Résistance Identitaire Européenne

Chroniques, par Pierre Vial

L'implosion de l'armée française

{xtypo_dropcap}S{/xtypo_dropcap}ous les applaudissements de tous ceux, en particulier dans la presse, qui haïssent l’armée (l’armée, c’est « facho ») et lui ont toujours tiré dans le dos, depuis la guerre d’Indochine, des officiers et soldats d’élite – le général Poncet et ses subordonnés – sont durement sanctionnés par leur ministre (qui a, évidemment, été chargée de faire cette méprisable manœuvre par le chef des armées, c’est à dire le président de la République).

Tout cela pour avoir mis hors d’état de nuire un assassin et un violeur. Ceux qui connaissent bien les mentalités africaines savent que ce genre de décision est interprété comme un aveu de faiblesse et de lâcheté par les populations africaines, qu’elles soient en Afrique ou installées, comme chez elles, en Europe. C’est un encouragement donné à tous ceux qui veulent l’abaissement, l’humiliation, puis la disparition de l’Europe et des Européens. Mais cela ils ne veulent pas le savoir, les officiers supérieurs pommadés, qui ont gagné leurs étoiles dans les salons et les antichambres ministérielles et qui condamnent aujourd’hui sans vergogne de vrais soldats qui, dans leur tenue de combat, paraissent être à des années lumière de généraux bien propres sur eux et qui n’ont jamais entendu siffler une balle à leurs oreilles.

Que ceux qui ont encore l’illusion que l’armée française peut être un rempart – par exemple contre la guerre urbaine – perdent cette illusion. L’armée française n’existe plus que sur le papier. C’est une fiction. Ses derniers cadres de valeur se sentent désavoués, montrés du doigt. Ils sont démoralisés. Désormais ils feront comme beaucoup de policiers : quand un assassin passera à leur portée, ils tourneront la tête de l’autre côté. Pas de vague... Quant à la troupe, elle n’est plus qu’une masse de plus en plus hétérogène, du fait du recrutement intensif de non-Européens.

Comment s’imaginer un seul instant que ces gens ne seront pas solidaires de leurs frères de sang, si on leur demande d’intervenir contre eux ?

Imprimer E-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites