Histoire

Une date, un événement : 5 janvier 1720 - La spéculation, miroir aux alouettes

Publié le . Publié dans HISTOIRE

Le 5 Janvier 1720 est le jour de gloire pour John Law : il est nommé contrôleur général des Finances du royaume de France. Quelle ascension pour ce fils d'un orfèvre d'Edimbourg qui, après avoir dissipé sa fortune à Londres entre 1691 et 1695, a entrepris de courir l'Europe pour étudier les divers systèmes finan­ciers et bancaires des pays visités ! De retour dans son Ecosse natale, il publie le fruit de ses cogitations dans un livre intitulé Considérations sur le numéraire et le commerce, dont l'idée centrale est révélatrice d'une mentalité typique­ment libérale : il faut émettre du papier monnaie garanti sur les terres du pays (le papier monnaie, embléma­tique de ce « nomadisme » qu'un Jacques Attali exalte comme étant le fin du fin de la civilisation, au détri­ment d'un enracinement dans le ter­roir qu'un Bernard-Henri Lévy dénonce, dans L'idéologie française (Grasset, 1981) comme la matrice de la « barbarie ».

Soucieux d'appliquer sa théorie, Law adresse un mémoire au gouvernement français, empêtré dans le difficile financement de la coûteuse et intermi­nable guerre de Succession d'Espagne (1701-1714). Il voudrait obtenir l'autorisation d'ouvrir une banque d'émis­sion à Paris.

L'Europe se débat alors dans un marasme économique marqué par une dépression générale des prix, qui pro­voque accroissement de la rente, recul du profit, augmentation du coût du capital. La France est particulièrement touchée : les dépenses de l'Etat ont doublé de 1689 à 1697 puis doublent à nouveau de 1701 à 1714. Spirale vicieuse, entraînant des expédients douteux qui sont autant d'aveux de fai­blesse de l'Etat : emprunt, refonte des espèces monétaires, émission de papier monnaie dont la valeur chute rapide­ment. Le poids très lourd de la dette publique semble devoir plomber toute tentative de redressement.

Selon Law, la clef est dans la mon­naie : l'insuffisance monétaire bloque la croissance, il faut donc démultiplier l'instrument monétaire. En créant une institution publique de crédit, cal­quée sur la Banque d'Angleterre (fon­dée en 1691), qui émettra un papier solide, on restaurera la confiance et on pourra résorber la dette publique. Il y a, dans ce raisonnement, un élé­ment très important, que les écono­mistes ont eu et ont encore tendance à trop négliger : le facteur psycholo­gique, c'est-à-dire l'état d'esprit — optimiste ou pessimiste — des pro­ducteurs-consommateurs est détermi­nant dans l'évolution d'une situation économique (mais échappe très large­ment aux calculs trop mathématiques, trop rationnels : la confiance — ou la défiance — ne se met pas en équation, quoiqu'en pensent polytechniciens et énarques).

En exposant son projet dans son Essai sur un nouveau système de finances, Law gagne la confiance du Régent, qui l'autorise à créer une banque privée d'escompte et d'émis­sion. Son caractère privé ne l'em­pêche pas d'avoir un solide appui de l'Etat : alors qu'elle émet des billets au porteur, 75 % de son capital est en billets d'Etat et le pouvoir autorise le paiement des impôts en billets. Après une phase d'attentisme face à cette nouveauté, le public et les profession­nels de la banque font un succès aux billets de la banque Law. Le financier peut alors passer à la réalisation d'une autre idée qui lui est chère : créer une compagnie de commerce pour mettre en valeur la Louisiane récemment acquise par la France (1682).

La réussite semble sourire à Law : sa banque transformée en banque royale, l'appel au crédit et l'émission continuelle de monnaie fiduciaire prennent des proportions spectaculaires. L'apo­gée est son accession au contrôle géné­ral des Finances. Le désastre suit de peu. Le volume excessif des émissions, la fureur spéculative, le climat de sur­excitation entretenu au siège de la banque, rue Quincampoix (atmo­sphère bien rendue dans les versions filmées successives du roman de Féval Le Bossu) contribuent au caractère artificiel du système Law. Quand les premiers signes de défiance apparais­sent, Law croit trouver la parade en dévaluant. Cela ne fait qu'augmenter l'inquiétude. Beaucoup cherchent à se débarrasser de billets devenus sus­pects. Le coup de grâce est donné par le duc de Bourbon et le prince de Conti qui se défont des sommes considé­rables qu'ils avaient en billets et actions. Law multiplie les mesures déflationnistes mais il est trop tard pour inverser la tendance.

Les décrets d'octobre et de décembre 1720 suppriment le billet et la banque de Law qui, pour éviter d'être lynché, doit s'enfuir en catastrophe et se réfu­gier à Bruxelles puis en Italie, où il finit dans la misère. Mais il n'est pas le seul à avoir été ruiné par son système, qui va laisser de si mauvais souvenirs que les Français garderont longtemps une grande méfiance à l'égard de la spécu­lation. Ce qui ne les empêchera pas d'en être à nouveau régulièrement victimes…jusqu'à nos jours.

Pierre VIAL

Parution initiale : RIVAROL 25 janvier 2008

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites