Résistance Identitaire Européenne

Chroniques, par Pierre Vial

Extrême droite : qui roule pour Sarkozy ?

Extrême droite : qui roule pour Sarkozy ?

Est à lire la rigoureuse et clairvoyante analyse de Jérôme Bourbon parue dans Rivarol du 9 octobre (n° 2922) et intitulée « Le cas Bompard ». Bourbon s’y interroge sur les raisons – les vraies raisons – de l’apparition d’une liste, pour les élections régionales en PACA, intitulée « Ligue du Midi » conduite par le villieriste Bompard (le maire d’Orange est président de la fédération du Vaucluse du MPF de de Villiers et coordonnateur de ce mouvement pour l’ensemble de la PACA et de la Corse). Soutenue donc par le MPF qui, rappelons-le, a intégré désormais, très officiellement, la majorité sarkozyste, la liste « Ligue du Sud » comprendra « d’autres composantes », dont le Bloc identitaire qui tient, comme par hasard, sa Convention à Orange… L’un de ses représentants a bêtement lâché le morceau dans Libération (5 octobre) : « L’UMP doit comprendre qu’elle a là l’occasion de hâter la succession de Le Pen ».


La liste « Ligue du Sud » est donc, résume Jérôme Bourbon, « une aventure qui fait objectivement le jeu du Système et de Sarkozy ». En effet, un score même maigre de cette liste pourrait suffire pour empêcher Le Pen de franchir en PACA le seuil fatidique des 10 %, le condamnant ainsi à échouer dans ce qui sera très probablement sa dernière expérience électorale. Cela permettrait à Sarkozy d’accentuer sa mainmise sur l’ex-électorat du FN et d’engager une opération de récupération, à terme, de ce qui reste de ce mouvement qui, il n’y a pas si longtemps, faisait si peur au Système.


Quant au jeu plus que trouble du Bloc identitaire ( dont certains sympathisants, en particulier en Bretagne, chantaient encore récemment les mérites de de Villiers…), Bourbon en fait une lucide analyse : «L’expérience nous a appris qu’il fallait se défier d’une extrême-droite apparemment sulfureuse et radicale et qui, à l’arrivée, s’intègre à la droite parlementaire. Depuis les ex-Occidentaux Madelin et Longuet en passant par l’ex-Ordre Nouveau et ex-PFN Alain Robert et l’ex-Gudard Benoît Fleury aujourd’hui villieriste, on ne compte plus les activistes ayant rejoint le Système autrefois honni.

 

Quant à Philippe Vardon, président de Nissa Rebella, il avait naguère adhéré à l’UMP même s’il avait par la suite affirmé qu’il ne s’agissait que d’un canular ».

Un « canular » qu’il serait bien intéressant d’analyser en termes de psychanalyse… En tout état de cause, je peux confirmer les références de Jérôme Bourbon : en 51 ans (eh oui !) de militantisme, combien en ai-je vu, de ces foudres de guerre du style « plus nationaliste que moi tu meurs » être, un jour ou l’autre, récupérés, assimilés, digérés par un Système rodé depuis si longtemps à l’achat des consciences (et qui parfois n’a même pas besoin de placer bien haut les enchères : vanité des vanités…).


 

Pierre VIAL

Imprimer E-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites