Résistance Identitaire Européenne

Terre et Peuple Magazine

terre et peuple magazine 28

Editorial - TP Mag n°28

LE CHOC DES CIVILISATIONS ? UNE RÉALITÉ

 

En consacrant notre Table Ronde du 23 octobre 2005 au "Choc des civilisations", nous avons voulu dresser un constat, tirer le signal d'alarme et inciter au débat sur une question aussi fondamentale pour l'avenir de nos peuples européens. Sur ce dernier point, le bilan est consternant.

 

Exemple : parce que nous avons expliqué en quoi le choc des civilisations est, en fait, une guerre ethnique, qu'exploitent à leur profit les islamistes, un personnage fort glauque, islamophile inconditionnel, a cru bon de me traiter, dans son bulletin paroissial, de "vieux con". On voit le niveau... Certes, il y a là, sans doute, un problème psychiatrique, et comme le dit, au sujet de l'intéressé, mon vieil ami Jean-Gilles Malliarakis : "Il faut tirer la chasse d'eau". Cependant l'individu en question est un pervers et affirme qu'à l'occasion de cette Table Ronde je me suis rangé dans le camp des pro-Bush. Pas moinsse, comme on dit à Marseille. C'est évidemment une provocation, qui a suscité l'éclat de rire de ceux qui me connaissent, mais, pour ceux qui risqueraient de tomber dans le panneau, je publie dans ce numéro (pages 4 à 9) l'intégralité de mon intervention. Chacun jugera. Sur pièces.

 

Plus sérieux (ce n'est pas difficile) : la nouvelle mouture du Choc du Mois, dont le premier numéro est sorti en mai, prétend démontrer que le choc des civilisations, parce que ce concept a été instrumentalisé pour légitimer l'impérialisme américain, est une illusion, un simple "slogan paresseux" selon l'expression d'Alain de Benoist, invité à en débattre avec Guillaume de Tanoüarn et Christophe Réveillard. Débat intéressant, ce qui n'est pas surprenant compte tenu de la qualité intellectuelle des intervenants. Mais qui, curieusement, laisse totalement de côté le facteur qui, pour nous, est la clé du choc des civilisations : la guerre ethnique, qui est l'aspect le plus important du duel Nord-Sud. Volonté de rester dans les limites du politiquement correct ? Choix idéologique ? Je m'interroge. D'autant que tous les articles qui complètent le débat vont dans le même sens. Choc des civilisations ? "Il ne se trouve plus personne pour croire à la pertinence de ce concept". Ah bon ? Et pourquoi donc Chirac éprouve-t-il le besoin de mettre en garde (pour justifier l'immigration) contre le risque que constitue précisément, selon lui, le choc des civilisations ? Et pourquoi donc le premier ministre turc agite-t-il ce choc comme une menace pour l'Europe au cas où celle-ci ne céderait pas au chantage de la Turquie pour forcer l'entrée de la Communauté Européenne ?

 

On comprend mieux la ligne adoptée par le Choc du Mois en lisant, sous la plume de Bruno Larebière, qu'il existe une "solidarité transcivilisationnelle des exclus" (traduction en clair : prolos européens et immigrés, même combat). Et enfoncent le clou les "experts" dont le point de vue est sollicité. C'est Charles Saint-Prot : "Les civilisations islamiques seront davantage nos alliés que nos ennemis". C'est Jean-Pierre Péroncel-Hugoz : "La France devrait promouvoir une alliance latino-arabe". C'est le révérend père Michel Lelong, fondateur du groupe d'amitié islamo-chrétienne : "Je me sens plus proche de certains Arabes chrétiens et musulmans que de certains Occidentaux". Etc...

 

Cerise sur le gâteau : on nous ressort la vieille galéjade inventée par Ignacio Olagué pour faire parler de lui – et qui a fait bien rire les historiens – dans son livre Les Arabes n'ont jamais envahi l'Espagne (1965). C'est évident. Et la Reconquista n'a été qu'une distraction imaginée par des chevaliers chrétiens qui s'ennuyaient dans leurs châteaux-forts...

 

Un détail amusant : commentant avec agacement ce que j'ai dit de sa revue sur le site internet de Terre et Peuple, l'étrange Bruno Larebière me reproche d'avoir évoqué les émeutes raciales de l'automne 2005 alors que Le Choc du Mois n'en avait pas parlé. Il me tend ainsi des verges pour se faire battre. Car tout le problème est là : ne pas parler de ces émeutes quand on traite du choc des civilisations, c'est se placer sur Sirius ou la planète Mars...

 

Ce positionnement aurait-il décontenancé, voire choqué les lecteurs du premier numéro du Choc du Mois, à qui il était pourtant assuré, pour les motiver, que celui-ci reprenait la tradition de l'ancien et regretté Choc du Mois auquel, dans les années 1990, Jean-Claude Valla apportait son talent ? Toujours est-il que le numéro 2 effectue un virage à 180°. Sous le titre "Les nouveaux visages de la haine", il découvre que la guerre ethnique est une réalité. Avec en couverture une photo d'émeute raciale et des articles intitulés, par exemple, "Les « Gaulois » voilà l'ennemi" ou "La haine anti-blanche en Afrique" (le numéro 22 de notre revue, en décembre 2004, avait été consacré à ce sujet). Et en publiant un florilège de ces "refrains de la guerre civile ordinaire" où les rappeurs éructent leur haine de l'Européen : "Flippe pour ta femme, pour tes enfants, pour ta race ( ...) On s'est installé ici, c'est vous qu'on va mettre dehors". Ou encore : "C'est physique, biologique, au bleu blanc rouge j'suis allergique".

 

Nous ne nous lasserons jamais de le dire : il suffit de regarder autour de soi pour comprendre que le choc des civilisations est dans nos murs. Le Monde, qui a consacré le 23 mai un article très complaisant aux "jeunes" condamnés à la suite des émeutes de l'automne 2005, cite les déclarations, sans ambiguïté, de certains d'entre eux : l'un originaire du Bénin, condamné à quinze jours de prison ferme et reconduit ensuite dans son pays d'origine, annonce "Je reviendrai en France" ; un autre, originaire de Tunisie et condamné à six mois de prison, déclare "J'ai la haine contre la police et la justice"...

 

Les immigrés se savent en position de force. Fouad Alaoui, vice-président de l'Union des organisations islamiques de France, affirme tranquillement devant la presse, début mai : "Le temps joue pour nous".

 

Et la pression est maintenue : dès que l'un des leurs est concerné par une intervention de la police, suite à un délit, ils se mobilisent immédiatement et en force, attaquant sans hésiter des forces de l'ordre qui ont toutes les peines du monde à se défendre compte tenu des consignes de Sarkozy exigeant la passivité devant l'émeute.

 

Un exemple parmi tant d'autres (sachant que tout est fait pour étouffer ce genre d' "incidents"). Montfermeil, en Seine-Saint-Denis (un département devenu exemplaire, si l'on ose dire), dans la nuit du 29 au 30 mai. La veille a eu lieu une perquisition chez un délinquant. Représailles : "150 jeunes ont érigé des barrages et ont incendié des containers et des voitures. Cagoulés, armés de battes de base-ball, ils ont affronté les forces de l'ordre durant quatre heures" (Le Monde, 31 mai). L'hôtel de ville a été attaqué, ainsi que le domicile du maire UMP Xavier Lemoine : "Une centaine de jeunes cagoulés ont caillassé mon domicile en hurlant « le maire fils de pute » (...) Il y a quinze jours, j'ai mis fin au lynchage d'un chauffeur de bus par cinq jeunes. Ils m'ont reconnu". La maison du maire avait déjà été attaquée fin avril, tandis que deux de ses filles étaient agressées.

 

Nuit du 1er mai : à Evry (Essonne) un garçon de seize ans est tué à coups de couteau. Règlement de compte entre bandes ethniques.

 

Mais à part ça il n'y a, bien sûr, pas de choc de civilisations. Tout au moins pour ceux qui refusent l'évidence. Par contre, un observateur aussi lucide que rigoureux sait bien que ce choc existe et qu'il est sans doute une chance pour la renaissance de l'Europe, car l'Histoire est ouverte. Il s'appelle Dominique Venner. Il écrit : "Depuis la fin du XXe siècle, nous sommes entrés dans une logique multipolaire soumise au choc des civilisations et des puissances, aux conflits incontrôlables, à la convergence des catastrophes économiques et écologiques. Dans ce monde, les occasions et les acteurs ne manquent pas qui vont s'entendre à tout bouleverser, donc, paradoxalement, à rendre leurs chances aux Européens". Cette voix est celle de l'intelligence. Elle est aussi celle de l'espoir.

 

Pierre VIAL

Imprimer E-mail

Sommaire - TP Mag n°28

N°28, Solstice d’été 2006, Jean Mabire, Présent.

 

p.3, Pierre VIAL, Le Choc des civilisations ? Une réalité.

pp.4 à 10, Pierre VIAL, Le Choc des civilisations.

p.11, SYLVIE, Les fourneaux d’Epona (Tarte au Munster et aux pommes flambées à l’alcool de cumin).

p.11, SYLVIE, Nos expression populaires (S’en mettre plein la lampe).

p.12, Hubert CHANCERELLE, Nos racines généalogiques (Forum ; Méthodologie : les registres paroissiaux ; à la découverte des racines de…Jean-Edern Hallier).

pp.13-14, Pierre GILLIETH, La Terre, l’Air, l’Eau, l’eau et Walsh.

p.15, Jean-Patrick ARTEAULT, La vérité sur l’élite secrète qui dirige les Etats-Unis (Alexandra Robbins, Skull and Bones).

p.16, Pierre VIAL, Les orages du matin (Pierre-Paul Jobert).

p.16, Pierre VIAL, Voir la Vierge (Arnaud Bordes).

pp.17 à 18, Propos recueillis par François FRESNAY, « Hyperborée », aux sources de l’Europe.

p.19, J-P.B., Esclaves chrétiens, maîtres musulmans (Robert C. Davies).

p.19, J-P.B., L’Histoire assassinée (Jacques Heers).

p.19, Nouvelle Ecole, Knut Hamsun.

p.20, Pierre VIAL, Le siècle de 1914 (Dominique Venner).

p.21, Pierre VIAL, Nous avons un camarade.

p.22, Jean MABIRE, L’île.

pp.23-24, Xavier GUILLEMOT, L’Europe des patries charnelles.

pp.25-26, Didier PATTE, Jean Mabire, le réveilleur de la Normandie.

p.26, L’épopée viking.

p.27, Anne BRASSIE, Le Dit du vieux marin.

pp. 28 à 30, Jean HAUDRY, Thulé, le soleil retrouvé des Hyperboréens.

p.31, Capitaine (H) GUILLERY, Mon Mabire.

p.32, Stéphane BOURHIS, Jean Mabire, De la route des cygnes à celle des oies sauvages.

pp.33-34, Jean-Claude VALLA, Il y a quarante ans...déjà !

pp.35 à 38, Philippe RANDA, Au-delà de Jean Mabire.

pp.39-40, Jean KAPPEL, En mémoire d’un éveilleur et d’un ami.

p.41, Maurice ROLLET, Maît’Jean.

pp.42-43, Katherine HENTIC, Des poètes normands et de l’héritage nordique.

p.44-45, Fabrice LESADE, Maît’Jean, mon référent.

pp.46 à 50, Pierre VIAL, Mabire parmi nous.

pp.51-52, Jean Mabire, le dernier voyage.

Imprimer E-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites