Résistance Identitaire Européenne

Ethnopolitique

MERCI JEANNE

Le choix d’une métisse, née d’un père Béninois, pour incarner Jeanne d’Arc lors des festivités  traditionnelles organisées à Orléans, a suscité, comme il est normal, bon nombre de réactions.

Il est clair que les responsables d’un tel choix ont voulu envoyer un message idéologique : la France doit être un territoire occupé par une population bigarrée, de toutes les origines possibles. Il y a ceux qui ayant tout de suite compris qu’il y a là un épisode – un de plus – révélateur et très symbolique dans la mise en cause de l’identité ethnique des Gaulois. Et qui, en conséquence, dénoncent à juste titre une telle provocation. Et il y a ceux qui approuvent ce choix, soit par racisme anti-Blancs, soit en raison d’un opportunisme politique (Marine Le Pen, qui n’en est plus à un reniement près), soit au nom de leur religion universaliste et donc anti-identitaire (on y trouve, bien sûr, les clergés et les fidèles des monothéismes, parmi lesquels les Bernard Antony, Alain Sanders, Philippe de Villiers et autres grenouilles de bénitiers ont tenu à se distinguer).

Et puis il y a ceux qui se défilent courageusement, pour ne pas risquer d’être accusés du pire des péchés mortels, le racisme. C’est le cas d’Alain de Benoist (c’est, dit-il, niant l’évidence, « une tempête dans un verre d’eau ») ou d’un media comme Eurolibertés , dont la vocation alternative se nuance de prudence et excelle du coup dans l’imitation de Ponce Pilate en renvoyant dos à dos partisans et adversaires d’une Jeanne d’Arc métisse.

Merci, Jeanne, d’avoir provoqué la projection d’une lumière crue sur ce qu’on doit attendre des uns et des autres.

Pierre VIAL

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites