Patries Charnelles

Le drame du Kosovo: le berceau de la Serbie est devenu une enclave musulmane

Publié le . Publié dans PATRIES CHARNELLES

ko1

 

Erdogan a donné le coup d'envoi de ses activités diplomatiques de 2022 par une visite en Albanie. Le premier ministre turc cherche à consolider son influence dans le pays musulman des Balkans face aux timides tentatives de l'Italie de retrouver son ancienne présence traditionnelle dans la région, interrompue sous le communisme et pendant le régime pro-chinois d'Enver Hoxha.

La puissance croissante de l'Albanie dans la région n'est pas perdue pour les Etats de la région. Le Kosovo, berceau et terre sainte des Serbes, est devenu un territoire à majorité albanaise et musulmane, conséquences de la substitution démographique. La logique conduira à la création d'une Grande Albanie, bientôt rejointe par la zone à majorité albanaise de Macédoine du Nord, qui deviendra un Etat musulman, lié à Washington et Ankara sur la fragile scène des Balkans.

 

ko2

ko3

 

Kosovo, une histoire mouvementée

On trouve au Kosovo des vestiges culturels remontant à la période néolithique, ce qui laisse supposer une population importante et un degré de civilisation significatif dans la région dès les premiers temps.

Les peuples indo-européens de la branche illyro-thrace sont arrivés sur le territoire entre le IVe et le IIIe siècle avant J.-C., et le monde romain s'est imposé à cette population, ce qui a eu un effet d'acculturation important sur la région. Après la chute de l'Empire romain d'Occident, le Kosovo actuel a fait partie de l'Empire romain d'Orient, que les historiens appellent à tort l'Empire byzantin.

 

ko4

 

Le Kosovo, qui jouxte l'Albanie et la Macédoine, a été l'un des premiers lieux d'implantation des Serbes dans les Balkans aux Ve et VIe siècles. Les Serbes étaient l'une des tribus slaves qui peuplaient la région des Balkans à cette époque, devenant l'élément ethnique majoritaire, bien qu'en symbiose avec le substrat illyrien-latin.

Soumis à ce qu'on appelle l'Empire byzantin (en réalité l'Empire romain d'Orient), les Serbes se sont convertis au christianisme orthodoxe. En 850, ils sont devenus sujets du premier Empire bulgare. Les Bulgares étaient un peuple des steppes apparenté aux Hongrois qui a conquis une partie de la région des Balkans au IXe siècle, laissant peu de traces, seulement le nom et l'appellation de la Bulgarie actuelle, dont les habitants ne descendent pas principalement de ces Bulgares, mais sont slaves par leur ethnie, leur langue et leur religion orthodoxe, et donc étroitement apparentés aux Serbes et aux Russes.  Après la chute de l'éphémère empire bulgare, la région a été reconquise par Constantinople (la capitale de l'empire byzantin), mais les différents royaumes serbes ont commencé à lutter pour leur indépendance, faisant du Kosovo la plus forte zone de résistance serbe à la domination impériale.

 

ko5

 

La Serbie a connu son apogée sous les Nemanides et le règne de leur tsar, Douchan, à la fin du XIVe siècle, ce qui en a fait l'État le plus important des Balkans. Le Kosovo, cœur du royaume serbe, a vu se multiplier les monastères, trésors architecturaux, déclarés sites du patrimoine mondial, dont Pec, qui symbolise l'autorité suprême de l'Église orthodoxe serbe. À l'époque, les Serbes étaient majoritaires dans la région, bien qu'il y ait de petites communautés de Grecs, de Bulgares et d’Allemands-Saxons.

L'invasion turque, qui a eu lieu après la chute de Constantinople (aujourd'hui Istanbul), a atteint le Kosovo à la fin du XIVe siècle.  Pour arrêter l'avancée turque, une coalition chrétienne dirigée par Lazare Hrbeljanovic est formée, qui comprend des Serbes, des Valaques, des Albanais (l'Albanie n'est pas encore musulmane), des Hongrois et des Serbes. Les Turcs ont progressé rapidement sur le territoire des Balkans et la guerre s'est déroulée dans le champ dit du Kosovo. Les chefs des deux armées, le prince serbe Lazare Hrebeljanovic et le sultan turc Moura, sont tués, mais les troupes turques parviennent à disperser les troupes chrétiennes épuisées. 

Selon la tradition serbe, le prince Lazare et la noblesse serbe, qui avaient été faits prisonniers, ont choisi de mourir plutôt que de se convertir à la foi musulmane, préférant la mort dans la liberté à la soumission et à la servitude.

Cette défaite est encore présente dans le cœur de chaque Serbe, et transforme pour eux le Kosovo en un lieu mystique, hors du temps, présent dans la mémoire de chacun d'entre eux. Le Kosovo est la terre sainte où, après avoir connu la puissance et la gloire, les Serbes sont tombés en esclavage.

Pour les Serbes, le Kosovo n'est pas seulement un espace géographique, c'est un territoire métaphysique auquel les Serbes se sentent liés, après plus de six cents ans, par un serment qui proclame le culte des héros et incarne le mystère de la mort et de la résurrection de la nation serbe.

 

Substitution ethnique : l'albanisation du Kosovo

Pendant la soumission à l'Empire ottoman, le Kosovo était inclus dans la « Roumélie », qui englobait la partie de l'Europe soumise au sultan.  Logiquement, durant ces années, l'islamisation du territoire a commencé, et c'est à ce moment-là que les Albanais et les Bosniaques - deux peuples européens - ont commencé à embrasser le Coran. 

Le XVIIe siècle voit le début de la guerre entre les Turcs et le Saint Empire romain germanique, qui est déterminé à rendre ces terres à la civilisation européenne. Les contre-offensives turco-musulmanes continues s'accompagnent de terribles pillages, viols et incendies. La répression turque visait principalement les Serbes, dont 30.000 d'entre eux, menés par le patriarche orthodoxe Arsenije III, ont été contraints de se réfugier en Autriche, lors de cet épisode de leur histoire que les Serbes appellent encore la Grande Migration. C'est alors, sous la protection des Turcs, que les Albanais ont commencé à arriver en masse, modifiant la composition ethnique du Kosovo.

 

ko6

 

Au 19ème siècle, un certain sentiment nationaliste albanais kosovar régnait dans la région.  En 1912, après la première guerre des Balkans, le Kosovo a été reconnu internationalement comme une province de la Serbie nouvellement libérée, et le pourcentage de Serbes dans la région dépassait les 50 %. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la région est passée sous la souveraineté albanaise, mais à la fin du conflit, elle est revenue à la Serbie, qui est devenue l'une des républiques fédérées de Yougoslavie, mais à cette époque, le pourcentage de Serbes était déjà tombé à 25 %.

Contrairement à une idée reçue, le « coup de grâce » contre les Serbes a été donné par le régime du maréchal Tito, qui a interdit le retour des réfugiés serbes dans la région, alors qu'il cherchait à se rapprocher de l'Albanie dirigée par le maoïste Enver Hoxha. Tito a encouragé la naissance d'Albanais kosovars en devenant le parrain d'un septième enfant né dans une famille albanaise kosovare. Le résultat de cette politique d'inversion démographique a été que, dans les années 1990, le pourcentage de Serbes dans la région est tombé à 10% ; dans les années 2000, les actions terroristes de l'UCK ont ramené ce chiffre à 8%.

 

ko7

 

UCK : narco-guérilla albanaise kosovare

En 1998, les guérilleros de l'UCK (Armée de libération du Kosovo) ont commencé leur activité armée et leurs actions étaient principalement axées sur le meurtre de civils serbes. Cette organisation terroriste, aux méthodes mafieuses, n'a pas fait de distinction claire entre son activité armée et la criminalité de droit commun. L'UCK serait l'un des maillons les plus importants de la route de la drogue de l'Afghanistan vers l'Europe occidentale via la Turquie et les Balkans. Les liens de l'UCK avec le trafic illégal de voitures et surtout avec le trafic dégoûtant d'organes humains sont bien connus.

En 2008, le procureur serbe chargé des crimes de guerre a enquêté sur des dizaines de rapports concernant des prisonniers serbes capturés par des chefs terroristes de l'UCK, qui ont ensuite fait partie du gouvernement kosovar, tout en étant accusés de trafic d'organes. Le bureau du procureur serbe a reçu des informations du Tribunal de La Haye selon lesquelles des dizaines de Serbes emprisonnés par les Albanais au Kosovo ont été emmenés en Albanie en 1999 et tués, leurs organes prélevés et vendus à des trafiquants internationaux. L'ancien procureur en chef du Tribunal de La Haye, Carla Ponte, a publié un livre sur ce sujet intitulé The Hunt, dans lequel elle note que les victimes serbes ont été capturées de préférence après les bombardements « libérateurs » de l'OTAN dans la région. Une Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe a accusé Hashim Thaci, chef de l'UCK, d'avoir été à la tête de ce réseau criminel. Thaci a été élu deux fois président du Kosovo indépendant.

 

ko8

 

Le Kosovo est l'épicentre des mafias en Europe

Dans son livre El G9 las mafias del mundo, Jean François Gayraud, expert criminologue, met en garde contre le danger de la montée en puissance de groupes narco-terroristes tels que la guérilla albanaise de l'UCK, un facteur qui menace la paix et la stabilité du monde. Son diagnostic est sans équivoque : « La plus grande symbiose entre l'État et la mafia a lieu dans un pays qui n'existe pas encore : le Kosovo, nous avons laissé émerger une petite Colombie au cœur de l'Europe ».

Le Kosovo est devenu le principal foyer de traite des êtres humains, de traite des blanches, de trafic de cigarettes, de voitures volées et de trafic de drogue en Europe.

Plusieurs représentants de ses autorités ont été arrêtés sur la base d'accusations criminelles, comme son ancien premier ministre, Agim Ceku, qui a été détenu à la frontière macédonienne-bulgare lorsque les autorités colombiennes l'ont expulsé de leur pays où il a été déporté par la sécurité locale à la demande du gouvernement de Belgrade qui veut le traduire devant des tribunaux internationaux.

Les États-Unis sont derrière l'instabilité dans les Balkans

Le XXe siècle a été le témoin d'un conflit géopolitique constant : l'instabilité dans les Balkans provoque de l'instabilité et des conflits dans toute l'Europe.

La chute du Mur a entraîné un nouveau scénario international, le « danger communiste » a disparu, le parapluie américain est devenu inutile et un rapprochement entre l'Europe de l'Ouest et de l'Est est possible ; l'équilibre est rompu et l'hégémonie militaire américaine peut être remise en question.

Avec la vieille et infaillible tactique du « diviser pour régner », les stratèges du Pentagone n'ont pas été insensibles à l'éclatement des conflits dans la zone la plus sensible de notre continent où passent les zones d'influence des puissances européennes : Slovénie-Croatie (influence allemande) ; Serbie-Bulgarie-Macédoine (influence russe), en plus de la traditionnelle amitié franco-serbe. Ce qui aurait pu être un point d'union entre les pays européens est devenu un point de confrontation guerrière.

Washington a introduit un élément qui allait complètement déstabiliser la région: l'islamisme politique. Alors que l'islam existait dans la région en tant que religion, c'est le soutien des États-Unis qui l'a transformé en un élément politico-idéologique. Les États-Unis ont utilisé l'islamisme de la même manière qu'ils l'ont fait en Tchétchénie contre la Russie et par le biais du Maroc contre l'Espagne. Cette action du Pentagone s'est traduite par un soutien à la création du premier État musulman d'inspiration islamiste en Europe: la Bosnie-Herzégovine; et plus tard par un soutien clair à la séparation du Kosovo de la Serbie, et à son inclusion dans la Grande Albanie, en tant que deuxième État musulman sur le sol européen (l'Albanie communiste était à majorité islamique, mais pouvait difficilement être qualifiée d'État musulman). La création de cette « dorsale verte » - Albanie-Bosnie - avec des alliances tactiques et idéologiques avec la Turquie, à l'époque fidèle à la politique de Washington, a rompu l'équilibre des Balkans et a créé de façon permanente une zone d'instabilité, la transformant en un nid de frelons.

 

La Russie et les identitaires européens du côté de la Serbie

La Serbie est, avec la Bulgarie, le grand allié permanent de la Russie, trois pays slaves de religion orthodoxe et aux liens culturels forts. Dans les récentes crises des Balkans, la Serbie a également bénéficié du soutien inconditionnel de pays comme la Roumanie (latine et orthodoxe) et la Grèce (hellénique et orthodoxe). Mais le soutien le plus puissant vient sans aucun doute de Moscou.

La Russie a soutenu diplomatiquement la Serbie, envisageant même une éventuelle réponse militaire Moscou-Belgrade à la proclamation unilatérale d'indépendance du Kosovo. Cependant, le Kremlin n'a pas voulu prendre une telle mesure qui l'aurait ouvertement confronté aux États-Unis. La non-intervention de la Russie au Kosovo a eu son pendant géopolitique en Géorgie, où, à l'été 2008, Moscou a arrêté militairement et avec force l'attaque de la Géorgie contre l'Ossétie du Sud, reconnaissant l'indépendance de ce nouvel État, qui est l'étape préalable à sa réunification avec l'Ossétie du Nord, soit comme une autre région de la Russie.

La percée militaire de la Russie sur le grand échiquier a marqué un nouveau rapport de force. Depuis lors, la Russie a soutenu encore plus ouvertement la position des Serbes au Kosovo, tant sur le plan diplomatique que logistique. Dans les circonstances actuelles, il semble probable que Moscou s'impliquera plus fortement dans une éventuelle nouvelle confrontation entre Albanais et Serbes au sujet de la domination du Kosovo.

En Europe occidentale, il convient de noter le soutien que tous les partis identitaires ont apporté à la Serbie et à la population serbe chrétienne de la région. Lors des pires moments de la crise du Kosovo, les déclarations des dirigeants de ces partis, notamment du FPÖ autrichien et du FN français, étaient claires. Ajoutez des actions et des réponses concrètes, comme l'initiative française Solidarité Kosovo, qui apporte de la nourriture, des soins médicaux et des jouets aux enfants serbes depuis 2011, avec des antennes dans plusieurs pays européens.

Pour ceux d'entre nous qui croient en l'émancipation européenne, la question du Kosovo est toujours d'actualité.

 

Enric Ravello Barber

Source: https://www.enricravellobarber.eu/2022/01/el-drama-de-kosovo-la-cuna-de-serbia.html#.YfVml_jjKUk

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites