Résistance Identitaire Européenne

Eveilleurs de Peuples

René Quinton, nietzschéen et darwinien

Dans « Jardins et routes », Ernst Jünger écrit qu’avec Montherlant, Lawrence, et Saint Exupéry, il met René Quinton « au petit nombre de cette haute chevalerie qu’a produite la première grande guerre. »
Dieu sait pourquoi, Nietzsche n'était pas darwinien. Nul ne pourrait en toute rationalité dire pour quelle raison, tant le philosophe et le biologiste se complètent. C'est ce que montrent, s'il en était besoin, les Maximes sur la Guerre de René Quinton. 
A la fois nietzschéen et darwinien, Quinton y mêle une pensée de la surhumanité à une théorie éminemment sélectionniste. Le tout sans jamais citer le philosophe allemand et en mentionnant à peine celui de l'auteur de l’Origine des Espèces. A preuve que les grandes idées peuvent jaillir plus ou moins indépendamment de sources séparées !
Quinton ? C'est un physiologiste français. L'auteur d'un livre paru aux éditions Masson au début du siècle : L’eau de mer, milieu organique (1909). Quinton y insiste sur l'analogie entre le milieu marin et le milieu intérieur. De cette idée procédera la mise au point du fameux plasma de Quinton, de l'eau de mer stérilisée salée à la même concentration que le plasma et utilisable comme milieu intérieur.
Biologiste, René Quinton (1865-1925) fait partie de cette pléiade de chercheurs qui, notamment en France, tentèrent, à la charnière des XIXe et XXe siècle, d'appliquer les données de la science à la connaissance de la société. Ainsi procéderont deux prix Nobel français, Charles Richet et Alexis Carrel, tous deux passionnés par les théories eugéniques. Et avec eux de nombreux auteurs souvent influencés par les idées évolutionnistes. Par exemple Félix Le Dantec, Gustave Le Bon et bien d'autres.
Qu'il y eut de la naïveté dans l'application du résultat scientifique au donné humain, la chose est certaine, et tout aussi sûre aujourd'hui encore. Mais à l'évidence les pensées de Quinton, Carrel ou Le Bon restent infiniment plus pertinentes que celles des idéologues contemporains également issus du laboratoire. Dans le cas de Quinton, l'actualité s'est même accrue du fait de la naissance de cette nouvelle discipline scientifique qu'est la sociobiologie apparue en 1975 avec le livre du même nom du zoologiste Edward Wilson.
Mais Quinton n'est pas seulement un chercheur. La Première guerre mondiale lui a donné l'occasion d'être aussi un combattant. Un héros qui prit part à de multiples batailles. Blessé à huit reprises, décoré de la Croix de Guerre Belge, cité à l'Ordre de l'armée, Croix du service distingué britannique, Commandeur de la Légion d'Honneur, le lieutenant-colonel Quinton a été « un magnifique exemple de soldat courageux, énergique et actif ». L'homme a donc été influencé par la guerre telle qu'il l'a vécue. Mais pas seulement par cela. En fait, Quinton avait déjà médité sur ce thème, rédigeant dès 1909 une réflexion sur la morale biologique. Il y concluait à l'existence « d'un instinct social qui joue à la guerre. »
« Les hommes peuvent rêver qu'ils n'aiment point la guerre. La nature aime la lutte et la mort. » Ainsi débutent les Maximes sur la Guerre. L'idée a la force de la simplicité. La guerre, sans cesse dénoncée, survit partout et toujours ; les pacifistes eux-mêmes sont de grands créateurs de conflits armés. La guerre est une réalité même pour ceux qui disent n'en pas vouloir. Les lois naturelles peuvent être si fortes qu'elles s'imposent aussi à ceux qui les nient. Illustration de ce fait : l'histoire du professeur d'éthologie d'une université de province. Ses gauchisants élèves avaient lancé la croisade contre Konrad Lorenz qui avait eu le tort, à leurs yeux, de déclarer naturelle l'agressivité humaine. Las, leur professeur fut arrêté quelque temps plus tard : il avait assassiné sa femme. Et son avocat plaida l'acte instinctif !
La guerre, c'est avant tout la compétition entre les hommes. Avec à la clef, la mort de certains et la sélection des autres. La sélection de leurs gènes dirait-on aujourd'hui. « La femelle propage l'espèce ; le mâle par sa mort la sélectionne » dit aussi Quinton.
La guerre, affaire de mâles. Le fait est sûr (selon G. Bouthoul, l'homme serait organiquement incapable de répondre à la question : « si on ne fait pas la guerre, que fait-on ? ») et le nietzschéen Quinton s'étend sur ce point : « Le mâle qui tue sauve le monde ». On pourrait même le croire un peu misogyne (« des psychanalystes pacifistes » parleraient à son sujet d'homosexualité latente) : « Il y a une grande paix à la guerre : c'est d'y être sans femme. »
Par delà le culte du héros, l'idéologie de Quinton s'actualise quand on la met en parallèle avec les données de la moderne sociobiologie. Cette dernière n'enseigne rien d'autre que le fait qu'un être vivant puisse se sacrifier pour d'autres. C'est d'ailleurs en résolvant le paradoxe de l'altruisme que naquit cette science. Du point de vue darwinien, l'altruisme ne devrait pas exister (chaque individu a, à priori, intérêt à ne pas sacrifier, ses gènes). Et de fait, on a montré, grâce aux travaux de Hamilton et d'autres, que l'altruisme n'était pas génétiquement gratuit. Un exemple : les abeilles ouvrières qui ne se reproduisent pas en aidant leurs frères et sœurs réalisent, du fait d'une particularité génétique des mâles, un meilleurs bénéfice génétique que si elles laissaient une descendance. Autre exemple : les guetteurs des sociétés de chiens de prairie qui donnent l'alerte en cas de danger participent mieux au succès de leurs gènes en aidant leur colonie qu'en prenant la fuite, etc.
Dans la guerre des gènes (la vie, selon le modèle darwinien revu et éventuellement corrigé par la sociobiologie), tous les coups sont possibles y compris la mort ou l'infanticide. « Le nouvel époux tolère mal les enfants du premier père », écrit Quinton, qui ajoute aussi : « La haine du mâle pour la progéniture d'un autre mâle est telle qu'il la mange. » C'est très exactement ce qu'ont montré les sociobiologistes dans de très nombreuses sociétés (singes, lions, etc.). Les mâles qui s'accaparent une nouvelle femelle tuent très souvent les enfants issus de leur prédécesseur. Oui, on tue dans le monde animal. On se tue même souvent. Konrad Lorenz (qui eut pourtant sûrement plu à René Quinton) croyait, il y a seulement quelques années, pouvoir faire de la capacité à tuer un triste privilège de l'espèce humaine. Il se trompait. En réalité, les animaux aussi se tuent. C'est dire que, ainsi que l'a bien vu le sociobiologiste britannique Richard Dawkins, les êtres vivants ne luttent pas pour le bien de leur espèce mais pour celui de leurs gènes. A cet égard, les propos de Quinton peuvent sembler ambigus sur la forme mais sûrement pas sur le fond. On n'y trouve jamais cette idée du « bien de l'espèce » telle que la véhiculent parfois les écologistes, à savoir la théorie selon laquelle un instinct inconscient amènerait les animaux à se sacrifier pour leurs congénères. En réalité, l'ennemi est précisément le congénère, non l'être d'une autre espèce. Et c'est bien ce que dit Quinton : « L'ennemi le plus mortel du mâle est le mâle de sa propre espèce. Ce n'est pas à l'agneau que le loup est terrible. C'est pour le loup d'abord que le loup est le loup. »
Assurément, il s'agit d'une vision terrible du monde. Une vision qui invite à dépasser la ligne de partage du bien et du mal. Car ce qu'enseigne la biologie, ce n'est pas que nous sommes tantôt bons (quand nous aimons nos enfants ou quand nous aidons nos amis), tantôt méchants (quand nous nuisons à nos ennemis) : c'est que nous sommes simultanément l'un et l'autre. Car l'amour procède de la haine et vice-versa. A cet égard, les propos virils de Quinton ne sont pas autre chose qu'un chant d'amour. (« C'est l'amour qui veut la mort des mâles »). Les êtres vivants qui se battent au risque d'en mourir agissent en définitive par amour de leurs gènes et de ceux qui les portent, non par égoïsme personnel. Du reste, les éthologistes l'on bien montré : l'agressivité elle-même est à l'origine du sentiment de l'amitié. Elle permet en effet l'établissement des hiérarchies et par là même les reconnaissances individuelles préalables nécessaires à l'établissement d'un lien quel qu'il soit. 
Si amour et agressivité sont aussi intimement liés, cela implique qu'on ne peut détruire l'un des termes sans faire disparaître l'autre. Aimer tout le monde signifie n'aimer personne, n'éprouver aucun sentiment réel. Les choses sont ainsi. C'est-à-dire tragiques. Comme le dit Quinton : « La nature est la nature. »
Yves Christen, Paris, le 28 février 1989
 
Sources : Préface de l’ouvrage Maximes sur la guerre de René Quinton-Editions du Porte Glaive-1989.
 

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites