Patries Charnelles

Jon MIRANDE, Penseur Basque

Publié le . Publié dans PATRIES CHARNELLES

Vais-je vous raconter longtemps les vicissitudes d'une ethnie qui a manqué les grands chemins de l'Histoire et choisi les camps qui seraient vaincus ou, plutôt, vous dire comme elle survit en son originalité, vieille de plus de deux mille ans ? Vais-je vous parler de notre Pays Basque ou bien du destin comparable d'un de ses meilleurs fils, de mon meilleur ami, Jon Mirande.

j mirande

Destin d'une ethnie qui alliée aux Romains a pu échapper à la romanisation qui frappa les Aquitains révoltés. Les tribus anciennes découpent encore le territoire basque en provinces; de ces tribus est sorti un beau royaume basque : la Navarre. Mais ennemis d'eux-mêmes les Basques se divisent et ceux de l'Ouest du Royaume (Biscaïens, Alavais, Guipuzcoans) passent au roi de Castille et plus tard ils vont participer à la destruction de leur ancien royaume, en 1512, au nom du catholicisme. Ce royaume qui, aux dires de Shakespeare, aurait pu être le plus beau du monde : « Navarre, that would be the woundest in the world », périt sous les coups de ses fils. Entre temps les Basques vont au XIXe siècle se ranger à droite dans le camp carliste perdant et y laisser leurs dernières libertés (fueros) pour lesquelles ils combattaient en fait.

En 1936 les démocrates-chrétiens basques, faute d'entente avec les carlistes, se rangent dans le camp perdant de la république. Que d'occasions perdues, de trahison, de manque de conscience : Jon Mirande a bien analysé ces processus, il a été à la source du rapprochement des frères de l'Ouest et de l'Est, séparés depuis le XlIIe siècle, en montrant que nous étions d'abord nos propres ennemis et qu'il était temps de ne plus nous battre pour les autres. Cette idée que l'adversaire n'est pas tel ou tel régime mais ces Etats-Nations qui ne reconnaissent pas notre droit à l'originalité et aux moyens de la maintenir, marque la pensée politique de Jon Mirande dans le domaine basque. Ainsi l’opposition basque que le hasard a fait anti-franquiste, rappelle énergiquement qu’elle est prête à s'opposer à une république qui ne lui reconnaitrait pas son originalité.

Malheureusement, la plupart des Français et des Espagnols se font une idée fausse de l'activisme basque; en effet ils n'en connaissent que les actes spectaculaires de groupes révolutionnaires marxistes, qui, utilisant la solidarité ethnique, ont entrainé d’autres Basques à les soutenir, lors de leurs exploits de brigands. Le groupe E.T.A. ne représente qu'une partie de l’opinion basque et entraine surtout dans son sillage des jeunes entre 13 et 16 ans. Cependant le peuple basque reste toujours aussi hostile à cette doctrine et le manifeste de manière moins révolutionnaire et démagogique par la presse, l’édition, l’enseignement, la critique, le coopérativisme et le syndicalisme. Aux éditions marxistes LUR s'opposent des éditions plus critiques comme celle des franciscains JAKIN, celle des libéraux IRAKUR SAIL, celle des syndicalistes GERO, celle des jésuites ETOR, des libéraux de Bayonne GOIZTIRI, des démocrates-chrétiens et de la droite ITXAROPENA, des bénédictins de Bellocq EZKILA. Tous ces groupes de pression idéologique n'éditent qu'en langue basque. D'autres éditeurs éditent occasionnellement en basque. Toutes ces collections ont abandonné la littérature d'imagination pour un violent combat d'idées. Les marxistes ont vu avec surprise apparaître des tendances qui ouvertement ou discrètement sont de droite, et ont réclamé même auprès d'un hebdomadaire marxiste la parution des œuvres de notre ami Jon Mirande, dont la critique de la société basque demeure la plus profonde.

livre

Au niveau de la presse nous trouvons de même trois grands hebdomadaires, de gauche à droite : Anaitasuna (La Fraternité), Zeruco Arqia (La lumière du ciel), Herria (Le Pays). A l'intérieur de ces publications il y a eu de sévères conflits et des tentatives de noyautage par les marxistes, qui n'ont réussi partiellement qu'avec le premier. D'ailleurs, même le mouvement E.T.A. sous la pression de la base est devenu surtout nationaliste et a mis une sourdine à son marxisme. Le combat doit continuer car l'idéologie rouge essaie de pénétrer dans les îkastola ou écoles basques qui regroupent quarante-cinq mille enfants en Espagne mais seulement 400 en France où les Basques sont moins nombreux (100.000), moins dynamiques et les écoles plus récentes (1970). Il y a quatre ans, un congrès d'enseignants basques devait se tenir à Iruna (Pampelune), mais des éléments ayant manifesté l'intention d'envisager l'introduction du marxisme dans les ikastola, des basques demandèrent l'interdiction officielle de cette réunion.

Le coopérativisme est vivant au Pays Basque parce que dans la tradition ancienne il coexiste avec les anciennes formes d'appropriation collective de la montagne (vallées, républiques, fraternités, syndicats); le coopérativisme est la bête noire des marxistes, mais se porte bien malgré tout.

Enfin la critique est un aspect récent d'une pensée basque qui longtemps a été sous la tutelle du clergé, en éloignant quelques éléments de valeur: M. Unamuno et P. Baroja. La littérature, d'abord chrétienne monarchiste au XlXe siècle, est devenue démocrate chrétienne de 1905 à 1950. Ce monopole a hypothéqué lourdement le développement de la culture moderne basque; heureusement, le nouveau monopole que voulaient créer certains marxistes n'a pas réussi à s'imposer et à l'inactivité des démocrates-chrétiens a succédé un éclatement en nombreuses factions qui cherchent à se regrouper, Jon Mirande a été un des ferments les plus actifs de cette renaissance qui, hélas, n'a pas suivie les voies qu'il aurait souhaitées.

Il n'est pas jusqu'à l'art qui n'ait pas répercuté par une belle renaissance nos luttes intestines et face au jargon international de quelques chanteurs révolutionnaires ou larmoyants anti-fascistes, il y a des musiciens créateurs chantant la vie, le passé glorieux, le paganisme basque, Musique et instruments anciens reparaissent. Ce mouvement, commencé il y a vingt ans, touche davantage de public que le livre, fait connaître des poètes modernes.

Les écoles de sculpture et peinture basques gardent des relations étroites avec la vie culturelle du pays, participant aux activités des Ikastola : leurs membres sont la plupart bascophiles, et les artistes de renommée internationale : Chillida en peinture, Oteiza en architecture et sculpture, Mendiburu en sculpture, Ibarrola en gravure.

Cependant, alors que notre ami Mirande nous a quitté et que beaucoup de basques réclament ses œuvres, il est à craindre que tel Nietzsche il ne soit utilisé par ses anciens adversaires idéologiques, qui remédieront ainsi à leur manque de talent, par l'utilisation de ce style incomparable dont ils choisiront ce qui leur conviendra.

C'est en partant du respect de la tradition appris avec des parents basques et de la découverte de la décadence européenne décrite par Spengler que se formera la pensée de Mirande, Cela explique son goût pour l'ordre, les hommes et les nations forts et par conséquent sa haine pour toutes les idéologies universalistes qui ont affaibli l'Europe, jadis le judéo-christianisme, actuellement le judéo-marxisme.

 

Son attachement à la tradition.

vaisselle

Né à Paris il a tenu à apprendre parfaitement la langue de ses ancêtres, ainsi que la plupart des langues d'Europe. Pour retrouver la vraie civilisation européenne, il voulait pouvoir lire la plupart des langues de nos pays dans le texte. Il a beaucoup écrit en basque et en breton, un peu en comique, gallois et français, Jon Mirande avait une conception saine de la tradition reposant sur une connaissance excellente du passé basque et de la pensée de notre peuple dont le plus original en dehors du sens communautaire qui s’exprime dans la structure même de la langue, sont les croyances païennes et la liberté des mœurs qui s'opposent farouchement à la fausse tradition basque actuelle, sous-produit de la tradition religieuse répressive du XIXe siècle décadent. Ses prises de position dans la revue hétérodoxe Iqela (La Grenouille) lui ont valu de farouches inimitiés. Ses poèmes, son roman, sont consacrés aux tabous sexuels, souvent très érotiques, jamais pornographiques. II a écrit plusieurs articles sur paganisme et la parapsychologie et ses ouvrages en langue basque, encouragés par quelques esprits libéraux, ont permis la réédition d'œuvres anciennes jugées la plupart licencieuses par des basques aux mœurs de midinettes.

La passion de la tradition l'a conduit à écrire en basque malgré les réactions fanatiques des lecteurs bien-pensants choqués par ses idées. II a beaucoup écrit sur les langues celtiques : la renaissance du comique, la régression de l’irlandais et ses articles ont contribué beaucoup au déplacement du combat culturel vers l'enseignement de la langue et de la culture aux enfants, pour éviter d'avoir comme il le disait « une belle littérature pour érudits dans un pays ne parlant plus la langue ». Il était en bons termes avec les chrétiens traditionnalistes du pays, souvent plus basques que chrétiens, et n'a jamais essayé de s'opposer à l'influence du clergé sur le peuple; les prêtres jusqu'en 1950 étaient les garants de la conservation de beaucoup de traditions basques et de la langue, avant de sombrer dans l'opportunisme francophile et le marxisme des abbés Larzabal et compagnie. Jon Mirande a pu connaître ainsi un Pays Basque peu atteint jusqu'en 1950 par la décadence.

Pour les mêmes raisons, Jon s'était tourné vers les milieux royalistes légitimistes chez lesquels il appréciait le sens des traditions, mais c'est surtout chez les Bretons qu'il a trouvé une communauté d'idées, dans le groupe national-socialiste formé autour d'Hervé Glémarec et des revues Ar Stourmer et la Bretagne Réelle.

 

Sa hantise de la décadence.

croix basque

Cette inquiétude, puisée dans une nature pessimiste, a fait de lui un homme très sensible et il me disait un jour : « la littérature basque ne m'intéresse plus mais rien ne me touche tant que la décadence des Basques qui plagient à retardement toutes les divagations égalitaires et universalistes ». Dans sa dernière lettre il m'écrivait, en novembre 1972, mais toujours en basque : « je suis profondément dégoûté, cette fois-ci, par ce qui se passe au Pays Basque ». Il s'y passait des grèves de chrétiens pour défendre des militants marxistes, menacés d’éloignement. Il y avait en effet plusieurs attitudes qui lui inspiraient un profond dégoût. Le masochisme occidental, produit de la pensée « humanitaire » chrétienne. Cette attitude lui inspirait de l'indifférence pour le tiers-monde à la mode dans les salons et de l'aversion pour les dits salons. Le pacifisme gauchiste ou pleurnichard ou tactique des gens de gauche lui permettait d'exercer son humour.

Il admirait au contraire la force militaire qui par-delà les idéologies, permet à des nations blanches d'être encore des grandes nations, telle l’Allemagne du passé, la Russie et les Etats-Unis. L'ordre était pour lui le garant d'une civilisation et la décadence provenait de ce qu'il était détenu par trois catégories d'individus qui lui répugnaient. D'abord les technocrates qu'il connaissait par son travail au Ministère des .Finances. Cela le conduisait à refuser toute promotion par les diplômes, parce que, pour lui, l'ordre ne pouvait se réaliser que par la création d'une aristocratie du mérite et non de la peau d'âne. Puis il avait en horreur les gens d'argent. Il avait un mépris de l'argent qui, pour lui, ne pouvait servir qu'à acheter des livres et pour cela gardait une méfiance d'homme du peuple envers les riches. Enfin, il a connu également les bons démocrates sournois qui clament la liberté d'expression pour mieux écraser les individualités en menaçant l'avenir professionnel des autres, tels certains socialistes.

Par contre il éprouvait beaucoup d'estime personnelle et avait des amis parmi les communistes moscoutaires disciplinés, admirant aussi l'attitude ferme de la Russie lors des troubles dans les pays de l'Est. En particulier, il se réjouit fort de voir l’Armée Rouge mettre à la raison, en 1968, « une demi-douzaine d'intellectuels judéo-tchèques » et d'avoir eu « la délicatesse de faire occuper le Sudetenland par des divisions Est-allemandes ». Mais le marxisme matérialiste ou universaliste, le gauchisme et son anarchie à prétentions critiques lui déplaisaient. Jon Mirande n'a jamais essayé d'imposer ses idées politiques personnelles aux Basques parce qu'il pensait qu'un idéal commun pouvait se former entre les gens d'opinions divergentes. Par contre, il a lutté longtemps par des articles fréquents contre l'illusion démocratique et l'admiration aveugle de tous nos concitoyens pour la République Française. Dans les « Ennemis de la Basquitude » il écrit : « Par contre de nos jours méprisant l'esprit aristocratique et guerrier des Basques qui furent de fiers chevaliers ils nous donnent en modèle un nouveau Basque de leur façon, pacifique, bon voisin, brave homme à l'esprit démocratique à la française. Je ne dirai pas que cet esprit nouveau est la cause de notre décadence mais sa conséquence et son produit » (traduction 1953). « La France n'a pas aidé les nationalistes basques (en 1936) parce qu'ils étaient basques, mais comme "victimes du fascisme". Suivant les politiciens français les nationalistes basques étaient des "rouges" et plaisaient au gouvernement de gauche de l'époque. Par contre la droite française, amie de Franco, devint ennemie des Basques parce que justement elle pensait qu'ils étaient "rouges". Nous savons que les Basques n'étaient ni "rouges" ni "blancs" mais défenseurs et combattants de l'ethnie basque. » (traduction 1953). Telle était la pensée de Mirande et dans la revue hétérodoxe Igela il a employé une de ses armes favorites, l’humour, pour attaquer les groupements basques indignes et incapables de maintenir les vrais traditions basques et qui se réfugiaient dans un gauchisme autonomiste de rancœur et d'inefficacité.

Jon Mirande n'hésitait pas à manifester son désaccord par de violents pamphlets, des scandales et des canulars qui scandalisaient les bien-pensants de toute sorte. Ainsi quand Albert Dauzat s'opposa de toute son autorité de philologue et dans les colonnes du « Figaro » et du « Monde » à l'adoption de la loi Deixonne sur l'Enseignement des langues régionales (1951 ) Jon Mirande lui écrivit et Dauzat oublia, scandalisé, une partis de la lettre de notre ami où il disait que la France qui voulait détruire l'originalité de notre ethnie n'inspirait que mépris aux jeunes Basques et que si des divisions SS avaient défilé devant l'Arc de Triomphe en ruine, nous aurions été au premier rang pour les applaudir. Dans le même « Figaro » paraissait une annonce demandant des fonds pour une œuvre d'assistance aux jeunes filles en danger moral. Jon écrivit en demandant à la Supérieure de bien vouloir lui confier une jeune fille blonde, vierge et aux yeux bleus pour lui assurer gratuitement son éducation. Goulven Pennaod, notre ami commun, me rappelait qu’un jour, au centre culturel Kêr Vreizh, las d'entendre le pitoyable et pacifique hymne breton, ils s'étaient levés en s'écriant : « Debout pour l'hymne breton » et d’une voix fausse ils entonnèrent « Les filles de Camaret » (voir "Bretagne Réelle" 15.2.73. « De viris Illustribus »).

Par-delà l'humour noir ou clair qui donne à son œuvre son parfum, les grandes questions sur la vie et la mort avaient fait de lui un stoïque et un « spiritualiste athée » ne croyant pas à la résurrection de la lamentable chair, mais à la survie d'une psyché collective. Sa conception du paganisme basque, qui commence à avoir du succès auprès de nombreux jeunes Basques (plusieurs rassemblements païens) n'a rien à voir avec les religions traditionnelles ou leurs parodies; c'est un sentiment profond des liens de l'homme avec la nature et la race et un épanouissement non-anarchique de l'Eros Quant aux croyances animistes encore vivaces, elles l'intéressaient sur un autre plan. Ainsi un jour en réponse à une de mes lettres dans laquelle je lui citais l'exemple des intersignes de l'Ankoù (la mort) dont me parlait un Breton qui mourut peu après, il m'écrivit, en basque comme toujours ; « Ce que tu me dis de ces intersignes est très instructifs Je continue à recueillir de tels cas, bien que je m'intéresse moins à la parapsychologie. L'important serait de connaître quelqu'un ayant rencontré des êtres mythiques ; basajaun, limina, gizotso; ne crois pas que je perde la tête et que je crois en ces êtres aussi naïvement que les chrétiens croient aux anges, mais ce sont des archétypes de notre psyché et de ce point de vue on peut leur attribuer une certaine…existence (Paris, 14,4.61, traduction).

Tel fut Jon Mirande.

Il nous a quitté au moment même où, de plus en plus nombreux, les jeunes écrivains basques de la nouvelle génération, libérés des tabous séculaires de l'Eglise romaine, découvraient avec une ardeur croissante la valeur de celui qui fut un franc-tireur et un précurseur, qui marcha solitaire sur le chemin qu'il s'était frayé et par lequel s'engouffrent maintenant des cohortes. Toutes choses égales, ce destin n'est pas sans rappeler celui de son maître Friedrich Nietzsche qui ne commença d'être connu qu'au moment de sombrer. Il aura été pour l'EuskalHerria un révélateur et un éveilleur. Puisse la semence qu'il a jeté devenir une moisson féconde pour l'Euskadi et pour l'Europe.

Dominique PEILLEN

Sources : Le Devenir Européen – Avril 1974

croix 2

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites