Résistance Identitaire Européenne

Histoire

L'épopée coloniale allemande

couv histoire epopee coloniale allemande

 

On ignore trop souvent que l'Allemagne fut, de 1884 à 1918, une puissance coloniale. Dans son livre, L'épopée coloniale allemande paru aux éditions Via Romana, qui prend souvent la dimension d'un roman d'aventures tout à fait passionnant, Sylvain Roussillon nous raconte l'histoire de ces territoires, une histoire totalement méconnue, autant que les spécificités de leur colonisation.

L'auteur nous entraine ainsi des archipels du Pacifique à la place chinoise fortifiée de Tsing Tao, de la forêt camerounaise aux sables du désert namibien et à la brousse d'Afrique orientale. Certes l'Empire colonial allemand est vaste, avec ses 2 914 150 km2, mais n'est peuplé que de 13,2 millions d'habitants, dont à peine 24.000 colons allemands, dont guère plus de 5000 soldats européens. La colonisation africaine a déjà été abordée dans des ouvrages passionnants par Rémy Porte et Bernard Lugan (lisez son Heia Safari! Général von Lettow-Vorbeck, dont nous avons écrit une recension en ces colonnes). Le mérite de Sylvain Roussillon est d'offrir une vue d'ensemble de la colonisation allemande, de sa protohistoire jusqu'à sa disparition, au lendemain de la Grande Guerre.

 

Les débuts de la colonisation allemande

Dès les débuts de la colonisation des Amériques, on trouve des Allemands parmi les pionniers et les précurseurs de l'aventure coloniale ultra-marine. On rencontre au fil des pages du livre d'étonnants aventuriers. L'absence d'unité politique de l'Allemagne n'aide guère à la mise en place d'un projet colonial cohérent et doté de moyens suffisants. Evoquons à titre d'illustration quelques curiosités. C'est ainsi que le duché de Courlande, petit état balte de 200.000 habitants, doté cependant d'une marine marchande respectable, va entreprendre, dès 1637, d'installer une colonie de 212 Courlandais sur l'île de Tobago, dans les Caraïbe. Les Espagnols verront d'un très mauvais œil l'arrivée sur la scène américaine de ces nouveaux concurrents et la colonie ne tardera pas à disparaître, étranglée par le blocus naval et commercial espagnol. Autre exemple: le comté de Hanau-LIchtenberg (1500 km2, qui ne dispose même pas d'une façade maritime!) tente en 1669 de se lancer dans l'aventure. Ce sera évidemment un fiasco. En fait, le Saint-Empire romain germanique est un géant politique mais un nain militaire et économique, et ne dispose absolument pas des moyens pour entreprendre une vraie politique coloniale. Il n'est de fait pas en état de supporter le choc que constitue la naissance des états-nations. Il faudra attendre la naissance de l'Empire allemand, en 1871, dans la Galerie de Glace du Château de Versailles, pour que l'Allemagne unifiée, désormais première puissance européenne continentale, se tourne vers la création d'un empire ultra-marin. Par nécessité, car le nouvel Empire se trouve alors prisonnier d'un marché intérieur trop petit pour absorber les productions de sa puissante industrie.

 

versaille

 

Et puis, l'Allemagne peine à retenir ses populations. Près de 4 millions d'Allemands ont émigré de 1815 à 1870, dont 90% vers l'Amérique du Nord. Bien que personnellement hostile à l'idée de colonisation, Bismarck finit pourtant par s'y résoudre. Il va synthétiser sa stratégie par la fameuse formule: « Die Flagge folgt dem Handel » (le drapeau suit le commerçant).

L'Allemagne va placer sous protectorat les différents territoires dans lesquels la « société pour la colonisation allemande » a noué des accords marchands avec les monarques et potentats locaux. Ce faisant, l'Allemagne rejette la méthode française de la colonisation qui consiste, dit Bismarck, « à prendre un morceau de terre, à y installer des fonctionnaires, une garnison et ensuite à y attirer des colons ». Après le Togo, le Sud-ouest africain, le Cameroun et l'Afrique orientale allemande, l'Allemagne va aussi s'implanter dans le Pacifique: la Nouvelle-Guinée, l'archipel Bismarck et... la Chine. Cet empire colonial est cependant un colosse aux pieds d'argile. Ce n'est pas un ensemble homogène, capable d'assurer son propre développement, ou sa propre défense.

 

Présence allemande en Chine

Après les deux Guerres de l'opium, l'empire chinois est en plein chaos et constitue une proie facile pour les prédateurs occidentaux qui pratiquent la « diplomatie de la canonnière ».

 

The Chinese Boxers Le Petit Parisien

 

Prenant prétexte de l'assassinat de deux missionnaires allemands, le 1er novembre 1897, par des membres d'une société secrète anti-occidentale, les Allemands débarquent dans la baie de Kiautschou, dont ils obtiendront la concession. Un petit village de pêcheurs, Tsingtao est destiné à devenir la capitale administrative de la colonie. Mais dès le printemps 1898, des groupes de rebelles Boxers (les Boxers sont une sorte de secte anti-occidentale qui pratiquent une boxe ritualisée) attaquent des communautés chrétiennes, assassinant à tout-va les fidèles chinois et les missionnaires étrangers. Les ressortissants occidentaux et japonais vont se réfugier et se barricader dans le quartier des légations de Pékin, un minuscule périmètre de 3,2 km sur 1,6. C'est le début du siège des légations, connu comme les « 55 jours de Pékin ». Une coalition internationale, rassemblant huit nations, sous commandement militaire allemand les délivrera. La Chine est désormais à terre. Les Allemands ont l'ambition de faire de Kiautschou la « Hong-Kong » du Nord, une vitrine exemplaire de la colonisation allemande et une plaque-tournante maritime de premier plan. La concession dispose du tout-à-l'égout, d'un système d'assainissement des eaux, d'une centrale électrique et... d'une brasserie. Tous les amateurs de bière contemporains connaissent la bière chinoise Tsingtau ! Ajoutons l'aménagement d'un port, d'une ligne de chemin de fer qui permet de relier Berlin à la concession en treize jours. Sun Yat-sen, premier président de la république de Chine, s'exclamera: « Je suis impressionné. Cette ville est un vrai modèle pour la Chine future ».

 

La guerre navale allemande en Asie

Las, la guerre va éclater. Le Japon se range aux côtés du Royaume-Uni. Pas question pour l'escadre allemande, en tournée d'inspection, de rentrer à Kiautschou, trop vulnérable. D'autant que 29.000 soldats japonais ont débarqué. La ville est privée d'eau potable. La situation des Allemands est désespérée. Le 7 novembre 1914, le drapeau blanc est hissé. L'acte de capitulation est signé à 20 heures. 4500 hommes seront détenus, durant la guerre, au Japon. Ces prisonniers seront particulièrement bien traités, libres d'aller et venir dans l'enceinte du camp et même d'aller faire des achats à l'extérieur. Les autorités japonaises ont même fait le choix de rémunérer les prisonniers allemands en échange de leurs travaux. Lors de leur libération en janvier 1920, 170 choisiront de rester au Japon !

 

maximilien

 

En attendant, l'Escadre navale allemande de l'Asie orientale est dans une situation des plus difficiles. « Je suis tout à fait sans-abri. Je ne peux pas accéder à l'Allemagne. Nous ne possédons aucun port sécurisé » dit Maximilian von Spee, le commandant de l'Escadre, qui décide de s'en prendre aux établissements alliés dans le Pacifique et à leurs navires. Il va remporter de brillantes victoires, faisant preuve d’une grande audace. C'est ainsi que son escadre se trouve face à la Quatrième escadre de croisière commandée par le contre-amiral Cradock, chargée de traquer la flotte allemande. Bilan de la bataille dite de Coronel, au sud de Valparaiso: 1654 morts et disparus, dont le contre-amiral Cradock côté britannique, et trois blessés seulement côté allemand. Mais la situation va s'inverser lors de la bataille des Falklands qui sera une défaite presque totale pour la flotte allemande. Maximilian von Spee y perdra la vie. Il reste encore un croiseur survivant, de l'Escadre allemande de l'Asie orientale: le SMS Emden. Celui-ci va entamer un périple incroyable, coulant un grand nombre de navires ennemis, semant la panique. Toutes les marines alliées, et tout particulièrement les Britanniques, se lancent à ses trousses. Avec ses trois grandes cheminées, il est aisément repérable. Qu'à cela ne tienne. Son commandant, Karl von Müller fait rajouter une quatrième cheminée fictive sur son navire afin d'en modifier la silhouette et de tromper ainsi l'ennemi ! Il fut cependant rattrapé au large des îles Cocos, un petit archipel corallien de l'océan indien, situé à mi-chemin entre l'Inde et L'Australie. L'héroïque capitaine de frégate Karl von Müller échouera son navire, touché une centaine de fois, sur un récif et sera le dernier à quitter son navire Au final, durant son équipée, le SMS Emden aura, du 9 septembre au 9 novembre 1914, coulé ou arraisonné 25 navires marchands et coulé deux vaisseaux de guerre.

 

La guerre en Océanie

Les territoires allemands du Pacifique et d'Océanie font partie des plus anciennes colonies de l'Empire. A la veille du premier conflit mondial, les Samoa allemandes comptent 35.000 autochtones, 6000 Chinois et 500 européens. Face à eux, les Néo-Zélandais et les Australiens qui se sont, dès le déclenchement de la guerre, mis d'accord pour se partager les possessions allemandes d'Océanie, disposent évidemment de forces militaires considérablement plus importantes. Les Allemands capituleront très vite.

L'autre ensemble colonial allemand d'Océanie est connu sous le nom de Nouvelle-Guinée allemande. En 1885, l'acquisition par l'Allemagne des îles Marschall, achetées à l'Espagne, bien incapable de les administrer, avait élargi le territoire auquel se rajoutera l'île de Nauru. Suite à une offre d'achat faite par l'Allemagne, l'Espagne finira par céder la totalité de ses possessions pacifiques et océaniennes. Ces vastes possessions allemandes vont devenir, dès le début de la Première Guerre mondiale, un enjeu de pouvoir pour les belligérants. Les Britanniques craignent en effet les appétits japonais dans le Pacifique, voyant avec une réelle appréhension la substitution du Japon à l'Allemagne et se hâtent de mobiliser les troupes australiennes et néo-zélandaises.

Leur victoire sera facile, mais les jeunes australiens et néo-zélandais le paieront très cher. Beaucoup de jeunes volontaires auront acquis une image fausse et idyllique de la guerre, entraînant un grand engouement dans les journaux et dans l'opinion publique, incitant des milliers de jeunes à s'engager comme volontaire pour une si belle promenade de santé. Las, ce sera un voyage au bout de l'enfer, sans retour pour nombre d'entre eux. Bilan de la bataille des Dardanelles en Turquie, entre le 25 avril 1915 et le 9 janvier 1916: 8700 mort, 20.000 blessés sur un effectif de 50.000 engagés australiens. En 1914, c'en est presque fini de la présence allemande dans ces régions. Presque, car il subsiste une petite mission d'exploration, conduite par le lieutenant bavarois Hermann Detzner qui entend ne pas capituler. Recherché par les patrouilles australiennes, il bénéficie du soutien quasi-constant de la part des tribus papoues et se constituera un mini-protectorat dans les hautes terres de l'hinterland, au milieu des tribus anthropophages ! Une quinzaine d'entre elles lui sont fidèles et arborent l'étendard impérial allemand, Detzner et ses hommes circulant de village en village, en chantant à tue-tête des airs patriotiques comme Die Wacht am Rhein (la garde sur le Rhin).

 

Hermann Detzner

 

Fin de l'histoire qui fait penser au livre de Kipling, L'Homme qui voulut être roi, Detzner effectue sa reddition le 5 janvier 1919, après avoir dispersé sa petite troupe et détruit ses armes. A Rabaul, il est fêté comme un héros, notamment par les populations indigènes, ce qui indispose hautement les Australiens, qui l'expulsent le 31 janvier.

 

Un corsaire allemand dans le Pacifique

Depuis la défaite de Héligoland, en août 1914, la marine de guerre était inactive et confinée dans ses ports, soumise au blocus naval britannique. Pour rompre le blocus, les Allemands vont avoir une idée qui peut paraître tout à fait farfelue. Ils vont transformer un trois-mats carré qui appartenait à une compagnie de commerce américaine, tombé entre les mains des Allemands, en croiseur auxiliaire à voile qu'ils camoufleront avec le plus grand soin en navire norvégien. Il s'agit de tromper les inévitables inspections alliées lors des contrôles en mer. L'ensemble de l'équipage est constitué de marins allemands parfaitement norvégophones. Les capitaines norvégiens étant par tradition autorisés à embarquer avec leurs épouses, un jeune matelot aux traits particulièrement fins est même habillé en femme lors des contrôles.

 

SMS Seadler

 

Le SMS Seadler sera en effet contrôlé par les Britanniques qui n'y verront que du feu, le capitaine anglais se montrant extrêmement courtois à l'égard de la pseudo-épouse de son homologue pseudo-norvégien, Félix von Luckner... 14 navires alliés pour un total de 40.000 tonnes de marchandises, sont capturés. Mais toutes les marines alliées sont aux trousses du SMS Seadler. Il s'agit de changer d'air. Von Luckner décide de quitter les eaux de l'Atlantique pour celles du Pacifique. Mais le 2 août 1917, le SMS Seadler est drossé sur des rochers et gravement endommagé. Voici donc les Allemands captifs forcés sur ce petit atoll dont Luckner, hissant le pavillon impérial, proclame la souveraineté allemande. Il s'agit du seul et unique territoire ultramarin conquis par les Allemands dans cette région du globe durant la guerre ! Les Allemands vont construire une petite ville de tentes et de cabanes, avec un mess, un hôpital, une bibliothèque, une station radio, une cuisine, une fumerie à poisson, une buanderie. Des concerts sont donnés. Mais pas question de baisser les bras. Luckner va faire démanteler les restes du SMS Seadler et faire construire une barque de six mètres de long. Son objectif est d'atteindre les îles Fidji, de s'emparer d'un navire plus important et de revenir chercher le reste des naufragés. Avec ses six hommes d'équipage, la barque, arborant un pavillon de la Kaiserliche Marine s'élancera à l'assaut du Pacifique. Mais le 21 septembre, terriblement éprouvés, après avoir parcouru près de 4000 km, ils seront arrêtés. L'histoire ne s'arrête pas là. Le lecteur découvrira la suite, en lisant ce formidable livre.

 

La colonisation du Togo

L'établissement allemand du Togo, petit territoire de 87 200 km2, est l'un des plus anciens territoires coloniaux du nouvel empire germanique. C'est aussi un des plus fragiles, et il sera rapidement conquis par les troupes alliées.

 

Gustav Nachtigal

 

C'était un explorateur allemand, Gustav Nachtigal, qui avait signé un traité avec le souverain local. Les Allemands surent mettre le territoire en valeur, les terres s'avérant fertiles, et ils développèrent un réseau routier assez dense, des lignes de chemin de fer et une puissante station de télégraphie sans fil, en contact permanent avec Berlin. Le Togoland sera le seul territoire allemand en Afrique à être économiquement à l'équilibre en 1914. Notons qu'on n'y compte que 363 Blancs pour une population de 1 050 000 autochtones. Le Togoland sera surnommé la Musterkolonie (colonie modèle) et se voudra une véritable vitrine de la colonisation allemande en Afrique.

 

Le Sud-Ouest africain allemand

Ce territoire de 835 000 km2, que l'on nommera plus tard la Namibie, est bordé au nord par l'Angola portugais, à l'est par le Bechuanaland britannique et au sud par l'Union sud-africaine. Il est officiellement placé sous la protection du Reich en 1884. En 1902, la colonie compte près de 3000 ressortissants allemands et 330.000 indigènes, dont 80.000 Hereros, une communauté pastorale et guerrière. Le 12 janvier 1904, le chef herero donne, pour des raisons qui restent obscures, l'ordre du soulèvement des tribus. Près de 200 civiles blancs furent massacrés, les victimes étant sauvagement torturées avant d'être mises à mort et les femmes violées et éventrées devant leurs enfants qui furent massacrés à leur tour. La répression fut féroce, et on a pu parler, à juste titre, d'un véritable génocide ayant conduit à la mort 60.000 herehos sur une population de 80.000. La Deutsch-Sudwestafrica comptera 12.300 Allemands et près de 2500 Boers en 1914 et sera, en fait, la seule colonie de peuplement allemande. Mais le territoire est militairement extrêmement vulnérable. Sylvain Roussillon nous raconte la résistance allemande, le soulèvement des nationalistes Boers sud-africains qui refusent de participer à cette guerre, puis, l'après-guerre. Seule colonie allemande dans ce cas, les civils allemands seront autorisés à rester à la fin du conflit. La Namibie possède aujourd'hui le seul quotidien africain en langue allemande, l'Allgemeine Zeitung, édité à 6000 exemplaires, reçoit la visite de 60.000 touristes tous les ans, le passé allemand demeurant très visible dans l'architecture des grandes villes, et puis, chose vitale, la gastronomie allemande est très présente, avec la bière locale, le kirsch, l'apfelstrudel, le chocolat, les petits pains fourrés !

 

La conquête du Kamerun

Britanniques et Allemands sont en compétition pour la conquête du Kamerun. Les Britanniques y enverront une canonnière sous le commandement du lieutenant Moore. Celui-ci a l'idée géniale de menacer de mettre à feu et à sang des villages indigènes autour de Douala, si les tribus locales continuent à traiter avec les Allemands. Les Dualas n'apprécient que modérément le chantage et la plupart des chefs dualas se précipitent dans les bras des Allemands. Le 14 juillet 1884, le drapeau allemand est hissé sur Douala. Ce n'est que dans l'après-midi du 19 que la canonnière HMS Flirt fait son entrée tardive dans les eaux de Douala. Trop tard. La plupart des souverains et chefs doualas arguent que les Britanniques n'avaient qu'à arriver plus tôt.

 

au consul britannique Hewett

 

L'épisode vaudra au consul britannique Hewett, le sobriquet de « Too late Consul » (le consul qui arrive trop tard). A la veille de la guerre, le Kamerun est une colonie très prometteuse sur le plan économique, même si elle reste nettement déficitaire. Autre ombre au tableau: la faiblesse du peuplement européen estimé à 2000 personnes environ, dont 1700 Allemands. Les autorités allemandes, conscientes de leur faiblesse militaire, tenteront, sans succès, d'obtenir la neutralisation de la région, invoquant à juste titre l'exemple désastreux que constituerait, aux yeux des populations colonisées, l'image de peuples blancs se faisant la guerre. La conquête du Kamerun par les forces françaises et britanniques ne sera cependant pas une simple promenade militaire. Les Alliés entreront à Yaoundé le 1er janvier 1916. Les troupes allemandes, accompagnées d'un grand nombre de civils se mettront en route, pour échapper à la capture et gagneront la colonie espagnole du Rio Muni, territoire neutre. Il est à noter que parmi les civils figurent de nombreux Africains, restés fidèles aux Allemands. Ceux-ci retourneront dans leurs villages dans les dernières semaines de 1918. L'accueil qui leur est réservé est en général très cordial, trop même aux yeux des nouvelles autorités coloniales. Le général britannique Macpherson Dobell osa écrire que « du côté allemand, les indigènes étaient cruellement contraints de se battre sous la menace et soumis à des représailles lorsqu'ils osaient défier l'autorité allemande ».

De la pure propagande. Quelles menaces auraient été suffisantes pour contraindre quelques 14.000 indigènes à suivre près d'un millier d'Allemands dans une fuite désespérée, vaincus, coupés de toutes ressources extérieures ? Dans la réalité, de nombreux officiers supérieurs français ou britanniques furent au contraire étonnés de cette fidélité. En 1922, la Société des Nations partagera le territoire entre les vainqueurs, attribuant aux Français les quatre cinquièmes, et le reste aux Britanniques.

 

L'Afrique orientale allemande

Dans la seconde moitié des années 1880, l’Allemagne dispose en Somalie de six ports dont deux ouvrent sur de vastes concessions territoriales jusqu'aux portes de l'Ethiopie. Elle fera même quelques tentatives pour prendre pied dans l'archipel des Comores et à Madagascar. La mise en place d'une kyrielle d'impôts et taxes, la brutalité des autorités et le coup d'arrêt à la traite des esclaves, génère un mécontentement croissant auprès des populations arabes qui entraine une rébellion généralisée en 1888 qui, certes matée, sera suivie d'autres rebellions, telle celle de la tribu des Hehe. Ainsi, 3000 guerriers hehe attaqueront une colonne allemande. Bilan: 10 Européens dont l'officier prussien commandant la colonne tués, ainsi que 291 supplétifs, une centaine de porteurs, le petit parc d'artillerie, 300 fusils et des milliers de cartouches étant perdus. L'arrivée d'un nouveau haut-commissaire, qui saura rallier les autres tribus, permettra cependant de faire évoluer la situation, mais il y aura bien d'autres révoltes, dues notamment au travail forcé pour un salaire de misère. C'est ainsi que la révolte des Maji-Maji embrasera en 1904 tout le sud de la Deutsch-Ostafrika. Le chef de la révolte, qui se présente comme magicien, distribue des potions censées transformer les balles allemandes en eau au moment de l'impact. Le mot « eau » se disant maji en langue kiswahili, c'est ce qui donnera son nom à ce soulèvement: la rébellion des Maji-Maji. Le bilan sera effroyable du côté des rebelles: 10 à 15.000 tués, tandis qu'en y ajoutant les décès liés à une famine provoquée, on atteindrait des chiffres de 75.000 à 300.000 morts. Ce bilan évoque évidemment celui de la guerre des Hereros et constitue, écrit Sylvain Roussillon, « une tache indélébile sur l'histoire coloniale allemande ».

La révolte achevée, ce vaste territoire de 995.000 km2 et de 8 à 10 millions d'habitants va se voir doté d'infrastructures solides. En 1914, la colonie compte 3.550 km de lignes de chemin de fer et est en pleine expansion. Un bémol: la faiblesse du peuplement européen qui ne compte que 5339 Européen, dont 4107 Allemands. C'est pourtant là que la résistance coloniale allemande aux troupes alliées sera la plus acharnée.

 

von Lettow Vorbeck

 

L'héroïque épopée de von Lettow-Vorbeck

Le lieutenant-colonel Paul von Lettow-Vorbeck s'était illustré lors de la bataille décisive de Waterberg, en actuelle Namibie, où les Hereros avaient été vaincus. Il s'était opposé en vain à la mise en place de la politique d'extermination voulue par le général Lothar von Trotha, considérant qu'il est plus judicieux de s'attacher à terme la fidélité de tribus guerrières plutôt que de les anéantir. Chargé de la défense de la Deutsch-Ostafrika, il ne dispose que d'un effectif de 12.000 supplétifs askaris et de 2375 cadres et combattants européens. Son charisme, son énergie et sa remarquable intelligence tactique vont lui permettre de mener la vie dure aux alliés durant toute la guerre. Il ne déposera les armes qu'au lendemain de l'armistice. Le lecteur découvrira dans le livre de Sylvain Roussillon (et aussi, rappelons-le, dans celui de Bernard Lugan, Heïa Safari) une extraordinaire épopée.

Un exemple: en ce début de l'année 1917, la situation des troupes allemandes semble désespérée. Von Lettow-Vorbeck et ses hommes sont encerclés. Il va diviser ses troupes en plusieurs colonnes. La colonne Wintgens, forte de 40 Européens et 600 Askaris, va agir de manière complètement autonome, sans objectif autre que de semer la pagaille dans les états-majors alliés, progressant vite, dépourvue de porteurs, se nourrissant grâce à la chasse: une troupe insaisissable. Le gros des troupes allemandes, 1500 hommes, attaqué par plus de 5.000 soldats, leur inflige une cuisante défaite en octobre 1917. Plus de 50% des effectifs britanniques, c'est-à-dire 2.700 hommes, sont hors de combat. Les Allemands ont 95 tués. Ayant constaté l'efficacité de la colonne Wintgens, une troupe extrêmement mobile, délivrée de contraintes territoriales, hardie et combattive, le désormais général va réduire ses effectifs de supplétifs et de porteurs, augmentant considérablement sa mobilité. Il équipe le plus possible ses porteurs de bicyclettes, où l'on peut entasser jusqu'à 150 kilos bien répartis, permettant d' « économiser » cinq porteurs. Le 21 novembre 1917, les troupes allemandes franchissent le fleuve Rovuma et entrent au Mozambique portugais, semant la panique dans une armée dix fois plus importante. En quelques semaines, toutes les garnisons du nord-Mozambique sont prises ou contraintes à la fuite. Les tribus Yao, majoritaires dans ces régions, se rallient avec enthousiasme aux Allemands. Le pouvoir colonial portugais s'effondre sur la moitié du territoire mozambicain. La dernière victoire du général von Lettow-Vorbeck a lieu le 2 novembre 1918, au lendemain de la signature de l'armistice, dont il n'était pas informé ! Le 2 mars 1918, le général, accompagné de 114 de ses hommes, défile entre le Pariser Platz et la Porte de Brandebourg, à Berlin sous les acclamations de la foule.

Le 28 juin 1919, la signature du Traité de Versailles fait définitivement disparaître l'empire colonial allemand.

Robert Spieler-Rivarol 2021

L'épopée coloniale allemande, de Sylvain Roussillon, 270 pages, 25 euros, Editions Via Romana, 29 rue de Versailles, 78150 Le Chesnay

En vente ici https://www.facebook.com/boutiqueenracinee/photos/379747780518657

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites