Résistance Identitaire Européenne

Des armes expédiées à l’Ukraine déjà vendues en partie sur le marché noir ?

téléchargement

 

De la même manière que les sanctions ne fonctionnent pas et se retournent contre eux, les transferts massifs d’armes de l’Occident vers Kiev ont été un désastre, de quelque point de vue que ce soit. Dans une interview accordée au magazine américain « National Defense« , le général de brigade Volodymyr Karpenko, de l’armée ukrainienne, a admis que son pays avait perdu près de 50 % de l’ensemble des armes et équipements reçus. Une partie a été détruite, mais ce n’est pas tout.

La chaîne russe Channel One a rapporté que l’armée ukrainienne abandonne des armes lors de sa retraite. Les Javelins de fabrication américaine et les mines antichars allemandes abandonnés ont été filmés. En outre, les armes envoyées en Ukraine finissent sur le marché noir et sont vendues sur les plateformes du darknet et du deep web. On peut y acheter des systèmes antichars Javellin pour environ 30 000 dollars ou des systèmes britanniques NLAW pour la moitié du prix. Il y a bien sûr une demande pour cela. Les terroristes et les bandes criminelles en sont les acheteurs.

Cette situation a alarmé Interpol et d’autres organismes internationaux et européens. Le 28 mai déjà, la directrice d’Europol, Catherine De Bolle, s’est dite préoccupée par le fait que la guerre augmente l’afflux d’armes sur les marchés noirs du continent. Ces armes pourraient parvenir à des acteurs politiques du Moyen-Orient impliqués dans des conflits locaux, et se répandre dans toute la région, atteignant même des endroits actuellement instables comme la Somalie, le Soudan, le Yémen et l’Égypte. Les livraisons d’armes à destination de la Bosnie, du Kosovo et de l’Albanie font en fait l’objet d’une enquête et peuvent aggraver le problème de sécurité dans les Balkans – et au Sahel également.

L’État islamique  se réorganise cette fois au Sahel, selon Victoria Nuland elle-même (sous-secrétaire d’État américaine aux affaires politiques), qui l’a déclaré en mai. Selon certaines informations, des groupes criminels en Albanie et au Kosovo lui vendent des armes.

La porte-parole du ministère russe des affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré le 9 juin que « la livraison d’armes à l’Ukraine entraînera l’émergence d’un marché noir des armes, notamment en Europe occidentale. » Le secrétaire général d’Interpol, Jurgen Stock, a exprimé des préoccupations similaires quant au fait que l’Afrique et les Balkans deviennent la destination des armes occidentales fournies à Kiev, comme le rapporte Le Figaro. Il a déclaré : « La grande disponibilité des armes pendant le conflit actuel conduira à la prolifération d’armes illicites dans la phase post-conflit. » En réalité, cela se produit déjà, comme on peut le voir sur le dark web.

L’Ukraine est depuis longtemps considérée comme l’un des principaux marchés de trafic d’armes en Europe. Elle est également devenue une destination de transit pour l’importation de drogues telles que l’héroïne. Elle a le troisième score le plus élevé en matière de criminalité sur 33 pays en Europe. Dans le monde d’aujourd’hui, le commerce illicite joue un rôle majeur dans le financement des réseaux terroristes et extrémistes à l’échelle mondiale.

Source : Breizh-info.com - Le 21 juin 2022

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites