Résistance Identitaire Européenne

Géopolitique

Les néoconservateurs et leur idéologie

neo1

 

« Jeter un pays contre un mur de temps en temps »

Les néoconservateurs américains ont-ils raison lorsqu'ils affirment que c'est précisément la guerre de la Russie contre l'Ukraine qui montre que la politique néoconservatrice est juste ?

Des intérêts divergents peuvent conduire des États sur une trajectoire de collision qui, a posteriori, semble inévitable, comme par exemple le « somnambulisme » de l'Europe vers la catastrophe de la Première Guerre mondiale, décrit par l'historien australien Christopher Clark. Cependant, derrière de tels processus, il y a toujours des idées et des décisions prises par des élites qui auraient pu être différentes. Cela devrait aiguiser notre regard sur les élites, leur action et leur influence sur la projection du pouvoir politique dans le contexte mondial.

Les néoconservateurs (Neocons) des deux partis politiques américains sont une élite qui a exercé une influence fatale sur la politique étrangère des États-Unis au cours des dernières décennies, comme peu d'autres. Les néocons vont et viennent entre le gouvernement, le Conseil de sécurité nationale, diverses organisations non gouvernementales et des « think tanks », en tant que conseillers politiques, employés de think tanks, journalistes et membres du gouvernement. Dans leur quête de la domination mondiale des États-Unis et de leur non-respect des intérêts des autres pays, ils laissent partout leur empreinte. Ils sont toujours présents, quel que soit le parti présidentiel ou celui qui détient la majorité dans les deux chambres du Congrès.

Par exemple, Victoria Nuland: alors sous-secrétaire d'État aux affaires européennes au département d'État américain sous la présidence de Barack Obama, elle a parrainé le soulèvement de Maïdan à Kiev. Elle a acquis une certaine notoriété lorsque, début février 2014, une conversation téléphonique interceptée avec l'ambassadeur américain en Ukraine, Geoffrey Pyatt, a été rendue publique. Cette conversation portait notamment sur le personnel dirigeant que l'Occident devait installer en Ukraine. En réponse à Pyatt qui évoquait les souhaits de l'UE, Nuland a eu la réplique suivante: « Fuck the EU » [1]. Aujourd'hui, elle est de retour dans l'administration Biden.

 

Trotski et les néoconservateurs

Ce qui se passe dans la tête des néoconservateurs a été révélé par le journaliste d'investigation et lauréat du prix Pulitzer Ron Suskind (photo). Suskind rapporte une conversation qu'il a eue avec un conseiller en chef du président George W. Bush au cours de l'été 2002. Ce que ce dernier lui a dit révèle les pensées des cercles qui déterminent l'action de la première puissance mondiale depuis la fin de la guerre froide et l'effondrement de l'Union soviétique.

 

neo2

 

neo3

 

Le conseiller a déclaré que des personnes comme Suskind « font partie de la 'communauté des personnes attachées à la réalité' ('reality-based community') », qu'il a définie comme des personnes 'convaincues que la résolution des problèmes repose sur un examen minutieux de la réalité'. J'ai hoché la tête et marmonné quelque chose à propos des principes des Lumières et de la pénétration scientifique du monde de l'expérience (« empiricism »). Il m'a coupé la parole. « Mais le monde ne fonctionne plus ainsi », a-t-il poursuivi. Nous sommes désormais un empire, et lorsque nous agissons, nous créons notre propre réalité. Et pendant que vous examinez cette réalité - soigneusement si vous le souhaitez - nous agissons à nouveau et créons d'autres nouvelles réalités que vous pouvez ensuite examiner à nouveau. C'est ainsi que les choses se passent. C'est nous qui déterminons ce qui se passe dans l'histoire... et vous, vous tous, n'avez qu'à examiner ce que nous faisons » [2]. Nous créons la réalité telle qu'elle nous plaît.

La pensée des néoconservateurs est bizarrement liée à une école de pensée universaliste qui a eu une grande influence sur la politique et la philosophie au XXe siècle, mais que l'on n'associe généralement pas aux intérêts de la politique de puissance des États-Unis. L'affirmation suivante est typique de cette école de pensée: la tâche « imposée par l'histoire » est « d'organiser l'économie ... de manière planifiée sur toute la surface de notre planète ». Celui qui a écrit cela s'appelait Léon Trotsky [3].

Trotsky plaidait pour une révolution mondiale permanente, s'opposant ainsi fortement à Joseph Staline et à la doctrine défendue par les représentants du communisme soviétique réel, qui consistait à construire le socialisme d'abord dans un seul pays, avant de passer à la révolution mondiale sur cette base. Pour réaliser le communisme, Trotsky et ses partisans pensaient au contraire qu'il ne fallait pas se concentrer sur un seul pays comme base de départ. Seule l'application uniforme du communisme à l'échelle mondiale était un gage de succès.

Les idées trotskistes sur la révolution permanente rappellent celles que les néoconservateurs américains ne cessent de propager, bien que sous d'autres auspices capitalistes: non pas le communisme mondial, mais le marché mondial et le « leadership américain »; au lieu de l'Union soviétique comme « précurseur », les États-Unis comme « hégémon bienveillant ». La conviction néoconservatrice selon laquelle les Etats-Unis ne sont en sécurité que dans un monde uniformément réorganisé selon le modèle américain et que la démocratie américaine et l'économie de marché libre ne peuvent s'épanouir en tant que garants de cet ordre mondial que dans un tel « nouvel ordre mondial », rappelle également les idées trotskistes sur la nécessaire unité de l'environnement mondial. La parenté d'essence entre le trotskisme et l'universalisme et l'unilatéralisme néoconservateurs fait qu'il semble beaucoup plus approprié de parler de « néo-trotskistes » plutôt que de « néoconservateurs ».

 

neo4

neo5

 

Irving Kristol (1920-2009), l'un des « inventeurs » de l'idéologie néoconservatrice et père de William Kristol, autre néocon très influent, était un trotskiste déclaré dans sa jeunesse avant la Seconde Guerre mondiale. En 1940, Irving Kristol a obtenu un B.A. au City College de New York, mais l'honneur qu'il chérissait le plus était son appartenance à la « Young People's Socialist League » (Quatrième Internationale) trotskiste, comme il le confessait volontiers dans un article de magazine en 1977. Il était aussi « a member in good standing » [4], c'est-à-dire un membre à part entière, qui avait fait ses preuves et qui était en bonne position, ajoutait-il. Je ne regrette pas cet épisode de ma vie ». Rejoindre un mouvement radical quand on est jeune, c'est un peu comme tomber amoureux quand on est jeune ».

 

L'Irak doit servir d'exemple

Aujourd'hui, les néoconservateurs préfèrent ne pas se référer à Léon Trotsky, mais aux enseignements d'un autre Léon, le philosophe germano-américain Leo Strauss (1899-1973) [5]. Plusieurs néoconservateurs de premier plan, comme William Kristol et Paul Wolfowitz, ont été des élèves de Strauss ou ont été influencés par sa pensée, d'où leur appellation de « straussiens » [6]. La partialité avant la vérité - c'est ainsi qu'ils comprennent (ou se méprennent ?) leur mentor.

Wolfowitz, qui a suivi des séminaires sur Platon et Montesquieu auprès de Leo Strauss à Chicago, est à l'origine de la réécriture de la stratégie militaire globale des États-Unis, menée depuis 1992 sous le nom de « Defense Planning Guidance », qui vise à assurer la suprématie absolue de la « seule puissance mondiale » [7]. Zbigniew Brzezinski, gourou et éminence grise de la politique de sécurité américaine, a popularisé cette doctrine dite « de Wolfowitz » dans son livre « The Grand Chessboard », après l'avoir rendue publique [8].

La deuxième guerre en Irak a été l'œuvre de « hardliners » néoconservateurs. Ils voulaient, par la guerre et le changement de régime qui s'ensuivit, d'une part répartir les champs pétrolifères irakiens entre les entreprises occidentales pour les exploiter, et d'autre part dissuader d'autres Etats de s'opposer à la volonté de domination mondiale des Etats-Unis. On pensait notamment à la Chine, à la Russie, à la Corée du Nord et à l'Iran. L'Irak devait servir d'exemple, car il était « faisable »: « Iraq is doable », a dit Paul Wolfowitz au président Bush [9].

 

neo6

neo7

 

Cela rappelle ce que l'on appelle la « doctrine Ledeen », attribuée à l'intellectuel néocon Michael Ledeen (photo), qui dit que « les États-Unis doivent choisir un petit pays de merde tous les dix ans environ et le jeter contre un mur, juste pour montrer au monde que nous sommes sérieux » [10]. Ledeen s'est également fait une place de choix dans la chronique des efforts de déstabilisation des néoconservateurs sur la scène politique mondiale avec sa variante du concept de « destruction créative »: « Chaque jour, nous détruisons l'ordre ancien, à la fois dans notre propre société et à l'étranger. Nos ennemis ont toujours détesté ce tourbillon d'énergie et de créativité qui menace leurs traditions » [11].

Léon Trotsky n'est donc pas le seul à inspirer profondément les fantasmes de pouvoir des néoconservateurs, comme nous pouvons le déduire de ces mots, Mao Tsé-toung et sa « révolution culturelle », qui ne voulait laisser aucune pierre familière sur le sol, semble également l'avoir fait: le néoconservatisme en tant que maoïsme à l'enseigne du capitalisme. Condoleezza Rice, alors secrétaire d'État américaine, a clairement expliqué ce qu'il fallait entendre par « destruction créative » au sens pratique du terme, en commentant par exemple en 2006 les destructions dans la bande de Gaza et au Liban après les attaques israéliennes par la phrase tristement célèbre selon laquelle on assistait aux « douleurs de l'accouchement d'un nouveau Moyen-Orient » [12].

 

neo8

 

Abram Shulsky, un autre intellectuel néoconservateur, a obtenu son doctorat sous la direction de Leo Strauss à Chicago. Il a d'abord été employé par la « RAND Corporation », l'influent think tank créé après la Seconde Guerre mondiale pour conseiller les forces armées américaines et dans lequel certains critiques voient un actif de la CIA [13]. Shulsky a été nommé à la tête de « l'Office of Special Plans » (OSP). Les « purs et durs » du Pentagone ont créé ce bureau après le 11 septembre 2001, convaincus que la CIA et d'autres agences de renseignement n'étaient pas au courant des plans de Saddam Hussein pour développer des armes de destruction massive ou qu'elles avaient minimisé les informations à ce sujet. L'OSP avait notamment pour mission de s'occuper du « maquillage » des informations des services de renseignement afin de justifier la guerre en Irak du président George W. Bush en « prouvant » l'inexistence d'armes de destruction massive. Ils ont été déçus par le travail des services de renseignement qui, malgré les pressions exercées sur les agents de renseignement, notamment par le vice-président Cheney en personne, n'ont pas pu fournir de preuves solides de collusion entre Saddam Hussein et Al-Qaïda [14].

Un article publié par Shulsky en 1999 - en collaboration avec Gary J. Schmitt, un membre du groupe de réflexion néoconservateur Project for the New American Century - donne un autre aperçu de l'univers de pensée des élites néoconservatrices. Il s'agit du lien entre les services secrets et la philosophie [15]. Le penchant des néoconservateurs pour un philosophe politique comme Leo Strauss est compréhensible si l'on tient compte des messages qu'ils tirent de l'œuvre de Strauss pour leurs activités. La tendance anti-historique du rejet du relativisme culturel, c'est-à-dire de la tentative de comprendre le monde du point de vue des autres, a exercé une grande attraction. De plus, la conviction de pouvoir faire une distinction précise entre le bien et le mal. La vision du monde attribuée à Strauss a fourni aux néoconservateurs la légitimation de leurs propres prétentions au pouvoir et les a encouragés à discréditer et à éliminer, par la « destruction créatrice », les anciennes élites et traditions culturelles qui font obstacle à leur projection de pouvoir global dans le but de créer un « nouvel ordre mondial » [16]. Le travail de renseignement, qui joue un rôle important dans cette quête, reçoit donc à leurs yeux la consécration d'une justification supérieure à la lumière de l'œuvre de Leo Strauss [17].

 

Les néoconservateurs et Carl Schmitt

Mais l'influence de la pensée de Trotsky et de Strauss sur les convictions des néoconservateurs ne s'arrête pas là, si l'on suit les propos du néocon renégat Francis Fukuyama, qui a renoncé au néoconservatisme en 2006 dans le New York Times. [18] Selon lui, son livre « The End of History » (La fin de l'histoire) défendait en quelque sorte une « thèse marxiste » et l'existence d'un processus d'évolution sociale de longue durée - certes, un processus qui débouche sur la démocratie libérale universelle et non sur le communisme. D'autres intellectuels néoconservateurs de premier plan, comme William Kristol et Robert Kagan, époux de la notoire Victoria Nuland, défendraient au contraire une position « léniniste »: Ils croient, comme Lénine, que l'histoire peut progresser grâce à un bon usage du pouvoir et de la volonté.

« Pouvoir », « volonté »: derrière ces termes se cache une autre source d'inspiration de la pensée néoconservatrice, mais pas nécessairement de gauche. Les relations entre Leo Strauss et Carl Schmitt et l'importance de Schmitt pour la compréhension de la politique américaine contemporaine ont également été portées à l'attention des lecteurs américains en 2004 [19]. Strauss et Schmitt se connaissaient; Schmitt a soutenu la candidature de Strauss à une fellowship, c'est-à-dire une bourse de recherche de la « Rockefeller Foundation » à Paris en 1932. La même année, Strauss a publié un compte-rendu détaillé de l'ouvrage fondamental de Schmitt en matière de théorie politique, « Der Begriff des Politischen » [20]. Peu après, comme on le sait, leurs chemins se sont séparés: Strauss a émigré aux États-Unis et Schmitt est devenu membre du parti national-socialiste en 1933. L'affinité des néoconservateurs avec Schmitt se comprend par le concept de politique de Schmitt, qui ramène la politique à la stricte séparation entre amis et ennemis.

 

Le parti de guerre de Washington

Si vous lisez la prose politique américaine officielle et officieuse écrite depuis 1992 dans un esprit et avec une plume néoconservateurs, dans laquelle les cercles dominants du War Party de Washington font part de leurs intentions, vous rencontrerez constamment cette dichotomie: nous et nos alliés sommes du bon côté de l'histoire, pour le bien, pour la démocratie et la liberté; eux, les adversaires, sont du mauvais côté, pour la tyrannie et le manque de liberté. La « liberté » et la « démocratie » ne sont pas définies; elles servent de formules vides pour distinguer l'ami de l'ennemi.

 

neo9

neo10

 

La crise en Ukraine et la guerre de la Russie sont un « moment néoconservateur », selon John Podhoretz, le fils de Norman Podhoretz, également un intellectuel de premier plan du mouvement néocon. John Podhoretz a notamment servi de rédacteur de discours pour les présidents Ronald Reagan et George H.W. Bush. Selon lui, la guerre de la Russie contre l'Ukraine justifie le néoconservatisme, car elle montre que l'approche néoconservatrice est juste et que la cause néoconservatrice est juste (« our approach is right and our cause is just »). Si vous cherchez des réflexions sur le lien entre l'élargissement de l'OTAN à l'Est et la réaction de la Russie à cet élargissement, vous ne les trouverez pas chez Podhoretz, mais vous trouverez en revanche l'affirmation que l'Amérique est une force pour le bien et qu'elle doit continuer à l'être [21].

Tant que les néoconservateurs donneront le ton dans la politique étrangère des États-Unis, il n'y aura pas de paix. Nulle part.

Thomas Bargatzky

 

Source: https://www.geolitico.de/2022/05/10/die-neokonservativen-und-ihre-ideologie/

 

Notes:

[1] Gregor Peter Schmitz : Faux pas d'une diplomate américaine : « Fuck the EU ». Spiegel Online, 6 février 2014. https://www.spiegel.de/politik/ausland/diplomatischer-fauxpas-von-obama-beraterin-nuland-fuck-the-eu-a-952005.html. Consulté le 23 décembre 2019 Les passages correspondants de la conversation peuvent être écoutés sur « You Tube ».

[2] Ron Suskind : Faith, Certainty and the Presidency of George W. Bush. The New York Times Magazine, 17 octobre 2004. https://www.nytimes.com/2004/10/17/magazine/faith-certainty-and-the-presidency-of-george-w-bush.html. Consulté le 12 décembre 2019. Traduction de moi-même, ThB.

[3] Léon Trotsky : La révolution trahie. Zurich 1937, in Le communisme soviétique. Documents Vol. I, p. 233.

[4] Irving Kristol : Memoirs of a Trotskyist. New York Times Magazine, 23 janvier 1977. https://www.nytimes.com/1977/01/23/archives/memoirs-of-a-trotskyist-memoirs.html. Consulté le 25 août 2015.

[5] Claes G. Ryn : Leo Strauss et l'histoire : le philosophe comme conspirateur. Humanitas 18 (1-2), 2005.

[6] Thierry Meyssan : La Russie déclare la guerre aux straussiens. Réseau Voltaire, 8 mars 2022. https://www.voltairenet.org/article215903.html. consulté le 19 avril 2022.

[7] Voir Thomas Bargatzky, La grande illusion. La nouvelle guerre froide et les illusions de l'Occident. - Baden-Baden : Tectum/Nomos 2020, p. 131-153.

[8] Zbigniew Brzezinski : Le grand échiquier. La primauté américaine et ses impératifs géostratégiques. - New York : Basic Books 1997, dont le titre français est significativement « La seule puissance mondiale » !

[9] Ron Suskind : The Price of Loyalty. George W. Bush, la Maison Blanche, et l'éducation de Paul O'Neill. - New York : Simon & Schuster 2004, p.187 et suivantes.

[10] « Tous les dix ans ou presque, les États-Unis ont besoin de ramasser un petit pays crapuleux et de le jeter contre le mur, juste pour montrer au monde ce que sont les affaires ». Jonah Goldberg : Baghdad Delenda Est, deuxième partie. National Review, 23 avril 2002. https://www.nationalreview.com/2002/04/baghdad-delenda-est-part-two-jonah-goldberg/. consulté le 6 décembre 2019 ; voir aussi Ajsan I. Butt : Why did Bush go to war in Iraq ? Al Jazeera, 20 mars 2019. https://www.aljazeera.com/indepth/opinion/bush-war-iraq-190318150236739.html. consulté le 6 décembre 2019.

[11] Michael A. Ledeen : The War Against the Terror Masters. Pourquoi cela s'est produit. Où nous en sommes aujourd'hui. Comment nous allons gagner. - New York : St. Martin's Press 2002, p. 212 et suivantes. Traduction par mes soins, ThB.

[12] Special Briefing on the travel to the Middle East and Europe of Secretary Condoleezza Rice. - Conférence de presse, Département d'Etat américain, Washington D.C., 21 juillet 2006.

[13] Paul Craig Roberts : L'élection présidentielle américaine de novembre amènera-t-elle la fin du monde ? PaulCraigRoberts.org, 24 mai 2016. https://www.paulcraigroberts.org/2016/05/24/will-the-november-us-presidential-election-bring-the-end-of-the-world-paul-craig-roberts/. Consulté le 12 décembre 2019.

[14] Voir Seymour M. Hersh : Intelligence sélective - Donald Rumsfeld a ses propres sources spéciales. Sont-elles fiables ? The New Yorker, 12 mai 2003. https://www.newyorker.com/magazine/2003/05/12/selective-intelligence. Consulté le 13 décembre 2019 ; Walter Pincus et Dana Priest : Some Iraq Analysts Felt Pressure From Cheney Visits. The Washington Post, 5 juin 2003. https://www.washingtonpost.com/archive/politics/2003/06/05/some-iraq-analysts-felt-pressure-from-cheney-visits/4afb2009-20e7-4619-b40f-669c9d94dcf3/ Accès 24 février 2020.

[15] Gary J. Schmitt et Abram Shulsky : Leo Strauss and the World of Intelligence (By Which We Do Not Mean Nous). Dans : Kenneth L. Deutsch et John Albert Murley (éd.) : Leo Strauss, the Straussians, and the American Regime. - Lanham (Maryland) : Rowman & Littlefield 1999, p. 407-412.

[16] N'étant pas suffisamment familiarisé avec l'œuvre complexe de Leo Strauss, je ne peux pas évaluer dans quelle mesure ses disciples et partisans, qui font partie des néoconservateurs, comprennent, comprennent mal ou utilisent son œuvre pour servir leur idéologie. Loin de moi donc l'idée d'émettre un jugement sur la pensée de Strauss.

[17] Voir James Mann : Rise of the Vulcans, 2004, p. 27-31.

[18] Francis Fukuyama : After Neoconservatism. The New York Times, 19 février 2006. http://zfacts.com/zfacts.com/metaPage/lib/Fukuyama-2006-After-Neoconservatism.pdf. Consulté le 30 juin 2017.

[19] Alan Wolfe : Un philosophe fasciste aide à comprendre la politique contemporaine. The Chronicle of Higher Education - The Chronicle Review. 2 avril 2004. https://web.stanford.edu/~weiler/Wolfe_on_Schmitt_044.pdf. Consulté le 13 décembre 2019.

[20] Carl Schmitt : Le concept de politique. - Berlin : Duncker & Humblot, 1932 - Le texte de Strauss « Anmerkungen zu Carl Schmitt, Der Begriff des Politischen » est d'abord paru dans Archiv für Sozialwissenschaften und Sozialpolitik, Volume 67 (Heft 6), 1932, p. 732-749. Réimpression dans Heinrich Meier : Carl Schmitt, Leo Strauss und "Der Begriff des Politischen". Vers un dialogue entre absents. - Stuttgart : J.B. Metzler 1998, p. 97-125.

[21] John Podhoretz : Neoconservatism : A Vindication. Commentary, avril 2022. https://www.commentary.org/articles/john-podhoretz/neoconservatism-ukraine-russia/ Accès le 20 avril 2022.

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites