Economie

Le concept de « counter economics » chez Samuel Konkin et son application stratégique possible

Publié le . Publié dans ECONOMIE

sk1

Les membres des mouvements anti-mondialistes de droite et de gauche, ainsi que de la quatrième théorie politique, tentent souvent de stopper les mondialistes par des mesures politiques. Cela a souvent conduit à un succès plutôt mitigé. Les systèmes politiques occidentaux sont aux mains des mondialistes, c'est pourquoi chaque parti qui veut être reconnu dans un tel système est obligé de faire des compromis avec « l'ennemi ». C'est pourquoi, sur le plan politique, il ne reste généralement à la résistance qu'à tenter quelques petites réformes sans pouvoir changer quoi que ce soit de fondamental.

La politique, au sens usuel du terme, peut donc être oubliée pour le long terme en tant que force et instrument de réforme. La nouvelle droite recommande le domaine de la culture (généralement pour la jeunesse) comme « champ stratégique de la métapolitique », mais celui-ci se résume toujours à être un soutien quelconque à la politique (politicienne) et en particulier à l'une ou l'autre campagne électorale. C'est pourquoi il devrait y avoir des possibilités de compléter le schéma politique/métapolitique de la Nouvelle Droite par des moyens qui ne visent pas directement un changement formel de pouvoir, mais qui contournent l'Etat et son pouvoir. L'une des variantes anarchistes de la première théorie politique pourrait y contribuer. Il s'agit de l'agorisme imaginé par Samuel Konkin III. (Dérivé d'agora = marché en grec.) Également appelé contre-économie.

 

sk2

 

L'agorisme (qui se situait entre le libéralisme, l'anarchisme de gauche et la nouvelle gauche) est en gros une forme d'anarchisme et a un principe simple : les acteurs du marché qui collaborent avec l'État doivent être rejetés et plus un acteur entre en conflit avec l'État, plus il est « sympathique ». Il s'agit donc d'une distinction classique entre amis et ennemis.  Cela pourrait être adapté à la quatrième théorie politique (de Douguine) de la manière suivante : « Les acteurs du marché et les structures qui collaborent avec les mondialistes (par ex. les entreprises de censure comme Facebook et Google) sont à rejeter. Mais les acteurs qui sont en conflit avec les mondialistes sont bons. On peut y compter aussi bien les marchés noirs que, par exemple, les paysans africains qui ne veulent pas acheter des semences transgéniques coûteuses brevetées par Monsanto). »

La stratégie des agoristes peut être résumée par le fait qu'il ne faut pas soutenir des structures parallèles étatiques ou contre-étatiques afin de priver l'État de son énergie. Les agoristes aiment généralement parler de « marchés noirs ». Mais cela est dû à la faiblesse de la première théorie politique, qui considère toute interaction sociale comme une forme de marché. Les structures religieuses et autres, qui ne visent pas à acheter et à vendre, peuvent également être agoristes, pour autant qu'elles s'opposent d'une manière ou d'une autre à l'État. L'objectif est d'avoir une structure qui n'est pas contrôlée par l'État, mais qui a plus d'influence que ce même État. Cela revient donc à l'ironie suivante : des marchés totalement libres comme moyen d'affaiblir le pouvoir politique des États libéraux.

 

sk3

 

On peut peut-être décrire la stratégie des agoristes comme l'équivalent économique de ce que représente le partisan dans la lutte armée. En même temps, il s'agit également d'une variante économique de l'idée de gauche consistant à utiliser des éléments plus ou moins indésirables par l'idéologie de l'Etat comme moyen de pouvoir (voir par exemple Herbert Marcuse.)

Un exemple montrant que des structures parallèles agoristes peuvent apporter un succès politique est clairement la nouvelle gauche. En commençant par le hippie avec un penchant pour les substances interdites, jusqu'aux Verts et certaines minorités sexuelles (On n'est pas obligé d'approuver cela, mais cela montre qu'il y a un potentiel de pouvoir politique derrière ce genre de choses).  On sait aussi très bien que Limonov aimait fréquenter des cercles sociaux « marginaux » et y nouer des alliances. Ces deux exemples montrent que l'agorisme recèle un potentiel de pouvoir politique (On peut également voir certaines stratégies de migrants islamiques européens et leurs « sociétés parallèles » comme autre exemple).

La Corée du Nord tolère même aujourd'hui plus ou moins de nombreux marchés noirs (appelés « jangmadang »), et leur donne des places officielles [1] [2]. Cela permet également au pays de contourner les sanctions occidentales (L'Etat libre de Fiume de Gabriele d'Annunzio n'a pu survivre que grâce aux marchés noirs. Sinon il aurait été détruit bien plus tôt).

Quels seraient les avantages d'un agorisme ? Premièrement, on aurait un lien métapolitique direct.  Les choses qui sont soit illégales, soit sur le point d'être légalisées, soit sous le feu de la légalité, ont souvent une certaine sous-culture autour d'elles. Par exemple, à gauche, les scènes enthéogènes de la drogue, et à droite, tout le complexe du Second Amendment militia aux Etats-Unis. En menant une stratégie d'agorisme, on peut également influencer ces sous-cultures et établir des liens (Des gens comme le philosophe hippie Terence McKenna, ou Ernst Jünger montrent aussi qu'il y a un potentiel étonnamment grand pour une synthèse des « scènes enthéogènes » et de la pensée traditionaliste).

Ensuite, il se trouve que, par l'agorisme, on ne construit pas seulement une structure politique, mais une infrastructure économique qui peut diriger de l'argent vers des acteurs politiques ou des ONG. Le « libéralisme 2.0 » actuel n'est pas une primauté de l'économie, mais une synthèse dangereuse de la politique, de l'économie et de la sociologie technocratique. C'est pourquoi le « marché blanc » peut très vite être utilisé pour nuire à des acteurs politiques. On le voit bien avec la menace d'Antifa et consorts de faire perdre leur emploi aux dissidents. Mais aussi dans des cas comme le fait que des personnes comme Martin Sellner voient leurs comptes bloqués en permanence. Si les partisans d'une quatrième théorie politique mettent en place leurs propres structures parallèles, on pourrait mettre un terme à ce genre de dérapages (L'exemple le plus réussi d'une telle stratégie est sans aucun doute le bitcoin, ainsi que d'autres crypto-monnaies. Mais des alternatives comme Telegram et d'autres moyens de communication sont également de telles structures parallèles. [3])

Et dans le cas d'une éventuelle méga-catastrophe qui verrait le système occidental s'effondrer d'un seul coup (ce dont certains à droite et à gauche, par exemple Terence McKenna et Guillaume Faye, discutent sous des termes tels que « convergence des catastrophes » ou « onde de temps zéro »), un agorisme réussi aurait directement une structure parallèle qui pourrait rapidement prendre le relais. Cela constituerait un facteur de puissance stratégique, tout en apportant des points positifs au sein du peuple (Le Japon est un exemple de ce genre de choses : après une catastrophe naturelle, les yakuzas sont souvent les premiers à intervenir pour reconstruire. Cela donne aux yakuzas beaucoup d'influence politique, de sympathie dans la population, et rend difficile pour l'Etat d'éliminer les yakuzas. Un autre exemple est Casa Pound en Italie et son aide aux pauvres et aux sans-abri) [4].

 

sk4

 

En même temps, un agorisme est aussi en dessous de la politique. Les trafiquants noirs ne s'intéressent pas au fascisme, au communisme ou au libéralisme.  C'est pourquoi un agoriste ne doit pas choisir son camp. Personne ne peut vous rejeter en tant que « salaud de communiste » ou « méchant nazi », puisque la politique ne joue aucun rôle.

De plus, comme il n'y a pas de politique, les résultats sont plus rapides. Il faudrait probablement des siècles, voire des millénaires, pour que l'AFD ou le FPÖ puissent exiger la réintroduction d'un État corporatiste traditionnel décrit par Evola.  Une révolution armée est plutôt une entreprise dangereuse et nécessite le soutien du peuple, qui n'existe pas sous la forme d'une armée révolutionnaire potentielle. Et une action militaire de la Russie signifierait une guerre nucléaire potentielle avec les États-Unis. Mais si quelques personnes veulent fonder une colonie de type « Amish » ou autre, elles mettent l'Etat devant le fait accompli et les Verts et consorts pourront d'abord se plaindre, mais rien ne changera (De nombreuses minorités comme les vieux croyants ou les juifs européens ont pu défendre leur tradition contre une résistance extrême grâce à des structures parallèles non étatiques.  C'est pourquoi l'agorisme est aussi stratégiquement important dans le sens de la préservation de la tradition). Si l'on pouvait un jour retrouver un « no man's land sans État » à la Kowloon à Hong Kong, on aurait même exclu le pouvoir de l'État.

Et bien sûr. Tout marché blanc est soumis à l'impôt. On peut détester autant qu'on veut le genderisme, le Great Reset, les guerres pour la promotion de la démocratie au Proche-Orient, etc. Dès que l'on vit en Occident, on doit financer ces conneries avec l'argent de ses impôts. L'agorisme crée des marchés sans (ou avec beaucoup moins) d'impôts. Il prive donc l'adversaire d'énergie. Et la lutte contre les structures parallèles consomme des matières premières étatiques.

Le principal danger de cette stratégie est que l'on crée quelque chose de potentiellement incontrôlable, ce qui peut importer des choses positives ou négatives dans le système. Par exemple, dans le débat sur les drogues. Ernst Jünger a pris du LSD. Le cannabis, l'ayahuasca, les champignons et autres ont été utilisés lors de nombreuses cérémonies religieuses légitimes dans le monde. Mais d'un autre côté, on ne veut pas créer une infrastructure qui permette un apport incontrôlable d'héroïne ou de crystal meth.
Et bien sûr, devenir criminel place les gens sur le radar des autorités (et de toute façon, on ne devrait pas commettre de délits). Pour l'activisme politique, il est important de rester suffisamment sous le radar des pouvoirs publics. C'est pourquoi il est nettement préférable de se concentrer sur des choses légales, des zones grises juridiques ou sur des choses qui sont sur le point d'être légalisées. Ou, à la manière de « Silk Road », de ne rien faire soi-même, mais seulement de construire des infrastructures pour les autres. Selon le principe « Ici, tu as une plate-forme. Ce que tu en fais est de ta responsabilité ».

Michael Kumpmann

Notes:

[1] Au sujet de la Corée du Nord, il convient également de noter son implication dans les cryptomonnaies. Voir à ce sujet : https://www.bbc.com/news/technology-58719884 et https://thewalrus.ca/north-korea-cryptocurrency/ L'Iran semble également adopter une stratégie similaire à celle de la Corée du Nord : https://cvj.ch/fokus/hintergrund/bitcoin-als-bedeutender-wirtschaftszweig-im-iran/

[2] Ce document décrit en détail le système de marché noir de la Corée du Nord : https://www.scirp.org/journal/paperinformation.aspx?paperid=93739 

[3] Les structures de communication parallèles sont extrêmement importantes, car les Big Tech et l'État agissent à la fois contre la gauche et contre la droite en essayant de priver ces groupes de moyens de communication.  L'interdiction de Linksunten Indymedia (https://www.sueddeutsche.de/medien/indymedia-verbot-bundesverwaltungsgericht-1.4773367 ), les tentatives de destruction du site américain « Counter Currents » (https://counter-currents.com/2017/08/counter-currents-under-attack-2/), l'action du Verfassungsschutz contre Compact Magazin ( https://www.tagesschau.de/inland/innenpolitik/compact-magazin-101.html ) ainsi que les blocages de personnes comme Alex Jones, Martin Sellner, Oliver Janich et d'autres sur Youtube en sont des exemples. Beaucoup de ces groupes et individus ont pu s'en sortir en utilisant VK.com, Telegram ou le Darknet. D'un point de vue stratégique, on constate malheureusement souvent un esprit de clocher. Par exemple, la droite se plaint lorsque Compact est attaqué, mais se réjouit en même temps de l'interdiction d'Indymedia. Cela devrait être évité. D'un point de vue stratégique, il serait plus judicieux de se positionner publiquement contre de telles stratégies de censure. Car cette guerre de la communication concerne tout le monde, que ce soit à gauche ou à droite.  Et en fait, le libéralisme était autrefois « ce que tu dis me déplaît, mais je me bats pour ton droit à le dire », avant que les valeurs de Monsieur Popper ne changent cela au nom de la société ouverte.

[4] Il existe dans le libéralisme 2.0 une tactique selon laquelle des activistes poussent les membres de groupes minoritaires vulnérables à la dépendance de l'État par le biais de sous-groupes tels que Neurodiversity ou une partie de Black Lives Matter via des pseudo-programmes d'aide et utilisent ensuite ces groupes comme actifs pour des objectifs politiques (parfois appelé « bioléninisme ».) D'autres personnes pourraient facilement torpiller ce genre de choses par des mouvements de base.

Ex: https://www.geopolitica.ru/de/article/samuel-konkins-konzept-der-counter-economics-und-seine-moegliche-strategische-anwendung

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites