Guerre Culturelle

Les ennemis de l'Europe sont à Bruxelles et à Strasbourg

Publié le . Publié dans Décryptage

bru1

 

Mais qui est le principal ennemi de l'Europe ? Ne le cherchez pas en dehors de l'Europe ou même en son sein profond, parmi les nationalismes et les populismes. L'anti-européanisme est à Bruxelles, à Strasbourg, au cœur de l'Union européenne, dans ses bâtiments et ses institutions. Il est temps de lancer un processus politique qui part de la réalité et non de l'idéologie, et qui n'a pas peur de toucher aux pouvoirs de l'Eurocratie.

Avec la guerre en Ukraine, l'Union européenne a clairement et nettement démontré qu'elle n'a pas à cœur le rôle, la souveraineté, les intérêts et les valeurs de l'Europe, et qu'elle fait des choix résolument contraires aux besoins des peuples d'Europe. Elle aurait pu avoir un rôle autonome et souverain important, en tant que tierce partie au conflit entre la Russie et les États-Unis, et devenir l'axe d'équilibre pour trouver un compromis, un point de médiation. Au lieu de cela, elle a choisi de prendre parti à l'ombre des États-Unis, sous le parapluie de l'OTAN, payant un coût disproportionné en termes économiques, énergétiques et politiques. Elle a même accepté la fiction selon laquelle les États-Unis et l'OTAN ont occupé le terrain pour défendre l'Europe. Et elle a même crié que la Russie de Poutine avait déclaré la guerre à l'Europe et s'apprêtait à l'envahir en commençant par l'Ukraine. Même pour attribuer les pires intentions à l'autocrate russe, son objectif est de reprendre l'espace qui a été pendant des siècles sous la souveraineté de l'empire des Tsars puis de l'Union soviétique, en ramenant la Crimée et peut-être le Donbass dans le giron russe. Mais Poutine n'a jamais pensé ou déclaré qu'il menacerait l'Europe et l'engloutirait dans un projet d'expansion et d'empire. Mais ce n'est pas tout: se considérant attaquée et envahie, l'Europe s'est en fait déclarée belligérante dans le conflit qui l'oppose à la Russie, excluant toute négociation dans laquelle elle pourrait se présenter comme un troisième sujet, autonome et indépendant, un point d'équilibre entre les prétentions hégémoniques de la Russie et l'hégémonie planétaire des États-Unis.

 

bru2

 

L'UE a accepté de redevenir un satellite, une émanation des États-Unis, totalement et servilement alignée, épousant d'ailleurs la ligne de Johnson de quitter l'Europe et de rétablir l'axe atlantique avec l'Amérique du Nord.

L'Union européenne n'aurait été possible que si, avec la chute de l'Union soviétique, du mur de Berlin et du Pacte de Varsovie, nous avions pu enfin nous libérer de la tutelle américaine et du parapluie de l'OTAN. Cela n'a pas été fait, et ce n'est pas le nationalisme qui a empêché, comme on le prétend à tort, l'unification européenne ; mais c'est la division du monde en deux blocs qui nous a empêchés de sortir de chez nous et d'avoir les clés de la maison ; elle nous a empêchés de nous unifier. Ce n'est que lorsque le rôle de l'OTAN est devenu inutile et que l'autonomie des États-Unis n'était plus nécessaire, qu'il aurait été possible de compléter l'Union européenne en 1992.

Maintenant, nous avons abdiqué de facto la souveraineté et l'indépendance de l'Europe et nous avons accepté d'émettre des sanctions qui non seulement sapent toute relation avec la Russie mais se retournent également contre les intérêts primaires de l'Europe, à commencer par ses plus grands pays comme l'Allemagne, la France et l'Italie elle-même.

Pour effectuer cette transition, nous avons accepté la réduction de l'Europe à l'Occident, ce qui implique la primauté américaine et la stratégie de l'OTAN, et nous avons fait semblant de croire que l'Occident était le monde entier. Considérant qu'il est désormais clair que la mondialisation n'est plus l'occidentalisation du monde mais un processus controversé et polymorphe où le principal acteur mondial est la Chine, avec l'Asie du Sud-Est. L'Occident tel que nous l'entendons ne comprend même pas sa partie la plus peuplée, qui est l'Amérique latine, mais l'Europe, les États-Unis et le Canada, qui sont les pays où le taux de dénatalité est le plus élevé et dont la population, âgée et en surnombre, atteint à peine un dixième de la planète.

Mais il est évident depuis des années que nos intérêts réels, économiques, stratégiques et géopolitiques divergent fortement de ceux des États-Unis. Je ne suis pas un partisan de l'Eurasie, mais je crois qu'il est dans l'intérêt premier de l'Europe de traiter avec la Russie et l'Est sans la permission de nos parents américains. Des nations individuelles comme la France, l'Allemagne, la Hongrie en sont conscientes, mais pas l'UE.

Si l'on veut remonter aux origines de cet anti-européanisme au sein de l'Union européenne, je crois que le rejet des racines européennes dès l'acte de fondation et la négation répétée de notre civilisation chrétienne, grecque et romaine en étaient les prémisses idéales. Puis l'Europe a donné la priorité aux technocrates et à la finance et a été conçue à l'envers, non pas comme une réalité différenciée à l'intérieur et unie à l'extérieur, mais le contraire : l'Union européenne comprime et déprime les identités nationales qui la constituent, tyrannise les peuples, mortifie les différences économiques en son sein et la souveraineté des États-nations, et impose des règles et des contraintes.

Et malgré cela, elle apparaît impuissante, désarmée vis-à-vis du monde extérieur, incapable de se doter d'une ligne politique, stratégique et militaire autonome, incapable de protéger ses frontières, incapable d'affronter de manière unie la concurrence asiatique, les flux migratoires et l'invasion commerciale chinoise. Face à la tenaille qui nous saisit aujourd'hui, à savoir la domination américaine et l'expansion chinoise, nous élevons la Russie de Poutine au rang d'ennemi principal de l'Europe. La Russie de Poutine est certes une autocratie qui a envahi l'Ukraine, mais contrairement aux États-Unis et à la Chine, elle n'a aucune prétention hégémonique sur l'Europe et ne nous envahit pas avec ses produits et ses modèles.

C'est pourquoi, si vous cherchez où se cachent les ennemis de l'Europe, vous les trouverez à la tête de la Commission européenne, parmi ses hauts commissaires, au sommet et dans la majorité de l'Europarlement, dans les tribunaux de Strasbourg, parmi les eurocrates et les fonctionnaires euro-atlantiques zélés, comme ici aussi, à la tête de l'Italie... L'Europe cache des serpents en son sein.

Marcello Veneziani

Source : Marcello Veneziani & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/i-nemici-dell-europa-stanno-a-bruxelles-e-strasburgo

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites