Résistance Identitaire Européenne

Chroniques, par Pierre Vial

Ne pas tomber dans le piège

{xtypo_dropcap}N{/xtypo_dropcap}otre mouvance identitaire (j’utilise là un terme commode car il englobe celles et ceux qui ont notre conception du monde) est incitée, de façon parfois subtilement vicieuse, par certains personnages, par certains groupuscules mais aussi – et c’est plus sérieux – par certains puissants groupes d’influence, à faire un choix en terme d’alternative : il faut être pour les musulmans ou pour les juifs, pour les musulmans ou pour les Etats-Unis. En vertu d’impératifs moraux : si on est choqué, scandalisé par l’agression d’Israël contre le Liban, il faut se ranger dans le camp antijuif. Si on est choqué, scandalisé par les actions du Hezbollah (et des islamistes de tous poils), il faut se ranger dans le camp antimusulman. Corollaire : les Etats-Unis soutenant inconditionnellement Israël, être hostile à l’impérialisme américain nécessite d’être hostile à l’Etat juif. Il y a deux camps, il faut choisir l’un ou l’autre.

Ce manichéisme est un piège. Il conduit des gens « d’extrême-droite » (expression médiatique qui désigne, on le sait bien, une nébuleuse dont les composantes sont fort différentes les unes des autres, voire opposées sur certains points idéologiques) soit à tendre une oreille complaisante aux sirènes de l’islamisme, soit à tendre une oreille complaisante aux sirènes de la communauté juive, venues soit d’Israël soit de la diaspora. C’est là, j’insiste, tomber dans un piège grossier et mortellement dangereux. Car les bons Européens, pour reprendre la célèbre expression de Nietzsche, n’ont à être les alliés (en fait, les « idiots utiles ») ni des fous d’Allah ni des nouveaux zélotes.

Soyons clairs : Israël est un Etat terroriste, un Etat assassin, muré dans sa paranoïa collective, que rien n’arrête et que rien n’arrêtera – y compris la perspective d’une déflagration mondiale – pour défendre ses intérêts. Dans cette optique, tuer des soldats de l’ONU et des enfants libanais sont des « incidents ». Les fous d’Allah, eux, sont exactement dans la même disposition d’esprit car leur motivation exclusive, leur raison d’être est d’imposer partout l’islam, y compris en Europe, avec tout ce que cela implique, la lutte contre Israël étant une précieuse occasion d’enflammer leurs partisans. Il y a là deux logiques parallèles et qui ne peuvent que s’affronter sans rémission.

Face à cela, les bons Européens ne doivent avoir en tête qu’un impératif : leur intérêt. Or notre intérêt est de laisser fous d’Allah et nouveaux zélotes s’entretuer. Notre intérêt est d’avoir en tête pour seul impératif la libération de nos terres et de nos peuples. Libération par une lutte sans merci contre les envahisseurs venus du sud, pour qui l’islam est un alibi pseudo-religieux, un cheval de Troie. Et, de la même façon, libération par une lutte sans merci contre les groupes de pression au service de Tel-Aviv, installés chez nous, qui veulent nous entraîner dans une guerre qui n’est pas la nôtre en jouant sur notre refus des envahisseurs venus du sud.

Le Proche-Orient est en feu ? Oui, et alors ? Contentons-nous de compter les coups et d’organiser, chez nous, la résistance, la reconquête et la renaissance, contre tous ceux dont la boussole est à Jérusalem ou à La Mecque. Tous les Européens qui refusent ce choix et se mettent à la traîne des fous d’Allah ou des nouveaux zélotes sont objectivement des traîtres, des collabos, et doivent être considérés et traités comme tels.

Ce positionnement est le seul qui soit conforme à la voie qui est la nôtre depuis toujours : la troisième voie, identitaire et ethnocommunautaire.

ImprimerE-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites