Résistance Identitaire Européenne

Société

La Peste Blanche.

Par Charles Gave
4 septembre, 2017

Je me suis interrogé sur le sujet de cette première chronique de rentrée qui souvent donne le ton à l’année qui va suivre. Devait-elle porter sur le coup d’Etat larvé contre le Président Trump, qui continue de plus belle au moment où j’écris ces lignes ? Devait- elle porter sur le terrorisme Islamique qui continue à frapper à l’aveugle autour de nous ? Ou encore, me fallait-il décrire la nouvelle donne monétaire qui s’annonce avec la Chine, manœuvrant pour pouvoir payer son pétrole en monnaie chinoise et non plus en dollars, ce qui pourrait changer la face du monde ?

Toutes réflexions faites, je me suis dit que j’allais vous parler de la plus importante nouvelle des quarante prochaines années et cette nouvelle c’est bien sur la disparition quasiment certaine de la population « Caucasienne » en Europe.

Avant de me lancer dans cet exercice, o combien dangereux pour ma respectabilité personnelle et ma chance d’être entendue dans notre belle démocratie, je voudrais rappeler une fois encore une anecdote qui concerne Schumpeter. En 1919, Schumpeter et un ami tombent sur Max Weber dans un café à Vienne et se mettent à parler des communistes en Russie. Calmement, Schumpeter explique que le nouveau régime allait être à l’origine de dizaines de million de mort. Max Weber, qui trouve insupportable que l’on puisse faire une prévision comme celle-là et ne rien faire pour empêcher les massacres, se met à crier de plus en plus fort. Au bout d’un certain temps de ce dialogue de sourd, Schumpeter se lève, prend son manteau et sort. Son ami le rejoint pour lui demander ce qu’il pensait de la dispute. Et Schumpeter fort calme de répondre « Je ne comprends pas qu’un homme aussi bien élevé puisse crier si fort dans un café… »

Pas plus que Schumpeter, je n’aime ce que je vais dire. Mais la méthode scientifique consiste à publier les résultats de ses travaux, même s’ils ne sont pas en conformité avec les aprioris moraux de celui qui les a effectués. Aimer ou ne pas aimer n’a rien à voir avec l’esprit scientifique.

 Pour une fois, je ne vais pas parler d’économie mais de démographie, la beauté avec cette science humaine étant que l’on n’a pas besoin de faire des prévisions : Ceux qui sont nés aujourd’hui seront là dans trente ans et ceux qui ne sont pas nés ne seront pas là. Cela est CERTAIN.

Dans cet article, je ferai abstraction de l’immigration nouvelle qui va continuer sans doute dans les trente ans qui viennent, et donc je ne prendrai en compte que les réalités connues aujourd’hui c’est-à-dire les naissances.

 Commençons par une petite remarque anecdotique.

Pour la première fois dans l’histoire la quasi-totalité des dirigeants européens n’ont pas d’enfants.

Madame Merkel, madame May, monsieur Macron, les premiers ministres Italien, Suédois, Néerlandais, Luxembourgeois, Irlandais aucun n’a d’enfants. Seuls le Belge, qui vient de remplacer le précédent premier ministre Belge (sans enfant) et l’Espagnol en ont deux chacun…

Ma première remarque est que je ne peux pas m’empêcher de penser que celui qui n’a pas d’enfant n’a pas la même notion du futur que celui qui en a eu. Pour celui qui n’a pas d’enfants, le futur s’arrête sans doute à la prochaine élection ou à sa mort. Après moi, le déluge…

Continuons.

 En Allemagne, 30 % des femmes de plus 45 ans et 40 % de celles qui ont eu des diplômes universitaires sont sans enfants et le taux de fécondité (nombre d’enfants par femme) des populations locales hors immigrants est d’environ 1.4. La situation est la même en Italie, en Espagne, en Grèce au Benelux…

Ainsi, en Italie ou en Grèce, 100 grands-parents ont en moyenne 42 petits enfants, offrant ainsi l’exemple même d’une pyramide démographique inversée reposant non pas sur la base mais sur la pointe. Et tout le monde sait que si l’on met une pyramide sur la pointe, elle a une fâcheuse tendance à se casser la figure.

Ce qui m’amène à ma deuxième remarque : les grands parents et les parents ont émis une dette étatique gigantesque lorsqu’ils étaient cent. S’imaginer que leurs petits enfants seront capables de rembourser cette dette alors même qu’ils ne seront plus que 42 relève de l’optimisme le plus béat, à mon humble avis.

Poussons plus loin : ces 100 grands-parents sont tous logés, et parfois fort bien. Penser que l’immobilier va monter quand il n’y aura que 42 acheteurs pour 100 vendeurs est une idée intéressante mais dont j’ai du mal à comprendre la logique. Et c’est tout aussi vrai des voitures, des frigidaires, des chambres d’hôtel, des places de professeurs ou d’obstétriciens, ou que sais-je encore…

 Venons-en maintenant aux calculs actuariels.

Imaginons que dans un pays les femmes liées à la population de « souche » aient en moyenne 1.3 ou 1.4 enfant/ femme tandis que la population d’origine immigrée (ce qui veut dire en Europe : musulmane) ait taux de fécondité de 3.4 à 4 enfants par femme.

Postulons qui plus est que cette population nouvelle ne représente que 10 % de la population totale…

Chacun va penser que « bien du temps » va se passer avant que la majorité ne bascule en direction de la population immigrée et que d’ici là tous ces enfants feront comme dans la chanson « et tout cela ça fait d’excellents français », après être passés par notre remarquable système éducatif.

Tout dépend en fait de ce que l’on recouvre par la formule « bien du temps ».

En fait, et si l’on retient mes hypothèses, le basculement se produira au bout de trente à quarante ans. Dans quarante ans, il y aura autant de petits enfants issus des 90 % que de petits enfants issus des 10 %…  Et à ce moment-là, la majorité de la population française deviendra inéluctablement « d’origine musulmane ».

 Je ne dis pas que cela sera mal, ou que cela sera bien. Je dis simplement que cela sera fort différent et que nécessairement cela aura de l’influence sur le système politique.

Et donc, dans quarante ans au plus tard, il est à peu près certain que la majorité de la population sera d’origine musulmane, en Autriche, en Allemagne, en Espagne, en Italie, en Belgique, en Hollande.  Encore une fois, il ne s’agit pas de prédictions mais de calculs et je ne fais même pas appel à l’arrivée de nouveaux immigrants.

Je ne verrai pas ce basculement, mais mes enfants le verront sans doute et certainement mes petits-enfants. Ce qui est arrivée à l’Espagne ou à l’Asie mineure au X et XI eme siècle va arriver à l’Europe au XXI eme siècle, c’est une certitude.

Quelques exemples : A Anvers, la majorité des enfants dans les classes du primaire aujourd’hui sont musulmans. C’est donc dire que dans 15 ans, la majorité des nouveaux entrants sur le marché du travail sera musulmane.

A Bruxelles, la capitale de l’Europe, 25 % des nouvelles naissances sont musulmanes, au pays de Galles, en Ecosse le nom le plus populaire à la naissance est Mohamed, et ainsi de suite.

 Venons-en à notre pays.

Nos élites se congratulent tous les jours au prétexte que notre taux de fécondité par femme en France serait d’environ 2 enfants par femme, assurant ainsi le remplacement des générations, ce qui est une très bonne chose. Cependant, et pour des raisons que je n’ai pas à expliquer, il est interdit en France de recenser les différentes populations en fonction de leurs croyances religieuses et donc nul ne sait quel est le taux de fertilité des femmes françaises « arrivées récemment », comme il est convenu de les appeler. Habitant une partie de l’année dans la région d’Avignon et allant fréquemment pour des raisons professionnelles à Roubaix, à Toulouse ou dans l’Est de Paris, j’ai du mal à croire que nous ne soyons pas déjà à 10 % de citoyens d’origine musulmane, et que ces 10 % auraient une fécondité par femme de seulement 1.4.

La réalité est probablement que nous en sommes déjà à 90 % de la population ayant un taux de fécondité des femmes de 1. 4, comme partout ailleurs en Europe et que les 10 % restantes (non françaises de souche) doivent être à 4 ou à 5 enfants par femme (ce que je peux constater dans les zones commerciales autour d’Avignon), ce qui nous amène aux alentours de 1.8 pour le taux de fécondité « national ».  (1,4*0.9+4*10).

Nous serions dans ce cas dans la même situation que nos voisins, la seule différence étant que nous aurions plus d’immigrés et/ou que ces immigrés auraient plus d’enfants. Et donc, le basculement arriverait plus tôt chez nous que chez eux.

Une possibilité existe pour atténuer ce phénomène : que 10 % des jeunes femmes françaises depuis longtemps et en âge d’avoir des enfants décident, sans que personne ne comprenne pourquoi un peu comme leurs grands-mères à partir de 1942, d’avoir quatre, cinq, six enfants, ce qui maintiendrait l’équilibre des populations.

 J’en vois quelques signes ici ou là dans les milieux très Catholiques…

 Conclusion

Les hommes politiques vivent dans un présent perpétuel et essayent de vendre à leurs électeurs l’idée qu’ils sont capables d’arrêter le temps, que tout le monde restera toujours jeune et que ce présent si agréable durera toujours, un peu comme dans la chanson « Plus d’un million d’années, et toujours en été ».

Monsieur Macron a fait toute sa campagne sur sa capacité ‘’magique’’ à arrêter le temps et ceux parmi nous qui vivent fort agréablement ont beaucoup aimé ce message et donc voté pour lui (les autres, une majorité, se sont abstenus ou ont voté contre).

 Mais tout enfant sait assez vite que l’été interminable qui commence fin Juin est toujours suivi de la rentrée scolaire en Septembre, où les choses se gâtent singulièrement à chaque fois, du moins si j’en crois mes souvenirs. L’été démographique Français, commencé en 1968 se termine, nous arrivons hélas à sa fin bien que les français aient voté pour que l’été dure toute l’année.  Mais on ne peut voter pour retourner au Paradis, nous en avons été chassés, et il y a bien longtemps. Comme tout un chacun le sait, en France les fins d’été sont souvent difficiles politiquement. Je crains qu’il n’en soit de même pour la fin de notre été démographique qui aura duré de 1968 à 2010 environ, soit les quarante ans habituels.

Et il n’y aura pas d’automne, nous allons rentrer directement dans un hiver démographique qui je le crains ne sera suivi d’aucun printemps…

Notre été sera vraiment terminé le jour où la démographie basculera, tout simplement parce que nous serons devenus minoritaires dans nos propres pays et que la majorité ne fera plus attention aux jérémiades de vieux soixante-huitards, qui seront tous à la retraite ou morts, c’est-à dire insignifiants.

L’immense nouvelle des trente ou quarante prochaines années sera donc la disparition des populations Européennes, dont les ancêtres ont créé le monde moderne.

Et avec ces populations disparaitront les Nations européennes si diverses et si complémentaires qui ont fait l’immense succès du vieux continent depuis cinq siècles au moins.

 Comme le disait Toynbee, les civilisations ne meurent pas assassinées, elles meurent parce qu’elles se suicident.

Pierre Chaunu, le grand historien français disparu en 2009, fort inquiet de ce phénomène l’avait appelé la « peste blanche », par opposition à la « peste noire » qui avait décimé l’Europe au XIV eme siècle. Ce suicide, comme tout suicide est un refus de la vie. Dans le fond, l’Europe va mourir parce qu’elle a refusé la vie en privilégiant les cultures de mort.

Ce n’est ni bien ni mal.

C’EST.

NDA

Cette chronique m’a été inspirée par les travaux de l’une des meilleures plumes actuelles, Mark Steyn, Canadien vivant aux USA. Je ne saurai trop recommander à ceux qui lisent l’anglais d’aller sur son site.

https://www.steynonline.com/

 Commentaires sur l’article La peste blanche :

  • « Dans quarante ans au plus tard, il est à peu près certain que la majorité de la population sera d’origine musulmane, en Autriche, en Allemagne, en Espagne, en Italie, en Belgique, en Hollande. » ­— Charles Gave.
  • Ce qui nous occupe ici est un sous-groupe de la population européenne, les « natifs », qui est en train de se condamner très efficacement à l’inexistence.
  • Qu’énoncer cette vérité cause fracas et furieuses condamnations médiatiques montre qu’en Europe non seulement la population « native » est mourante, mais qu’il en va de même de la liberté d’expression.

Cet article passionnant fut posté le 4 septembre dernier par Charles Gave, qui est un financier renommé. Dans ce texte, Gave pose la question : la population « native » d’Europe — expression par laquelle il désigne la population blanche — est-elle condamnée à l’extinction ?

Sa réponse est un oui sonore. « Ce n’est ni bien ni mal. C’EST. », écrit Gave. Son argument fondamental est qu’avec un taux de fertilité « natif » de 1.4 enfant par femme et un taux de fertilité « migrant » — expression par laquelle il désigne les musulmans — de 3.4 à 4 enfants par femme, et une population musulmane de 10% au départ, il ne faut que 30 à 40 ans pour que les musulmans deviennent majoritaires. En effet, explique Gave, avec un taux de 1.4 pour une population de 100, au bout de deux générations il ne reste déjà que 42 enfants « natifs ».

Comme il était prévisible, Gave fut immédiatement traité comme un bouffon d’extrême droite pour avoir repris la thèse connue en France sous le nom de « grand remplacement » et qui fut, notamment, popularisée par l’écrivain Renaud Camus, proche un temps du Front national de Marine Le Pen.

Dans un article furieux et venimeux à propos des « calculs foireux » de Gave, le quotidien de M. Drahi, Libération — en regard duquel le New York Times et le Washington Post sont des modèles d’objectivité — écrit que la population musulmane n’est pas de 10% en France, mais moins ( ??!!!!) ; que le taux de fertilité « natif » n’est pas 1.4 mais 1.8 (en comptant les naissances d’outre-mer et des immigrés. Je vous laisse imaginer le véritable taux de naissance des françaises de racines); que le taux de fertilité des migrants du Maghreb est de 3.53, pas 4, et que le concept de « population d’origine musulmane » est dénué de sens.

Qui a raison, Gave ou ses critiques ?

Commençons par relever que la critique de Libé est foncièrement superficielle. Gave écrit que le taux de fertilité des migrants musulmans est entre 3.4 et 4 — pas 4, comme le prétend erronément Libé (Gave : entre 3.4 et 4, Libé : 3.53, donc exactement la même chose). De plus, personne ne connaît la proportion exacte de musulmans dans l’hexagone.

Ceci dit, Gave se livre lui-même à certaines assertions avec lesquels je suis en désaccord, par exemple :

  1. « Penser que l’immobilier va monter quand il n’y aura que 42 acheteurs pour 100 vendeurs est une idée intéressante mais dont j’ai du mal à comprendre la logique. », écrit Gave, qui vient pourtant d’indiquer que la population des migrants remplaçait la population native. En réalité, la France n’a jamais été aussi peuplée qu’elle ne l’est de nos jours;
  2. Gave conclut : « L’immense nouvelle des trente ou quarante prochaines années sera donc la disparition des populations Européennes, dont les ancêtres ont créé le monde moderne. » Avec un taux de fertilité de 1.4, il faudra nettement plus que quarante années pour que disparaissent en effet les populations natives;
  3. Plus fondamentalement, l’islam n’est pas une race. L’islam est une religion et, en réalité, nettement plus qu’une religion : une doctrine, une idéologie, une collection complète de normes (Coran, Sunnah, Fiqh) qui a vocation à régir tous et chacun des aspects de l’existence humaine. Etant une doctrine, un crédo, on peut se convertir à l’islam. On peut également y renoncer; bien que dans ce cas (apostasie), en droit islamique, la sanction prévue est la mort.

Pourtant, en dépit de ces modestes réserves, il y a de la vérité dans le « papier » de Gave. Pour le dire clairement, les Européens ont cessé de faire des enfants. Et cela n’a rien à voir avec l’islam; cette « peste » est d’origine bien occidentale.

Dans son livre La Bombe P — P comme population — publié en 1968, le biologiste américain Paul Ehrlich écrivait que la meilleure façon de réduire une population — en dehors de la stérilisation forcée qu’il appelait de ses vœux — est la légalisation de l’avortement. Cela sans même tenir compte des effets convergents des moyens contraceptifs.

Quand les Européens ont commencé à légaliser l’avortement, la plupart quelques années après l’arrêt séminal de la Cour suprême des Etats-Unis, Roe vs. Wade (1973), l’Eglise catholique mit en garde contre l’avènement d’une « civilisation morbide ». Lorsque le Parlement belge décida de dépénaliser l’avortement, en 1990, il fallut trouver une « astuce constitutionnelle » pour dispenser le Roi de signer une loi dont il réprouvait le principe. Alors que tout cela se déroulait il n’y a pas trente ans, la mentalité du Roi des belges nous paraît aujourd’hui des plus archaïques.

Quarante années plus tard, nous savons maintenant que Paul Ehrlich et l’Eglise catholique avaient raison : l’Europe est entrée dans une civilisation morbide, et les Européens ont d’autres choses à faire que des bébés.

En outre, le Parlement français vient d’adopter l’une de ces lois dont il a le secret pour instituer le « délit d’entrave numérique à l’avortement », soit le fait de diffuser de fausses informations sur l’interruption volontaire de grossesse. Mais qu’est-ce qu’une fausse information? Est-il faux de constater que les conséquences psychiques d’un avortement, à court et/ou long terme, sont souvent dévastatrices ? Est-il faux de mettre en images les étapes cliniques de l’avortement ? Est-il « faux » de placer la valeur de la vie humaine au-dessus d’autres considérations ? De plus, si la liberté d’expression ne comporte pas celle de dire des choses fausses et même odieuses, elle n’existe pas. Cette loi implique que probablement 99% des sites américains pro-vie (ie, anti-avortement) sont désormais hors-la-loi française. Américains, prenez garde ! En France, l’avortement accède désormais légalement au rang de dogme.

Mais cela ne nous concerne pas ici. Ce qui nous occupe est le fait qu’un sous-groupe de la population européenne est en train de se condamner très efficacement à la marginalisation. Avec un taux de fertilité de 1.4 et pour une population initiale de 100, la suite est connue : 70, 49, 34, 24, 17, 12, 8, 6, 4, 3, 2, 1 — en treize générations. Cette vérité n’est pas contestable, ni même polémique : elle est mathématique.

Dit clairement : une population qui massifie l’avortement se supprime elle-même, en quelques générations.

La question n’est pas ici de savoir si l’avortement est acceptable ou immoral, ou si la légalisation devrait être reconsidérée. Il ne s’est agi que de montrer que la « peste blanche » est, en Europe, une réalité et que cette « peste » est intégralement auto-infligée, ayant débuté avant l’arrivée de migrants musulmans par la légalisation de la contraception et de l’avortement, puis leur massification.

Qu’énoncer une vérité aussi simple — qui l’avait déjà été en son temps par une figure aussi respectée que Raymond Aron (Plaidoyer pour l’Europe décadente),  ou l’ancien président Mitterrand (« suicide démographique ») — cause un tel fracas illustre le fait qu’en Europe la liberté d’expression est engagée sur le même sentier morbide que les Européens.

- En clair, migration ou pas, la population blanche est condamnée à moyen terme… Dans certains pays de l’Europe latine et de l’Est la fécondité est même de 1,30…. Sans compter que les projections économiques n’incitent pas à enfanter, et quand certains veulent ils n’y arrivent pas (FIV &Co)….
Ce n’est pas seulement la possibilité d’avorter, c’est aussi une autre conception de la vie (vivre pour soi, en profiter) qui fait que nombre de jeunes ne veulent pas d’enfants, ou 1 max. Qui ne connaît des couples trentenaires ou des jeunes vingtenaires éduqués qui affichent ne pas en vouloir… Il y a même une mouvance ‘No Kids’ aux USA.

De plus , ce sont les femmes les moins éduquées qui en veulent le plus, d’où le lien aussi avec une baisse de QI généralisé suivant des recherches…
Nous avons atteint un pic, suit la pente…. et sur biens des plans apparemment…

Encore une chose, l’époque moderne a éclaté la famille pour centrer l’individu sur lui-même: c’est à dire son propre bien-être et sa propre petite jouissance. Pour les générations d’avant, avoir des enfants était considéré comme une ‘mission’. Si aujourd’hui nous en avons une de mission, c’est celle de se faire plaisir avant tout (seul ou en couple). Donc No Kids (l’éducation est, en plus, un vrai sacerdoce) ; Bref, c’est tout un amalgame de paramètres qui annonce la décroissance, voir la disparition du Blanc.

Comme le disait déjà une organisation célèbre disparue trop tôt : la première des victoires est la victoire des berceaux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Imprimer E-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites