Guerre Culturelle

La guerre culturelle des libéraux : comment les livres indésirables finissent à l'index

Publié le . Publié dans Démontage

gc1

 

L'édition américaine a-t-elle un problème avec la liberté d'expression ? C'est le titre d'un article écrit par le journaliste Pierluigi Battista publié dans le Huffington Post. La question découle de la récente controverse suscitée ces dernières semaines par le prétendu refus de la maison d'édition Random House qui, selon certaines rumeurs, aurait annulé la publication d'un recueil d'essais de Norman Mailer, prévue pour le centenaire de la naissance de l'écrivain. Heureusement, ce ne fut pas le cas. Comme l'explique le New York Times, il ne s'agit pas de censure pour une fois: la collection, qui comprend des écrits inédits provenant des archives de Mailer et des extraits de lettres, de manuscrits et d'entretiens, a été acquise par l'éditeur indépendant Skyhorse après que Random House, l'éditeur de longue date de Mailer, a refusé de faire une offre. Si le fils du grand écrivain s'est avoué « déçu » par cette décision, cette fois, la culture de l'annulation n'y est pour rien.

 

L'hystérie des woke et la liberté d'expression

Une porte-parole de Random House a souligné dans une déclaration qu'il est « factuellement incorrect que Random House ait annulé un livre d'écrits de Norman Mailer », ajoutant que l'essai n'a jamais été sous contrat et que Random House continue de publier une grande partie des écrits de l'écrivain. La controverse est terminée ? Bien sûr que non. Comme l'explique The Newt, la décision de l'entreprise a déclenché un nouveau débat sur la cancel culture et la menace pour la liberté d'expression dans le monde anglo-saxon et au-delà. Selon de nombreux observateurs, les éditeurs ont désormais trop peur de provoquer une controverse ou de devenir la cible de campagnes vicieuses dans les médias sociaux et refusent désormais de publier des auteurs provocateurs ou polarisants.

Et ils ont raison. Skyhorse, une maison d'édition indépendante, est devenue une sorte de dernier refuge pour ces auteurs victimes du politiquement correct et de l'hystérie woke. Ces dernières années, elle a repris des titres abandonnés par d'autres éditeurs, notamment les mémoires de Woody Allen et une biographie de Philip Roth, que W. W. Norton avait retirée de la circulation après que son auteur, Blake Bailey, a été accusé d'agression et d'inconduite sexuelles. Accusé, pas condamné. « Doit-on constater l'existence d'une maison d'édition refuge comme Skyhorse ? », demande Pierluigi Battista dans son article « Y a-t-il un problème de liberté d'expression dans la grande industrie de l'édition américaine ? ». La réponse est oui. Voyons pourquoi.

 

Le débat sur la cancel culture

Au-delà du cas spécifique de Mailer, la cancel culture existe et constitue un sérieux problème pour la liberté d'expression. L'émergence envahissante d'un néo-moralisme de salon a conduit de nombreux éditeurs à s'abstenir de publier des livres déjà sous contrat par crainte de répercussions diverses et d'être marqués à vie par les croisés du politiquement correct. Sans compter qu'en pleine vague de censure, après la polémique autour de la faible représentation des minorités dans le monde du livre, certains éditeurs ont dû nommer des consultants spécifiquement dévoués au thème de l'inclusivité: la maison d'édition HarperCollins UK, par exemple, a nommé Maheen Choonara « manager of diversity, inclusion and belonging » début 2021. La seule présence d'une telle figure en dit long sur le climat de l'édition.

Les temps sont durs, surtout pour les auteurs qui défient le politiquement correct. Comme le rappelle le Guardian, en avril dernier, plus de 200 employés de S&S aux États-Unis ont demandé à la direction de l'entreprise de retirer un contrat à sept chiffres avec l'ancien vice-président américain Mike Pence. Pas vraiment le dernier des inconnus. Pourquoi ? Il était du côté du détesté Donald Trump. Il est également arrivé que certains auteurs progressistes décident de ne pas publier leurs œuvres auprès de maisons d'édition qui comptaient dans leur catalogue des personnalités liées au monde de la droite américaine. Roxane Gay (photo), par exemple, a retiré un contrat de livre avec S&S en 2017 après que cette dernière a décidé de publier un titre du provocateur de « l'alt-right » Milo Yiannopoulos (qui a ensuite été effectivement annulé).

 

gc2

 

Pankaj Mishra a révélé qu'il avait écrit à son éditeur, Penguin Random House India, pour lui demander de reconsidérer la réimpression d'un livre du Premier ministre Narendra Modi pendant la crise du Covid-19 dans le pays. Hachette a annulé un contrat avec l'écrivain féministe Julie Burchill pour son livre Welcome to the Woke Trials en raison de tweets qualifiés par certains « d'islamophobes », et le personnel de la même maison d'édition avait menacé de ne plus travailler avec la créatrice de Harry Potter, J.K. Rowling, en raison de ses déclarations contre l'idéologie transgenre.

 

gc3

 

Sans parler de la guerre déclarée par le personnel de Penguin Random House Canada contre le dernier ouvrage du psychologue et coach de vie canadien Jordan Peterson, victime d'une « fatwa » en raison de ses prises de position contre le politiquement correct. Et ainsi de suite. Des auteurs qui sont souvent mis au pilori non pas pour la qualité de leurs écrits, mais pour avoir exprimé des opinions qui vont à l'encontre du courant libéral-progressiste dominant. C'est suffisant pour être censuré et « supprimé », avec tout le respect dû à la liberté d'expression. 

 

Les classiques sont victimes du politiquement correct

Les auteurs contemporains ne sont pas les seuls à être victimes de la cancel culture. Le même sort a été réservé aux grands classiques de la littérature, comme nous l'avons signalé à plusieurs reprises dans les colonnes de ce journal et de Giornale.it. En février de l'année dernière, l'université de Leicester a annoncé son intention de mettre au placard le géant littéraire Geoffrey Chaucer en faveur de « modèles de remplacement plus respectueux de la race et du genre ». L'université a justifié cette décision par la nécessité de « moderniser le programme d'études et de le rendre plus approprié aux sensibilités et aux perspectives des étudiants en littérature anglaise ». Le même sort a été réservé à William Shakespeare, qui a fini dans la moulinette de la culture cancelled, ses œuvres merveilleuses étant boycottées, revisitées, décontextualisées. Au plus tard en octobre dernier, le célèbre Globe Theatre de Londres - le théâtre reconstruit en 1997 où se produisait la compagnie de Shakespeare - a organisé une série de « séminaires antiracistes » pour disséquer et réfléchir aux œuvres du Barde. L'accent a été mis principalement sur La Tempête, une œuvre appartenant à la dernière phase de la production du dramaturge anglais, qui a longtemps été qualifiée de « raciste » et de « colonialiste » dans le monde anglo-saxon.

 

gc4

 

Si même Mark Twain devient raciste

Et que dire des Aventures de Tom Sawyer, le grand classique de Mark Twain ? Les démocrates du New Jersey ont tenté de censurer le livre et d'ordonner son retrait du programme scolaire. L'objection est qu'il s'agit d'un roman sur le racisme, qui se déroule sur les rives du Mississippi au XIXe siècle, dont l'un des personnages principaux est un esclave en fuite, mais qui contient des insultes raciales. Et donc il doit être supprimé, oublié. Toujours dans le bastion démocrate du New Jersey, deux membres afro-américains de l'Assemblée ont introduit il y a quelque temps une résolution demandant aux districts scolaires de retirer Les Aventures de Huckleberry Finn, un autre joyau de Twain, en raison des « insultes raciales » qu'il contient et de la « représentation d'attitudes racistes qui pourraient perturber les élèves ».

Parce que les pasdarans de la cancel culture, si personne ne l'a encore remarqué, ne reculent devant rien : tout ce qui est produit par « l'homme blanc » et la « culture patriarcale », selon leur point de vue idéologique, fondamentaliste et totalitaire, mérite d'être supprimé. Comme l'explique l'intellectuel français Alain de Benoist dans son essai La nouvelle censure. Contre le politiquement correct, publié en Italie par Diana Edizioni, « de nos jours, la censure est justifiée par le droit des minorités à ne pas être offensées. Ces minorités ne sont nullement des communautés ou des corps constitués au sens traditionnel du terme, mais des groupes d'individus disjoints qui, au nom d'une supposée origine ou orientation sexuelle du moment, cherchent à désarmer toute critique sur la seule base de leur allergie à la stigmatisation. Leur stratégie peut se résumer en trois mots : stupéfier, blâmer, imposer. Et pour ce faire, se faire passer pour des victimes ».

Roberto Vivaldelli

Source: https://it.insideover.com/societa/la-guerra-culturale-dei-liberal-cosi-i-libri-indesiderati-finiscono-allindice.html

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites