Résistance Identitaire Européenne

Merci Macron

 

Macron le Pharaon (voir son numéro de mégalo devant la pyramide du Louvre après son élection) a, à sa façon, son utilité. Pour plusieurs raisons :

  • Grâce à lui ces vieilles baudruches appelées gauche et droite, destinées à amuser le gogo, ont implosé en vol. Le dynamitage du Parti Socialiste est acquis. Celui des Républicains est en bonne voie.

 

  • Pour survivre, le Système a mis en place le Golem Macron, condamné à essayer de gouverner avec une équipe style macédoine de légumes, composée de gens qui n’ont rien de commun entre eux, sinon l’arrivisme et le goût de la gamelle. Certains sont des caricatures : Hulot, le robin des bois de l’écologie qui fait beaucoup de fric en commercialisant ses produits Ushuaïa (via TF1) et en tirant de juteux revenus de sa Fondation (qui compte, entre autres, parmi ses généreux donateurs EDF – merci le nucléaire - , l’Oréal, TF1 et ce danger mortel pour l’environnement qu’est le lobby des éoliennes – encore une pompe à fric) ; Collomb, le patron des policiers… armé d’un pistolet à eau et qui se révèle proche du gâtisme dans ses déclarations aux media ; Laura Flessel, la négresse de service, « diversité » oblige (comme dans les téléfilms). Et le benêt du Béarn, tenté peut-être, pour justifier sa sucette en se faisant bien voir, de faire du Taubira-bis. Et puis Richard Ferrand, qui traîne déjà à ses basques une jolie casserole (sauf que la « Justice » dit qu’il n’y a pas de problème…). Mais les choses sérieuses sont ailleurs : à Bercy, par exemple.

 

  • A Bercy, le libéralisme triomphe sans retenue ni pudeur avec le style triomphaliste de Le Maire. Ce n’est pas pour gêner Macron, qui a inventé le mouton à cinq pattes appelé « social-libéralisme » et qui est aussi « social » que Rothschild et ses congénères. Mais ça coince quand même : Le Monde du 20 mai titrait « Le Maire et Macron sont très loin d’être d’accord ». Et le quotidien explique : « Si l’on compare le programme économique que proposait Bruno Le Maire lors de la primaire de la droite et celui d’Emmanuel Macron pour la présidentielle, les différences ne sont pas anodines. Or, avec la nomination de M. Le Maire à Bercy, ces divergences pourraient poser problème. Que ce soit sur les questions de l’assurance-chômage, de l’impôt sur la fortune ou de la contribution sociale généralisée, le président de la République et son nouveau ministre de l’économie vont devoir se mettre d’accord ». Qui va avaler les couleuvres ? Les paris sont ouverts. Mais à la sortie une chose est sûre : ce sera du « plus libéral que moi tu meurs ».

 

 

  • La minorité des Français (étrange coalition de bobos et de Français de papier) qui a porté Macron au pouvoir va pousser à la roue pour toujours plus de déracinement, toujours plus de métissage, toujours plus de cosmopolitisme (c’est ce qu’imaginent les apprentis sorciers qui ont fabriqué Macron… mais ils vont découvrir que la logique du communautarisme va tout emporter sur son passage).

 

  • Les millions de Gaulois, salariés, paysans, artisans, commerçants, petits entrepreneurs qui sont les victimes désignées du processus libéral « en marche » vont découvrir, un jour ou l’autre, qu’il n’y a qu’une issue pour eux : la révolte. La révolte, active, physique. Qui peut déboucher sur ce qu’il faut bien appeler une révolution. Un cauchemar pour certains. Un rêve pour d’autres…

 

                                                                                     Pierre VIAL

Imprimer E-mail

La morsure des Dieux

La morsure des dieux cheyenne marie carron

Cheyenne Marie Carron ?

Un nom qui est plutôt connu sur les réseaux sociaux. Cheyenne est une cinéaste engagée. Elle s’engage sur des sujets qui dérangent : l’identité, la religion, le dévouement, et de nombreuses autres formes d’engagements …

Dans « La morsure des Dieux », Sébastien, agriculture très enraciné, païen, tente de survivre aux méfaits de la mondialisation en portant à bout de bras son exploitation agricole.

Il n’est pas seul dans cette entreprise de survie et d’autres s’interrogent aussi sur l’avenir des petits producteurs ruraux.

Plein d’idéologie et d’espoir Sébastien cherche les solutions pour leur survie,  dans des livres. Mais la population moderne n’est plus sensible aux efforts de ceux qui honorent leur engagements par une fidélité sans faille…  Un monde semble devoir s’en aller et un autre le supplanter. Mais Sébastien ne s’y résigne pas.

Il rencontre alors une belle Catholique, et partage avec elle sa vision du monde. Il lui fait découvrir, et ressentir la vibration du monde, sur une terre Basque qui est à elle seul un appel, si on sait la ressentir.

Jusqu’au moment où tout s’effondre, un de ses amis et initiateurs se suicide tant il s’estime incapable de poursuivre la mission confiée par ses ancêtres.

Face à ce monde en train de chanceler, et devant la perte de repères Sébastien enfourche sa moto, et décide d’aller parcourir le territoire de l’Europe, afin de trouver un sens dans ce monde qui détruit tous les repères… tous sauf celui de l’amour qui est né et qui va relier ces âmes aux sensibilités si différentes.

Un film que nous ne pouvons donc que vous recommander, tant les dialogues et les paysages vous feront du bien.

En achetant ce DVD vous soutiendrez une artiste en devenir, pleine de sensibilité, et elle aussi en quête d’identité…

http://www.cheyennecarron.com/

 Roberto Fiorini

 

Imprimer E-mail

UN SEUL ETRE VOUS MANQUE… MAIS L’AVENIR S’APPELLE MARION

Ainsi Marion quitte un FN devenu une boutique électorale comme les autres, un panier de crabes où se bousculent les arrivistes friands d’une gamelle et où, pour être bien vu, il faut être dépourvu de toute conviction forte (ou, encore mieux, l’avoir abandonnée comme une tunique de Nessus… nous tenons à jour la liste des renégats, bien connus de nos services, qui conservent précieusement, à l’abri, leur dossier). « Un seul être vous manque et tout est dépeuplé… », écrivait Victor Hugo après la mort de sa fille Léopoldine. On pourrait dire la même chose du Front National après le retrait de Marion Maréchal-Le Pen. Pour nombre de militants et de sympathisants du FN, elle représentait le recours, et l’espoir après la gestion désastreuse du mouvement par l’équipe dirigeante actuelle : un programme économique inapplicable, une campagne médiocre, un débat calamiteux, avec deux sanctions électorales : seulement la deuxième place au premier tour, avec moins de 22%, très loin de la barre des 30% espérée ; une punition au second tour, avec moins de 11 millions de voix et moins de 34%, là aussi très loin de la barre des 40% espérée. On rappellera que le FN avait fait 25,7% aux départementales, puis 27,7% aux régionales. D’ailleurs s’agissait-il encore du Front National ? Pour ne pas déplaire à sa garde rapprochée, Marine avait refusé de participer à la Manif pour Tous (ce qui ne lui avait pas fait gagner une voix, bien au contraire). Puis, on avait déjà fait disparaître la Flamme, symbole du FN. On l’avait mise sur la touche au profit d’un Rassemblement Bleu Marine qui ne rassemblait personne en dehors du FN. Et au second tour des Présidentielles, Marine avait même oublié sur ses affiches qu’elle s’appelait Le Pen. Après la défaite de dimanche, les mêmes, ceux qui sont responsables de ce fiasco, nous parlent de tout changer, à commencer par le nom du parti. Errare humanum est perseverare diabolicum ! Depuis quelques années, le FN fonctionne comme le Parti Communiste d’Union Soviétique : tous ceux qui osent critiquer la ligne du parti sont écartés. Philippot et la bande de ses compagnons de jeux doivent se réjouir de cette illusoire victoire. Victoire à la Pyrrhus. Qu’ils se dépêchent donc d’en rire. Il est probable que le FN nouvelle mouture connaisse encore de grandes déceptions lors des prochaines législatives, surtout dans le Sud-Est. Mais le plus grave n’est pas là. Comment se fait-il qu’une jolie jeune femme de 27 ans, attachante et courageuse, mais forcément fragile car seule, ait concentré tous les espoirs électoraux de la famille nationaliste et identitaire ? Marion était l’arbre qui cachait la forêt. Depuis la création du Front National, nous déplorons le manque de formation de cadres. Il semble qu’aujourd’hui la facture soit présentée à des dirigeants autistes. Le FN, contre toute attente et par la seule faute de ses dirigeants, se voit précipité dans la tourmente comme les autres, PS, Républicains… A Terre et Peuple, nous redoutions depuis longtemps un tel naufrage. Par solidarité, nous nous taisions. Mais trop c’est trop ! Il faut cependant, maintenant, préparer l’avenir. Marion, évidemment, a raison. A la fois sur le plan personnel (il ya des priorités, dans la vie, au premier rang desquelles les enfants, nos enfants) et sur le plan politique (elle incarne les fondamentaux de notre camp sur l’essentiel, c'est-à-dire la survie de nos peuples européens). Beaucoup de gens ont confiance en elle et cette confiance va se maintenir. Ce qui lui permettra, le jour venu, de pouvoir compter sur un capital de fidélités permettant de construire quelque chose de solide, bien au-delà des mirages électoraux. Une espérance existe. Nous sommes un certain nombre à vouloir la faire vivre.

Alain CAGNAT Pierre VIAL

Imprimer E-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites