Résistance Identitaire Européenne

Géopolitique

Les pompiers pyromanes

 

Voici l’Occident pris de panique. L’Etat Islamique d’Irak et du Levant (EIIL) est peut-être sur le point de s’emparer de Bagdad et de créer un califat terrifiant à cheval sur la Syrie et l’Irak.

 

Comment en est-on arrivé là ? Les Américains, suivis par leurs caniches européens, ont prétendu imposer la démocratie et les droits de l’homme en terre d’islam, avec deux objectifs complémentaires mais inavoués, mettre la main sur les gigantesques réserves de pétrole des bédouins et détruire toute puissance arabe hostile à Israël. Le chemin était tout tracé : abattre les dictateurs en place et les remplacer par de bons démocrates acquis aux intérêts économiques de l’oncle Sam. Ce schéma simpliste, élucubré par de brillants intellectuels qui n’avaient jamais mis les pieds au Moyen-Orient ou au Maghreb, oubliait deux paramètres essentiels : le facteur ethnique et le facteur religieux.

 

Rappelons quelques faits et désignons les coupables. Le 11/9 offre à Bush et ses néocons l’occasion d’envahir l’Afghanistan. Treize ans plus tard, l’armée américaine, vaincue par une bande de va-nu-pieds illettrés en babouches, s’apprête à quitter l’Afghanistan, non sans avoir perdu plus de 2 300 hommes. Dès lors, l’armée afghane « formée » par des instructeurs américains, se débandera et les talibans reprendront le contrôle du pays qui leur tend les bras.

 

En 2003, le même Bush et le servile Tony Blair envahissent l’Irak, sous le faux prétexte de la présence d’armes de destruction massive. Quatre ans plus tard, les Américains quittent l’Irak, la queue entre les pattes, non sans avoir perdu 4 800 hommes et transformé le pays en chaos. L’Irak n’existe plus, éclaté entre les chiites majoritaires soutenus par l’Iran, les sunnites fanatisés par l’Arabie saoudite et le Qatar, et les Kurdes tout heureux de fonder un Kurdistan autonome et riche en pétrole. Onze ans plus tard, la glorieuse armée irakienne, « formée » par des instructeurs américains, se débande et livre tout son matériel, un matériel sophistiqué et coûteux fourni par les Américains, aux djihadistes irakiens.

 

En 2011, Sarkozy, Lévy et Cameron attaquent la Libye de Kadhafi. Trois ans plus tard, la Libye n’existe plus, éclatée entre les tribus arabes de Tripolitaine et de Cyrénaïque, les Berbères à l’ouest et les touaregs et les Toubous au sud. La région de Benghazi est sous le contrôle des milices islamistes : on y tue même les ambassadeurs américains ! Quant à l’arsenal de Kadhafi, il s’est évanoui dans tout le Sahel. L’armée française est priée, avec des moyens dérisoires, de réparer les c… des trois irresponsables précités au Mali et en Centrafrique, en attendant l’embrasement de toute l’Afrique septentrionale.

 

En 2013, Hollande, conseillé par Lévy et Fabius, veut rééditer « l’exploit » de son prédécesseur. Il rêve d’abattre Bachar al-Assad. Cette fois, il s’agit de l’utilisation prétendue de gaz de combat. Au dernier moment, conseillé par Poutine, Obama fait volte-face, laissant le nain de l’Elysée en tête-à-tête avec sa pitoyable impuissance. Mais la Syrie n’est pas la Libye. Elle est au cœur du Moyen-Orient et une place stratégique pour la Russie. L’Armée syrienne libre (ASL) des « démocrates » amis de l’Occident vole en éclats et laisse face à face les forces légalistes de Bachar al-Assad appuyées par les Russes et les Iraniens (via le Hezbollah libanais), et une multitude de groupes islamistes qui rivalisent de fanatisme et sont armés et financés par le Qatar et l’Arabie saoudite. Les Occidentaux ferment les yeux et, malgré l’évidence, continuent de vouloir la perte de Bachar.

 

Le printemps arabe a bien nourri les illusions des benêts occidentaux. Passée la gueule de bois, ils se sont rendu compte que, partout, il avait débouché sur une progression de l’islamisme. Seule, l’Egypte y a échappé en rétablissant une dictature militaire.

 

Revenons à l’Irak. L’EIIL est dirigée par Abou Bakr al-Baghdadi, un dur qui renvoie le patron d’al-Qaïda Péninsule arabique (AQPA), Ayman al-Zahouari, au rang de second rôle. Pire, l’EIIL a pris le contrôle du front al-Nosra d’Abou Mohammed al-Golani à la suite d’une campagne de terreur qui n’est pas sans rappeler la lutte fratricide entre le FLN et le MNA en Algérie. Autrement dit, tous les combattants d’al Nosra qui refusaient de se rallier à l’EIIL ont été liquidés sans pitié ; les autres ont compris. Les Occidentaux sont désorientés : s’ils pensaient canaliser al-Qaïda, l’EIIL, forte de 17 000 djihadistes, paraît impénétrable. Son but n’est pas le terrorisme mais d’imposer un califat, le vieux rêve de ben Laden.

 

Ici il ne s’agit pas des va-nu-pieds folkloriques qui sévissaient en Afghanistan. L’affaire est beaucoup plus grave. Elle menace l’existence même de la Syrie et de l’Irak, mais devrait aussi se propager au Liban et en Jordanie. Les Occidentaux, avec la complicité de l’Arabie saoudite, de la Turquie et d’Israël, ont généré un monstre.

 

L’ironie du sort, c’est que les Américains se tournent vers l’Iran pour tenter d’empêcher la création de ce talibanistan. Alors qu’il n’y a pas si longtemps, ils étaient prêts – et les roquets français et anglais aussi -, à bombarder l’Iran. On s’avance donc vers une inversion des alliances. Comme l’accord intérimaire sur le nucléaire iranien expire le 20 juillet, on peut penser que Téhéran va faire monter les enchères. Les Turcs vont faire la gueule, mais surtout les Israéliens...

 

Alain CAGNAT

Imprimer E-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites