Résistance Identitaire Européenne

Culture Enracinée

LE LOUP-GAROU, HERMAN LONS

he1


• A propos d’Hermann LONS, Le Loup Garou, éditions « Art et Histoire d'Europe », Paris, 1988 (2e édition)

 

he2


Cette traduction française de ce roman paru en 1910 par Hermann Lons (1866-1914) a été une lecture transgressive pour nous ! Nous allons nous en expliquer.

 

he3


Félicitations d’abord à Jean-Paul Allard (né en 1940) pour la traduction et les notes explicatives. Ce roman est anti-chrétien et voilà notre argument fort pour le choix du mot « transgressif ».

 


Jean-Paul Allard était le co-fondateur avec le professeur Jean Haudry (né en 1934) de l'Institut d'études indo-européennes (I.E.I.E) hébergé dans les années 80 par l'Université de Lyon 3. Le dernier est très connu depuis la première édition en 1981 de son ouvrage Les indo-européens, réédité depuis par les éditions de Terre & Peuple (édition revue et augmentée).

 

couv haudry 1


Harm Wulf est un paysan allemand qui durant la guerre de Trente ans (1618-1648) milite contre les immigrants étrangers venus s'installer chez lui avec la protection des autorités de cette époque. Löns écrit dans Der Wehrwolf (Le Loup-Garou) considéré souvent comme son livre le plus réussi, la vengeance sanglante des paysans de Basse-Saxe contre les soldats en maraude de la guerre de Trente ans : « Autour de lui, les paysans, tout en restant moissonneurs et éleveurs, se muent en hommes-loups (Werwölfe) quand la nécessité l'impose. Ce faisant, ils renouent sans le savoir (mais en le sentant, confusé¬ment) avec la tradition germanique la plus ancienne, celle des temps « indo-européens » où c'était le devoir du laboureur de ceindre l’épée quand la saison de guerre commen¬çait (quand, à Rome, on ouvrait, à l'orée du printemps, la porte du temple de Mars). C'est ainsi qu’une poignée de Latins put bâtir un immense empire, ainsi que les Burgondes partis de la petite île de Bornholm purent s’emparer de la Rhénanie, de la Lorraine et de notre Bourgogne actuelle, ainsi aussi que quelques paysans-marins scandi¬naves colonisèrent l’Islande, la Normandie, la Sicile et Terre-Neuve. (écrit par Jean Varende in Eléments n° 60 de 1986).


he4

« Le prénom Harm (chagrin, affliction, accablement) souligne en revanche la prédestination du héros, voué à une existence douloureuse » (écrit par Jean-Paul Allard dans une note explicative du roman à la page 20).
Les Wehrwolf (s) de Himmler, jeunes de la résistance nazie contre les alliés, furent sans doute influencés par ce roman fort, écrit trente ans auparavant.


Nous n'allons pas vous raconter la fin mais nous allons vous mentionner à la page 117 la « corne de wode » qui n'est autre que celle de Wodan (alias Odin) et qui correspond aux aspirations des paysans anti-chrétiens qui se battent pour le renversement du christianisme comme religion d'état.


« Le christianisme s'est paganisé, avant même de s'étendre avec les notions de fils de dieu, de mère virginale de dieu, de trinité. Et après avoir emprunté à la tradition indo-européenne, le christianisme lui s'est servi de relais » (écrit par Jean Haudry et reproduit in Le paganisme au cinéma de Nicolas Bonnal, éditions Dualpha, page 256, Paris 2015).


he5


Donc Harm Wulf et ses autres paysans héroïques militent pour l'imposition de la religion odiniste à la place de celle mal-imposée du christianisme, pendant plusieurs siècles. Réussiront-ils à voir leur religion germanique et nordique triompher sur les cendres du christianisme?


Il faut vraiment lire ce roman extraordinaire pour en connaître sa fin excellent.

Dionysos ANDRONIS (METAINFOS)

 

he6

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites