Résistance Identitaire Européenne

Collabos et Renégats

Quand des groupes de métal sortent le drapeau arc-en-ciel

La semaine dernière, les musiciens de Korn et de Slipknot se sont élevés contre l’homophobie et la transphobie, tintant la voix militante d’une dose de metal.

Les ponts qui se forment entre les groupes de metal Korn et Slipknot sont multiples : leurs fans, leur concert commun en 2015 ou encore la collaboration annoncée sur le prochain album de Korn. Mais la semaine passée, ces partenaires rivaux se sont croisés sur un terrain pour le moins inédit : la défense des droits LGBT, et plus particulièrement des personnes trans.
 

Le guitariste de Korn mêle christianisme et lutte contre la transphobie

Le premier à donner la mesure est Brian Welch. Guitariste de Korn, il avait quitté le groupe pendant huit ans afin de se consacrer au christianisme, avant de revenir dans la formation en 2013. Le 31 juillet, celui qu’on surnomme aussi « Head » poste une photo sur son compte Facebook où il apparaît aux côtés de quatre de ses fans. Il précise en légende :

J’ai parlé et j’ai prié avec ces précieuses personnes du nord de la Californie, dont au moins deux se sont sentis touchées par Jésus. Une demande sincère de la part de mon ami sur la droite : « Brian, est-ce que tu aimes les personnes transgenres ? Alors, s’il-te-plaît, prie pour nous les personnes transgenres. Nous en avons besoin. » Et je le ferai.

korn
Parmi les commentaires, de nombreux fans félicitent le musicien pour sa vision tolérante de la foi chrétienne qui délivre un message de paix à l’égard de la transidentité.
Le musicien confirme d’ailleurs son engagement deux jours plus tard en publiant un second plaidoyer en faveur de l’acceptation des personnes trans et contre certains posts malveillants, arguant que « nous devrions tous regarder ce qu’il y a à l’intérieur du cœur de chacun » plutôt que de juger les hommes sur leur enveloppe extérieure.

Slipknot, nouvel ambassadeur de la lutte contre les lois anti-gay

Un discours qui faisait écho à celui de Slipknot la veille de son concert du 2 août en Caroline du Nord. Cet Etat applique depuis cinq mois la loi HB2 qui élimine les protections acquises pour les personnes LGBT et laisse donc le champ libre aux gouvernements locaux et aux entreprises privées d’établir, ou non, une politique anti-discrimination. Pis encore, ce texte de loi contraint les personnes transgenres de l’Etat à utiliser les toilettes publiques correspondant à leur sexe de naissance.
Mais alors que de nombreux artistes ont annulé leurs concerts en Caroline du Nord – à l’instar de Bruce Springsteen, Maroon 5, Ringo Starr, Nick Jonas… -, les métalleux masqués ont emprunté une autre voie pour protester contre ce texte qu’ils estiment « contraire à [leurs] valeurs » :

Peu importe qui vous êtes et qui vous aimez, nous pensons que vous ne devriez pas avoir à affronter la haine chez vous ou dans votre communauté. Nos fans de Caroline du Nord méritent mieux, alors nous avons décidé de ne pas annuler notre date.
Et d’ajouter : C’est très simple, nous nous fichons d’où vous pissez, tant que vous tirez la chasse.

Pour ce faire, les membres de Slipknot se sont associés à Equality NC, une association locale de lutte contre l’homophobie et la transphobie qui milite pour l’abrogation de la loi, et invitent leurs fans à s’engager pour « faire la différence et retransformer leur Etat en un lieu accueillant qui valorise les différences ».
Preuve que la défense des droits LGBT a toute sa place parmi les riffs de metal qui, en 1998, accueillaient d’ailleurs avec bienveillance le coming-out de Rob Halford, le chanteur du groupe Judas Priest.

Vu sur Tétu

Imprimer E-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites