Résistance Identitaire Européenne

Ecologie

Climatisme: idéologie de l'assujettissement et de la pauvreté

cl1

 

Dans le climat de changement rapide de ces années frénétiques, un rôle central est joué par un récit répété jusqu'à l'épuisement, cru par le bombardement médiatique : l'idéologie du changement climatique. Comme l'enseignait Carl Schmitt, les idéologies sont des concepts théologiques sécularisés, et dans le cas du « climatisme » (le terme a été inventé en 2015 par Mario Giaccio), cela est tout à fait clair. Il s'agit d'une authentique foi religieuse, avec ses rituels (les conférences internationales périodiques), ses croyants et ses disciples, ses prêtres - scientifiques et militants -, une grande prêtresse, Greta Thunberg, au langage apocalyptique, au visage renfrogné et au ton inquiet. La divinité à vénérer, féminine selon les temps, est Gaea, la terre, un organisme sensible dont l'ennemi est l'homo sapiens.

 

cl2

 

Les hérauts ne sont pas des prophètes ou des apôtres désarmés, mais les échelons supérieurs du pouvoir économique, financier et scientifique, qui a imposé la nouvelle idéologie dans le cadre de plans de domination à long terme (Great Reset, Agenda 2030) cachés derrière le double rideau du changement climatique et de la transition énergétique, qui a déjà rendu les factures d'électricité et de gaz si chères.

Par rapport au passé, il y a un changement majeur : avant, on parlait de réchauffement climatique, aujourd'hui les maîtres des mots se sont rabattus sur le changement climatique, plus générique. En tout cas, on ne peut échapper à une idéologie dont le principal court-circuit concerne le rôle de l'espèce humaine. Le dogme incontesté, en effet, est l'origine anthropique du changement climatique de la planète. C'est l'homme, avec sa volonté de puissance, qui est le prédateur responsable du déséquilibre naturel. Jusqu'à présent, rien à redire : des thèses proclamées par beaucoup sans succès.

La contradiction est claire : si le climat change, la raison n'est pas dans les cycles de la nature, mais dans le travail exclusif de l'homme. C'est un péché d'hybris, la démesure que les Grecs n'aimaient pas. Gaea fait-elle une crise de colère ou suit-elle simplement son propre chemin d'époque ? Non, l'homme est responsable. Avec une arrogance et une volonté de puissance égales et opposées, la religion climatique propose la solution : laisser l'homme modifier Gaea, interrompre et inverser le changement, par la déclinaison écologique et « durable » de la technologie. La technologie et la science humaines restent les Démiurges, les instruments d'un Dieu moindre mais pas trop grand, Homo sapiens reconfiguré en allié de Gaea.

Le climatisme est une volonté de puissance masquée par la bonté proclamée de ses objectifs. C'est l'Homme qui changera le cours du climat de la Terre par des modèles de comportement, de conduite et de développement qui apaiseront la colère de Gaea. Sur le plan symbolique, il s'agit d'une captatio benevolentiae, d'une tentative d'amitié avec une puissance supérieure, avec laquelle nous dialoguons d'égal à égal. Toujours Prométhée, toujours Titan au pouvoir, à la différence que maintenant il ne défie plus la colère des dieux, mais devient leur allié.

 

cl3

 

Le premier défaut de l'idéologie climatique est l'impossibilité de vérifier sa véracité - à l'heure des vérités scientifiques -. Il est en effet impossible d'affirmer ou de nier que la planète se réchauffe ou se refroidit sur le long terme. Le GIEC (Groupe international d'experts sur le changement climatique), un forum mondial créé en 1998, commence à l'admettre. Bien que la thèse de base reste celle du changement climatique, étayée par des décennies d'observations et de mesures, le GIEC a conclu que « dans la recherche et la création de modèles climatiques, nous devons reconnaître que nous avons affaire à un système chaotique et que, par conséquent, la prédiction à long terme des états climatiques futurs n'est pas possible ». La raison scientifique est que les modèles mathématiques complexes utilisés sont incapables de calculer les variables infinies du système. Même le comportement des températures futures en fonction des émissions de CO2 ne peut être prédit qu'approximativement. Les prévisions météorologiques restent fiables dans une quinzaine de jours. Pour le reste, la règle de nos grands-parents s'applique : sous nos cieux, il fera chaud en été, froid en hiver et pluvieux en automne.

La méthodologie des prévisions climatiques souffre d'un défaut irrémédiable qu'Edward Lorenz a démontré il y a soixante ans : le nombre infini de petites variations dans les conditions initiales qui rendent le résultat final peu fiable. L'atmosphère - a-t-il découvert - est un système déterministe chaotique, initiant ainsi la théorie du chaos. Le calcul aboutit à une étrange courbe en forme de papillon, d'une longueur infinie, appelée l'attracteur de Lorenz. De toutes les solutions mathématiques finales, une seule est vraie, mais inconnue. Il s'agit de la simplification populaire connue sous le nom d'effet papillon, tiré du célèbre article de Lorenz intitulé Predictivity : Can the flapping of a butterfly's wings in Brazil determine a tornado in Texas ? La plupart des scientifiques sérieux parlent de probabilités, pas de certitudes. Les croyances comme le changement climatique, cependant, ne connaissent pas de nuances. Le changement climatique, pour ses adeptes, est certain, il va dans le sens d'un réchauffement de la planète et est dû non pas à des facteurs naturels inconnus, mais à l'action de l'homme.

 

cl4

 

Il y a quelques années, l'acronyme LOHAS (Lifestyle of Health and Sustainability), un mode de vie sain et durable, est devenu populaire. Aujourd'hui, le phénomène est devenu un phénomène de masse, soutenu par un grand nombre d'universitaires, d'acteurs, de politiciens, de journalistes et de gestionnaires.  Le style LOHAS représente les classes sociales les plus élevées, domine les médias et le débat politique. Il incarne l'esprit de l'époque et s'incline vers la gauche. Il est loin le temps où les partis de gauche voulaient donner de meilleurs revenus et de meilleures opportunités aux plus pauvres. Aujourd'hui, seule l'élite progressiste peut se permettre des voyages coûteux, tout en faisant des affaires lucratives avec le lobby du climat. Pour eux, le changement climatique génère un double avantage. Ils peuvent s'élever au-dessus des masses moralement et matériellement : la foule prolétarienne se déplace en métro, à vélo ou dans des trains de proximité bondés, l'élite, elle, se déplace dans des voitures électriques élégantes subventionnées par les impôts de tous. Telle est la nouvelle moralité, sans tenir compte du fait que les batteries au lithium de la nouvelle mobilité sont le résultat d'activités minières ayant un énorme impact environnemental et des coûts humains dramatiques (exploitation, santé, conditions de travail). 

Le deuxième pilier sur lequel repose la politique climatique, après le dogme de la culpabilité humaine, est le chantage de l'absence d'alternatives, qui aboutit à la proclamation de l'urgence. L'état d'exception - comme on le voit avec la dictature sanitaire épidémique - exige la soumission, qu'il obtient en combinant la peur de la catastrophe avec la crainte d'être expulsé si l'on n'est pas « fidèle à la ligne » et la punition pour ceux qui ne se déclarent pas adhérents à la nouvelle foi. Cela fonctionne : il crée une victimisation, un conformisme et une indignation contre un « mauvais » pouvoir, finalement démasqué par les « bons », manipulés par les marionnettistes avec un cynisme consommé.

 

cl5

 

Annoncer la catastrophe ne suffit pas : le message doit être incessant, chargé d'urgence et de craintes toujours relancées. Chaque doute doit être combattu en permanence sur un large front. Elle fonctionne parce qu'un appareil de milliers de fonctionnaires à plein temps chargés du « climat » a été créé dans les ONG, les fondations, les agences, les instituts de recherche, les autorités publiques, les entreprises, les églises et, bien sûr, les salles de presse.

Les lobbyistes verts, généreusement financés par les gouvernements et les fondations privées, tous contrôlés par les riches, qui sont les premiers responsables des malheurs environnementaux, ont la mainmise sur tout ce qui se passe. C'est le pouvoir des Vendredis pour l'avenir, des Amis de la Terre, de Greenpeace, du WWF, etc. Nous sommes frappés par une information permanente à sens unique dans les médias publics et privés. Les sceptiques - appelés de manière désobligeante négationnistes comme tous ceux qui ne sont pas d'accord avec les récits imposés - n'ont pratiquement aucun soutien financier et deviennent invisibles. L'esprit du temps vert est sacro-saint et omniprésent.

Personne n'est prêt à s'engager dans un débat sur les incertitudes de la recherche sur le climat et de ses impacts, sur les nombreuses façons de faire face au changement climatique ou sur l'équilibre des coûts et des avantages. Personne ne reconnaît publiquement que l'objectif de « neutralité climatique » en 2045 ou 2050 est une fixation arbitraire. Nous voulons ce que nous voulons, et pas plus.

Un journal libéral, le Frankfurter Allgemeine Zeitung, a écrit : « Les budgets des États sont importants car les dépasser revient à dépasser la température de la terre, ce qui provoque des dommages irréversibles, c'est-à-dire que cela change le climat pour toujours. »  Le budget en question concerne une autre croyance « par la foi » dans le récit vert, la quantité de CO2. L'absurdité est que l'Allemagne, pour parvenir à des émissions nulles et limiter le réchauffement de la planète à 1,75 degré, peut émettre un total de 6,7 gigatonnes jusqu'en 2029, soit la moitié de la quantité annuelle de la Chine !

Pour le physicien Matthew Crawford, l'une des caractéristiques les plus frappantes est que nous sommes gouvernés par des tactiques d'intimidation inventées pour obtenir l'adhésion du public. Les défis politiques lancés par les critiques, présentés avec des faits et des arguments, ne reçoivent pas de réponse amicale, mais une dénonciation. D'où les menaces épistémiques pour résoudre l'autorité dans un conflit moral entre les « bons » et les « méchants ». Cela ne s'applique pas seulement au climat, mais aussi à la dictature de la santé et à tous les autres points de l'agenda oligarchique. C'est le mécanisme qui permet au récit de la « catastrophe climatique à éviter de toute urgence » de devenir la base permanente de politiques très éloignées de la réalité.

En fait, après près de 30 ans de politique de protection du climat, l'énergie éolienne et solaire fournit environ 6,5 % de l'énergie en Europe. Personne ne croit que nous atteindrons 100 % d'énergies renouvelables dans 25 ans. D'autre part, nous dépenserons d'énormes sommes d'argent pour faire croire que nous le ferons. La facture, le spectacle des factures d'énergie, est sur nous. Quelque 84 % de l'énergie mondiale provient toujours des combustibles fossiles. Il y a vingt-cinq ans, il était de 86 %. Selon les prévisions, il pourrait tomber à 73 d'ici 2040, loin de zéro.

 

cl6

 

Les émissions allemandes ont diminué de 200 millions de tonnes au cours des dix dernières années. Dans la même période, la Chine a augmenté la sienne de 3 milliards de tonnes. La pollution est transférée d'une zone de Gaea à une autre, la seule planète disponible, au gré des bonnes âmes.

Cinq pour cent de l'humanité a un niveau de richesse pour lequel un sacrifice en échange du sentiment agréable de sauver la planète semble une bonne affaire. Les quatre-vingt-quinze autres ne sont pas convaincus que l'énergie, le logement, les voyages, la nourriture sont trop bon marché et doivent devenir de plus en plus chers. Nous sommes confrontés à une hégémonie culturelle de l'alarmisme climatique, sans alternative. Les jeunes sont sensibilisés à la menace d'une catastrophe imminente. Si un homme politique disait que le changement climatique est un défi, mais que le monde a des problèmes plus urgents, nous penserions qu'il est fou. La recherche sur le climat, qui produit chaque jour de nouvelles découvertes et crée un paysage de plus en plus diversifié, est largement ignorée. Il ne reste qu'une seule politique : celle de la peur.

La science implique d'évaluer les données, de rechercher de nouvelles données et d'être prêt à examiner les hypothèses et les preuves avec un scepticisme sain. Les preuves empiriques peuvent être manipulées ou utilisées pour masquer une idéologie et créer un consensus en faveur de thèses et d'hypothèses chères aux pouvoirs en place, ces mêmes pouvoirs qui financent la recherche et choisissent et paient ceux qui la mènent. Scientifiques s'ils soutiennent la volonté des puissants, charlatans, négateurs et ignorants s'ils s'y opposent ou demandent des précisions.

La tendance au réchauffement de la planète et sa nature sont remises en question. Il n'y a pas si longtemps, il y avait un consensus sur une tendance au refroidissement à long terme des zones terrestres en Amérique du Nord. Les déclarations de consensus scientifique sur le réchauffement anthropique ne sont pas sans controverse, mais à l'ère des interdictions et des vérités d'État, il n'est plus surprenant que la version officielle soit imposée en sanctionnant les opinions dissidentes par le biais des tribunaux.

Pourtant, la méthode scientifique prescrit l'observation, la formulation d'hypothèses, la prédiction, le test, l'analyse et la révision. La confirmation expérimentale ne peut pas établir des vérités absolues, car des tests futurs peuvent invalider la théorie. En tant que telles, toutes les théories sont provisoires et sujettes à révision si des preuves meilleures ou contraires apparaissent. Plutôt que d'applaudir la version officielle, nous devrions célébrer l'incertitude et l'ouverture au cœur de la science. L'idéologie fidéiste du climatisme veut que les sceptiques soient réduits au silence, poursuivis pour des crimes nouvellement insérés dans les codes pénaux. Parallèlement, l'insistance sur un « consensus scientifique » concernant la nature et les causes des problèmes oriente les financements et les propositions de recherche vers ceux qui défendent l'opinion dominante.

La règle est de « suivre l'argent ». Les fonds versés aux chercheurs sur le changement climatique ont dépassé les 13 milliards de dollars en 2017, rien qu'aux États-Unis. Les dépenses totales consacrées aux études climatiques entre 1989 et 2009 ont atteint 32 milliards de dollars, auxquels s'ajoutent 79 milliards de dollars pour la recherche technologique et les allégements fiscaux en faveur des énergies vertes. La perte de subventions et de positions de pouvoir serait énorme si le réchauffement de la planète ou le changement climatique étaient remis en question, peut-être pour les raisons invoquées concernant la complexité et les variables infinies.

Si la complexité du climat rend difficile l'évaluation précise des tendances, il semble exister des mécanismes internes qui tendent à stabiliser les températures et les variations climatiques dans certaines limites. Par exemple, les nuages et la vapeur d'eau jouent un rôle dominant dans la détermination des températures moyennes mondiales. Mais on n'a pas d'idée précise sur la réaction des nuages au réchauffement attribué à l'augmentation progressive du dioxyde de carbone dans l'atmosphère.

Les arguments scientifiques sur le changement climatique sont au cœur des politiques « d'action climatique » imminentes dans le cadre de la grande réinitialisation, le besoin autoproclamé de perturber l'économie mondiale. Les restrictions à la liberté et à l'activité privée imposées par les gouvernements au sujet de la pandémie de Covid-19 sont susceptibles de servir d'appât à l'expansion du contrôle politique et technologique pour faire face au changement climatique.

L'IPPC a annoncé un « code rouge » en 1990 sur la base de divers facteurs, dont l'élévation « irréversible » du niveau de la mer. Il existe des preuves de l'élévation du niveau de la mer, mais d'autres interprétations suggèrent que l'effet pourrait être de 10 cm en un siècle, ce qui laisse suffisamment de temps pour prendre des contre-mesures. Le débat a cependant tendance à privilégier le ton alarmiste, la science devenant la servante du pouvoir. Le résultat est un néo-féodalisme dans lequel la domination devient absolue, la majorité étant réduite à des serfs appauvris pour de « bonnes causes », des récits qui sont pris pour argent comptant : le changement climatique, l'assainissement de la vie, les ennemis de la liberté et de la prospérité. Lisons nos factures et cela deviendra clair : pas de concept abstrait ou lointain, mais la vie quotidienne - et l'arnaque.

Roberto Pecchioli

SOURCE : http://www.ilpensieroforte.it/dibattiti/5268-il-climatismo-ideologia-di-sottomissione-e-povertà

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites