Résistance Identitaire Européenne

Politique

Le Tiers-Monde sur la Canebière par Georges FELTIN-TRACOL

5edf39e097aa8 maxnewsworldfour378913 3319311

 

Pour la troisième fois en cinq mois, les poubelles débordent sur les trottoirs de Marseille. Rats et autres sympathiques bestioles prolifèrent dans le nouvel écosystème créé par cette grève à l’initiative du syndicat FO majoritaire chez les éboueurs. Français ou étrangers, tous décrivent une ville sale, en dehors de quelques coins touristiques préservés, qui ne fonctionne pas. S’ils étaient médecins, les urbanistes les plus lucides parleraient de thrombose persistante…

Le conflit autour du ramassage des déchets ménagers n’est qu’un problème supplémentaire dans une cité qui les additionne. Déjà en proie aux fusillades mortelles répétées qui donnent aux quartiers Nord une notoriété internationale et à la multiplication, y compris en journée et à la vue de tout le monde, des « charbons » (les points de vente de drogue), la deuxième commune la plus peuplée de France avec plus de 870 000 habitants souffre d’un environnement immobilier fortement dégradé. En novembre 2018, dans le quartier de Noailles non loin du centre historique s’effondrent deux immeubles vétustes, rue d’Aubagne, faisant huit morts. Deux ans auparavant, un rapport officiel estimait à cent mille le nombre de résidents dans des logements insalubres. Or, la liaison ferroviaire à grande vitesse qui relie Marseille à Lyon, Paris et Bruxelles attire de jeunes ménages à hauts revenus. Leur venue explique la hausse des prix sur le marché de l’immobilier. Cette situation encourage la construction de tours à bureaux aux dépens de la rénovation de l’habitat.

La question du logement est essentielle dans un espace relativement étroit coincé entre le littoral méditerranéen et les collines abruptes des Alpilles qui ceinturent la ville. On ignore trop que Marseille s’étend sur plus de 240 km² alors que la capitale n’a qu’une superficie de 105 km² en y incluant les bois de Boulogne et de Vincennes. Au cours de son histoire, la cité phocéenne s’est étendue en annexant de nombreux villages au point que les plus anciens la surnomment la « ville aux cent dix quartiers ». Leur toponymie fleure bon la France de Marcel Pagnol et de René Coty : Saint-Louis, les Trois-Lucs, le Redon, Saint-Mitre, le Merlan, etc.

À l’instar de Paris et de Lyon, une loi de décembre 1982 régit Marseille. Dans le cadre de la décentralisation administrative décidée par François Mitterrand, son ministre de l’Intérieur, Gaston Defferre, par ailleurs maire de Marseille dès 1953, accorde un statut communal particulier aux trois plus grandes municipalités de l’Hexagone. La capitale française et la capitale des Gaules se composent de plusieurs arrondissements dotés de leurs propres mairies, même si leurs attributions demeurent restreintes par rapport à leur mairie centrale toute-puissante. Craignant de perdre son fauteuil en 1983, Defferre réalise une magouille légale. Il réunit les seize arrondissements en huit secteurs. Malgré un nombre inférieur de votes par rapport à son adversaire de droite, « Gastounet » reste maire jusqu’à sa mort en 1986. Un an plus tard, la loi Pasqua de juillet 1987 redessine les secteurs marseillais. Deux arrondissements regroupés constituent un secteur. Ainsi le 1er secteur rassemble-t-il les Ier et VIIe arrondissements.

À cet empilement de mairies de secteur et d’une mairie centrale s’ajoutent, d’une part, les cantons départementaux et, d’autre part, la nouvelle structure intercommunale appelée Marseille – Aix – Provence Métropole, qui inclut deux tiers du département des Bouches-du-Rhône. Il faut savoir que la présidente de cette métropole est Martine Vassal, aussi présidente Les Républicains du conseil départemental. Cette sur-administration n’empêche pas au quotidien une incurie et un désordre permanents.

Souvent en grève, avec des arrêts mal desservis et une lenteur dans le déplacement due à une circulation automobile chaotique, - le respect du code de la route est en option sur la Canebière ! -, l’état des transports publics dénote pour une ville aussi étendue d’un sous-développement patent. Les deux lignes de métro ne cumulent qu’une vingtaine de kilomètres. Les trois lignes de tramway ne forment qu’un ensemble de seize kilomètres. À titre de comparaison, le réseau du métro lyonnais représente trente-deux kilomètres de lignes et celui des trams soixante-seize kilomètres !

 

af94f479d3a33dd1ac5875603a85c8e629c6342ba8b709a3676ca6b248d844a5

 

Le manque d’investissements dans le maillage des transports en commun et l’absence de réhabilitation des immeubles rendent visibles des décennies d’impéritie municipale. Patron de la puissante fédération socialiste des Bouches-du-Rhône, Gaston Defferre ne veut plus que « sa » ville soit gérée par les communistes comme en 1946 – 1947, ni par les gaullistes entre 1947 et 1953. Pour contrer l’influence considérable des dockers cégétistes, il s’entend avec FO et lui offre une large autonomie dans les structures municipales. L’actuelle grève de la collecte des ordures se fait pour le maintien du « fini parti », cette possibilité donnée aux éboueurs d’exercer plus ou moins légalement un second boulot.

Les successeurs de Defferre, le socialiste Robert Vigouroux (1986 – 1995) et le giscardien Jean-Claude Gaudin (1995 – 2020), poursuivent à leur avantage immédiat les habitudes claniques et clientélistes. La libéralisation du ramassage des déchets domestiques a fait le bonheur des frères Guérini, proches du PS, avant leur condamnation par le tribunal. Des entreprises privées se partagent les poubelles avec le public. Le fonctionnement est digne du roi Ubu puisque les camions-bennes privés ne doivent pas prendre les déchets de telle rue dans tel arrondissement.

Reconnaissons que passer d’une rue à une autre devient de plus en plus difficile. La montée de l’insécurité cristallise dans les quartiers Sud et Est le phénomène de « communautés fermées et gardées ». Des barrières coupent de nombreuses rues transformées en impasses. Les riverains peuvent protester; l’inaction est flagrante. Le géographe Christophe Guilluy écrit dans ses différents essais que les banlieues constituent le sas d’entrée de la mondialisation via l’immigration. Les immigrés les plus récents y remplacent les vagues précédentes. C’est le cas à Marseille dont un habitant sur dix est originaire des Comores (dont Mayotte).

Le caractère multiculturaliste de la ville facilite le clientélisme à travers le vote communautaire ciblé et des méthodes électorales éprouvées. La manipulation des bulletins le jour des élections y reste un exercice courant. Les bouffons de l’OSCE auraient tout intérêt d’y envoyer des observateurs expérimentés. Ces derniers découvriraient de nombreux trucages employés pour empêcher la victoire du moindre candidat de l’Opposition nationale et populaire.

La démagogie politicienne tue Marseille. Ne serait-il pas approprié d’y proclamer un état d’exception général et de dissoudre pour une durée indéterminée toutes les mairies de secteur, la mairie centrale, la métropole, voire le conseil départemental ? Un gouvernement national de salut public y désignerait un représentant spécial doté des pleins pouvoirs. Ce ne serait pas une nouveauté.

En 1938, un terrible incendie ravage les Nouvelles Galeries, non loin du Vieux-Port, et fait soixante-treize morts. Présent sur place pour un congrès radical et radical-socialiste, le président du Conseil Édouard Daladier assiste à un manque complet de coordination entre les secours. Rentré à Paris, le                       « Taureau du Vaucluse » place Marseille sous tutelle gouvernementale, nomme un administrateur extraordinaire et écarte le maire socialiste Henri Tasso de toute gestion. Cette situation perdure jusqu’en 1946.

En janvier 1943, les Allemands se piquent de rénovation urbaine. Situé à proximité du Vieux-Port, le quartier du Panier est historiquement un coin interlope. Sous l’Occupation, la pègre y devient résistante. Désireux d’en finir avec ce nid séditieux, les forces d’occupation expulsent en quelques heures une grande partie de la population et arasent à coups d’explosif une partie du quartier. Ne faudrait-il pas renouveler aujourd’hui cette expérience urbanistique radicale dans les quartiers Nord ? Ne serait-ce pas toute la cité qui se tiers-mondise avec l’adulation du foot et la vénération exagérée pour un affairiste défunt, à raser ?

Le philosophe Coluche pensait que Marseille fût la première ville africaine traversée par les compétiteurs du Paris – Dakar. Il ignorait qu’elle deviendrait un Brésil en miniature. La cité phocéenne préfigure l’avenir tiers-mondisé de l’Hexagone. Pourquoi diable la tribu celto-ligure des Ségobriges a-t-elle permis le mariage de Gyptis avec le Grec Protis ? Ne savait-elle pas que les histoires d’amour finissent toujours mal ?

Salutations flibustières !

GF-T

« Vigie d’un monde en ébullition », n° 18, mise en ligne le 2 février 2022 sur Radio Méridien Zéro.

Le lien audio est : Vigie d’un monde en ébullition #18 : » Le Tiers-Monde sur la Canebière »

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites