Résistance Identitaire Européenne

Chroniques, par Pierre Vial

Amalgame et diabolisation

{xtypo_dropcap}L{/xtypo_dropcap}a chasse aux sorcières est ouverte. Est engagé un processus de diabolisation visant ce que les medias appellent « l’extrême-droite ». Les prochaines échéances électorales y sont certainement pour quelque chose car il s’agit d’émouvoir le bon peuple en dénonçant tous ceux qui se refusent à croire aux vérités officielles.

La diabolisation de « l’extrême-droite » utilise une bonne vieille méthode : l’amalgame. Exemple caractéristique du procédé : Le Monde du 23 janvier annonce en première page un article situé en page huit, « Radiographie des groupuscules néonazis en France ». Le lecteur, alléché, se précipite. Il trouve, en page huit, un titre barrant toute la page – mais qui n’est pas celui annoncé en une : « Radiographie des groupuscules d’extrême-droite en France ». « Néonazis » est donc devenu « extrême-droite », le tour de passe-passe étant évidemment destiné à convaincre le lecteur que « néo-nazis » et « extrême-droite », c’est tout comme. Le caractère vicieux de la manipulation apparaît à la lecture de l’article. Il s’agit, en fait, de la présentation d’un rapport des Renseignements Généraux sur « les groupuscules violents d’extrême-droite ». Lequel définit cinq mouvances : les néo-nazis, certes, mais aussi les skinheads, les ultranationalistes, les hooligans et « le groupe identitaire »... dans lequel est rangé Terre et Peuple.

 

On voit la manœuvre, aussi claire que classique. Il s’agit d’assimiler aux authentiques néo-nazis, ramassis de débiles mentaux shootés à la kronenbourg et de provocateurs patentés, tous ceux qui constituent « l’extrême-droite » – c’est à dire les militants de l’identité française et européenne. La ficelle est grosse mais – calcule-t-on aussi bien à la rédaction du Monde qu’au ministère de l’Intérieur (il y a des passerelles…) – les braves gens, les citoyens de base n’iront pas y voir de trop près…

Que les choses soient bien claires : Terre et Peuple se revendique comme « identitaire ». Mais identifier les identitaires aux néo-nazis est une infamie, mûrement préméditée. Ce procédé, cher aux flics de la pensée unique (journalistes compris, bien entendu) relève de la plus parfaite malhonnêteté intellectuelle et ce procédé déshonore ceux qui l’utilisent (mais ont-ils la moindre  idée de ce que représente le mot honneur ?).

En tout cas, ceux qui s’imaginent neutraliser et faire disparaître de cette façon les identitaires ont tout faux. Ils s’en apercevront.

ImprimerE-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites