Résistance Identitaire Européenne

Assange bientôt extradé avec la complicité de la Grande-Bretagne

ass

 

C’est la suite d’un long feuilleton. Julian Assange arrêté le 11 avril 2019 après 7 années de réclusion à l’ambassade d’Équateur à Londres avait été jugé non-extradable en raison de son état de santé en première instance en janvier 2021. La Haute Cour de justice de Londres vient de renverser le jugement le 11 décembre 2021 en ouvrant la voie à une extradition vers les États-Unis.

 

Pseudo-garanties américaines

Rappelons que Julian Assange, autrefois encensé par les médias de grand chemin et maintenant abandonné par eux, risque une peine de 175 années de prison (oui vous lisez bien, cent soixante-quinze années de réclusion) par les autorités américaines. Pour obtenir son extradition, les États-Unis laissent entendre qu’il pourrait purger sa peine en Australie, son pays d’origine, et de toutes façons en-dehors d’une prison de régime sévère.

Quand on regarde d’un peu plus près le rapprochement spectaculaire entre les Américains, les Britanniques et les Australiens au prisme du non moins spectaculaire abandon des sous-marins français par l’Australie au bénéfice des américains et des anglais, on peut imaginer les dessous d’une telle promesse. Les américains feront ce qu’ils voudront et les deux petits frères opineront gentiment du chef. Assange dans cette histoire est une victime expiatoire de l’imperium américain. La France s’honorerait en demandant son asile politique.

Source : © Observatoire du journalisme (Ojim) 2012-2021/13 décembre 2021

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites