Résistance Identitaire Européenne

Géopolitique

Les talibans et les États-Unis - Théories du complot et réalité

ta1

 

La rapide montée en puissance des talibans en Afghanistan a surpris de nombreux observateurs, analystes et militants de la géopolitique. En particulier, les écrivains des médias alternatifs n'ont pas accepté le récit général des événements de Kaboul. Certains d'entre eux ont affirmé que tout le drame afghan n'est qu'une habile opération psychologique de la CIA et que le mouvement taliban - avec Al-Qaida - fait partie du complot de Washington.

Selon cette théorie, les Talibans n'ont pas pris le contrôle de l'Afghanistan après la défaite de l'Amérique, mais leurs ennemis supposés leur ont donné le contrôle de l'Afghanistan par un accord secret. Comme si les bombardements américains n'avaient pas suffi aux Afghans, les théoriciens du complot sont déjà certains d'une nouvelle guerre : il s'agit cette fois de faire de l'Afghanistan une tête de pont pour attaquer la Chine et la Russie.

La méfiance fondée des activistes et théoriciens bien intentionnés à l'égard de l'impérialisme américain semble avoir obscurci leur jugement, estime l'analyste Andrew Korybko. Ils sont incapables d'accepter que les talibans islamiques soient un véritable mouvement de libération nationale qui a vaincu la puissance militaire de manière encore plus humiliante que les Vietnamiens.

Leur théorie repose en partie sur le fait que ce sont les musulmans afghans conservateurs, les moudjahidines, qui ont mené la guerre de 1979-1989 contre l'Union soviétique et son mandataire, la République démocratique afghane, avec le soutien des États-Unis. Un autre facteur est probablement le fait que dans la Russie d'aujourd'hui, le mouvement taliban est toujours classé comme une organisation terroriste, bien que le Kremlin ait exprimé sa volonté de coopérer avec l'émirat islamique.

 

ta2

 

Les moudjahidines anticommunistes ont autrefois coopéré avec les États-Unis dans la poursuite de leurs propres intérêts. Le gouvernement soutenu par les Soviétiques n'était pas particulièrement populaire auprès de la majorité du peuple afghan. Les moudjahidines et les Américains se sont exploités mutuellement, mais les États-Unis, à la manière typique des Américains, ont ensuite abandonné leur allié, puis se sont tournés résolument contre le mouvement qui a finalement émergé des militants musulmans au milieu des années 1990.

De nombreux pays en mauvais termes avec les administrations de Washington, ainsi que des groupes armés, ont eu et continuent d'avoir des liens avec les États-Unis et d'autres pays occidentaux et leurs services de renseignement. Cela est compréhensible, compte tenu de la dynamique de schémas militaires, politiques et économiques complexes. On dit aussi que les grandes puissances en particulier n'ont pas d'amis, seulement des intérêts égoïstes et des partenaires changeants. La realpolitik est tout sauf noire et blanche.

 

ta3

 

Lorsque le porte-parole des talibans, Suhail Shaeen (photo, ci-dessus), a déclaré à la BBC que son mouvement souhaitait également ouvrir un nouveau chapitre dans les relations avec les États-Unis et espérait que ces derniers aideraient à reconstruire le pays déchiré par la guerre, cela a été perçu dans certains milieux comme un signe alarmant que les talibans étaient devenus un homme de main de la superpuissance et une organisation mandataire.

Cependant, les talibans ont également négocié avec la Chine et la Russie. La Chine espère même que les États-Unis se joindront à son initiative « Belt and Road » plutôt que Washington ne tente de la saboter, tandis que le représentant spécial du président russe pour l'Afghanistan a déclaré que les États-Unis avaient des obligations financières envers l'Afghanistan même après la fin de la guerre.

 

ta4

 

Un autre porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid (photo, ci-dessus), a exhorté les ingénieurs, les médecins et les personnes instruites à rester (ou à retourner) dans leur pays d'origine, où leur expertise est nécessaire pour reconstruire le pays. « Ils doivent se réunir et établir une feuille de route pour relancer l'économie du pays », a déclaré Mujahid, ajoutant qu'il était « nécessaire de créer une atmosphère pour attirer les investissements étrangers ».

L'Afghanistan n'allait jamais devenir un État client libéral-démocratique comme le voulait l'Occident. Ainsi, après deux décennies de guerre et de « gestion de crise », les États-Unis ont dû accepter un règlement à l'amiable, dont les détails se dévoilent lentement, dans une certaine mesure, pour nous qui restons à l'écart. Il reste à voir quelles seront les conséquences stratégiques et géopolitiques de la nouvelle émergence de « l'Émirat islamique ».

Pour l'instant, les talibans doivent encore se mettre d'accord sur la composition du gouvernement avec leurs anciens adversaires. La politique du jeu peut créer des partenariats étranges. Alors que les politiciens, les milices et les États cherchent en toute hâte de nouveaux alliés, ils sont certainement prêts à tolérer le blanchiment de l'histoire.

Comment la communauté internationale va-t-elle traiter l'émirat islamique ? L'interprétation de la charia islamique et les droits des femmes suscitent déjà des inquiétudes, malgré la crise économique et la famine qui menacent le pays. Verrons-nous des sanctions ou une politique plus conciliante ? Ni les voisins de l'Afghanistan, le Pakistan et l'Iran, ni l'Europe ne souhaitent une avalanche de réfugiés.

L'Afghanistan dispose de milliards de dollars à l'étranger et les Talibans doivent avoir accès aux réseaux bancaires pour les obtenir. Les représentants des talibans ont déjà déclaré qu'ils voulaient une véritable reconnaissance internationale, avec des ambassades et des diplomates. Bien qu'ils doivent montrer une certaine pureté idéologique à leurs partisans - surtout après une si longue lutte contre l'Occident - ils sont conscients que des compromis doivent être faits pour remettre la société sur pied.

Je ne crois pas que les talibans soient des laquais de la CIA, prêts à s'opposer aux puissances eurasiennes. Je suis actuellement enclin à l'interprétation quelque peu optimiste selon laquelle les véritables pouvoirs en place aux États-Unis savent que leurs jours en tant qu'hégémon mondial sont terminés. Washington se retire donc d'engagements inutiles et réduit sa présence excessive et coûteuse dans d'anciennes zones de guerre comme l'Afghanistan. Si les États-Unis opèrent toujours dans la région, ils utiliseront certainement des drones et des mercenaires.

À moins que quelque chose de radical ne se produise, le cycle des nouveaux sujets d'actualité fera bientôt oublier au monde les vingt années de guerre, les talibans et le « cimetière des empires ». Les États-Unis poursuivront, bien entendu, leur guerre hybride et leur compétition contre d'autres puissances pour tenter de consolider leur position dans le nouveau monde multipolaire. Espérons qu'à l'avenir, l'Occident laissera les Afghans tranquilles.

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2021/09/01/talibanit-ja-yhdysvallat-salaliittoteoriat-ja-todellisuus/

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites