Géopolitique

SPECIAL KAZAKHSTAN VS NOUVEL ORDRE MONDIAL

Publié le . Publié dans GEOPOLITIQUE

 

Le Kazakhstan: la nouvelle cible

 

Avant-propos

Avant de tirer des conclusions hâtives sur la nature des manifestations actuelles au Kazakhstan, il est nécessaire de développer une vision globale permettant de situer le pays dans un paysage géopolitique international de plus en plus complexe.

À cet égard, plusieurs facteurs méritent une attention particulière. En premier lieu, on ne peut éviter de souligner que la Russie et la Chine, surtout au cours des dix dernières années, ont développé des stratégies capables de contrebalancer (et, à certains égards, d'empêcher) la force propulsive des tentatives occidentales de réaliser les soi-disant « changements de régime ». Les cas les plus évidents à cet égard sont l'endiguement des manifestations à Hong Kong (en ce qui concerne la Chine), la réponse russe au coup d'État atlantiste en Ukraine et la récente crise entre la Pologne et le Bélarus. Les deux derniers exemples en particulier ont fait « jurisprudence ». En ce qui concerne l'Ukraine, en 2014, la Russie est même allée jusqu'à utiliser le concept de « responsabilité de protéger » (la fameuse R2P largement exploitée par l'Occident en Serbie et en Libye) pour justifier l'annexion de la Crimée: en d'autres termes, elle a utilisé un instrument « occidental » pour mener à bien une action qui, en réalité, est en totale contradiction avec le positivisme normatif qui règne dans le droit international américano-centré. Il en va de même pour la récente crise migratoire à la frontière entre la Pologne et le Belarus (qui a également été au centre d'une tentative ratée de révolution colorée). Nous avons encore une fois assisté à l'utilisation d'une arme typiquement occidentale (le flux migratoire visant à déstabiliser la politique interne du pays qui le subit) contre un pays occidental (plus ou moins la même chose que ce qui est arrivé à l'Italie, mais perpétrée par des alliés supposés) qui a contribué à créer ces vagues migratoires grâce à sa participation active aux guerres d'agression des États-Unis et de l'OTAN (la Pologne faisait partie de la fameuse « coalition des volontaires » qui a attaqué l'Irak en 2003 avec la Grande-Bretagne, l'Australie et les États-Unis).

 

ka1

 

Sur la même longueur d'onde, on peut interpréter l'attitude russe envers l'Arménie de l'ancien Premier ministre pro-occidental Nikol Pashynian. Ce dernier, arrivé au pouvoir à la suite d'un exemple typique de « révolution colorée », après n'avoir rien fait pour éviter un nouveau conflit avec l'Azerbaïdjan, a naturellement dû se heurter à la réalité d'un Occident peu intéressé par la santé du peuple arménien et beaucoup plus intéressé par la création du chaos aux frontières de la Russie. Une prise de conscience qui l'a inévitablement conduit à chercher une solution du côté russe pour assurer sa propre survie et celle de l'Arménie elle-même.

Deuxièmement, il est nécessaire de garder à l'esprit que la pénétration occidentale (en particulier nord-américaine) en Asie centrale est ancienne. Sans s'embarrasser de la doctrine de « l'arc de crise » de Brzezinski et de ses associés, avec ses suites terroristes, il suffit dans ce cas de rappeler la formule C5+1 (les anciennes républiques soviétiques plus les États-Unis) inaugurée sous l'administration Obama et renforcée sous la présidence Trump. L'objectif de cette formule était (et est toujours) de favoriser la pénétration américaine dans la région, notamment en termes de « soft power » et de services de renseignement, afin de contrer le projet chinois de la nouvelle route de la soie. À cet égard, il ne faut pas négliger le fait que Washington n'a jamais cessé de rêver à la rupture de l'axe stratégique Moscou-Pékin. Et il n'est pas si improbable que ce soit précisément le Kazakhstan (un pays dans lequel la pénétration nord-américaine est plus forte qu'ailleurs) qui ait été chargé de cette tâche (ce que l'on ne pourra commencer à évaluer que dans les prochains jours). On ne peut pas non plus exclure que la Russie et la Chine en soient parfaitement conscientes.

 

Pénétration nord-américaine du Kazakhstan

Le Kazakhstan entretient de solides relations diplomatiques et commerciales avec les États-Unis depuis son indépendance. Washington a été le premier à ouvrir un bureau de représentation diplomatique dans l'ancienne République soviétique après son indépendance et Nursultan Nazarbayev a été le premier président d'un État d'Asie centrale à se rendre aux États-Unis. En fait, le Kazakhstan a cherché à mettre en œuvre une stratégie d'équilibre substantiel entre les puissances eurasiennes voisines (Russie et Chine) et la puissance mondiale hégémonique (les États-Unis). Si cette tentative d'équilibrage géopolitique (d'équilibre multi-vecteurs entre les puissances) a porté ses fruits dans les deux premières décennies de la vie de la République, il n'en va pas de même à partir du moment où la compétition entre l'Occident et l'Eurasie (malgré les efforts de la Chine pour échapper au « piège de Thucydide ») s'est davantage aggravée. En effet, une telle stratégie (dont nous sommes peut-être en train d'observer les résultats), dans un contexte international où la crise permanente est devenue une normalité (due également à l'anxiété stratégique de la puissance hégémonique qui sent sa primauté remise en cause), devient particulièrement problématique. Et avec cela, le risque d'être englouti dans les mécanismes d'une nouvelle guerre froide devient de plus en plus élevé.

 

ka2

 

Il est bon de souligner que le pays reste l'un des principaux alliés de la Russie et de la Chine. Il est fermement ancré dans l'Union économique eurasienne et l'Organisation du traité de sécurité collective (ces deux institutions, pourrait-on dire, n'auraient aucun sens sans le Kazakhstan). En même temps, elle fait partie intégrante de l'Organisation de coopération de Shanghai et joue un rôle central dans le projet chinois d'interconnexion eurasienne de la nouvelle route de la soie.

Cela n'a pas empêché le pays de développer davantage ses liens étroits avec Washington. À une époque où de nombreux pays d'Asie centrale se sont désintéressés des États-Unis (considérés comme n'étant plus indispensables pour contrebalancer l'influence russe et chinoise), leur préférant la Turquie pour des raisons d'affinités culturelles, le Kazakhstan est resté accroché aux États-Unis. Sa relation avec Washington, contrairement à ses voisins immédiats, n'était en aucun cas associée à la présence américaine en Afghanistan. Les entreprises américaines gèrent toujours une grande partie de la production pétrolière du Kazakhstan, qui représente 44 % des recettes de l'État. Plus précisément, 30 % du pétrole du Kazakhstan est extrait par des sociétés nord-américaines, contre 17 % par les sociétés chinoises CNPC, Sinopec et CITIC et 3 % par la société russe Lukoil.

En 2020, les échanges commerciaux entre les États-Unis et le Kazakhstan se sont élevés à environ 2 milliards de dollars. Il s'agit d'un chiffre plutôt faible si on le compare aux 21,4 milliards de dollars d'échanges avec la Chine (qui a ouvert son énorme marché intérieur aux produits agricoles kazakhs) et aux 19 milliards de la Russie (où l'industrie de l'armement joue un rôle majeur). Toutefois, les 2 milliards d'échanges avec les États-Unis sont presque trois fois plus élevés que les 600 millions d'échanges totaux avec les autres pays d'Asie centrale [1].

 

ka3

 

En outre, depuis 2003, le Kazakhstan organise chaque année des exercices militaires conjoints avec l'OTAN. En outre, de 2004 à 2019, les États-Unis ont vendu au Kazakhstan des armes pour une valeur totale de 43 millions de dollars (un chiffre qui n'est pas particulièrement élevé, mais qui indique bien que le Kazakhstan a toujours essayé de créer des canaux alternatifs aux fournitures russes).

Il n'est donc pas surprenant que la rhétorique officielle de la République et de ses principaux médias soit totalement dépourvue des invectives anti-occidentales qui caractérisent les autres pays de la région. L'actuel président Kassym-Jomart Tokayev (un sinologue diplômé de l'Institut d'État des relations internationales de Moscou), par exemple, n'a jamais pris parti pour Moscou sur les questions internationales, essayant toujours de maintenir une vague neutralité. Et tant Moscou que Pékin n'ont pas manqué de critiquer le Kazakhstan lorsque le pays a permis aux États-Unis de rouvrir et de poursuivre le développement de certains laboratoires biologiques de l'ère soviétique. En particulier, de nombreux doutes ont été émis quant aux réelles activités nord-américaines dans les laboratoires d'Almaty et d'Otar (près des frontières avec la Russie et la Chine). L'accusation (même pas trop voilée) est que des armes biologiques sont développées dans ces sites. Cette accusation ne semble pas si infondée si l'on considère que les États-Unis disposent de laboratoires similaires dans 25 pays. Ces laboratoires sont financés par la Defence Threat Reduction Agency (DTRA), dont les gestionnaires des programmes militaires sont des entreprises privées qui ne sont pas directement responsables devant le Congrès américain. Et c'est précisément dans ces laboratoires que les expériences sur les coronavirus ont eu lieu (et ont encore lieu) [2].

 

Les protestations

Qu'est-ce qui a motivé les protestations de ces derniers jours ? Tout d'abord, il est nécessaire de garder à l'esprit que ce n'est pas la première fois que de telles manifestations ont lieu au Kazakhstan. En 2011, par exemple, 14 travailleurs de l'industrie pétrolière ont été tués à Zhanaozen lors d'une manifestation contre les conditions de travail difficiles et les bas salaires.

Il n'est pas surprenant que les manifestations de ces derniers jours aient commencé plus ou moins dans la même région, non seulement en raison de l'augmentation exponentielle du prix du carburant, mais aussi des licenciements massifs mis en œuvre par la gestion « occidentale » de l'industrie pétrolière et de la politique économique fondée sur des modèles néolibéraux. Les travailleurs protestataires sont principalement issus de la société Tenghizchevroil (50% Chevron, 25% ExxonMobil et 20% KazMunayGas). L'une des raisons de cette protestation est le fait que 70 % de la production pétrolière kazakhe est destinée à l'Occident.

Cela devrait, du moins en théorie, démontrer le caractère essentiellement spontané des premières manifestations. A première vue, il ne semble pas possible de parler d'une réponse occidentale (au cœur de l'Eurasie) aux avancées diplomatiques chinoises en Amérique latine. Cela n'exclut toutefois pas que les manifestations puissent être utilisées pour créer le chaos et déstabiliser le pays (une possibilité non négligeable si l'on considère le réseau dense d'organisations occidentales présentes, le rôle néfaste de la « cinquième colonne » d'oligarques pro-occidentaux et l'intérêt croissant de certaines agences de presse pour ce qui se passe en ces heures), peut-être même en exploitant les tensions potentielles entre les différentes communautés ethniques qui composent la population kazakhe.

 

ka 4

 

En conclusion, ce que les dirigeants politiques de nombreux pays de l'ex-Union soviétique (et de l'ancien bloc socialiste) n'ont pas encore compris, c'est que tenter de devenir amis avec l'Occident n'est pas en soi une garantie de survie politique. L'Ukraine, par exemple, est un État en déliquescence que l'OTAN cherche à exploiter comme champ de bataille (fourrage à abattre en cas d'agression contre la Russie). La Pologne doit sa « bonne fortune » à sa situation géographique entre la Russie et l'Allemagne, etc. Sans parler des innombrables cas dans lesquels les États-Unis se sont acharnés sur leurs anciens alliés et leurs outils géopolitiques extemporanés : de Noriega à Saddam, en passant par Ben Laden et Al-Qaïda.

Dans ce contexte, le rôle de la Russie et de la Chine sera à nouveau d'empêcher le chaos: d'empêcher la déstabilisation du Kazakhstan et d'éviter que cela n'affecte le processus d'interconnexion de l'Eurasie.

Daniele Perra

Source première: https://www.eurasia-rivista.com/obiettivo-kazakistan/

Ex: https://www.geopolitica.ru/it/article/obiettivo-kazakistan

NOTES
[1] T. Umarov, Can Russia and China edge the United States out of Kazakhstan, www.carnagiemoscow.org.

[2] Voir The Pentagon Bio-weapons, www.dylana.bg.

 

La révolte au Kazakhstan nous apporte de grandes leçons 

 

Le Kazakhstan subit une révolte interne de grande ampleur. Cette révolte a commencé contre la hausse des prix du carburant.

La révolte s'est transformée en affrontements sanglants dans les rues des grandes villes. Le président a révoqué les augmentations et a demandé la démission du premier ministre. Malgré cela, les manifestants ont multiplié les attaques contre les bâtiments publics et les forces de police, presque comme une répétition de la méthode utilisée pour renverser le gouvernement Ianoukovitch en Ukraine, dans ce qui est devenu le soulèvement de la place Maidan.

Le gouvernement kazakh a demandé un soutien militaire aux autres pays de l'Organisation du traité de sécurité collective (Russie, Arménie, Belarus, Tadjikistan, Kirghizstan). Des forces militaires ont été envoyées pour combattre les manifestants, qui ont été qualifiés de terroristes par le gouvernement du pays.

Un fait qui attire l'attention est qu'il y avait une intention claire de renverser le gouvernement, sans que la satisfaction des demandes initiales n'arrête la fureur de la révolte.

 

Il y a beaucoup à réfléchir dans cet épisode.

La première réflexion porte sur la géopolitique. Le Kazakhstan est essentiel à la route de la soie et, par conséquent, à l'expansion du plus grand marché du monde. Il est essentiel pour la Chine. Cela suscite évidemment la fureur des entreprises associées à la puissance américaine. En outre, faire du Kazakhstan un ennemi de la Russie apporterait un énorme avantage militaire à l'OTAN. En d'autres termes, la conquête de ce pays obéit à la doctrine militaire américaine d'encerclement de la Russie et de la Chine.

La deuxième réflexion porte sur un vieux motif de guerre au XXe et au XXIe siècle : la domination des sources de combustibles fossiles et de minéraux. Le Kazakhstan possède d'énormes réserves de pétrole et de gaz, ainsi que d'autres ressources minérales stratégiques comme l'uranium et le potassium. Même si les sociétés occidentales participent à l'exploration, cela n'a jamais été une garantie de satisfaction pour les sociétés pétrolières et autres sociétés de matières premières. On peut toujours en gagner plus. Et pour cela, les gouvernements soumis sont les mieux adaptés.

 

K1

K2

 

La troisième réflexion est que plusieurs révolutions ont été organisées par des groupes qualifiables d'extrême droite dirigés par des agences de renseignement américaines et financés par des sociétés internationales. Révolutions de l'arriération, de la xénophobie et de la lutte contre les conquêtes sociales et du travail. Entièrement dédié à la régression humaine, sociale, économique et politique.

 

La question centrale est la suivante : comment cela a-t-il été possible ?

Le 20e siècle a vu une immense corruption de la pensée, qui a été rendue possible par le financement des agences de renseignement pendant la période de la guerre froide. Le financement des « penseurs » adaptés à un système particulier s'est développé à cette époque. Les programmes de certains cours dans les universités ont été transformés en une diffusion idéologique répétée sur un mode constant et grossier. Il suffit de regarder les programmes de la plupart des cours d'économie dans le monde. Une dévotion à des principes irréels et des analyses déconnectées de la réalité. Le résultat est que nous avons eu, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, une corruption de la pensée, une soumission de l'analyse aux intérêts des gouvernements et des entreprises. Des « intellectuels » payés pour maintenir les populations soumises.

Nous avons donc une répétition de l'analyse dans un cercle vicieux. Une profonde incapacité à comprendre les phénomènes et à voir des solutions aux problèmes urgents qui nous touchent.

L'un de ces problèmes est l'incapacité à percevoir qu'il existe une base réelle pour les soulèvements populaires, et que le problème économique de l'appropriation des surplus reste au centre des préoccupations du peuple.

La chute des régimes en Europe de l'Est et en Union soviétique semblait avoir éliminé le débat sur l'exploitation et l'appropriation des richesses. Les gouvernements occidentaux, de gauche comme de droite, ont agi de la même manière en démantelant la sécurité sociale, les législations sur le travail et les droits sociaux. Les politiques d'immigration des pays les plus riches ont été favorisées, réduisant du même coup les droits des travailleurs afin d'obtenir une main-d'œuvre craintive et donc extrêmement bon marché.

Dans les pays de l'ancien bloc soviétique, ces politiques ont été intégrées avec zèle. Les inégalités se sont creusées, la misère et la surexploitation sont devenues monnaie courante.

Cependant, la géopolitique est à nouveau intervenue ; il fallait créer des ennemis, après tout, les ventes d'armes, les systèmes de renseignement, les systèmes de sécurité et le contrôle des sources de matières premières étaient nécessaires pour développer et maintenir des taux élevés d'accumulation du capital.

La Russie a été prise par surprise. Vladimir Poutine se plaint encore aujourd'hui de l'agression occidentale et de la géopolitique de l'encerclement promu par l'OTAN autour du territoire russe et de ses alliés, apparemment sans comprendre que l'adhésion au capital n'est pas une garantie de sécurité.

Les parties occidentale et orientale se sont unies dans des politiques qui concentrent les revenus. La gauche a adhéré à la gestion néolibérale du capital, perdant sa capacité à être le représentant politique et intellectuel des couches exploitées. Mais l'inégalité est là et toujours avec un immense potentiel de révolte.

En Occident, la révolte a été dirigée par l'extrême droite mais vers des aspects qui ne détruisent pas in fine la normalité de l'accumulation du capital. Le capital coexiste désormais tant avec le visage du progrès social qu'avec celui de la barbarie. Bien que la barbarie soit dorénavant plus rentable. Mais elle peut encore maintenir des pays socialement organisés et apparemment démocratiques. Il est très important de conserver ces pays comme tels. Ce sont des images pour la propagande de la normalité capitaliste. Quelque chose comme des objectifs à atteindre par les pays « arriérés » ou insuffisamment capitalistes.

Cependant, l'avancée de la nécessité d'augmenter les taux de profit des entreprises a démantelé la normalité même dans les pays capitalistes centraux. Et c'est là qu'apparaît la possibilité d'une révolte. Ainsi, pour éviter qu'il s'agisse d'une révolte contre le capital, il est nécessaire d'orienter la révolte vers un ressac social tel que préconisé par l'extrême droite.

Une gauche pacifiée et soumise ne peut plus contrer la radicalisation de la droite. Elle ne peut que « résister » et réagir à la perte du processus civilisateur capitaliste en se laissant prendre au piège de la défense du capital humanisé et progressiste lui-même. C'est l'un des dilemmes des luttes sociales en Occident.

A l'Est aussi, les mécanismes économiques s'imposent. Les dures conditions d'appropriation de l'excédent productif par le capital concentrent également la richesse dans quelques mains. Cependant, à l'Est, le droit n'est pas seulement utilisé pour établir la barbarie, mais pour approfondir la soumission des gouvernements aux intérêts des entreprises. Les populations sont manœuvrées à l'Ouest et à l'Est pour maintenir le contrôle du capital. Mais à l'Est, les intérêts sont plus larges et plus destructeurs.

La Russie et son président connaissent les intérêts géopolitiques, mais ils ne comprennent pas que la lutte se poursuit selon les lignes séculaires de la lutte entre le capital et les êtres humains. Il n'y aura pas de paix dans les pays de l'Est tant qu'il n'y aura pas de proposition pour surmonter la domination du capital à travers ses entreprises, ses secteurs militaires et ses services de sécurité et de renseignement.

En d'autres termes, les révolutions de droite ne seront pas arrêtées par les armes et les renseignements. L'épée est suspendue au-dessus des gouvernements qui maintiennent l'inégalité capitaliste et l'appropriation des richesses par les secteurs les plus riches.

En fin de compte, l'alarme d'urgence concerne toujours le capitalisme et ses conséquences néfastes et la nécessité d'une proposition théorique et pratique pour son dépassement.

Fabio Sobral

Source: https://dossiersul.com.br/a-revolta-no-cazaquistao-nos-traz-grandes-licoes-fabio-sobral/

Fábio Sobral est membre du comité de rédaction de A Comuna et professeur d'économie écologique (UFC).

 

Le spectre de la révolution colorée au Kazakhstan

 

Le Kazakhstan, État clé de l'Asie centrale et colonne vertébrale des projets continentaux hégémoniques de la Russie et de la Chine, est en état d'urgence depuis le 5 janvier et en état de sédition depuis les 2 et 3. Le casus belli de la crise a été le doublement soudain et fulgurant du prix du GPL, le carburant préféré des automobilistes kazakhs, que les franges les plus violentes de la contestation ont utilisé comme prétexte pour lancer un coup d'État armé et voilé de grande ampleur.

Toutes les tentatives de compromis avec les manifestants - depuis le rétablissement du prix antérieur du GPL jusqu'au nettoyage des salles de contrôle - s'étant révélées vaines, et des preuves étant apparues pour étayer la thèse d'une opération de déstabilisation dirigée de l'extérieur, la présidence Tokayev, le 5, a demandé et obtenu l'intervention de l'Organisation du traité de sécurité collective. Depuis ce jour, grâce aussi à l'inauguration d'une ligne basée sur la tolérance zéro envers les plus virulents fauteurs de troubles, la crise s'est lentement résorbée. Mais entre Moscou, Nursultan et Pékin, ce sera la dissonance, et pour (longtemps).

 

Les derniers développements

Le 7 janvier, dans le contexte de l'arrivée des forces de maintien de la paix de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) sur le sol kazakh, le président Kassym-Jomart Tokayev a fait le point sur l'état de l'insurrection devant les membres du gouvernement et ses collègues du Conseil de sécurité, dont il avait pris la tête deux jours auparavant.

Selon M. Tokayev, d'un point de vue réel, l'état de la crise, au 7 janvier, serait le suivant :

    - L'opération de répression des émeutes a pris les connotations d'une opération antiterroriste, étendue à l'ensemble du territoire national, et voit l'implication de la police, de la garde nationale et de l'armée.
    - Dans les épicentres de la sédition, à savoir Aktobe et Almaty, la situation s'est stabilisée.
    - A Almaty, où s'est concentré l'essentiel des violences, le rétablissement progressif de l'ordre a permis de faire un premier bilan des dégâts : plusieurs bâtiments administratifs ont été vandalisés et des biens privés attaqués.
    - Cependant, les affrontements continuent de se propager entre les agents de sécurité et les bandes armées d'émeutiers.
    - La présidence est convaincue que les émeutes ont été et sont infiltrées par des combattants formés à l'étranger, notamment « des spécialistes formés au sabotage idéologique, qui utilisent habilement la désinformation ou la déformation des faits et sont capables de manipuler l'état d'esprit des gens ».
    - Le Conseil de sécurité et le bureau du procureur général ont lancé une enquête sur le présumé « poste de commandement impliqué dans la formation » des candidats au coup d'État.

 

Une direction externe ?

Dans le même communiqué, il est également expliqué « qu'un rôle d'assistance et, en fait, d'instigation [...] a été [joué] par les médias dits libres et des personnalités étrangères ». Entités et personnalités dont le président en exercice n'a pas fourni les coordonnées, mais dont l'identité n'est pas difficile à retracer. Aussi parce que, de manière éloquente, ils ne se sont pas cachés.

L'ancien banquier et fugitif Mukhtar Ablyazov, par exemple, s'exprimant depuis Paris, s'est autoproclamé leader des protestations, a déclaré qu'il se coordonnait quotidiennement avec les émeutiers et a invité l'Occident à intervenir afin d'éviter que la crise ne rapproche encore plus le Kazakhstan et la Russie. Pour enrichir le tableau brossé par la prise de responsabilité d'Ablyazov, qui dissipe tout doute sur l'implication d'acteurs extérieurs dans les troubles, il y a aussi les déclarations de Konstantin Kosachev, président de la commission des affaires étrangères du Conseil fédéral de la Fédération de Russie, selon lesquelles des « miliciens de groupes armés » du Proche et Moyen-Orient et d'Afghanistan combattent dans les rues du Kazakhstan.

L'existence et la preuve d'une direction extérieure, plus que toute autre chose à la lumière des déclarations d'Ablyazov, semblent irréfutables. Et la rapidité avec laquelle les troubles se sont propagés des périphéries vers le centre, sans parler de la qualité de l'organisation et de l'armement, constitue un autre indice en faveur de la piste étrangère. Cela n'enlève rien au fait qu'une société cohésive, développée et juste est une société à l'épreuve du feu, c'est-à-dire résistante à la révolution colorée et autres types similaires de désordres. Et ce qui s'est passé ces derniers jours a montré à la présidence Tokayev que le Kazakhstan, bien qu'ayant les indices de bien-être les plus élevés d'Asie centrale, n'a pas encore atteint la maturité, et encore moins l'unité et la prospérité nécessaires pour rendre le système imperméable aux ambitions intrusives et aux opérations perturbatrices des autres.

Aujourd'hui, c'est Nur-Sultan qui explose au-dessus de la caravane, mais hier c'était Santiago du Chili, et demain ce pourrait être Moscou et Pékin. Il est donc plus que certain que les événements de ce mois-ci seront soigneusement analysés par les deux gardiens de l'Asie centrale, qui ont trouvé dans les modèles d'autocratie éclairée et de dictature bienveillante une alternative à la démocratie libérale occidentale et qui, aujourd'hui, se voient toutefois obligés d'en reconnaître les limites.

Pietro Emanueli

Source: https://it.insideover.com/politica/lo-spettro-della-rivoluzione-colorata-sul-kazakistan.html

Bulletin N°60. Révolte au Kazakhstan, MS 21.09.01.2021

 

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites