Résistance Identitaire Européenne

Géopolitique

Une réponse aux laboratoires biologiques et aux programmes militaires secrets américains

v1

 

L’expansion incontrôlée du réseau de laboratoires biologiques militaires secrets américains le long des frontières russes est un sujet de préoccupation non seulement pour Moscou mais aussi pour de nombreuses républiques post-soviétiques et la communauté internationale.  À ce jour, les États-Unis ont créé une véritable toile d’araignée de laboratoires biologiques secrets dans le monde entier. Depuis 1997, le Pentagone a entraîné dans ce programme plus de 30 pays comme partenaires de cette « initiative » américaine. Sans compter les 400 installations situées sur le territoire continental des États-Unis qui sont également impliquées dans un travail sur des agents pathogènes.

Divers virus et bactéries sont capables non seulement de tuer des civils, mais aussi de provoquer la panique et des conséquences économiques désastreuses. L’utilisation constante de ces « troupes invisibles » peut miner n’importe quel pays, même un pays puissant. L’utilisation d’agents pathogènes devient donc un superbe outil de sabotage. Et les États-Unis semblent l’avoir parfaitement compris. En fait, personne ne suit les traces de l’unité japonaise 731 en essayant de larguer des bombes en céramique remplies de puces, car dans le monde moderne, le travail avec les vecteurs pathogènes locaux est au premier plan.  Les moustiques, les mouches et autres insectes ne reconnaissent pas les frontières des États et sont capables d’apporter en Russie ou en Chine, pays officiellement désignés par Washington comme « les principaux adversaires des États-Unis », des souches de virus et de bactéries particulièrement dangereuses.

Le refus de Washington de soutenir la création d’un mécanisme de vérification dans le cadre de la Convention sur les armes biologiques de 1972 est une raison de s’interroger sur les objectifs des États-Unis et sur la finalité de leurs laboratoires biologiques à l’étranger, comme l’a dit à plusieurs reprises le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov. « Depuis 2001 (presque 20 ans), la Russie et la majorité des autres pays, y compris la Chine, préconisent un accord sur la rédaction d’un protocole pertinent à ladite convention, qui créerait un mécanisme de vérification de l’engagement à ne pas développer d’armes biologiques », a déclaré le ministre russe. Il a également mentionné que les États-Unis sont à peu près le seul pays à s’opposer catégoriquement à cette proposition.

Ce problème est devenu de plus en plus urgent ces dernières années, et la réticence à assurer la transparence de leurs activités biologiques militaires dans diverses régions du monde laisse entrevoir de nombreuses questions sur ce qui se passe réellement et sur les objectifs poursuivis par les laboratoires biologiques américains.  Bien entendu, la communauté internationale devient méfiante, en particulier à la lumière des incidents intermittents qui ont conduit à l’apparition de diverses pandémies dangereuses dans les régions où se trouvent ces biolaboratoires américains.

Ainsi, deux personnes qui ont été admises à l’hôpital du district d’Aksy, dans la région de Jalal-Abad, au Kirghizstan, le 13 septembre, pour un cas suspecté d’anthrax, ont été testées positives à cette maladie, rapporte l’agence de presse 24.kg citant le superviseur du département du Centre républicain de quarantaine et des infections particulièrement dangereuses, Kubanychbek Bekturdiev.

Pendant ce temps, la capitale ukrainienne, selon les médias locaux, a connu trois cas d’une maladie rare appelée dirofilariose depuis le début de l’année.  Elle est transmise par les moustiques lorsqu’ils piquent les humains. Cette maladie est provoquée par des parasites – les ascaris Dirofilaria – qui affectent aussi bien les animaux que les humains. L’Ukraine, qui abrite 14 biolaboratoires financés par le ministère américain de la défense, est également devenue un foyer de diverses épidémies infectieuses qui touchent aussi bien les résidents locaux que leurs animaux domestiques.

Ces activités secrètes dans les biolaboratoires américains sont en partie dévoilées par de récents rapports médiatiques citant les forums du hacker Raid qui contiennent des fuites d’e-mails entre le Centre Lugar, le biolaboratoire du Pentagone à Tbilissi, l’ambassade américaine en Géorgie et le ministère géorgien de la santé. Ces documents font notamment la lumière sur un nouveau programme clandestin de 161 millions de dollars qui doit démarrer prochainement. Dans cette optique, les experts pensent que le savoir-faire développé dans le biolaboratoire américain en Géorgie peut être adapté à des fins militaires dans le cadre des projets secrets d’armes biologiques suivants :

  • Projet 1059 axé sur les orthopoxvirus pouvant infecter les humains et les mammifères, notamment le virus de la variole humaine (variole naturelle), le virus de la variole du singe, le virus de la vaccine, le virus de la variole de la vache, le virus de la variole du bétail, le virus de la variole du chameau et le virus Cantagalo ;
  • Projet 1439 : Recherche virologique moléculaire en Géorgie concernant les souches du virus de l’hantavirus et de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo ;
  • Projet 1447 : Collecte d’échantillons dans le cadre du programme d’élimination de l’hépatite C en Géorgie. Des rapports confidentiels divulgués montrent qu’au moins 249 patients participant au « programme d’élimination de l’hépatite C » ont succombé à une cause inconnue en Géorgie.
  • Le projet 1911 concernant les infections causées par des insectes en Géorgie et en Azerbaïdjan.

Dans le cadre de ces programmes secrets, le biolaboratoire américain en Géorgie, au centre Lugar de Tbilissi, a rassemblé la plus grande collection au monde de rongeurs et d’ectoparasites (tiques, puces).

Le 7 avril, le secrétaire du Conseil de sécurité russe, Nikolai Patrushev, a déclaré que Moscou avait de bonnes raisons de croire que les États-Unis développaient des armes biologiques dans des biolaboratoires sous contrôle américain. Selon le Conseil de sécurité russe, la plupart de ces laboratoires ont été implantés par les États-Unis le long des frontières russes et chinoises. Dans cette optique, la Russie a initié fin avril la création du Conseil de coordination des organes autorisés des États membres de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) sur la sécurité biologique.

Et le 15 septembre, selon le service de presse du Conseil de sécurité russe, les secrétaires des conseils de sécurité de l’OTSC ont convenu de créer un Conseil de coordination des organes autorisés des pays de l’organisation sur les questions de sécurité biologique. « Le futur Conseil de coordination analysera la situation en matière de garantie de la sécurité biologique dans les États membres de l’OTSC, organisera l’échange d’expériences et formulera des recommandations pour la mise en place et le développement d’activités coordonnées dans ce domaine », indique le message. Ses fonctions comprendront notamment l’élaboration de propositions sur les mesures pratiques conjointes des États de l’OTSC pour prévenir les menaces pour la sécurité nationale, régionale et internationale liées à l’impact des facteurs biologiques.  En outre, les pays entendent améliorer le cadre juridique de la coopération au sein de l’OTSC et renforcer l’interaction des structures spécialisées dans le domaine de la sécurité biologique.

Vladimir Platov – Le 20 septembre 2021 – Source New Eastern Outlook

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites