Résistance Identitaire Européenne

La Lituanie, sentinelle de l’Europe ou larbin de l’Occident ? par Georges FELTIN-TRACOL

Amis de Radio Méridien Zéro,

Dans un silence médiatique assourdissant qui contraste fortement avec l’avalanche de condamnations de la Hongrie en 2015, la Lituanie érige le long de sa frontière avec le Bélarus des barrières métalliques barbelées supposées infranchissables. Sa voisine lettonne fait de même tandis que le gouvernement polonais vient de proclamer l’état d’urgence dans les régions frontalières du Bélarus.

Depuis cet été, des centaines de migrants venus d’Afrique et du Moyen-Orient traversent la nuit la frontière et demandent ensuite l’asile en Lituanie, terre de l’Union dite européenne. Bien connu pour sa servilité à l’égard des États-Unis et de l’OTAN, le gouvernement lituanien hurle à une « guerre hybride » orchestrée par Minsk. Cette accusation excessive et malintentionnée témoigne d’un réel dépit devant l’hypothétique riposte des autorités bélarussiennes. La Lituanie n’a-t-elle pas commencé cette nébuleuse « guerre hybride » en soutenant les manifestations contre le président Loukachenko et en recevant la dénommée Svetlana Tikhanovskaïa présentée à l’instar du Vénézuélien Juan Guaidó comme la présidente intérimaire du Bélarus en exil ? On attend avec impatience que Minsk, Damas et Caracas reconnaissent la légitimité de Monsieur Michu au lendemain du second tour de la présidentielle française de l’année prochaine.

Lire la suite

Imprimer

« Le mondialisme occidental se voit comme l’embryon du gouvernement mondial »

 

L’instauration et l’acceptation du pass sanitaire présage d’un contrôle renforcé des populations sur le plan informatique.

Modeste Schwartz, l’auteur du livre «Le Magicien de Davos» (Éd. Culture et Racines), analyse pour Le Désordre mondial le lien entre les pannes informatiques des GAFA et la pandémie de Covid-19.

Il constate une potentielle similitude d’exploitation des crises sanitaire et informatique.

 

Imprimer

L'Alliance turco-libyenne, un défi pour la sécurité de l'Italie et de l'Europe

ly1

 

L'évolution du cadre politique libyen risque de faire de l'Italie (et de l'Union européenne) l'otage des jeux de pouvoir à Tripoli. Le pays d'Afrique du Nord est en proie à une nouvelle crise politique, dont l'issue pourrait encore renforcer l'influence turque, et Ankara a déjà démontré sa capacité à tenir l'Europe en échec avec la menace de lâcher des migrants. Cette situation pourrait bientôt être aggravée par une crise énergétique.

 

La Libye à nouveau en proie au chaos (politique) : le gouvernement d'unité nationale contesté

À l'heure actuelle, en Libye, malgré les récentes négociations épuisantes, aucun accord réel n'a encore été conclu entre les factions belligérantes et les institutions qui les représentent. Début 2021, les autorités de Tripoli (le gouvernement d'entente nationale dirigé par Fayez al-Sarraj) et le Parlement de Tobrouk (présidé par Abdullah al-Thani et soutenu par le général Khalifa Haftar) avaient officiellement remis le pouvoir à une institution intérimaire, le gouvernement d'unité nationale (GUN), créée dans le but d'organiser enfin les élections tant attendues. Abdul Hamid Dbeibeh est élu Premier ministre du GUN, tandis que Mohammed al-Manfi se voit confier la direction du Conseil présidentiel.

Malheureusement, malgré ce qui a été convenu à Genève, le Forum pour le dialogue politique libyen, promu par les Nations unies, n'a pas réussi à obtenir des résultats significatifs et à stabiliser le pays. Le choix d'une ville suisse, et non libyenne, pour mener les négociations et la forte intervention de puissances étrangères dans les négociations avaient dès le départ mis à rude épreuve la légitimité du nouveau gouvernement.

En théorie, les élections parlementaires et présidentielles devaient se tenir en décembre, mais la confrontation politique entre les différentes factions s'est intensifiée au fil des mois, tandis qu'un climat général de méfiance entoure le gouvernement intérimaire. En conséquence, les élections, prévues pour le 24 décembre, ont déjà été reportées à janvier.

Le 21 septembre, la Chambre des représentants, la plus haute instance législative de Libye, présidée par Aguila Saleh, a contesté le gouvernement de Dbeibeh. Abdullah Bliheg, porte-parole de la Chambre des représentants, a déclaré que 89 des 113 députés présents ont voté en faveur de la motion de censure contre le gouvernement d'unité nationale lors d'une session à huis clos, en présence de Saleh et de ses deux députés.

Le Parlement a notamment justifié le vote de défiance en accusant le GNU d'effectuer des opérations financières douteuses et de conclure des contrats qui entraînent une augmentation considérable de la dette publique au point de mettre en danger la souveraineté même du pays. Les députés ont accusé les membres du gouvernement de détournement de fonds et de préjudice fiscal et d'avoir dépassé les limites de leur mandat.

Lire la suite

Imprimer

Implacable géopolitique

geo1

 

S'il existe une réalité catégorique dans les relations internationales actuelles, c'est bien la relation intrinsèque qui existe entre, d'une part, l'intérêt politique pour la possession et la rentabilisation de territoires et, d'autre part, des finalités (généralement) associées à une accumulation de profits pour le pouvoir national. 

Dans cette phrase, nous pouvons apprécier plusieurs concepts qui, dans les approches considérant que le monde à venir sera marqué par la mondialisation, la « e-mondialisation », la « globotique », la connectivité et « l'intelligence non humaine », semblent appartenir à un univers qui est désormais dépassé. 

Cependant, depuis que la « géopolitique a disparu » au début des années 1990, après la mort de l'URSS et la confrontation bipolaire, rien n'a cessé d'être géopolitique, pas même la mondialisation presque totalisante qui a succédé au régime de la guerre froide; car la mondialisation, avec son fort contenu commercial-économique et pratiquement aucune place pour d'autres alternatives, signifiait, pour paraphraser Clausewitz, « la continuation de la géopolitique par d'autres moyens » : en effet, sous la promesse qu'en suivant le « script » de la mondialisation, la croissance et le développement allaient rapidement s'avérer atteignables, de nombreux pays adhérents ont ouvert leurs territoires et démantelé les réglementations étatiques face aux bénéfices de la mondialisation qui, comme tout processus international, n'a jamais été neutre. 

Lire la suite

Imprimer

Le cordon sanitaire atlantique

co1

 

Au tournant des 13e et 14e siècles, la géographie de l'Europe de l'Est était complètement différente de ce qu'elle est aujourd'hui et offrait un tableau politique extrêmement fragmenté, dans lequel les forces qui allaient avoir une influence décisive sur l'histoire ultérieure prenaient lentement forme. La Russie est un ensemble de principautés, parmi lesquelles le petit duché de Moscovie ne s'est pas encore imposé comme le noyau du nouvel État russe. Le royaume de Pologne, qui, au siècle précédent, avait été réduit à une multitude d'îlots, ne comprenait ni la Silésie ni les territoires baltes de la Poméranie et, à l'est, touchait à peine la Galicie. Sur la côte de la Baltique, entre les embouchures de la Vistule et de la Neva, se trouvait le territoire de l'Ordre Teutonique. L'État lituanien est coincé entre les principautés russes et la Pologne. La partie sud de l'Ukraine actuelle, avec la péninsule de Crimée, était sous la domination des Khans tatars.

 

co2

 

Lire la suite

Imprimer

Le nouveau livre de l’irrévérencieux Georges Feltin-Tracol vient de paraître ! Intitulé L’Actualité à la Hache : se déconfiner du prêt-à-penser.

GFT 3 couv

 

Pourquoi le sénateur yankee John McCain était-il un pourri ? Quelle est cette autre droite polonaise ? Quelles sont les frontières de cœur du président turc Erdogan ? Donald Trump est-il vraiment le 45e président des États-Unis ? Qui est le Wauquiez allemand ? Que sait-on du « populisme de gauche » ? Peut-on avoir une autre vision de la Corée du Nord ? Quel est le phare spirituel de l’Europe ? Quel est le pire parti de France ? Les Bo-Bo peuvent-ils se révolter ?


  Georges Feltin-Tracol répond à toutes ces interrogations. Il a donné en cinq ans des chroniques hebdomadaires taillées à la hache du (géo)politiquement incorrect. Les Éditions du Lore les ont enfin réunies dans un volume passionnant et… explosif !
  Il offre au lecteur sensible aux interprétations non conventionnelles des analyses acérées et impertinentes jamais consensuelles. C’est un réel plaisir d’assister à la remise à l’endroit de l’actualité par le premier « bûcheron métapolitique » d’Europe d’expression française.

      Cet ouvrage est conseillé par Terre & Peuple.

 

 Pour commander cet ouvrages:http://www.ladiffusiondulore.fr/index.php?

id_product=917&controller=product

  

Retrouvez également ses précédents ouvrages publiés par La Diffusion du Lore, Éléments pour une pensée extrême ainsi que L’Europe, pas le monde au lien suivant: http://www.ladiffusiondulore.fr/index.phpid_manufacturer=349&controller=manufacturer

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites