Résistance Identitaire Européenne

Les «Aryas»: qui sont-ils et d’où viennent-ils?

1

Les nouvelles publications sur l'histoire, l'archéologie et la religion des anciens « Aryens », parues dans les premières années post-soviétiques, ont donné lieu à une discussion scientifique méthodologiquement importante qui s'est déroulée dans les pages de la revue Ancestral Legacy (n°4, 1997 ; n°5, 1998). Aujourd'hui, le mot « Aryens » (de l'ancien ind. arya) a reçu de nombreuses interprétations, dont certaines sont insuffisamment étayées ou trop politisées. Nous pouvons donc rejeter d'emblée toutes les significations négatives que les profanes, victimes de la propagande anti-hitlérienne, ont introduites dans le concept d'« Aryens ». Il est scientifiquement prouvé depuis longtemps que les Allemands ne sont qu'un des peuples blancs et que la slavophobie allemande est le reflet de luttes séculaires pour l'espace vital en Europe. L'explication du mot « aryen » qui serait dérivé d’oratai, c'est-à-dire le « laboureur », est également insuffisante. Selon l'interprétation scientifique moderne, les « Aryens » sont les descendants des Indo-Iraniens et des Indiens du Nord, qui ont adopté leur culture et leurs anciennes traditions. Les « Aryens » au sens large sont dès lors perçus comme des personnes « de race blanche, de race noble et de profonde connaissance spirituelle ».

Où a eu lieu exactement la formation du noyau aryen? Un endroit qui pourrait être appelé la patrie ou le foyer ancestral des Aryens? Était-ce une seule région ou y en avait-il plusieurs ? Toutes ces questions restent encore ouvertes.

2

L'archéologue Shilov Y.A., qui a fait des recherches sur les tumuli dans le nord de la région de la mer Noire et a découvert la relation avec la culture védique, pense, comme indiqué ci-dessus, que le foyer ancestral des Aryens peut être considéré comme le bassin du Dniepr et du Danube. Au IVe millénaire avant J.-C., le centre de la civilisation Aratta s'est formé dans la zone de l'actuelle région de Tcherkassy, que les archéologues appelaient autrefois, au conditionnel, la « culture Tripolye ». « La structure de cet État - écrit Y. Shilov - ressemblait au système de la polis de la future Grèce. Aratta était un complexe de grandes cités-polis (jusqu'à 500 hectares), chacune entourée de petits villages » (Patrimoine ancestral, n°2, p.8). Un état développé de « démocratie sacrée » s'est formé ici, où le rôle principal était joué par les prêtres et où l'institution sacerdotale unique, tournant autour de l’idée du « salut », s’y est développée. S'appuyant sur des données issues de fouilles archéologiques, Shilov retrace la généalogie des dieux indo-européens tels que Divus-Zevus-Dyaus ou Kupala-Apollo-Gopalan. Il établit des parallèles entre la patrie aryenne dans la région de la mer Noire et l'ancien monde slave. Ainsi l'archéologue ukrainien ne se préoccupe presque pas de la théorie hyperboréenne. Selon Shilov, l'Hyperborée doit être comprise comme un système de sanctuaires-observatoires allant de Stonehenge à Arkaim, qui s'étendait le long de la frontière nord de la zone où émergea l'agriculture entre le 7ème et le 3ème millénaire avant J.-C. Les recherches de Y. A. Shilov concordent avec Indoarica in the Northern Black Sea Region de O.N. Trubachev (Moscou, 1999) et Ukrainian Indoarika de S.I. Nalivaiko (K., 2007).

3

Les auteurs qui ont publié l'anthologie Antiquité: les Aryens ont une opinion différente sur ce problème (cf. Les Slaves (M., 1996). Son rédacteur responsable, la Dr. I. D. Natalia Romanovna Guseva, est une défenderesse active de la théorie polaire. En plus des conclusions de Warren et Tilak, cette scientifique et indologue a sollicité les données de la géologie, de la géographie et de l'archéologie modernes. Elle présente les nouveaux matériaux du chercheur indien R. K. Prabhu L'année arctique des Aryens védiques, sollicite également le Livre du Pigeon pour l'analyse, attire l'attention sur l'image d'un cheval blanc sacrificiel, compare Indra avec Indric. N. R. Guseva est très attachée aux parallèles entre slaves et indiens. Elle consacre un article séparé à la parenté du sanskrit avec la langue russe et fournit un résumé convaincant des mots ayant les mêmes racines (aïeule - pramatr, thy - twa, this - etat, first - purva, to love - lubh, to create - tvar, to swim - paraplu, cup - chashaka, deva - devi, door - dvar, hole - drka etc). À l'initiative de Guseva, la collection comprend l'article de D. P. Shastri intitulé The relationship between the Russian language and Sanskrit, qui établit également des parallèles éloquents. Par exemple, en sanskrit, deux cent trente-quatre serait dvishata tridasha chatvari, et la phrase « cette maison est la tienne, celle-ci est la nôtre » sonnerait : Tat vas d'am, etat nas d'am. N. R. Guseva cite également des parallèles dans les termes religieux et mystiques: Vedat - Veda, Veles - Vala, Dajbog - Daksha, Indric - Indra, Lada - Lata, Fire - Agni, Perun - Varuna, Rod - Rudra, Svarog - Svarga, Yarilo - Yar et d'autres, qui nécessitent des recherches supplémentaires (Voir également: N. R. Guseva. Les Russes à travers les millénaires. La théorie de l'Arctique. - M., 1998 ; N. R. Guseva. Les Slaves et les Aryens. La voie des dieux. - М., 2002 ; N.R.Guseva, Le Nord de la Russie - une terre ancestrale des Indo-Slaves. - М., 2003)

4

 

56

L'historienne de l'art S. V. Zharnikova (1945-2015), auteur de Racines archaïques de la culture traditionnelle du Nord russe (Vologda, 2003) et de Fil d'or (Vologda, 2003) travaille dans une direction similaire. Dans la lignée de la tradition de la culturologie comparative (A. N. Afanasiev, I. I. Sreznevsky, A. Zhuravsky, V. A. Gorodtsov, A. V. Miller, etc.), la chercheuse de Vologda cite des sources et des faits supplémentaires pour étayer la relation entre les Aryens du Nord et du Sud (il est intéressant de noter qu'elle fait référence à un ouvrage peu connu d'A. Zhuravsky intitulé La Russie polaire, publié en 1911 dans Izvestia of the Society of the Russian North Studies, numéros 9-11). À l'aide des textes védiques, Zharnikova tente de localiser et d'identifier géographiquement avec précision les lieux mentionnés dans le Rigveda et l'Avesta. Svetlana Vasilievna pense que les montagnes sacrées Meru (dans la légende indienne), Hara (dans les sources iraniennes) et les montagnes Ripei (chez les Grecs anciens) font référence au même prototype réel. Ce prototype, selon elle, est l'Uvaly du Nord, situé au nord-ouest des montagnes de l'Oural. C'est ici, selon la description des textes anciens, que se trouve la ligne de partage des eaux des bassins des mers du Nord et du Sud, c'est ici que prennent naissance la Dvina du Nord, la Kama et le grand fleuve Volga (les noms anciens sont Ra, Rha), et c'est ici que l'on peut observer l'étoile polaire au zénith. Dans le bassin de la Volga-Oka, entre le 7ème et le 6ème millénaire avant J.-C., il existait des cultures primitives de tribus de chasseurs, auxquelles les archéologues ont donné le nom de Butovo et Ienev. Au cours des 3ème et 2ème millénaires avant J.-C., la célèbre culture de Volos s'est développée dans la même région. Ces noms purement archéologiques, Svetlana Vasilievna les relie aux anciennes tribus mentionnées dans le Mahabharata (le livre Forest), où l'on trouve une description de la géographie du nord de l'Eurasie. Ce qui est extrêmement intéressant, mais nécessite une vérification supplémentaire. Les recherches les plus précieuses du point de vue archéologique de Zharnikova sont publiées dans son recueil Traces of Vedic Rus (Moscou, 2015).

7

En plus des résultats linguistiques de N. R. Guseva et D. P., l'auteur de Vologda fournit une liste impressionnante d'hydronymes du Nord russe qui ont des parallèles directs avec les mots sanskrits: Ganga (rivière dans la province d'Archangel) et Ganga (le principal fleuve en Inde), Dan (rivière dans la région d'Ust'-sol'sk) et Danu (rivière dans le « Rigveda »), Indiga (rivière dans la région de Murmansk) et Indus (rivière dans le Nord-Ouest de l'Inde), Kama (affluent gauche de la Volga) et Kam (eau, bonheur en sanskrit), Sura (rivière dans la région de Pinega) et Sura (eau, coulant), et bien d'autres.

Une autre discussion publique sur le « problème aryen » a eu lieu à Kiev. Son épicentre était l'ouvrage de Y. A. Shilov The Paths of the Aryans (une des versions de sa thèse) et une monographie de Y. M. Kanygin, The Path of the Aryans, qui a connu 10 éditions. Le point de vue de l'archéologue professionnel a été donné avec suffisamment de détails, et nous décrirons brièvement les essais scientifiques et de vulgarisation de son homonyme comme suit. Se distinguant par la grande rigueur et la légèreté de sa plume, Y. M. Kanygin inscrit l'histoire de l'Ukraine dans le contexte des couches les plus anciennes de l'histoire humaine. Mythologisant les sources (l'histoire est racontée au nom d'un « gourou ») et la Bible comme source incontestée de vérité, Kanygin considère la côte nord de la mer Noire comme le centre et le carrefour de tous les événements mondiaux. Pour lui, Jésus-Christ lui-même, un Galiléen, était un Ukrainien (Galicien). Bien que l'auteur parle russe, son ukraino-centrisme est trop extrême dans son œuvre, atteignant parfois le niveau de la caricature.

En Russie, cet opus de l'ancien secrétaire scientifique du présidium de la branche sibérienne de l'Académie des sciences de l'URSS sur les sciences humaines n'a pas reçu d'écho significatif, et en Ukraine même, il a fait scandale. Un groupe d'auteurs: S. Kruk, M. Chaikovsky et P. Ivanchenko lui ont consacré une brochure spéciale. Ils ont accusé Kanygin d'utiliser des méthodes manifestement non scientifiques, allant jusqu'à falsifier l'histoire et la Bible.

8

Ce genre particulier, qui est un mélange de compilation scientifique et de journalisme, se retrouve aussi dans l'œuvre du colonel N. I. Kikeshev, ancien correspondant de guerre, Le monde slave et ses géniteurs (M., 2003). Il est largement connu en tant que chef de l'Union internationale des associations publiques, All-Slavic Council, et auteur d'un roman de fiction populaire sur la guerre d'Afghanistan Stand up and walk qui a connu plusieurs éditions. Cependant, nous voyons ici un analyste qui tente de résumer des données provenant de plusieurs domaines de recherche historique à la fois. Kikeshev cite d'autres auteurs (A.G. Kifishin, Yu. Shilov, P. Tulaev, Y. Shavli) dans des sections et chapitres entiers, leur empruntant des illustrations et des cartes.

Ce livre devrait plutôt être appelé une collection collective ou une anthologie, où Nikolaï Ivanovitch, agissant sous le nom de l'« Institut international slave d'égyptologie, de sumérologie et de syndologie », institut virtuel, apparaissant dans le titre honorifique du compilateur. Les propres conclusions de Kikeshev comprennent la chronologie définitive de la civilisation slave: de la Proto-Aratta à la période vénéto-russe, ainsi que la carte de répartition des Sindo-aryens du 20ème millénaire avant J.-C., qu'il situe à Sumer, en Iran, dans les Balkans, en Allemagne, en Chine, en Mongolie, dans la région d'Arkhangelsk et même au Japon.

Le dernier ouvrage de N. I. Kikeshev sur le sujet des civilisations anciennes est intitulé Metahistory. D'où venons-nous ? Mythes, hypothèses et faits (M., Niola-Press, 2010). Il s'agit d'une suite du thème de l'ascendance, complétée par de nouvelles données, notamment celles obtenues sur Internet. L'accent est mis sur la théorie du déplacement des pôles de la Terre à la suite d'une catastrophe mondiale, l'histoire des Sumériens, les anciennes civilisations de la Sibérie et d'autres phénomènes mystérieux.

Une grande quantité de données et de découvertes scientifiques sur les anciennes racines des Indo-Européens ont été accumulées par les généticiens et les anthropologues, dont on a déjà parlé dans le cadre de l'examen des théories raciales de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

À notre époque, plusieurs scientifiques exceptionnels travaillent sur cet éventail de problèmes. A. F. Nazarova et S. M. Altukhov ont réalisé une étude générale sur la compilation du Portrait génétique du monde (Moscou, 1999), où l'ADN des tribus eurasiennes apparentées par haplogroupes est analysé et comparé. En 2000, leur travail a été complété par A. M. Mashurov, élargissant ainsi la géographie des études. Il a ainsi été prouvé que les marqueurs génétiques les plus anciens, datant de 70.000 à 40.000 ans, appartiennent aux habitants de l'Altaï et de l'Asie centrale. L'importance des Hattiens en tant que composante ethnique originale pour les Cimmériens, les Étrusques, les Gérusques et d'autres peuples européens a été révélée. Génétiquement, les Russes et les Polonais, les Finlandais et les Altaïens, les Indiens et les Ukrainiens, les Polonais et les Biélorusses sont proches. De même, les Russes et les Allemands s'avèrent être étroitement liés. Les résultats globaux de ces études sont résumés dans la monographie de l'auteur A. F. Nazarova Population Genetics and the Origin of the Eurasian Peoples. Genetic Portrait (Moscou : White Alva, 2009).

V. Balanovskaya et O. P. Balanovsky, assistés d'autres spécialistes, ont été les premiers à effectuer une analyse complète des différentes sciences sur le patrimoine génétique du peuple russe en se basant sur la technologie géno-géographique. Ils ont combiné les données actuellement disponibles sur l'apparence physique, les groupes sanguins, les marqueurs d'ADN, les composantes de la peau et même les noms de famille des populations russes dans leur développement historique. En conséquence, les scientifiques ont produit des cartes fondées sur des données scientifiques qui peuvent être utilisées pour retracer l'évolution du portrait racial de notre peuple. Elles complètent et précisent essentiellement les reconstructions sculpturales de l'anthropologue soviétique M. M. Gerasimov. L'aire ethnique de la nation russe n'a cessé de s'étendre au fil des siècles, en partant du noyau racial d'Europe de l'Est pour atteindre l'Oural, le Caucase, la Sibérie et l'Extrême-Orient. [Balanovskaya E.V., Balanovsky O. P., Russian gene pool on the Russian plain. - Moscou : Luch, 2007].

9

9bis

Anatol A. Klyosov.

 

Le scientifique connu, professeur de l'Université de Harvard, A. A. Klyosov, auteur du livre Origine des Slaves. ADN-Généalogie contre la théorie normande, Moscou, 2016), développant la ligne générale des études mentionnées, prouve l'origine des anciens Slaves à partir des Aryens, les habitants autochtones de la plaine russe. Ceci est mis en évidence par l'haplogroupe R1a (ADN-Y), commun à la plupart des Indo-Européens.

A. Tyunyaev, co-auteur avec A. A. Klyosov, montre dans ses publications comment, suite à l'accumulation de mutations dans diverses régions de la Terre, les races de base avec des caractéristiques anthropologiques particulières ont évolué. L'haplogroupe R1a est apparu dans la plaine russe il y a environ 50.000 ans, dans la région de la culture archéologique de Kostenki. Elle correspond également aux cultures archéologiques Ienevskaya, Volosovskaya et Avdeyevo-Zarai. Du nord-est de l'Europe, une partie de la population a progressivement migré vers l'ouest, où les cultures de Cro-Magnon et d'Orignac sont apparues plus tard. [Tyunyaev A.A. Ancienne Russie. Svarog et les petits-fils de Svarog. - M.: Belye Alva, 2011] Le même auteur a encore quelques monographies sur l'histoire de l'émergence de la civilisation mondiale, la théorie du langage, la méthodologie des sciences, revendiquant une nouvelle formulation des questions théoriques. Ils sont contestés par d'autres scientifiques, mais ils stimulent le développement de la pensée.

10

Les dernières données génétiques confirment les conclusions des anthropologues travaillant sur des matériaux archéologiques dans les années 1990. Ainsi, T. I. Alekseeva, ayant étudié plus de 100 sépultures, appartenant aux cultures mésolithiques et néolithiques de la plaine russe, les a comparées avec les cultures analogues de Scandinavie, de Tchéquie, de Yougoslavie, de Grèce, etc. En conséquence, elle est arrivée à la conclusion suivante: « La similitude des traits est si grande qu'il n'y a aucun doute sur les liens génétiques des porteurs de ce type europoïde, je dirais archaïque, largement répandu en Europe et même au-delà de ses frontières... La continuité entre la population mésolithique et néolithique est clairement définie... Le type anthropologique des tribus du Dniepr-Donetsk, bien sûr, est la forme morphologique europoïde dolichocéphale ». [Alexeeva T.I., Neolithic of the Eastern Europe forest belt. - Moscou : Scientific World, 1997]

L'intérêt général pour les études anthropologiques et génétiques a été encouragé par les publications de l'écrivain V. B. Avdeev, qui a beaucoup fait pour la popularisation de la raciologie des 19ème et 20ème siècles. Les travaux de scientifiques russes, allemands et anglais qu'il a publiés dans la maison d'édition White Alves constituaient toute une « bibliothèque de la pensée raciale ».

Ce texte est un extrait du livre de Pavel Tulaev Russ, the Slavs and their Neighbors in Antiquity (Moscou, Veche, 2019, pp. 457-462).

11

Pavel Tulaev.

Imprimer

La cofondatrice « marxiste » de Black Lives Matter aime les villas de luxe… dans les quartiers blancs

PATRISSE CULLORS 0011

 

Être la cofondatrice du mouvement Black Lives Matter, se présenter comme « marxiste » et acheter une villa à 1,4 millions de dollars dans un quartier quasi exclusivement blanc : la militante afro-américaine et LGBT Patrisse Cullors n’est pas à un paradoxe près.

Black Lives Matter : une certaine approche du marxisme

« Le problème avec le socialisme est que vous finissez un jour par avoir dépensé tout l’argent des autres », disait en son temps Margaret Thatcher. La citation de la « Dame de fer » pourrait être un sujet de réflexion pour la cofondatrice du mouvement Black Lives Matter en 2013, Patrisse Cullors. Cette Afro-américaine qui se présente comme « marxiste de formation » est accusée de fraude par certains après des révélations concernant l’achat d’une propriété à Los Angeles (Californie) qu’elle aurait réalisé pour un montant estimé à 1,4 millions de dollars. Cette femme âgée de 37 ans se présente par ailleurs comme une « combattante de la liberté »…

Enseignante dans le domaine « social et environnemental » au Prescott College, en Arizona, elle se veut aussi « artiste, auteur, éducatrice et abolitionniste » selon les informations que donne à lire son site web. Décidément très prolixe, elle a par ailleurs signé un contrat à l’automne dernier avec le studio de télévision et de cinéma Warner Bros. Le supposé « racisme systémique » dénoncé avec violence lors des manifestations Black Lives Matter du printemps 2020 n’étant donc pas toujours au rendez-vous.

La villa située dans un quartier blanc de Los Angeles

Quant au choix de l’emplacement de cette acquisition immobilière par la militante « antiraciste », il est lui aussi très surprenant puisque la propriété est située à Topanga Canyon, près de Malibu. Un secteur qui serait peuplé à plus de 88 % par des Blancs et où les Afro-américains représenteraient moins de 2 % de la population locale, indique le quotidien britannique The Sun. Voilà qui n’est pas sans paradoxe pour une militante marxiste de la cause noire tandis que la villa en question serait dotée de trois chambres, trois salles de bain et d’une très grande salle de réception.

En ce qui concerne la provenance des fonds, Patrisse Cullors, après le départ des deux autres cofondatrices Opal Tometi et Alicia Garza en 2020, est désormais seule à la tête du BLM Global Network Foundation, supervisant ainsi les divers chapitres locaux. La fondation, selon l’Associated Press, aurait reçu 90 millions de dollars de dons en 2020.

L’empire immobilier de Patrisse Cullors

Les accusations de fraude circulant sur les réseaux sociaux depuis quelques jours au sujet de la militante Afro-américaine ne s’appuient pas seulement sur l’acquisition de la villa de 1,4 millions de dollars à Los Angeles mais sur le fait que cette maison vient s’ajouter à deux autres biens immobiliers déjà acquis par Patrisse Cullors à Los Angeles selon le New York Post. Ce dernier a par ailleurs indiqué que la cofondatrice de Black Lives Matter disposerait au total d’un patrimoine de quatre maisons hauts de gamme rien qu’aux États-Unis pour un montant avoisinant les 3,2 millions de dollars.

Le même quotidien américain révèle aussi que celle qui est également une activiste LGBT aurait convoité une propriété aux Bahamas, dans un centre de villégiature ultra-exclusif où Justin Timberlake et Tiger Woods ont tous deux leur maison. Un secteur où les biens immobiliers se négocieraient entre 5 et 20 millions de dollars.

 

bahamas

La résidence immobilière convoitée par Patrisse Cullors aux Bahamas. Source : Daily Mai

Crédit photo : Wikimedia Commons (CC/Steve Eason) 

Sources : Breizh-info.com, 2021 - 13/04/2021

Imprimer

La crise du Covid-19, une aubaine pour « l’oligarchie mondialiste » ?

 

Avec la crise provoquée par l’épidémie de Covid-19, les libertés fondamentales reculent un peu partout sur la planète. Est-ce un mal pour un bien sanitaire? Ou un crime qui profiterait à un petit nombre? Dans son ouvrage Oligarchie, crises et folie des grandeurs (éd. Jean-Cyrille Godefroy), l’essayiste Antonio Furone voit dans cette crise une chance pour une oligarchie mondialiste qui en serait la grande bénéficiaire. Pour faire le point, Sputnik donne la parole à son éditeur, Pierre-Yves Rougeyron, juriste et spécialiste en intelligence économique.

 

Imprimer

Pourquoi confiner ?

Il faut se poser les bonnes questions pour comprendre pourquoi la France (notamment) est confinée : par ce que nous ne disposons pas suffisamment de lits pour recevoir ceux qui sont atteints du COVID !

La faute à l'UE et aux politiques libérales et à ceux qui les ont mises en œuvre ! 

Mais qu'on ne soit pas dupes; le COVID reste un prétexte de taille pour travailler à la mise en place d'un contrôle social à la Chinoise, avec surveillance généralisée, et privations de libertés. Tel est l'objectif réel. Comme le dit Pierre Hillard, le COVID n'est qu'un allume gaz !

qui a ferme les lits

 

couts des fermetures de lits

 

Imprimer

A 14 ans sur les barricades de la Commune de Paris !

Un de nos camarades a réagi à nos différents messages sur la Commune de Paris :

"Mon grand-père à l'âge de 14 ans a été blessé par balle sur les barricades de la Commune de Paris, soigné cinq jours à l'hôpital Lariboisière à Paris, il s'appelait Louis Van den Houten."

L'homme de l'avenir est celui qui aura la mémoire la plus longue...

louis vandenhouten commune paris

Imprimer

« Je me donne la mort afin de réveiller les consciences assoupies ». Le 16 avril 1935 naissait Dominique Venner

 Dominique Venner

 

Le 16 avril 1935 naissait Dominique Venner. Ecrivain et historien, il a publié une cinquantaine d’ouvrages et dirigé comme éditeur plusieurs collections historiques et littéraires. Il est le directeur de La Nouvelle Revue d’Histoire qu’il a fondée en 2002. Sa vie a orienté sa vocation.

Parmi tous les ouvrages de Dominique Venner, il en est trois qui constituent des jalons successifs permettant de comprendre son itinéraire, Le Cœur rebelle, le Dictionnaire amoureux de la Chasse et Le Siècle de 1914, auxquels il faut ajouter Histoire et tradition des Européens qui est à part.

 

coeurdicosiecle

 

Dominique Venner est né à Paris le 16 avril 1935 ; il a cinq enfants. Comme l’ont fait avant lui Jacques Bainville ou Benoist-Méchin, il est venu à l’étude de l’histoire par l’observation critique du présent. Après ses études secondaires et avant de s’intéresser à l’histoire de l’art et des armes, il s’est engagé dans l’armée le jour de ses dix-huit ans (école militaire de Rouffach). Volontaire ensuite pour l’Algérie, il participe jusqu’en octobre 1956, selon ses mots, à cette « petite guerre médiévale » qui compta beaucoup dans sa formation, l’entraînant pour une dizaine d’années dans des engagements politiques intenses et la création de la revue Europe Action. Evoquant cette période, il dira : « Sans le militantisme radical de ma jeunesse, sans les espérances, les déceptions, les complots ratés, la prison, les échecs, sans cette expérience excitante et cruelle, jamais je ne serais devenu l’historien méditatif que je suis. C’est l’immersion totale dans l’action, avec ses aspects les plus sordides et les plus nobles, qui m’a forgé et m’a fait comprendre et penser l’histoire de l’intérieur, à la façon d’un initié et non comme un érudit obsédé par les insignifiances ou comme un spectateur dupe des apparences. » Dominique Venner a évoqué ces années de formation dans Le Cœur rebelle (Belles Lettres, 1994), ouvrage de méditation sur ses engagements, et premier jalon dans son parcours.

Vers 1970, il a rompu définitivement avec les engagements politiques qui, dira-t-il, ne correspondaient pas à sa vocation. Il quitte même Paris afin de se ressourcer au plus près des forêts, vivant désormais de sa plume. Année après année, il publie un grand nombre de livres et collabore à la presse, étudiant durant cette première période l’histoire peu explorée des armes et de la chasse. Cette époque de son existence sera refermée un jour par le jalon du Dictionnaire amoureux de la Chasse, publié chez Plon en 2000, et salué notamment par Michel Déon (…)

 

venner couv france

 

Parallèlement à ses travaux sur l’histoire contemporaine, Dominique Venner publia en 2002 Histoire et tradition des Européens. 30 000 ans d’identité (Le Rocher, nouvelle édition 2004), ouvrage de fond qui interroge les sources et la destinée de la civilisation européenne en partant d’Homère.

Après avoir dirigé la revue Enquête sur l’histoire (1991-1999), il a fondé en 2002, avec le soutien de François-Georges Dreyfus, Bernard Lugan et d’autres historiens, La Nouvelle Revue d’Histoire (NRH) qui s’est révélée en effet novatrice sur le fond et la forme. « Nous voulions fonder une revue qui en finisse avec les interprétations partiales et partielles de l’histoire, qui dessine une autre vision du passé et de l’avenir, qui aspire à une renaissance européenne. Nous voulions que cette revue soit moderne et esthétique. Notre charte implicite incluait le respect de la diversité philosophique des collaborateurs, mais un même attachement à l’honnêteté historique sans préjugés, le souci enfin de nous exprimer de façon vivante, élégante et claire pour le plaisir de nos lecteurs. »

Répondant à la question d’un lecteur sur sa vision optimiste de l’avenir, Dominique Venner a offert cette réponse : « Mon “optimisme”, comme vous dites, n’est pas béat. Je n’appartiens pas à une paroisse où l’on croit que tout finit par s’arranger. Je vois parfaitement tout ce qui est noir dans notre époque. Je pressens, cependant, que les puissances qui pèsent négativement sur le sort des Européens seront sapées par les chocs historiques à venir. Pour parvenir à un authentique réveil, il faudra encore que les Européens puissent reconquérir leur conscience indigène et la longue mémoire dont ils ont été dépossédés. Les épreuves qui viennent nous y aideront en nous affranchissant de ce qui nous a pollué en profondeur. C’est la tâche téméraire à laquelle je me suis voué. Elle a peu de précédents et n’est en rien politique. Au-delà de ma personne mortelle, j’ai la certitude que les brandons allumés ne s’éteindront pas. Je m’en rapporte pour cela à nos poèmes fondateurs. Ils sont le dépôt de toutes nos valeurs. Mais ils constituent une pensée en partie perdue. Nous avons donc entrepris de la réinventer et de la projeter sur le futur comme un mythe créateur (2). »

 

venner choc histoire

 

Commentant son livre Le Choc de l’Histoire (Via Romana 2011), interprété comme une sorte de testament intellectuel et une synthèse de ses travaux (1), le magazine Le Spectacle du monde écrit : « Dominique Venner édifie patiemment, pierre par pierre, une œuvre des plus originales consacrée, pour une bonne part, au XXe siècle européen envisagé dans la longue durée, mis en rapport avec le plus lointain passé du Vieux Continent, sa plus longue mémoire, sa tradition profonde, dégageant au fil des titres une réflexion sur le destin de l’Europe et des Européens. »

Le 21 mai 2013, Dominique Venner se donnait la mort en la cathédrale Notre Dame de Paris «dans une intention de protestation et de fondation (…), afin de réveiller les consciences assoupies». Un mois plus tard, paraissait aux Editions Pierre-Guillaume de Roux son ouvrage posthume et testamentaire, Un Samouraï d’Occident.

 

En ce 16 avril, date de son anniversaire, nous vous proposons de redécouvrir sa dernière lettre, expliquant son geste :

Les raisons d’une mort volontaire :

« Je suis sain de corps et d’esprit, et suis comblé d’amour par ma femme et mes enfants. J’aime la vie et n’attend rien au-delà, sinon la perpétuation de ma race et de mon esprit. Pourtant, au soir de cette vie, devant des périls immenses pour ma patrie française et européenne, je me sens le devoir d’agir tant que j’en ai encore la force.

Je crois nécessaire de me sacrifier pour rompre la léthargie qui nous accable. J’offre ce qui me reste de vie dans une intention de protestation et de fondation. Je choisis un lieu hautement symbolique, la cathédrale Notre Dame de Paris que je respecte et admire, elle qui fut édifiée par le génie de mes aïeux sur des lieux de cultes plus anciens, rappelant nos origines immémoriales.

Alors que tant d’hommes se font les esclaves de leur vie, mon geste incarne une éthique de la volonté. Je me donne la mort afin de réveiller les consciences assoupies. Je m’insurge contre la fatalité.

Je m’insurge contre les poisons de l’âme et contre les désirs individuels envahissants qui détruisent nos ancrages identitaires et notamment la famille, socle intime de notre civilisation multimillénaire. Alors que je défends l’identité de tous les peuples chez eux, je m’insurge aussi contre le crime visant au remplacement de nos populations.

Le discours dominant ne pouvant sortir de ses ambiguïtés toxiques, il appartient aux Européens d’en tirer les conséquences. À défaut de posséder une religion identitaire à laquelle nous amarrer, nous avons en partage depuis Homère une mémoire propre, dépôt de toutes les valeurs sur lesquelles refonder notre future renaissance en rupture avec la métaphysique de l’illimité, source néfaste de toutes les dérives modernes.

Je demande pardon par avance à tous ceux que ma mort fera souffrir, et d’abord à ma femme, à mes enfants et petits-enfants, ainsi qu’à mes amis et fidèles. Mais, une fois estompé le choc de la douleur, je ne doute pas que les uns et les autres comprendront le sens de mon geste et transcenderont leur peine en fierté. Je souhaite que ceux-là se concertent pour durer. Ils trouveront dans mes écrits récents la préfiguration et l’explication de mon geste. »

Dominique Venner

Notes :

  • Le Choc de l’Histoire a été réalisé sous la forme d’entretiens avec la journaliste Pauline Lecomte.
  • La NRH n° 58, janvier 2012.

 Sources : Breizh-info.com, 2021

europe action e1369300649515

Imprimer

Contre le féminisme et le virilisme, la Métaphysique des sexes (Julius Evola)

evo

Dans cette vidéo, nous nous pencherons sur la conception métaphysique des sexes dans la philosophie d'Evola. Face aux délires de certaines utopies égalitaires niant l'importance de la distinction sexuelle, Evola montre qu'il faut partir du haut, de ce que signifient d’un point de vue métaphysique et absolu les pôles masculins et féminins pour leur opposer une force contraire.

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites