Résistance Identitaire Européenne

Eveilleurs de Peuples

Louis-Nathaniel Rossel, communard, héros national-révolutionnaire

 

rossel

Louis-Nathaniel Rossel, est né le 9 septembre 1844 à Saint-Brieuc (Côtes-du-Nord) et mort exécuté le 28 novembre 1871 au camp de Satory à Versailles (enterré à Nîmes).

Il est le seul officier supérieur de l'armée française(Colonel) à avoir rejoint, dès le 19 mars 1871, par patriotisme la Commune de Paris en 1871 et à y avoir joué un rôle important comme délégué à la Guerre.

Edith Thomas, auteur de l’ouvrage de référence et que nous recommandons à tous nos amis : Rossel – Ed. Gallimard, 1967 a écrit : « Je sais bien que la littérature et la philosophie d'aujourd'hui se méfient des « belles âmes » et préfèrent les salauds. Je sais bien que l'histoire d'aujourd'hui ne s'intéresse guère qu'aux statistiques, aux courbes des prix, à l'action des masses et qu'elle ne retient, à la rigueur, que les noms de ceux qui ont contribué à changer le monde. Rossel n'a rien changé. Il a échoué sur tous les plans : national et révolutionnaire. Il n'a sauvé que sa conscience. »

Le délégué à la guerre de la Commune fut illégalement passé par les armes avec Ferré et le sergent Bourgeois, le 28 novembre 1871, au poteau de Satory.

L'on écrivit une complainte en hommage à ce grand homme de foi, ce révolutionnaire effronté, ce jeune homme insolent qui — chose rare — avait les moyens de son insolence. Selon E. Thomas, les auteurs de cette complainte sont Naquet (Alfred, sans nul doute), Louis Blanc, Rochefort et... Victor Hugo. La voici.

 

La Complainte de Rossel

Il n’avait pas trente ans, le cœur plein d’espérance

Plein de patriotisme et d’abnégation,

Quand les bourreaux français tranchèrent l’existence

De ce grand citoyen, de ce fier champion.

 

[Refrain] C’est pour la Commune égorgée

Qu’il est mort frappé par la loi.

Ô Rossel, mon enfant, ta mort sera vengée,

Ô martyr, dors en paix, dors en paix,

La France pense à toi.

 

On l’a fait fusiller comme un coupable infâme,

Comme s’il eût commis des crimes inouïs,

Ce fier vaillant soldat qui n’avait dans son âme

Que trop d’amour, hélas ! pour son pauvre pays

 

Il est mort glorieux pour le salut du monde,

Comme le Christ est mort par la main des bourreaux.

Mais son sang généreux vivifie et féconde

Le droit de liberté qu’il défendait si haut.

 

La République était son amante adorée,

Pour elle, il a donné sa jeunesse et son sang.

Les Français en émoi, la France déchirée

Pleurent avec nous ce fils, pleurent cet innocent.

 

Adieu, mon fils, adieu. Ton immense infortune

Laisse dans notre cœur un immortel regret.

Mais si le peuple un jour refaisait la Commune,

C’est au nom de Rossel qu’il se soulèverait.

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites