Résistance Identitaire Européenne

Collabos et Renégats

Du droit à critiquer le pape

"Ce qui est fascinant avec les "camarades" qui se plaisent à relayer, dans des hoquets théâtralement accablés et scandalisés, les récents propos du Pape favorables aux migrants - camarades dont on ignorait qu'ils étaient si attentifs aux positions du Vatican en règle générale - , c'est que le plaisir évident qu'ils prennent à avoir une nouvelle occasion et un nouveau moyen de dégueuler sur le christianisme est bien plus important que leurs "craintes" vis à vis des possibles conséquences réelles et concrètes (très vagues d'ailleurs, le Pape ne contrôlant pas encore les frontières européennes, ni les législations sur la nationalité où la régulation de l'immigration...)."

Vu sur le blog : http://amoyquechault2.over-blog.com/2016/01/fatigue.html

On atteint un sommet de conneries. Ce qui est clair, c'est que pour notre part nous ne considérons pas quelqu'un comme camarade (entre guillemets ou pas) une personne qui soutient ces papes qui ont participés à la déchéance de notre continent ! Au nom de quoi nous n'aurions pas le droit de critiquer les propos de M. Bergoglio (François) ? Il n’y aurait que les catholiques qui en auraient le droit ?  Donc en quoi ces mêmes catholiques se permettent de critiquer l’islam (ou autre) vu qu’ils ne sont pas musulmans ? Quand on s'aventure sur le terrain politique, il faut s'attendre à recevoir des critiques politiques ! Ce n’est pas parce que le pape (avec un petit p) n’aurait effectivement pas le pouvoir d’appliquer ces mesures (qu’il encourage par ailleurs fortement) qu’il faut lui enlever toute responsabilité ! Quand une personne morale de son niveau influence des centaines de milliers de personnes à travers le monde, alors celle-ci est autant coupable que les politiciens qui font appliquer les lois qui nous détruisent.

Après certains s'étonnent encore que nous critiquions l’Eglise, le Christianisme ou certains chrétiens! Mais quand nous lisons cela, comment se sentir proche d'une religion qui est prisonnière d'un dogme criminel ? Nous pensions que l'Eglise avait séparé le temporel du spirituel : apparemment, en lisant cela, ce n'est pas le cas. Cela nous fait penser étrangement à une autre religion du désert...

Et n’y a-t-il pas un paradoxe ? Comment se dire militant identitaire opposé à l’immigration et ne pas remettre en cause les propos de personnalités religieuses qui s’en font les complices ?

Nous avons l’impression que c’est plutôt l'auteur de ce texte (voir la fin) qui s'en sert comme dégueulis envers tous ceux qui ne sont pas prisonniers d’un dogme religieux.

Nous avons déjà affirmé à plusieurs reprises : certains catholiques peuvent être des compagnons de route pour combattre un ennemi commun mais leur logique universaliste s’effondre en permanence devant les réalités du sol et du sang.

Mais que cela plaise ou non, nous continuerons sans relâche à critiquer et à combattre tous ceux (papes ou non) qui, au nom d'une religion étrangère à l'Europe ou non, se font les soutiens criminels de l’invasion de notre continent.

Yann

ImprimerE-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites