Résistance Identitaire Européenne

Hu Xijin : la Chine et la Russie ne permettront pas aux États-Unis et à l'Occident de pousser le Kazakhstan dans l'abîme des troubles à long terme

hu1

Un point de vue chinois sur l'affaire du Kazakhstan

 

Le Kazakhstan a connu les pires émeutes de ses 30 années d'indépendance, déclenchées par une hausse du prix du gaz de pétrole liquéfié, mais rapidement suivies de revendications politiques visant à « punir la corruption » et à cibler le père du pays, Nazarbayev. Le président Tokaev a accepté la démission du premier ministre, l'état d'urgence a été imposé dans la capitale, Nursultan, et dans la première ville, Almaty, le prix du GPL a été ramené à des niveaux plus abordables, et Tokaev a annoncé le 5 janvier qu'il deviendrait président du Conseil national de sécurité (un poste précédemment occupé par Nazarbayev). Mais la suite de l'évolution de la situation est encore incertaine. Une vidéo montre des personnes dans une ville en train de renverser une statue de Nazarbayev. Par ailleurs, huit officiers de police sont morts.

Lire la suite

Imprimer

Contre-culture archéofuturiste

fu1

 

« Polemos », une revue écrite par une poignée de kinésithérapeutes audacieux, habitués à discipliner le corps et l'âme, passionnés par les sons insolents et les idées antagonistes, une mine culturelle à ne pas négliger. Des perspectives archéofuturistes, une volonté de « combiner tradition et techno-science afin de créer une vision du monde alternative à la vision dominante ».

L'espace laissé libre par la pensée unique et la dictature des médias est désormais très réduit, il s'amenuise de jour en jour. Il n'y a pratiquement plus de contradicteurs officiels. Tout le monde, un peu plus, un peu moins, se plie en quatre pour exécuter les diktats des médias. Aucune exception. Ceux qui ne se prosternent pas occupent encore quelques coins plus ou moins perdus, aux marges de l'espace public, entre un interstice et un autre, le peu qui échappe au Panopticum du pouvoir usurocratique et qui est immédiatement occupé par l'intelligence, est un élément dialectique en grand danger d'extinction. Cette intelligence doit être agile, élastique, et frapper l'imagination par des bonds en avant. Action envisagée, volonté de graver, clou qui gratte la surface lisse de l'information homologuée, et y laisse gravés des mots insurgés, en forme de runes impressionnistes, d'archaïsme retrouvé. Faire de la contre-culture aujourd'hui, alors que nous vivons dans un régime de conformisme de masse, est une mission spéciale, c'est un positionnement de lutte qui mérite tous les éloges.

Lire la suite

Imprimer

Celse, un philosophe païen contre le christianisme

AVT Celse 9125

 

Celtus, dit Celse est un philosophe romain du IIème siècle connu pour son œuvre « Le Discours Vrai », la seule qu'on lui connaisse. Cette critique méthodique, au nom de la raison, du christianisme naissant est la principale réaction écrite du monde antique face à la nouvelle religion.

Le « Discours Vrai » ou « Discours véritable » est une attaque en règle contre le christianisme, sans sectarisme, mais au contraire avec rigueur, honnêteté et sincérité. Par son analyse lucide, Celse met en lumière toutes les contradictions de cette « nouvelle religion » que les libres penseurs reprendront à partir du XVIème siècle. Il accuse les chrétiens d'être des sans-patrie, tout en essayant de leur montrer qu'ils peuvent, sans trahir leur foi, vivre en paix avec l'Empire romain, en remplissant tous leurs devoirs de citoyens. Cette attitude révèle chez Celse tolérance et générosité.

 

Citations de Celse :

« Sa cosmogonie [de Moïse] est d'une puérilité qui dépasse les bornes. Le monde est autrement vieux qu'il ne le croit; et, des diverses révolutions qui l'ont bouleversé, soit des conflagrations, soit des déluges, il n'a entendu parler que du dernier, celui de Deucalion, dont le souvenir plus récent a fait passer oubli sur les précédents. C'est donc pour s'être instruit auprès des nations sages et de doctes personnages, [...], que Moïse a usurpé le nom d'"homme divin" que les juifs lui confèrent. »
(Celse / IIème siècle après JC / Discours vrai)

Lire la suite

Imprimer

Rendez-vous nomade avec Slobodan Despot, libre penseur.

despot 

 

D’origine serbo-croate, traducteur, directeur de collections puis directeur adjoint des éditions L’ Age d’Homme, Slobodan Despot est cofondateur en 2006 des éditions Xenia. Photographe, directeur de magazines, porte-parole de Franz Weber, conseiller en communication, parolier et surtout romancier (Le Miel et Le Rayon bleu) aux éditions Gallimard. On le retrouve aussi dans l’émission de Jonas Schneiter dans les Beaux Parleurs, tous les dimanches de 11 à midi sur La Première (Suisse).

Il est aussi le fondateur de L’ Antipresse, une lettre d’information qu'il a lancée le 6 décembre 2015 avec Jean-François Fournier. Depuis lors, elle paraît chaque dimanche matin. Depuis 2018, elle est également adressée à ses abonnés sous la forme d’un magazine PDF et doublée d’une version audio. Dans le cadre des Rendez-vous nomades de Joy for the Planet, la journaliste libre Isabelle A. Bourgeois l'a rencontré dans une belle cave vigneronne en Suisse.

 

Imprimer

Guillaume Faye et la vision de l'archéofuturisme (Seconde partie)

 

« Dans le monde que je vois, tu traqueras l'élan dans les bois humides du canyon autour des ruines du Rockefeller Center. Tu porteras des vêtements en cuir qui dureront toute ta vie. Vous escaladerez les vignes de kudzu de l'épaisseur d'une poupée qui s'enroulent autour de la Sears Tower. Et quand vous regarderez en bas, vous verrez de minuscules silhouettes écrasant du maïs, des bandes de cerfs suspendues dans la voie vide d'une super-autoroute abandonnée ».

 

f1

 

Ces lignes tirées du film Fight Club - adapté d'un roman de Chuck Palahniuk - expriment un Zeitgeist apocalyptique très actuel. Ils sont une image de l'année zéro, du big bang vers un monde nouveau. Le monde de l'archéofuturisme.

Lire la suite

Imprimer

La MARIONNETTE MACRON au CRIF

Crif

 

Macron veut baisser le bras, mais il ne peut pas. Soumission totale. Ce qui est fou, c'est qu'il y a plusieurs phases dans cette poignée de main, la première, il pense que c'est amicale et protocolaire, alors il se laisse guider, puis il baisse le bras, et une résistance s'oppose...

Après quoi il réalise qu'il ne décide plus vraiment quand il pourra baisser le bras, puis il se laisse aller et se soumet, jusqu'au dernier petit mouvement toujours bras levé qui lui rappel qu'il n'est rien face à ceux qui sont devant lui...

C'est très fort comme image... Peut être de l'inquiétude dans ses yeux me direz-vous ??? Macron cache bien ses émotions mais là ça crève les yeux. Il a vendu son âme au diable.

 

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites