

Les policiers de la Sûreté Départementale ont été chargés de l’enquête. Les enregistrements de la vidéosurveillance de la ville ont été exploités.

 

Source : Actu17 du

Imprimer

Omar Perez tire sur des personnes à Cincinnati

omar perez 2

Un tireur, identifié comme étant Omar Perez, un homme de 29 ans possiblement atteint de troubles mentaux selon la police, a tué trois personnes jeudi à Cincinnati (Ohio) lors d'une fusillade au siège d'une banque, avant d'être abattu par les forces de l'ordre.

Les tirs ont commencé peu après 09H00 (13H00 GMT) dans le hall d'un immeuble d'une trentaine d'étages de la Fifth Third Bank, dans le quartier des affaires de Cincinnati.

Cinq personnes ont été blessées par balle. L'une d'elles est morte sur place et deux autres ont succombé plus tard à l'hôpital, ont indiqué les autorités.

Selon les premiers éléments de l'enquête, le tireur, abattu par la police après un échange de coups de feu, ne présentait aucun lien direct avec la banque. 

Le chef de la police de Cincinnati, Eliot Isaac, a évoqué lors d'une conférence de presse la "possibilité" de "troubles mentaux" pour expliquer le geste d'Omar Perez, qui était armé d'un pistolet semi-automatique de calibre 9 mm, acheté légalement, et de quelque 200 cartouches.

Les enquêteurs cherchaient encore à éclaircir la façon dont il était parvenu à pénétrer dans le bâtiment, hautement sécurisé. "Selon la Fifth Third Bank, le tireur n'était pas l'un de ses employés", a confié par courriel à l'AFP une porte-parole de la police, Tiffaney Hardy.  

L'intervention rapide de plusieurs policiers se trouvant dans les environs de la fusillade a notamment été saluée par le maire de Cincinnati, John Cranley, pour qui le bilan aurait pu être "bien pire".

"Il semble qu'il tirait de manière importante sur des victimes innocentes", a dit le maire lors d'une conférence de presse. "La police était sur place en quelques secondes, littéralement".

"C'est clairement un acte de violence grotesque à l'encontre de personnes innocentes et cela devrait tous nous inquiéter", a-t-il ajouté. "Ce n'est que trop fréquent à travers ce pays et nous, en tant que pays, devons trouver un moyen d'y mettre fin".

Un témoin non identifié, ouvrier dans la construction, avait raconté sur la chaîne WLWT avoir "vu des gens sortir en courant du bâtiment". "Il y avait des gars en costume allongés sur le sol, qui se cachaient derrière de grosses jardinières", a-t-il raconté.

Le gouverneur de l'Etat de l'Ohio, John Kasich, a déploré sur Twitter un "acte insensé de violence par arme à feu dans les rues de Cincinnati ce matin (jeudi)".

"Je félicite les forces de l'ordre, le personnel du service des pompiers et d'urgences médicales, qui sont intervenus promptement sur place, et j'adresse mes sympathies les plus profondes aux victimes innocentes de cette attaque violente", a-t-il ajouté.

source : AFP, publié le vendredi 07 septembre

Imprimer

Saal histoire : Agnès Saal, ex-patronne de l’Ina, nommée haut fonctionnaire à l'égalité au ministère de la Culture

agnessaal

Elle avait été suspendue en 2015 et condamnée pour détournement de fonds publics pour des notes de taxi indues.

L'ex-patronne de l'Institut national de l'audiovisuel (Ina) Agnès Saal, qui avait été suspendue en 2015 pour des frais de taxis indus, a été nommée haut fonctionnaire à l'égalité, la diversité et la prévention des discriminations auprès du secrétaire général du ministère de la Culture, selon un arrêté publié au Journal Officiel mercredi 29 août. Ce poste, qu'elle devrait occuper pendant trois ans, prendra effet à compter du samedi 1er septembre.

Directrice générale du centre Pompidou de 2007 à 2014, puis présidente de l'Ina de mai 2014 à avril 2015, elle avait dû démissionner après les révélations sur ses frais de taxi faramineux (près de 24 000 euros à l'Ina et près de 24 000 euros au Centre Georges-Pompidou), qui lui ont valu 6 mois de suspension sans solde et une condamnation à trois mois de prison avec sursis pour détournement de fonds publics, ainsi qu'une double amende. Elle avait ensuite réintégré le ministère de la Culture à l'été 2016, en tant que chargée de mission auprès du secrétariat général, pour piloter les démarches de labellisation Afnor sur l'égalité professionnelle et la diversité.

Source : franceinfo avec AFP du 30/08/2018

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites