LES FINANCIERS QUI MENENT LE MONDE de HENRY COSTON

Publié le . Publié dans KRAMPON A LU

Henry Coston1

 

Lorsque parait la première mouture de cet ouvrage en 1955, l’Occident est en pleine guerre froide et sur divers fronts affronte le communisme les armes à la main. La guerre de Corée et la guerre d’Indochine viennent tout juste de s’achever, dans quelques mois les chars soviétiques écraseront dans un bain de sang la légitime révolte des combattants de la liberté hongrois à Budapest. Pour la mouvance nationale, le seul combat, c’est celui contre la peste rouge internationale mais aussi à l’intérieur de nos frontières ou le parti de la subversion (Parti communiste « français ») pèse à lui seul plus de 25% du corps électoral.

Si Henry Coston participe lui-aussi du combat contre le communisme, en bon disciple de Drumont dont avant-guerre il avait relancé le journal La libre parole, se revendiquant comme son vieux maitre de l’anticapitalisme national, il observe le travail de sape contre les nations qu’opèrent dans l’ombre les puissances d’argent et décide d’écrire l’histoire de leur mainmise sur nos destinées depuis l’Antiquité.

 

LE BASCULEMENT

Si les puissances d’argent ont toujours rodé dans les allées du pouvoir, y compris monarchique, il n’en reste pas moins qu’a de nombreuses reprises, pour le bien de leurs sujets, nos rois leur ont brisé l’échine, qu’on songe aux usuriers juifs qui furent expulsés à de nombreuses reprises du royaume, par Saint Louis entre autre, aux Templiers passés au fil de l’épée par Philippe Le Bel. Le grand basculement, c’est-à-dire l’arrivée aux leviers de commande dans les coulisses du pouvoir, puis peu à peu de toute l’économie mondiale ayant véritablement commencé dans les fourgons des dynasties bourgeoises qui se sont substitués aux anciennes aristocraties de robe et d’épée à partir de la Révolution française. Le grand Anatole France ne disait-il pas que « l’un des bienfaits de la Révolution est d’avoir livré la France aux hommes d’argent qui, depuis cent ans, la dévorent. »

Plusieurs chapitres sont consacrés à la constitution de l’empire des Rothschild né d’un coup de bourse au moment de la défaite de Napoléon à Waterloo. Une fortune colossale qui s’est encore accentuée de manière exponentielle avec le temps et qui a permis de placer à la tête du pouvoir en France pas moins de deux présidents de la république, ex-fondés de pouvoir de la Banque : Georges Pompidou ( l’homme de la loi du 3 janvier 1973, celle qui interdit désormais à notre pays d’emprunter de l’argent à taux zéro auprès de la Banque de France nous obligeant ainsi à emprunter sur les marchés internationaux créant ainsi la dette abyssale sous laquelle nous croulions déjà avant la crise COVID), Emmanuel Macron parvenu aux commandes du pouvoir suite à un véritable pacte de corruption lié à la vente d’Alsthom au géant américain General Electric (lié au complexe militaro-industriel et à la CIA), la Banque Rothschild apparaissant à tous les étages du montage financier de l’affaire comme le démontre l’enquête de la commission parlementaire.

 

 couv financiers

 

LES GUERRES, UNE JUTEUSE AFFAIRE

Parmi nombre d’exemples qui fourmillent dans le livre, Henry Coston démontre, faits et chiffres à l’appui que les guerres et les révolutions sanglantes sont des sources de profits énormes pour les financiers, pas seulement pour les marchands de poudre et de canon. Le sang qui coule (celui des autres en l’occurrence) est bien peu de choses quand il s’agit de remplir les coffres forts des possesseurs du « Gros argent » selon l’expression d’Emmanuel Beau de Loménie dans Les responsabilités des dynasties bourgeoises. Arrêtons-nous sur quelques exemples frappants choisis par l’auteur : Le saviez-vous ?

Voilà les véritables ressorts de l’histoire, celle qu’on n’apprend-pas à l’Ecole et qui ne figure dans aucun manuel scolaire.

 

L’ARRASEMENT DE L’ECONOMIE REELLE

Autre constat lucide fait par l’auteur, celui de la destruction systématique au profit du gigantisme de l’économie réelle et de proximité qui s‘est accélérée après 1945 par la concentration du capital et l’anonymisation des entreprises permettant aux actionnaires de gérer les structures économiques de manière discrétionnaire. Dans la ligne de mire et sous le rouleau compresseur de cette nouvelle finance anonyme et vagabonde, l’agriculture paysanne peu à peu transformée en exploitation agricole, la mort des petits commerçants et artisans au profit des grandes surfaces, la liquidation progressives du travail indépendant pour le salariat de masse, nouvel esclavage des temps modernes ( selon une enquête récente menée par le Bureau International du Travail, 80% des salariés en Europe estiment ne pas faire un travail intéressant, sans aucune valeur ajoutée, ce qui explique bien l’état général de démotivation du monde du travail, le nombre d’arrêt maladie, de surconsommation d’antidépresseurs …) Coston démontre bien là que contrairement à la thèse libérale qui veut que les marchés s’autorégulent, il y a bien une main cachée qui dirige le monde solvable, une nouvelle oligarchie financière, qui en quelques décennies s’est accaparée toutes les richesses du monde, faisant dire à un de ces ploutocrates, Warren Buffet, qu’une « lutte des classes existent bien entre les riches et pauvres et que les riches sont en train de la gagner. »

 

LES NOUVEAUX SYNARQUES

Dans sa dernière mouture revue et augmentée parue en 1989, Henry Coston met le prisme sur ces nouveaux cénacles mondialistes au premier rang desquels il faut citer le groupe Bilderberg et la Commission Trilatérale (dont le responsable Europe à la fin des années 80, Georges Berthouin, se vantait que les personnalités appartenant à son organisation géraient 90% des richesses de l’humanité.) Chacune de ces organisations n’étant composée que de quelques centaines d’adhérents cooptés : banquiers, patrons de multinationales, journalistes, hommes politiques, tous acquis à la constitution d’un gouvernement mondial aux mains de la finance apatride, à un monde sans frontières, nomade, fluide, à la libre circulation des hommes, des marchandises et des capitaux. Rien ne devant entraver les lois immuables du marché d’où leur volonté farouche d’éradiquer tous les freins à ce dernier, à savoir les identités ethniques et culturelles, les frontières des nations, les familles traditionnelles. Et de placer à la tête de toutes les nations, des hommes politiques tout acquis à ces idéaux. Pour la Présidentielle de 2022, tous les grands ténors appartiennent au moins à une de ces organisations ou ont au moins participé à une de leurs conventions : Macron, Bertrand, Pécresse…Il y a des moments où il ne faut pas croire au hasard…

 

TRT 300x206

 

Henry Coston, infatigable lutteur de la cause nationaliste, bien dans notre tradition anticapitaliste et antilibérale, a donc par ses travaux été un lanceur d’alerte hors normes et nous a permis de découvrir et de désigner notre ennemi (B.A.BA de la politique comme l’ont bien théorisé Carl Schmitt et Julien Freund) : l’oligarchie financière cosmopolite dont la philosophie sous-jacente demeure un certain messianisme à la dimension planétaire.

Il est à noter que lors de l’adhésion au mouvement Jeune Nation mais aussi à l’Œuvre française, autrefois, les financiers qui mènent le monde était un des premiers ouvrages qu’il fallait lire afin de ne pas se tromper d’ennemi, les doctrines du nationalisme de Jacques Ploncard d’Assac le second, comme une réponse pour combattre et éradiquer les premiers.

Eugène KRAMPON

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites