Résistance Identitaire Européenne

Les Indo-Européens

Les «Aryas»: qui sont-ils et d’où viennent-ils?

1

Les nouvelles publications sur l'histoire, l'archéologie et la religion des anciens « Aryens », parues dans les premières années post-soviétiques, ont donné lieu à une discussion scientifique méthodologiquement importante qui s'est déroulée dans les pages de la revue Ancestral Legacy (n°4, 1997 ; n°5, 1998). Aujourd'hui, le mot « Aryens » (de l'ancien ind. arya) a reçu de nombreuses interprétations, dont certaines sont insuffisamment étayées ou trop politisées. Nous pouvons donc rejeter d'emblée toutes les significations négatives que les profanes, victimes de la propagande anti-hitlérienne, ont introduites dans le concept d'« Aryens ». Il est scientifiquement prouvé depuis longtemps que les Allemands ne sont qu'un des peuples blancs et que la slavophobie allemande est le reflet de luttes séculaires pour l'espace vital en Europe. L'explication du mot « aryen » qui serait dérivé d’oratai, c'est-à-dire le « laboureur », est également insuffisante. Selon l'interprétation scientifique moderne, les « Aryens » sont les descendants des Indo-Iraniens et des Indiens du Nord, qui ont adopté leur culture et leurs anciennes traditions. Les « Aryens » au sens large sont dès lors perçus comme des personnes « de race blanche, de race noble et de profonde connaissance spirituelle ».

Où a eu lieu exactement la formation du noyau aryen? Un endroit qui pourrait être appelé la patrie ou le foyer ancestral des Aryens? Était-ce une seule région ou y en avait-il plusieurs ? Toutes ces questions restent encore ouvertes.

2

L'archéologue Shilov Y.A., qui a fait des recherches sur les tumuli dans le nord de la région de la mer Noire et a découvert la relation avec la culture védique, pense, comme indiqué ci-dessus, que le foyer ancestral des Aryens peut être considéré comme le bassin du Dniepr et du Danube. Au IVe millénaire avant J.-C., le centre de la civilisation Aratta s'est formé dans la zone de l'actuelle région de Tcherkassy, que les archéologues appelaient autrefois, au conditionnel, la « culture Tripolye ». « La structure de cet État - écrit Y. Shilov - ressemblait au système de la polis de la future Grèce. Aratta était un complexe de grandes cités-polis (jusqu'à 500 hectares), chacune entourée de petits villages » (Patrimoine ancestral, n°2, p.8). Un état développé de « démocratie sacrée » s'est formé ici, où le rôle principal était joué par les prêtres et où l'institution sacerdotale unique, tournant autour de l’idée du « salut », s’y est développée. S'appuyant sur des données issues de fouilles archéologiques, Shilov retrace la généalogie des dieux indo-européens tels que Divus-Zevus-Dyaus ou Kupala-Apollo-Gopalan. Il établit des parallèles entre la patrie aryenne dans la région de la mer Noire et l'ancien monde slave. Ainsi l'archéologue ukrainien ne se préoccupe presque pas de la théorie hyperboréenne. Selon Shilov, l'Hyperborée doit être comprise comme un système de sanctuaires-observatoires allant de Stonehenge à Arkaim, qui s'étendait le long de la frontière nord de la zone où émergea l'agriculture entre le 7ème et le 3ème millénaire avant J.-C. Les recherches de Y. A. Shilov concordent avec Indoarica in the Northern Black Sea Region de O.N. Trubachev (Moscou, 1999) et Ukrainian Indoarika de S.I. Nalivaiko (K., 2007).

3

Les auteurs qui ont publié l'anthologie Antiquité: les Aryens ont une opinion différente sur ce problème (cf. Les Slaves (M., 1996). Son rédacteur responsable, la Dr. I. D. Natalia Romanovna Guseva, est une défenderesse active de la théorie polaire. En plus des conclusions de Warren et Tilak, cette scientifique et indologue a sollicité les données de la géologie, de la géographie et de l'archéologie modernes. Elle présente les nouveaux matériaux du chercheur indien R. K. Prabhu L'année arctique des Aryens védiques, sollicite également le Livre du Pigeon pour l'analyse, attire l'attention sur l'image d'un cheval blanc sacrificiel, compare Indra avec Indric. N. R. Guseva est très attachée aux parallèles entre slaves et indiens. Elle consacre un article séparé à la parenté du sanskrit avec la langue russe et fournit un résumé convaincant des mots ayant les mêmes racines (aïeule - pramatr, thy - twa, this - etat, first - purva, to love - lubh, to create - tvar, to swim - paraplu, cup - chashaka, deva - devi, door - dvar, hole - drka etc). À l'initiative de Guseva, la collection comprend l'article de D. P. Shastri intitulé The relationship between the Russian language and Sanskrit, qui établit également des parallèles éloquents. Par exemple, en sanskrit, deux cent trente-quatre serait dvishata tridasha chatvari, et la phrase « cette maison est la tienne, celle-ci est la nôtre » sonnerait : Tat vas d'am, etat nas d'am. N. R. Guseva cite également des parallèles dans les termes religieux et mystiques: Vedat - Veda, Veles - Vala, Dajbog - Daksha, Indric - Indra, Lada - Lata, Fire - Agni, Perun - Varuna, Rod - Rudra, Svarog - Svarga, Yarilo - Yar et d'autres, qui nécessitent des recherches supplémentaires (Voir également: N. R. Guseva. Les Russes à travers les millénaires. La théorie de l'Arctique. - M., 1998 ; N. R. Guseva. Les Slaves et les Aryens. La voie des dieux. - М., 2002 ; N.R.Guseva, Le Nord de la Russie - une terre ancestrale des Indo-Slaves. - М., 2003)

4

 

56

L'historienne de l'art S. V. Zharnikova (1945-2015), auteur de Racines archaïques de la culture traditionnelle du Nord russe (Vologda, 2003) et de Fil d'or (Vologda, 2003) travaille dans une direction similaire. Dans la lignée de la tradition de la culturologie comparative (A. N. Afanasiev, I. I. Sreznevsky, A. Zhuravsky, V. A. Gorodtsov, A. V. Miller, etc.), la chercheuse de Vologda cite des sources et des faits supplémentaires pour étayer la relation entre les Aryens du Nord et du Sud (il est intéressant de noter qu'elle fait référence à un ouvrage peu connu d'A. Zhuravsky intitulé La Russie polaire, publié en 1911 dans Izvestia of the Society of the Russian North Studies, numéros 9-11). À l'aide des textes védiques, Zharnikova tente de localiser et d'identifier géographiquement avec précision les lieux mentionnés dans le Rigveda et l'Avesta. Svetlana Vasilievna pense que les montagnes sacrées Meru (dans la légende indienne), Hara (dans les sources iraniennes) et les montagnes Ripei (chez les Grecs anciens) font référence au même prototype réel. Ce prototype, selon elle, est l'Uvaly du Nord, situé au nord-ouest des montagnes de l'Oural. C'est ici, selon la description des textes anciens, que se trouve la ligne de partage des eaux des bassins des mers du Nord et du Sud, c'est ici que prennent naissance la Dvina du Nord, la Kama et le grand fleuve Volga (les noms anciens sont Ra, Rha), et c'est ici que l'on peut observer l'étoile polaire au zénith. Dans le bassin de la Volga-Oka, entre le 7ème et le 6ème millénaire avant J.-C., il existait des cultures primitives de tribus de chasseurs, auxquelles les archéologues ont donné le nom de Butovo et Ienev. Au cours des 3ème et 2ème millénaires avant J.-C., la célèbre culture de Volos s'est développée dans la même région. Ces noms purement archéologiques, Svetlana Vasilievna les relie aux anciennes tribus mentionnées dans le Mahabharata (le livre Forest), où l'on trouve une description de la géographie du nord de l'Eurasie. Ce qui est extrêmement intéressant, mais nécessite une vérification supplémentaire. Les recherches les plus précieuses du point de vue archéologique de Zharnikova sont publiées dans son recueil Traces of Vedic Rus (Moscou, 2015).

7

En plus des résultats linguistiques de N. R. Guseva et D. P., l'auteur de Vologda fournit une liste impressionnante d'hydronymes du Nord russe qui ont des parallèles directs avec les mots sanskrits: Ganga (rivière dans la province d'Archangel) et Ganga (le principal fleuve en Inde), Dan (rivière dans la région d'Ust'-sol'sk) et Danu (rivière dans le « Rigveda »), Indiga (rivière dans la région de Murmansk) et Indus (rivière dans le Nord-Ouest de l'Inde), Kama (affluent gauche de la Volga) et Kam (eau, bonheur en sanskrit), Sura (rivière dans la région de Pinega) et Sura (eau, coulant), et bien d'autres.

Une autre discussion publique sur le « problème aryen » a eu lieu à Kiev. Son épicentre était l'ouvrage de Y. A. Shilov The Paths of the Aryans (une des versions de sa thèse) et une monographie de Y. M. Kanygin, The Path of the Aryans, qui a connu 10 éditions. Le point de vue de l'archéologue professionnel a été donné avec suffisamment de détails, et nous décrirons brièvement les essais scientifiques et de vulgarisation de son homonyme comme suit. Se distinguant par la grande rigueur et la légèreté de sa plume, Y. M. Kanygin inscrit l'histoire de l'Ukraine dans le contexte des couches les plus anciennes de l'histoire humaine. Mythologisant les sources (l'histoire est racontée au nom d'un « gourou ») et la Bible comme source incontestée de vérité, Kanygin considère la côte nord de la mer Noire comme le centre et le carrefour de tous les événements mondiaux. Pour lui, Jésus-Christ lui-même, un Galiléen, était un Ukrainien (Galicien). Bien que l'auteur parle russe, son ukraino-centrisme est trop extrême dans son œuvre, atteignant parfois le niveau de la caricature.

En Russie, cet opus de l'ancien secrétaire scientifique du présidium de la branche sibérienne de l'Académie des sciences de l'URSS sur les sciences humaines n'a pas reçu d'écho significatif, et en Ukraine même, il a fait scandale. Un groupe d'auteurs: S. Kruk, M. Chaikovsky et P. Ivanchenko lui ont consacré une brochure spéciale. Ils ont accusé Kanygin d'utiliser des méthodes manifestement non scientifiques, allant jusqu'à falsifier l'histoire et la Bible.

8

Ce genre particulier, qui est un mélange de compilation scientifique et de journalisme, se retrouve aussi dans l'œuvre du colonel N. I. Kikeshev, ancien correspondant de guerre, Le monde slave et ses géniteurs (M., 2003). Il est largement connu en tant que chef de l'Union internationale des associations publiques, All-Slavic Council, et auteur d'un roman de fiction populaire sur la guerre d'Afghanistan Stand up and walk qui a connu plusieurs éditions. Cependant, nous voyons ici un analyste qui tente de résumer des données provenant de plusieurs domaines de recherche historique à la fois. Kikeshev cite d'autres auteurs (A.G. Kifishin, Yu. Shilov, P. Tulaev, Y. Shavli) dans des sections et chapitres entiers, leur empruntant des illustrations et des cartes.

Ce livre devrait plutôt être appelé une collection collective ou une anthologie, où Nikolaï Ivanovitch, agissant sous le nom de l'« Institut international slave d'égyptologie, de sumérologie et de syndologie », institut virtuel, apparaissant dans le titre honorifique du compilateur. Les propres conclusions de Kikeshev comprennent la chronologie définitive de la civilisation slave: de la Proto-Aratta à la période vénéto-russe, ainsi que la carte de répartition des Sindo-aryens du 20ème millénaire avant J.-C., qu'il situe à Sumer, en Iran, dans les Balkans, en Allemagne, en Chine, en Mongolie, dans la région d'Arkhangelsk et même au Japon.

Le dernier ouvrage de N. I. Kikeshev sur le sujet des civilisations anciennes est intitulé Metahistory. D'où venons-nous ? Mythes, hypothèses et faits (M., Niola-Press, 2010). Il s'agit d'une suite du thème de l'ascendance, complétée par de nouvelles données, notamment celles obtenues sur Internet. L'accent est mis sur la théorie du déplacement des pôles de la Terre à la suite d'une catastrophe mondiale, l'histoire des Sumériens, les anciennes civilisations de la Sibérie et d'autres phénomènes mystérieux.

Une grande quantité de données et de découvertes scientifiques sur les anciennes racines des Indo-Européens ont été accumulées par les généticiens et les anthropologues, dont on a déjà parlé dans le cadre de l'examen des théories raciales de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

À notre époque, plusieurs scientifiques exceptionnels travaillent sur cet éventail de problèmes. A. F. Nazarova et S. M. Altukhov ont réalisé une étude générale sur la compilation du Portrait génétique du monde (Moscou, 1999), où l'ADN des tribus eurasiennes apparentées par haplogroupes est analysé et comparé. En 2000, leur travail a été complété par A. M. Mashurov, élargissant ainsi la géographie des études. Il a ainsi été prouvé que les marqueurs génétiques les plus anciens, datant de 70.000 à 40.000 ans, appartiennent aux habitants de l'Altaï et de l'Asie centrale. L'importance des Hattiens en tant que composante ethnique originale pour les Cimmériens, les Étrusques, les Gérusques et d'autres peuples européens a été révélée. Génétiquement, les Russes et les Polonais, les Finlandais et les Altaïens, les Indiens et les Ukrainiens, les Polonais et les Biélorusses sont proches. De même, les Russes et les Allemands s'avèrent être étroitement liés. Les résultats globaux de ces études sont résumés dans la monographie de l'auteur A. F. Nazarova Population Genetics and the Origin of the Eurasian Peoples. Genetic Portrait (Moscou : White Alva, 2009).

V. Balanovskaya et O. P. Balanovsky, assistés d'autres spécialistes, ont été les premiers à effectuer une analyse complète des différentes sciences sur le patrimoine génétique du peuple russe en se basant sur la technologie géno-géographique. Ils ont combiné les données actuellement disponibles sur l'apparence physique, les groupes sanguins, les marqueurs d'ADN, les composantes de la peau et même les noms de famille des populations russes dans leur développement historique. En conséquence, les scientifiques ont produit des cartes fondées sur des données scientifiques qui peuvent être utilisées pour retracer l'évolution du portrait racial de notre peuple. Elles complètent et précisent essentiellement les reconstructions sculpturales de l'anthropologue soviétique M. M. Gerasimov. L'aire ethnique de la nation russe n'a cessé de s'étendre au fil des siècles, en partant du noyau racial d'Europe de l'Est pour atteindre l'Oural, le Caucase, la Sibérie et l'Extrême-Orient. [Balanovskaya E.V., Balanovsky O. P., Russian gene pool on the Russian plain. - Moscou : Luch, 2007].

9

9bis

Anatol A. Klyosov.

 

Le scientifique connu, professeur de l'Université de Harvard, A. A. Klyosov, auteur du livre Origine des Slaves. ADN-Généalogie contre la théorie normande, Moscou, 2016), développant la ligne générale des études mentionnées, prouve l'origine des anciens Slaves à partir des Aryens, les habitants autochtones de la plaine russe. Ceci est mis en évidence par l'haplogroupe R1a (ADN-Y), commun à la plupart des Indo-Européens.

A. Tyunyaev, co-auteur avec A. A. Klyosov, montre dans ses publications comment, suite à l'accumulation de mutations dans diverses régions de la Terre, les races de base avec des caractéristiques anthropologiques particulières ont évolué. L'haplogroupe R1a est apparu dans la plaine russe il y a environ 50.000 ans, dans la région de la culture archéologique de Kostenki. Elle correspond également aux cultures archéologiques Ienevskaya, Volosovskaya et Avdeyevo-Zarai. Du nord-est de l'Europe, une partie de la population a progressivement migré vers l'ouest, où les cultures de Cro-Magnon et d'Orignac sont apparues plus tard. [Tyunyaev A.A. Ancienne Russie. Svarog et les petits-fils de Svarog. - M.: Belye Alva, 2011] Le même auteur a encore quelques monographies sur l'histoire de l'émergence de la civilisation mondiale, la théorie du langage, la méthodologie des sciences, revendiquant une nouvelle formulation des questions théoriques. Ils sont contestés par d'autres scientifiques, mais ils stimulent le développement de la pensée.

10

Les dernières données génétiques confirment les conclusions des anthropologues travaillant sur des matériaux archéologiques dans les années 1990. Ainsi, T. I. Alekseeva, ayant étudié plus de 100 sépultures, appartenant aux cultures mésolithiques et néolithiques de la plaine russe, les a comparées avec les cultures analogues de Scandinavie, de Tchéquie, de Yougoslavie, de Grèce, etc. En conséquence, elle est arrivée à la conclusion suivante: « La similitude des traits est si grande qu'il n'y a aucun doute sur les liens génétiques des porteurs de ce type europoïde, je dirais archaïque, largement répandu en Europe et même au-delà de ses frontières... La continuité entre la population mésolithique et néolithique est clairement définie... Le type anthropologique des tribus du Dniepr-Donetsk, bien sûr, est la forme morphologique europoïde dolichocéphale ». [Alexeeva T.I., Neolithic of the Eastern Europe forest belt. - Moscou : Scientific World, 1997]

L'intérêt général pour les études anthropologiques et génétiques a été encouragé par les publications de l'écrivain V. B. Avdeev, qui a beaucoup fait pour la popularisation de la raciologie des 19ème et 20ème siècles. Les travaux de scientifiques russes, allemands et anglais qu'il a publiés dans la maison d'édition White Alves constituaient toute une « bibliothèque de la pensée raciale ».

Ce texte est un extrait du livre de Pavel Tulaev Russ, the Slavs and their Neighbors in Antiquity (Moscou, Veche, 2019, pp. 457-462).

11

Pavel Tulaev.

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites