Résistance Identitaire Européenne

Société

«Les femmes ont toujours su manipuler les hommes», Jean Cau.

jean cau

 

Ancien collaborateur de Jean-Paul Sartre, écrivain et journaliste à L'Express, au Figaro Littéraire et à Paris-Match, Jean Cau est devenu par ses articles pamphlétaires le porte-parole des phallocrates et la cible préférée des mouvements féministes. Histoire magazine lui a demandé ce qu'il pensait de la libération de la femme.

 

Histoire magazine : Vous avez écrit un livre intitulé Ma Misogynie ; qu'entendez-vous par ce titre provocateur?

Jean Cau : Je ne suis pas un misogyne, je n'ai jamais prétendu l'être et j'ai choisi ce titre par antiphrase, pour me moquer de la façon dont un certain féminisme m'a affublé de cette sombre réputation. Toute cause a besoin de boucs émissaires et de martyrs, et ce féminisme que je trouve pour ma part excessif, hirsute, m'a montré du doigt comme le misogyne de service.

C'est un terrorisme intellectuel exercé par certaines minorités qui veulent faire de vous ce qu'elles voudraient bien que vous soyez et qui n'ont de cesse de vous faire avouer que vous l'êtes effectivement.

 

H.M. : Que pensez-vous des mouvements féministes ?

J.C. : La plupart des innombrables «sectes» féministes sont venues des États-Unis. Le puritanisme, qui adore se scinder en de multiples factions, a inventé une sorte de féminisme militant, volontiers teinté de politique, et vouant une haine pure et simple aux hommes. Je pense que la France, qui a une histoire, une mémoire, des traditions, et qui n'est pas puritaine, a importé ces mouvements parce qu'on importe tout des pays anglo-saxons. Je constate qu'ils n'ont pas «pris» et qu'ils restent le fait d'une infime minorité. Si tout cela n'avait pas été relayé par les médias, le féminisme agressif n'aurait jamais eu aucune chance de se développer en France, car c'est un pays qui a toujours eu un amour, un respect, et parfois une véritable dévotion pour la femme. Il y a de grands siècles qui sont totalement féminins, comme le XVIIIe siècle. A cette époque, les femmes ont réellement gouverné la France par favorites interposées ; elles dominaient le roi et donc la France tout entière. Cela se manifeste aussi bien dans le goût que dans les mœurs, dans l'art et dans la politique, où ça ne fut pas toujours heureux.

Elles dirigeaient les salons et souvent étaient plus cultivées que les hommes, qui s'occupaient davantage de guerre.

On veut faire croire maintenant que les femmes étaient opprimées, mais c'est un trafic de citations, une façon de refaire l'histoire.

 

H.M. : Que pensez-vous du mouvement — plus général que le féminisme — qui a poussé les femmes vers le travail hors du foyer ?

J.C. : Je demande à voir si le bilan est positif. Certains travaux ne sont pas à donner aux femmes. Prenez l'exemple de l'U.R.S.S. où les femmes travaillent à la pose des rails de chemin de fer : plutôt qu'une libération, j'estime que c'est une aliénation. Si les femmes veulent travailler, c'est à cause du modèle imposé par la société de consommation qui veut que chacun ait deux voitures, une télé couleur, etc. C'est un matraquage sur une fausse idée du confort, du bonheur, de la liberté. Vous n'avez jamais de libération absolue ; ce que vous ôtez d'un plateau de la balance, vous le mettez aussitôt sur l'autre, parce que chaque société a ses équilibres qu'il est impossible de bouleverser du jour au lendemain. Lorsqu'une société s'industrialise, et devient urbaine, les structures changent, la famille change. Prenez l'exemple du divorce : il peut être considéré comme une libération, et vous mettez cela sur un plateau de la balance ; de l'autre, vous avez, comme l'a dit une sociologue américaine, des milliers d'enfants qui sont des orphelins de parents vivants. Prenez l'exemple de la pilule : une fillette ne prend-elle pas ainsi le risque de ne même plus avoir le respect de son propre corps et de devenir «le paillasson des hommes» ? Toute liberté crée son aliénation.

 

H.M. : Pensez-vous que, dans quelques générations, les jeunes filles pourront reprocher à leurs aïeules de s'être trop battues pour une certaine libération de la femme ?

J.C. : Oui, car la femme n'est pas faite pour certains travaux. Elle met les enfants au monde, elle est faite pour cela et non pour faire les mêmes efforts que les hommes.

 

H.M. : Vous pensez que la femme était plus heureuse il y a un siècle qu'aujourd'hui ?

J.C. : Elle n'était pas plus heureuse, elle était dans une autre société. Elle n'était ni plus ni moins opprimée qu'aujourd’hui, mais simplement les formes de l'oppression ont changé, et celles que nous vivons aujourd'hui sont aussi violentes que celles qui ont pu être. Les libérations qui sont les nôtres avaient leur correspondance dans d'autres temps, et cela depuis que l'homme est homme et depuis que la femme est femme.

Il y a des femmes dans l'armée : étrange libération ! S'il s'agit de faire des cadavres de soldats !

 

H.M. : Comment alors expliquez-vous la montée du féminisme ?

J.C. : II n'y a pas de montée, c'est la mode. Lorsque l'histoire deviendra sérieuse, avec son lot de crises et d'affrontements — et elle risque de l'être demain — toutes ces mousses retomberont comme elles sont montées.

Je lisais l'autre jour un magazine, qui compte ce mois-ci 384 pages, et qui croit bon de faire dans le féminisme militant. Or, sur les 384 pages, il y avait 300 pages de publicité sur la beauté et la cuisine ! N'est-ce pas un alibi que de prétendre que les sottises que l'on écrit sont mues par la liberté et, d'un autre côté, de considérer les femmes comme on les a toujours considérées, et même un peu plus mal ?

 

2289753lpw 2289779 article femme de lettres francaise francoise sagan regine et jean cau jpg 3123820 1250x625

 

H.M. : Vous avez parlé de puritanisme, est-ce ainsi que vous expliquez la montée du féminisme ?

J.C. : Oui, tout comme celle de la pornographie. Les Anglo-Saxons sont des puritains, et le puritanisme a toujours tendance, à un certain moment, à inverser ses conduites. C'est pourquoi nous assistons à cette vague de pornographie, de drogue, de féminisme. Car je vous rappelle que la libération de la femme a eu comme conséquence de déclencher une extension de la pornographie. Ce qui signifie que la femme perd son âme et son corps ; elle n'est même plus de la chair, elle devient de la viande...

 

H.M. : Le catholicisme était-il plus souple ?

J.C. : Bien sûr, car ce n'est pas une religion de la lettre, contrairement au protestantisme...

 

H.M. : Les prêtres de la Renaissance ne semblaient pourtant pas toujours porter à la femme une très grande estime...

J.C. : Au contraire. Lisez tout ce qu'une littérature libre écrivait à l'époque, Boccace, Dante, Pétrarque, etc. Que ce soit dans la poésie, dans la peinture, la sculpture, la Renaissance a vraiment fait sortir la femme de la malédiction dont elle était frappée auparavant.

Les origines de cette malédiction sont d'ailleurs faciles à comprendre. Une femme peut être mise enceinte ; or, à cette époque, ne pas être le père de l'enfant que la femme ramène au foyer était une honte suprême. En cela la femme était plus fragile que l'homme. Il faut penser que la pilule n'existait pas, ni l'avortement, la vie était considérée comme sacrée.

Maintenant, les femmes mettent toute leur gloire dans leur stérilité. Il y a un siècle, elles la mettaient dans leur nombreuse progéniture. Ce n'est pas pour cela que les femmes sont plus heureuses aujourd'hui et personne n'a le droit de dire que nos grands-mères n'étaient pas heureuses parce qu'elles étaient couvertes d'enfants : elles adoraient cela.

 

H.M. : N'y a-t-il pas, cependant, toujours eu une petite minorité de femmes qui ont dû lutter pour avoir accès à une activité intellectuelle, aux décisions politiques, pour avoir moins d'enfants et une autre vie ? Ces femmes-là ne se sentaient-elles pas opprimées ?

J.C. : Peut-être qu'au cours des âges certaines ont pris des tisanes d'herbes pour ne pas avoir d'enfants ; mais, pour la majorité, être mère était considéré comme un bonheur, alors que de nos jours la maternité est considérée comme une entrave.

De plus, les femmes qui voulaient manipuler les hommes ont toujours su le faire.

 

Interview recueillie par Laure Anger

Sources : histoire Magazine N°11 - 1980

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites