Résistance Identitaire Européenne

Voter Marine Le Pen ?

Principe de base, à Terre et Peuple : nous considérons que les membres de notre Mouvement sont adultes et vaccinés, conscients des enjeux et donc libres de prendre, en conscience, la décision de voter (ou de ne pas voter) pour le candidat ou la candidate de leur choix. Nous nous interdisons d’influencer leur décision, car ce serait manquer de respect et de considération à leur égard.

Ceci étant il est normal que des amis se posent la question (sans me le dire) concernant mon point de vue. Je veux y répondre, étant bien entendu que ma réflexion n’engage que moi (d’autant qu’elle peut avoir, j’en suis bien conscient, des conséquences à plus ou moins long terme d’une grande gravité et que je ne veux en aucune manière faire porter à d’autres que moi les conséquences de mes choix).

Donc…

Marine Le Pen a eu à l’égard de son père une conduite indigne et détestable. Elle a installé dans son entourage proche des gens qui, pour diverses raisons, ne méritent de notre part qu’un profond mépris. Elle a choisi de donner des gages au Système, pour se faire accepter par lui, qui vont à l’encontre de nos convictions et de nos fidélités.

Cela fait beaucoup. Mais…

Au-delà de la personnalité de Marine Le Pen et des gens qui l’entourent, l’important est le phénomène politique qu’elle incarne. A savoir une vague, un tsunami de révolte populaire constitué de plusieurs millions d’électeurs. Des électeurs qui n’ont pas la culture historico-politique permettant de savoir qui est vraiment Marine Le Pen mais qui reportent sur elle une volonté et un espoir, qu’il faut résumer d’une formule simple (car elle exprime une vérité profonde) : non aux immigrés-envahisseurs, non à la mort programmée de la France et de son peuple. Tout le reste n’est que littérature.

A partir de là (pour ceux qui ont lu Machiavel c’est une évidence) il faut contribuer à cette mise en accusation du Système (peu importe son artificialité, car elle sera perçue ainsi) qu’exprimera le vote en faveur de Marine Le Pen. Lequel suscitera l’union sacrée, pour défendre leurs prébendes, de tous les politiciens de gauche et de droite. Ce qui, logiquement (mais la logique n’est pas forcément déterminante en politique…) devrait conduire à l’échec de Marine Le Pen. Lequel laissera chez ses électeurs, qui tomberont de haut, une amertume, une rancœur propices à nourrir un esprit de révolte. Et les rendra mûrs pour entendre un discours radical, proposant d’autres solutions que la voie, trafiquée, des urnes. Et alors beaucoup de choses deviennent possibles… Serions-nous en 1788 ?

                                                                                   Pierre VIAL

                                                                                   11 mars 2017

ImprimerE-mail

Jean-Claude Valla présent !

Ce soir j’allumerai sur la tour de Jul la bougie rouge qui est le signe qu’un Ami est parti avec les Oies Sauvages un 25 février.

Jean-Claude Valla était le meilleur d’entre nous. Je le revois, à l’entrée du restaurant universitaire de Lyon, distribuant les tracts de la Fédération des Etudiants Nationalistes, un sourire moqueur aux lèvres alors qu’une horde de gauchos hurlait autour de nous… sans trop s’approcher quand même car nous n’avions pas la réputation d’être des adeptes de la non-violence. Nous avions fait connaissance, quelques mois auparavant, alors que j’étais venu distribuer avec deux camarades les tracts de la FEN à la sortie du lycée du Parc de Lyon, où j’avais appartenu l’année précédente à la Corniche (classe préparatoire au concours d’entrée à l’Ecole de Saint-Cyr). Ce jour-là, la disproportion numérique entre nous et les gauchos était telle que nous n’avions pas beaucoup d’illusion sur l’issue de l’affrontement. Quand un grand gaillard est venu, sans un mot, se ranger à nos côtés. Avec une belle allonge si bien que les gauchos ont préféré aller voir ailleurs. C’est ainsi que j’ai rencontré celui qui allait devenir mon meilleur ami.

Jean-Claude a été de tous nos combats et toujours en première ligne. Quand nous fumes quelques-uns à créer le GRECE il en devint rapidement et tout naturellement le secrétaire général et lui donna un élan vigoureux. Je suis fier de lui avoir succédé à ce poste. Puis Jean-Claude se révéla un journaliste de grand talent et il accumula dans ce métier de hautes responsabilités. Il fit du Figaro-Magazine un hebdo passionnant, riche et inventif – mais surtout une véritable arme de combat métapolitique. Et Le Choc du mois a laissé aussi de beaux souvenirs à ceux qui firent partie de l’aventure.

Passionné d’Histoire, Jean-Claude donna le meilleur de lui-même, alors même qu’une terrible maladie était déjà à l’œuvre, pour rédiger « Les Cahiers Libres d’Histoire », où son culte de la vérité historique l’amena à dévoiler bien des aspects occultés de l’histoire contemporaine (entre autres, « L’extrême droite dans la Résistance » et « Ces Juifs de France qui ont collaboré » ont fait grincer bien des dents…).

Dès la naissance de Terre et Peuple Jean-Claude Valla m’avait apporté son soutien et sa participation à nos activités, comme les Journées du Soleil en Provence, ont laissé de grands souvenirs à ceux qui étaient là.

Quand j’ai certaines décisions importantes à prendre, je sais que Jean-Claude est là, à mes côtés. Et cela m’aide, beaucoup, à continuer la route. Au bout, je sais qu’il m’attend.

                                                                                     Pierre VIAL

ImprimerE-mail

Du bœuf canadien irradié bientôt dans nos assiettes ?

Cela sera possible, de le retrouver dans nos assiettes en Europe, notamment par ce que l'UE vient de signer un traité de libre échange (CETA) entre l'Europe et le Canada)

Mercredi, le gouvernement fédéral canadien a autorisé la vente de bœuf haché traité par un procédé d'irradiation. Il s'agit d'exposer la viande à des rayons ionisants (rayons gamma, X et faisceaux d'électrons) dans le but de détruire les bactéries, les moisissures, les parasites et les insectes, peut-on lire sur le site Internet de l'Agence canadienne d'inspection des aliments. Cette même agence affirme que l'irradiation des aliments est "reconnue comme un procédé sécuritaire et efficace pour réduire les charges de germes néfastes dans les produits alimentaires. Les aliments irradiés peuvent être consommés sans danger". Les produits traités doivent porter le symbole caractéristique et international de l'irradiation. 


Le Canada autorisait déjà ce procédé pour traiter les pommes de terre, les oignons, le blé, la farine, la farine de blé entier, les épices entières et moulues et les assaisonnements déshydratés. La viande de bœuf hachée est donc désormais ajoutée à cette liste, afin, principalement, de lutter contre la bactérie E. coli et les salmonelles mais aussi de prolonger sa durée de conservation. Cette décision satisfait l'Association canadienne des éleveurs qui plaidait en ce sens depuis près de 20 ans.

L'Union européenne et le Canada ont récemment validé l'accord de libre-échange Ceta, qui englobe les produits agricoles dont le bœuf. Les consommateurs européens vont-ils à l'avenir trouver du bœuf canadien irradié dans les rayons des supermarchés ou leurs assiettes ? C'est la question que se pose l'eurodéputé socialiste Marc Tarabella. "A ce stade, je n'ai rien contre la viande irradiée mais il faudra apporter des garanties via une étude scientifique européenne. Il faudra que le consommateur européen sache s'il achète du boeuf irradié, le symbole de l'irradiation n'étant peut-être pas clair ou connu chez nous", souligne-t-il. Marc Tarabella a donc demandé vendredi, en urgence, des précisions sur l'aspect sanitaire et l'étiquetage à la Commission européenne. La réponse pourrait arriver dans quinze jours. "La Commission doit se prononcer sur ce sujet. Dans le cadre des discussions sur le Ceta, elle s'était focalisée sur la problématique des hormones et des OGM. L'irradiation est-elle sur son radar ?", indique l'eurodéputé belge. Marc Tarabella veut ouvrir le débat, qui pourrait "ne faire que commencer car les réponses de la Commission pourraient ne pas nous satisfaire".


  http://www.lalibre.be/actu/sciences-sante/du-buf-canadien-irradie-bientot-dans-nos-assiettes-exclusif-58b006a8cd70ce397f1e7b9b

ImprimerE-mail

UNE CONCEPTION ÉCONOMIQUE DE L'EUROPE

1 JOUVENEL 

C'est Napoléon qui est à l'origine de la puissance indus­trielle allemande.

Lorsqu'il voulut réduire l'Angleterre, il interdit le dé­barquement de marchandises anglaises dans tous les ports du continent tenus par ses troupes.

Le blocus continental, disent les historiens, fut un échec.

  

Sans doute il n'étouffa point le commerce britannique, comme l'Empereur l'avait espéré. Mais il eut néanmoins d'immenses effets. Privés des objets de fer fabriqués à Sheffield et des tissus de laine ou de coton venant de Manchester, les marchands passèrent des commandes aux fabricants locaux. De sorte que le blocus continental, de 1806 à 1813, favorisa l'industrie dans tous les pays du continent.

Alors naquit sur la rive droite du Rhin, dans les pays dont l'Empereur avait formé « le grand-duché de Berg », cette métallurgie qui ferait un jour la force principale de l'Allemagne.                                                               .                              

Krupp faisait savoir en 1855 à Napoléon III : « Mon éta­blissement a été créé en 1810, à la suite d'un concours institué par Napoléon Ier et qui promettait un million de francs au fabricant d'un acier fondu égal à l'acier anglais. » Ainsi, aux débuts de la fabrique de canons qui a tant contribué à la grandeur prussienne, on trouve... l'Empereur des Français !

Lorsque les revers de 1813 nous forcèrent d'évacuer les ports d'Allemagne, les vaisseaux anglais y entrèrent aus­sitôt, chargés de marchandises. Les Allemands n'avaient, semblait-il, cessé d'être nos vassaux que pour redevenir les clients de l'Angleterre.

Les jeunes manufactures allemandes étaient hors d'état de supporter la concurrence de l'industrie britannique. On s'en plaignait surtout dans les pays rhénans qui, constatait en 1816 le fonctionnaire prussien chargé d'inspecter ces nouvelles provinces, « n'ont jusqu'à présent rien gagné à leur retour à la Prusse ».

C'est alors que la Prusse décida d'instituer à ses fron­tières un tarif douanier protecteur.

Ce royaume, alors divisé en trois parties, se trouvait commander toutes les routes commerciales d'Allemagne. Son tarif ne refoulait pas seulement les marchandises bri­tanniques. Il arrêtait aussi la circulation de marchandises produites dans les pays germaniques que des provinces prussiennes enserraient.

Sur ces entrefaites se tint, au printemps de 1819, la grande foire de Francfort-sur-le-Mein. Cinq à six mille fabricants et négociants s'y trouvèrent réunis ; un jeune professeur wurtembergeois rédigea une pétition qu'ils signèrent d'enthousiasme.

Frédéric List constatait qu'en Allemagne « trente-huit lignes de douane paralysent le commerce intérieur, et pro­duisent à peu près le même effet que si on liait les membres du corps humain pour empêcher le sang de circuler de l'un à l'autre. Pour faire le commerce de Hambourg en Autriche et de Berlin en Suisse, on a dix États à franchir, dix règlements de douane à étudier, dix droits de transit à acquitter. Celui qui a le malheur d'habiter une frontière où trois ou quatre États se touchent consume sa vie entière au milieu des tracasseries des douaniers ». La pétition concluait à l'abolition des douanes d'un État allemand à un autre.

Mais aussi et surtout à l'institution aux frontières exté­rieures de l'Allemagne d'un tarif douanier fortement pro­tecteur, qui favorisât la croissance d'une industrie alle­mande.

Une société fut fondée, le 18 avril 1819, pour propager ces vues. List en fut l'agent. Ce qui lui valut aussitôt de violentes attaques. Il raconte lui-même : « Tous les fonc­tionnaires publics, tous les rédacteurs de journaux, tous les écrivains qui traitaient les matières économiques, élevés comme ils l'étaient à l'école cosmopolite, voyaient dans une protection douanière quelque chose comme une abomina­tion théorique. Joignez à cela les intérêts de l'Angleterre et ceux des courtiers de l'industrie anglaise dans les ports maritimes et dans les champs de foire. On sait que le cabi­net anglais, qui ne lésine point quand il s'agit des intérêts commerciaux du pays, possède dans ses fonds secrets le moyen de venir partout à l'étranger en aide à l'opinion publique. Il parut une multitude de correspondances et de brochures émanant de Hambourg, de Brème, de Leipzig et de Francfort contre le vœu insensé des fabricants allemands en faveur d'une protection de douane commune et contre leurs conseillers. »

Les jugements de List sur la politique anglaise.

Obligé de quitter l'Allemagne, List passa en France, puis aux États-Unis où il trouva une situation fort sem­blable à celle de l'Allemagne. Là aussi, l'industrie natio­nale avait été encouragée par l'interruption, due au conflit anglo-américain, des arrivages britanniques. Là aussi, les fabricants souhaitaient une protection douanière à l'abri de laquelle ils pussent consolider leurs gains. C'est en discu­tant avec eux que List se forma à la politique anglaise en matière économique, une idée qui allait dominer sa vie et inspirer ses disciples.

L'Angleterre était à l'origine un pays purement agricole. Au moyen âge, les laines anglaises passaient en Flandre pour alimenter les métiers de Bruges. Ses blés étaient em­barqués pour l'Espagne. Sans industrie, elle était aussi sans commerce.

C'étaient les marchands allemands de la Hanse qui, établis à Londres, procédaient à tous les achats de produits anglais pour l'Allemagne et vice versa.

Quant à la marine, l'ambassadeur de France observait en 1540 que le roi Henri VIII n'avait que 13 ou 14 navires et qu'ils étaient « mieux fournis d'artillerie que de bons pilotes et mariniers dont la plupart sont étrangers ». « Outre les navires du roi, ajoutait l'ambassadeur, il ne se peut affirmer qu'il y ait en Angleterre 7 ou 8 navires qui passent 4 ou 500 tonneaux, dont 3 sont à celui qui naguère était amiral, et 2 ou 3 dont l'on fait estime sont à quelques riches marchands de Londres. Le surplus n'est que petites nefs de 50, 60 et 80 tonneaux au plus. »

Comment l'Angleterre est-elle donc devenue le pays industriel et navigateur par excellence?

On y entrava puis on y prohiba l'exportation de la laine afin d'abaisser pour les tisseurs anglais le prix d'une matière première dont leurs concurrents étrangers étaient du même coup privés.

Les marchands de la Hanse furent chassés de Londres par mesure de police (1578) tandis que la compagnie an­glaise des Marchands Aventuriers, avec l'appui de la reine Elizabeth, développait leurs achats et ventes, à Anvers d'abord puis à Hambourg et finit par monopoliser la vente des tissus anglais en Allemagne.

L'Angleterre devint une grande nation maritime, d'abord par la course, et ensuite par le monopole. C'étaient de fructueuses croisières, celles qu'on faisait au seizième siècle sur le trajet des galions espagnols venant d'Amérique afin de les capturer pour vendre leur chargement.

Cependant au dix-septième siècle, les Hollandais qui s'étaient libérés de la domination espagnole obviaient au peu de richesse naturelle de leur pays en se faisant les trans­porteurs de marchandises produites ailleurs que chez eux. L'Acte de Navigation leur porta un rude coup en prescrivant qu'aucun navire désormais ne saurait décharger dans un port anglais d'autres produits que ceux de son propre pays. La navigation anglaise se développa pour aller chercher les marchandises des pays sans marine. Ses bateaux bénéficiaient d'un précieux fret d'aller puisque le transport des marchandises britanniques leur était ré­servé.

La France de Colbert était plus avancée dans le développement économique que l'Ile britannique. Le Parlement n'hésita point à interdire toute importation de France en 1678. Cette interdiction fut ensuite remplacée par un tarif tellement prohibitif que les droits d'entrée étaient estimés un siècle plus tard aux deux tiers environ de la valeur des marchandises.

Telle avait été la politique anglaise jusqu'à la publica­tion, en 1762, de la Richesse des Nations. Adam Smith y blâmait énergiquement tout avantage fait par un gouver­nement aux producteurs nationaux, toute protection à eux accordée contre la concurrence étrangère.

List en fait le commentaire suivant :

« C'est une règle de prudence vulgaire, lorsqu'on est parvenu au faîte de la grandeur, de rejeter l'échelle avec laquelle on l'a atteint afin d'ôter aux autres le moyen d'y monter après nous. Là est le secret de la doctrine d'Adam Smith. Une nation qui, par des droits protecteurs et par des restrictions maritimes, a perfectionné son industrie manufacturière et sa marine marchande au point de ne craindre la concurrence d'aucune autre, n'a pas de plus sage parti à prendre que de repousser loin d'elle le moyen de son élévation, de prêcher aux autres peuples les avan­tages de la liberté du commerce et d'exprimer tout haut son repentir d'avoir marché jusqu'ici dans les voies de l'erreur et de n'être arrivée que tardivement à la connaissance de la vérité. »

William Pitt fut le premier homme d'État anglais qui comprit l'usage qu'on pouvait faire de la théorie d'Adam Smith et ce n'était pas en vain qu'il portait constamment sur lui un exemplaire de la Richesse des Nations.

Les principes d'Adam Smith s'étaient propagés de façon foudroyante dans le monde entier. Ce furent, explique List, les plus précieux auxiliaires de la diplomatie anglaise, qui s'employait dans chaque pays étranger à entraver les progrès de l'industrie nationale.

Bien avant Adam Smith, Methuen, négociant avec le Portugal, promettait qu'à jamais les vins portugais payeraient moins de droits que les français pourvu que le Por­tugal se vêtît d'étoffes anglaisés. Le traité que Guillaume Eden, en 1787, fit accepter à l'ignorance française, procédait du même système et Arthur Young, deux ans plus tard, en constatait les effets, voyant fermées des fabriques françaises auparavant florissantes.

Dans une série d'articles qui eurent à Philadelphie le plus vif succès, List dénonça la duperie du libre-échange. D'une part l'industrie anglaise était toute constituée, toute organisée ; d'autre part l'industrie américaine était dans l'enfance et ne pouvait soutenir la concurrence. Fallait-il la laisser périr, pour appliquer les principes anglais d'aujourd'hui? N'était-il pas mieux à propos de mettre en œuvre les anciennes pratiques anglaises pour amener les jeunes industries à un point de robustesse qui leur permettrait ensuite de rivaliser à armes égales?

En acceptant la liberté des échanges, expliquait List l'Amérique comme l'Allemagne se condamneraient à rester des nations agricoles. « Une nation purement agricole, écrivait-il, ne dévelop­pera pas son commerce intérieur et extérieur, ses voies de communication, sa navigation marchande ; elle n'accroîtra pas sa population en même temps que sa prospérité. Elle n'accomplira pas de progrès sensibles dans sa culture morale, intellectuelle, sociale et politique ; elle ne sera pas capable d'influer sur la civilisation et sur les progrès des peuples moins avancés. Le pays purement agriculteur est infiniment au-dessous du pays à la fois agriculteur et manu­facturier. Le premier, économiquement et politiquement, dépend toujours plus ou moins des nations étrangères qui lui prennent ses produits agricoles, en retour de leurs articles fabriqués. Il ne peut pas déterminer lui-même l'étendue de sa production. Il faut qu'il attende les achats de l'étranger. »

Fallait-il, pour avoir trop écouté Adam Smith, se ré­signer à cette condition inférieure? Alors le destin de ces peuples crédules serait fixé,

« La liberté du commerce ouvrirait tous les pays du monde aux produits, des manufactures anglaises ; l'Angleterre deviendrait ainsi une seule et immense cité manufacturière. L'Anglais qui émigrerait ou placerait ses capitaux à l'étranger préférerait pour cela aux pays continentaux de son voisinage les contrées lointaines où il retrouverait sa langue, ses lois et ses institutions. L'Asie, l'Afrique et l'Australie seraient donc civilisées par l'Angleterre et cou­vertes de nouveaux États à son image. Avec le temps sur­girait, sous la présidence de la métropole, un monde d'États anglais, dans lequel les nations du continent de l'Europe viendraient se perdre comme des races insignifiantes et stériles. La France partagerait, avec l'Espagne et le Por­tugal, la mission de fournir au monde anglais les vins les meilleurs et de boire elle-même les plus mauvais; tout au plus conserverait-elle la fabrication de quelques articles de mode. L'Allemagne n'aurait à fournir à cet univers an­glais que des jouets d'enfants, des horloges de bois, des écrits philologiques et parfois un corps auxiliaire des­tiné à aller se consumer dans les déserts de l'Asie et de l'Afrique pour étendre la suprématie manufacturière et commerciale, la littérature et la langue de l'Angle­terre. »

List fut écouté aux États-Unis. Il donna l'impulsion à cette politique protectionniste qui allait faire de l'industrie américaine la première du monde.

En Allemagne aussi on le suivit, ou plutôt les mêmes idées dont il avait été l'ardent défenseur trouvèrent des avocats plus modérés, plus terre à terre et par suite mieux à même de les faire réussir.

En janvier 1828, la Bavière et le Wurtemberg déci­dèrent de supprimer les douaniers qui se trouvaient à leur frontière commune; le tarif bavarois fut désormais fut appliqué aux frontières extérieures du Wurtemberg comme à celles de la Bavière. Le mois suivant, le grand-duché de Hesse-Darmstadt convenait avec la Prusse qu'on suppri­mât les douaniers à la frontière commune et qu'aux fron­tières extérieures du grand-duché, le tarif prussien fût désormais appliqué.

D'ententes particulières en ententes particulières, on arriva en 1830 à la constitution de quatre ensembles éco­nomiques allemands. C'est l'année 1833 qui fut décisive : alors la Bavière, le Wurtemberg et la Saxe se réunirent à la Prusse. L' « Association douanière allemande » ou Zollverein, était née.

L'Allemagne d'une part, et les États-Unis de l'autre, développèrent formidablement leur industrie au cours de ce dix-neuvième siècle parce qu'ils surent la protéger dans ses débuts contre la concurrence anglaise. En France, au contraire, l'école libre-échangiste tenait le haut du pavé, et c'est ainsi que d'abord au deuxième rang incontesté des nations industrielles, nous tombâmes au quatrième rang.

2 JOUVENEL

L'Angleterre et le marché mondial.                                                   .

Si, à la veille de la Grande Guerre, l'industrie allemande n'a plus rien à envier à l'industrie britannique, les héritiers de List n'en ont pas moins sujet de jalouser la richesse , supérieure d'Albion et la puissance qu'elle en retire.

C'est qu'en réalisant les premiers la révolution indus­trielle, les Anglais avaient compris aussi ses conséquences commerciales.

La machine multipliant la capacité de production, appe­lait un surplus de matières premières. Or, précisément, un courant d'émigration portait hors d'Europe tout un personnel occidental capable de tirer des terres neuves d'outre-mer, soit dans le rôle de pionniers, soit dans le rôle de planteurs, des richesses qu'elles n'avaient point fournies jusqu'alors.

Ainsi se développent du même pas l'industrie textile, de Manchester et les plantations de coton dans le sud des Etats-Unis.

Parce que l'Angleterre était le premier pays industriel, c'est vers elle qu'affluèrent d'abord les matières premières d'outre-mer, transportées sur des navires britanniques puisqu'elle avait aussi la plus grande flotte commerciale.

C'est ainsi que le tonnage des navires entrant dans les ports anglais triple durant les quarante premières années du dix-neuvième siècle.

 Mais ce n'est rien encore.

Comme la machine de fer a transformé l'industrie, le navire de fer et le chemin de fer vont à présent changer la nature du commerce international. Le rail facilitera la pénétration des immigrants dans le nouveau continent et leur permettra d'expédier leurs produits sur les ports atlan­tiques où le steamer viendra les chercher. Alors commence un double mouvement d'une amplitude inattendue : mou­vement des hommes vers le nouveau continent, mouve­ment vers l'ancien continent des marchandises qu'ils pro­duisent.

Dans le même temps, les industries se développent en Europe hors des Iles britanniques. Elles ont besoin de matières premières, c'est l'Angleterre qui les fournira. C'est à Londres qu'affluent les produits du monde entier, et c'est à partir de là qu'ils sont redistribués.

Le volume de la navigation britannique quadruple encore en trente ans.

 C'est l'industrie de Sheffield qui fournit à tous les pays du monde : rails, locomotives et wagons. Mais aussi, ce sont dans beaucoup de cas les capitalistes anglais qui créent eux-mêmes les lignes de chemins de fer en terre étrangère. Le bénéfice est alors double. Non seulement les industriels vendent leurs produits, mais encore, avantage plus du­rable, les bénéfices de l'exploitation rentrent chaque année en Angleterre.

 Les lignes d'ailleurs déterminent de nouveaux courants commerciaux; Les marchandises affluent dans les gares. Les banques anglaises installent leurs succursales dans le voisinage et les compagnies d'assurances y placent leurs représentants. C'est ainsi que toutes les transactions finan­cières auxquelles donne lieu la circulation croissante des marchandises dans le monde sont facilitées par la finance britannique et lui profitent. Ainsi sont gagnées pour les
institutions financières de la Cité des positions prépondé­rantes qui causent l'envie de l'univers.      

 A mesure que se développent, à l'abri, de tarifs protec­teurs, les industries métallurgiques rivales en Allemagne, en France et aux États-Unis, ces marchés sont moins largement ouverts à l'industrie britannique. Elle fait donc porter son effort de plus en plus sur les pays d'outre-mer. Là tout est profit. La création de chemins de fer permet l'enlè­vement de récoltes jusqu'alors condamnées à être employées sur place. La terre y prend de la valeur. Et les sociétés britanniques l'ayant achetée à bas prix sur le tracé des lignes futures se voient assurer d'énormes bénéfices. Rendue au port, la marchandise est embarquée sur des vapeurs britanniques. Il faut l'assurer : ce sera auprès de compagnies britanniques. Le lointain acheteur paye au moyen d'une traite que le vendeur fait escompter : c'est une banque britannique qui se charge de l'opération.

 Ainsi, tout ce qui est commerce à longue distance, que ce soit ou non à destination de l'Angleterre, se fait par l'intermédiaire de Londres.

 A telles enseignes qu'enfin les profits commerciaux et financiers de l'Angleterre l'emportent sur ses profits industriels.

Et les banquiers de la Cité deviennent les régulateurs du commerce mondial. Or ce sont les mêmes familles, et souvent les mêmes hommes qui dirigent les institutions financières anglaises et la politique nationale. Celle-ci est donc au service de celle-là et inversement.

 Cette puissance universelle inspire en Allemagne beau­coup d'admiration. Nombreux sont les auteurs qui la célèbrent comme une étonnante réussite du génie germa­nique.

« A la fin du dix-neuvième siècle, écrivait en 1912 lé journaliste Rohrbach, les Anglo-Saxons, grâce aux progrès énormes des échanges internationaux et de la technique, grâce également à leur situation grandiose préparée pen­dant des siècles, étaient sur le point de conquérir la domination universelle, en ce sens que l'action politique économique, intellectuelle, de la civilisation occidental » les pays et les peuples d'outre-mer, devenait de plus en plus une action de la civilisation anglo-saxonne et des intérêts anglo-saxons.

 « Le monde s'anglicise rapidement, cette devise résonne déjà à travers les océans et les continents hors d'Europe lorsque les Allemands sortirent de leur impuissance plusieurs fois séculaire... » Mais l'Allemagne demande à partager : « On mettra les Anglo-Saxons en mesure de décider, déclare le même auteur, s'ils veulent accorder leurs intérêts et les nôtres et s'entendre avec nous pour déterminer leur part et la nôtre, ou s'ils veulent défendre contre nous par la force leurs visées de domination universelle et exclusive... La destinée de l'Allemagne, c'est l'Angleterre... Une seule question domine tous les autres problèmes nationaux et politiques de l'avenir : le type anglo-saxon est-il destiné à dominer seul dans les parties du monde dont l'évolution est encore en cours, ou bien restera-t-il pour le type allemand assez de jeu pour qu'il devienne l'un des facteurs constitutifs de la culture universelle à venir sur l'une et l'autre rive de l'océan? »

Partage avec l'Angleterre?

« Je dois honnêtement le dire, je redoute notre propre pouvoir, notre propre ambition ; je redoute que nous ne devenions trop redoutables, » écrivait Edmund Burke en 1793.

 « Ne sommes-nous pas des hommes? Et, comme tels, avides de nous grandir? Et déjà ne sommes-nous pas montés à un degré qui appelle l'envie et, pour un peu, exciterait la haine? Voici que nous avons presque le mono­pole du commerce mondial. C'est une chose prodigieuse que notre empire des Indes. » .

 Le grand poursuivait : « Si nous en venions à ce point de maîtrise de la mer qui ferait dépendre le commerce de toutes les nations de notre bon vouloir, nous aurions beau protester que jamais nous n'abuserions de cette puissance inouïe. On ne nous croirait pas. Et, tôt ou tard, un tel état de choses dresserait con nous une coalition sous le poids de laquelle nous pourri bien périr. »

 Cette maîtrise de la mer permit à l'Angleterre d'abattre Napoléon.

 Un siècle plus tard, l'avantage que l'Angleterre retirait de sa flotté était plus considérable encore. Les industries qui avaient pris entre temps un immense développement, telles que l'industrie cotonnière, l'industrie chimique, l'industrie électrique, l'industrie automobile, l’industrie aéronautique, étaient toutes basées sur des apports d'outre-mer. De ce fait, la puissance maritime britannique revêtait au vingtième siècle une importance stratégique sans précédent, capable qu'elle était de couper à ses ennemis tout accès aux matières premières.

 Adolf Hitler, à l'époque où il écrivait Mein Kampf, reprochait aux dirigeants allemands « wilhelminien d'avoir précipité l'Allemagne dans un conflit avec une puissance si redoutable.

   « Pour se concilier les bonnes grâces de l'Angleterre aucun sacrifice ne devait être trop grand. Il fallait renoncer aux colonies et à la puissance maritime et épargner toute concurrence à l'industrie britannique, » lit-on dans Mein Kampf.

 Le chancelier resta fidèle à cette politique. L'ambassadeur britannique en témoigne lui-même. Rapportant son dernier entretien avec le Führer, le 29 août 1939, sir Neville Henderson écrit en effet :

« L'entrevue se termina par une harangue brève selon moi, parfaitement sincère, de M. Hitler sur la réalité de ses efforts pour se concilier l'amitié de la Grande-Bre­tagne, sur son respect pour l'Empire britannique et sa, sympathie pour les Anglais en général. »

 Comment expliquer l'attitude d'Hitler, formulée dans Mein Kampf, cautionnée par l'ambassadeur d'Angle­terre?

 Ne faut-il pas qu'un grand pays industriel fasse venir, ses matières premières du dehors? Le progrès technique n'a-t-il pas consisté précisément dans l'emploi de plus en plus large de matières qu'on va chercher au loin?

 L'industrie automobile et aéronautique par exempte n'ont-elles pas nécessité des importations croissantes de pétrole, de caoutchouc, de bauxite?

 Pour solder ces achats, n'est-il pas nécessaire que le pays industriel exporte ses produits fabriqués? Ce double courant commercial, n'est-ce pas à lui de l'organiser plutôt qu'aux pays encore ruraux avec lesquels il commerce? Est-ce que cela ne suppose pas l'octroi de crédits internationaux, la recherche de placements extérieurs?

Cette politique d'expansion industrielle et financière, le IIIe Reich pouvait-il y renoncer?

 Non pas. Il aurait fallu pour cela renoncer à l'industrie elle-même, ce qui n'entrait nullement dans le programme nazi.

 Mais cette expansion ne pouvait-elle être dirigée et res­serrée dans un certain secteur géographique?

 Cette idée ne pouvait venir aux politiques d'avant 1914, Les économistes érigeaient alors en principe la pratique anglaise consistant à tirer les matières premières de tous les points du globe. Personne en Allemagne ne s'arrêtait à considérer que le commerce allemand et que le commerce anglais se trouvaient de natures fort différentes puisque l'Ile britannique expédiait hors d'Europe les deux tiers de ses exportations alors que l'Allemagne vendait en Europe les trois quarts des siennes. N'y aurait-il pas eu lieu d'accentuer la tendance du commerce allemand vers l'Europe en invitant l'Angleterre à se tourner de plus en plus vers l’outre-mer?

On ne songea guère alors à ce partage. Mais, durant la Grande Guerre, l'Allemagne, subissant le blocus britan­nique, dut apprendre à satisfaire ses besoins au moyen des seules ressources de l'Europe centrale et orientale. Et il se trouva des économistes pour fonder sur cette expérience une doctrine, pour recommander que l'Allemagne, au lieu de chercher par toute la sphère terrestre ses matières pre­mières, les tirât entièrement de son voisinage, d'une zone d'influence économique qu'elle se réserverait en Europe.

 Dès le mois d'août 1915, Friedrich Naumann lançait l'idée d'une Mitteleuropa économique, dans un livre qui eut un immense succès. L'année suivante, Jackh consta­tait que l'Allemagne, l'Autriche-Hongrie, la Bulgarie, la Turquie, alliées, formaient déjà un ensemble économique où l'industrie allemande puisait ses matières premières et qu'elle fournissait en produits fabriqués.

 En 1917, la Russie et la Roumanie étaient vaincues. La Roumanie entrait dans l'espace économique allemand. Il en était de même des pays baltiques et de l'Ukraine.

 Plus importantes que les écrits des publicistes sont les instructions de Ludendorff, dont la correspondance témoigne qu'il songeait à organiser tout l'Est européen, ouvert par les armes allemandes, en réserve de matières premières pour l'industrie germanique.

 Si ces vastes vues s'étaient réalisées, l'Allemagne se fût trouvée dans une situation économique semblable, non pas à celle de l'Angleterre qui approvisionne son industrie par des arrivages venant de toutes les parties du monde, mais à celle des États-Unis, qui trouvent dans leur propre espace politique à peu près tout ce qui leur est nécessaire.

 Un équivalent européen des Etats-Unis.

Dans un autre ouvrage (La crise du capitalisme européen), j'ai défini les Etats-Unis comme constitués au point de vue économique par la juxtaposition de trois contrées. Huit de ces États forment un bloc indus­triel d'un tiers plus grand et d'un quart plus peuplé que la France. A l'ouest et au sud de ce bloc industriel s'étendent deux vastes « colonies », fournisseuses de produits alimen­taires et de matières premières. Ainsi l'on peut dire de l'Amérique industrialisée, qu'elle a ses dépendances éco­nomiques politiquement agrégées à son propre corps.

Cet exemple a frappé les observateurs allemands. Et ils sont imaginé les voisins orientaux et méridionaux de l'Allemagne jouant pour elle le même rôle que les champs de blé du Middlewest et les champs de coton du Sud pour les Etats-Unis. Cette politique a été perdue de vue sous la République de Weimar. A cette époque, l'Allemagne a subi l'influence intellectuelle de l'Angleterre et des États-Unis, qui lui fournissaient, non pas seulement des capitaux, mais aussi des idées. On admettait alors à Berlin, comme à Londres et à New York, qu'il n'y a pas d'autre économie possible que celle du marché mondial.

La théorie du marché mondial est inspirée par la pra­tique anglaise. Comme nous l'avons dit déjà, les produc­teurs de matières premières industrielles et de denrées ali­mentaires du monde entier envoient les échantillons de leurs produits à Londres, où se rendent aussi les représentants des industries acheteuses. Par la comparaison des quantités offertes et demandées, se forme « le prix du marché », élevé ou bas, selon que l'afflux des marchandises

semblables provenant de toutes les parties du monde est excessif ou insuffisant.

C'est en observant cette pratique que les économistes ont formulé leurs « lois du marché ».

Durant la période 1924-1931, où elle est alimentée en ressources financières par les banques anglaises et américaines, l'Allemagne n'imagine point d'autre économie que celle-là. Mais, brusquement privée de devises en 1931, lui faut approvisionner son industrie par d'autres moyen Et c'est alors qu'elle oppose à l'économie du marché mondial, l'économie en circuit.

 Si elle peut l'organiser, c'est parce que les producteurs de matières premières, à ce moment précis, souffrent d'une grave mévente de leurs produits. Berlin alors leur tient ce langage : « Vous, producteurs de laine, vous, producteurs de pétrole, vous subissez, en offrant vos produits sur le marché mondial, les fluctuations subites et profondes de prix qui le caractérisent. Votre rémunération ne dépend pas de votre effort, des capitaux que vous avez investis, elle dépend des variations générales de l'offre et de la demande. Ainsi, les producteurs de blé hongrois peuvent voir leurs recettes s'effondrer parce que la récolte aura été trop forte en Amérique. Nous vous proposons de mettre fin à cette incertitude. Nous, Allemands, avons besoin d'une certaine quantité de matières premières, d'une certaine quantité de produits alimentaires. Nous sommes disposés à les acquérir à des prix fixes. Vous connaîtrez désormais une stabilité que vous n'osiez espérer. »

L'Allemagne achète effectivement, à prix fixes, et pour un nombre d'années données, telle quantité de laine d’Afrique du Sud, telle quantité de graines de soja de Mandchourie, telle quantité de tabac turc, telle quantité de pétrole roumain. Voilà les producteurs de ces pays assurés d'écouler cette partie de leurs marchandises à un prix sur lequel ils peuvent tabler. En contrepartie, ces mêmes pays sont acheteurs à des prix également fixes, et pour le nombre d'années, de certains produits de l'industrie allemande, de sorte que les industriels, eux aussi, peuvent tabler sur quelque chose de concret. Dans ces contrats, les dirigeants de l'économie allemande s'appliquent à nouer dès liens surtout avec les pays géographiquement les plus proches.

De cette grande politique, les observateurs français et anglais ne virent d'abord qu'un petit aspect : la pénétra­tion, allemande dans le bassin danubien. Ils ne comprirent pas que l'écroulement de l'économie mondiale, dont Londres, puis Londres et New York, avaient été les régulateurs, poussait l'Allemagne et ses voisins orientaux à constituer un empire économique fonctionnant sur des bases nou­velles.

Ils ne mesurèrent pas l'attrait que pouvaient exercer ces pratiques sur des pays producteurs de matières premières, gravement atteints par la mévente de ces produits.

Je me souviens d'avoir conduit chez un de nos grands dirigeants économiques, acharné partisan de l'économie orthodoxe, le représentant d'un pays balkanique qui vou­lait alors desserrer ses liens avec l'Allemagne. Le Balka­nique exposa qu'il fallait lui assurer une sécurité économique équivalente à celle qu'il trouvait dans ses échanges avec l'Allemagne. Il montra l'Allemagne abonnée à l'achat d'une certaine quantité de tabac, moyennant une somme déterminée. Là-dessus l'Orthodoxe haussa les épaules et dit qu'en se retournant vers la France et l'Angleterre le, pays en question trouverait des acheteurs, mais que les quantités prises et les prix accordés dépendraient de l'état du marché mondial. Sur quoi le Balkanique se retira con­vaincu qu'il n'y avait rien à faire pour lui.

C'est l'impuissance des grands États capitalistes occidentaux à stabiliser la condition des producteurs de matières premières qui a fait le prestige économique de l'Allemagne dans les années d'avant-guerre. Ainsi, un nombre croissant de pays renonçaient à faire passer leur commerce par l'antique carrefour de Londres, où la circulation, si l'on me permet cette figure, était insuffisamment ordonnée.

S'agissant des pays voisins de l'Allemagne, leur crois­sante dépendance économique à l'égard de Berlin consti­tuait pour la puissance germanique un atout politique.

Ainsi se dessinait la constitution d'un grand secteur autarchique, s'étendant du Rhin au Pacifique, et à l’intérieur duquel les échanges s'opéreraient par compensation.

A cela, Londres, New York et Paris devaient ou se résigner ou porter remède. Le remède, c'eût été la fourniture d'assez de devises à l'Allemagne pour la mettre en mesure de revenir aux pratiques du marché mondial, et d'autre part l'octroi d'une sécurité économique aux pays producteurs de matières premières.

Mais on ne sut ni accepter le fait, ni entreprendre la cure.

Bertrand De Jouvenel

(Sources : B. De Jouvenel-Après la défaite-librairie Plon-1941)


ImprimerE-mail

Une classe de dirigeants aux ordres des pouvoirs de l'argent : un modèle en Inde

l’armée des Cipayes en Inde

Cipayes Et Char De Procession Musée De La Compagnie Des Indes

Auran Derien, universitaire ♦

Les  médias n’analysent pas la dimension  de ce qui vient de se dérouler en Inde. Seuls, les sites où s’expriment les dissidents du monde occidental en ont pris la mesure et en ont évoqué les horreurs. Rappelons de quoi il s’agit, qui promeut la terreur et qu’elles en sont les conséquences pour le monde des esclaves que Orwell avait déjà bien décrit.

Inde : la construction d’une aliénation

On insiste pas assez sur la méthodologie des  anglo-saxons en Inde, mise en place dès leur invasion du continent au XVIIIème siècle. Elle est d’autant plus importante à connaître qu’elle a été appliquée dans tous les pays conquis tant par les Anglais que par les Étatsuniens et qu’elle continue à soutenir la global-invasion actuelle.

Les  anglo-saxons ont développé en Inde une classe d’individus intéressés à maintenir la corruption en faveur de pouvoirs étrangers (1). Un de leurs arguments fréquents, afin de justifier leur tyrannie, fut celui de la mauvaise administration de quiconque voudrait vivre et agir autrement. Au XIX ème siècle, l’Angleterre annexa tous les petits États de l’Inde en arguant de ce motif futile: mauvaise conduite des affaires publiques. Les véritables penseurs Hindous ne se sont jamais vraiment préoccupés des questions politiques, mais ils furent les premiers à comprendre que l’esprit des anglais était un esprit raciste qui se dédiait au colonialisme culturel et religieux afin de détruire toute forme de civilisation. Comme les Anglais n’étaient pas très nombreux, il leur fallait tenir en main une armée locale à leur service, qui fut appelée l’armée des Cipayes. Rien n’a changé aujourd’hui. Que ce soit en Inde ou ailleurs, la méthodologie reste la même: disposer de bataillons de larbins locaux pour protéger la race  des maîtres, tuer les autochtones récalcitrants, éradiquer les traditions, la vie sociale, la religion et la civilisation des populations soumises. La victoire des trafiquants  se traduit par la lente et perfide destruction de tout ce qu’il y a de plus beau dans le monde qu’ils ont conquis. La philosophie, les arts, les sciences et les techniques des populations vaincues sont méprisés et découragés.

L’un des aspects importants de la politique anglo-saxonne est le développement de la langue anglaise, voire de toute langue qui ne soit pas celle des autochtones, accompagné d’un système d’éducation totalement calqué sur les systèmes anglo-saxons. L’enseignement local est rabaissé. Peu à peu, seuls les diplômes accordés par les centres de pouvoir  sont reconnus et permettent d’obtenir un emploi dans une administration ou une grande entreprise. En Inde donc, tous les centres de la culture hindoue ont été graduellement annihilés et seule la transmission privée de maître à élève parvint à maintenir la langue sanskrite et la philosophie. Les Anglais imposèrent à tout candidat à un concours administratif qu’il passât deux ans de séjour dans une université anglaise avant de pouvoir se présenter. De plus, toutes les épreuves étaient rédigées en anglais ce qui défavorisait les hindous. Les niveaux de responsabilité administrative ne laissaient qu’aux purs produits l’accès aux hautes fonctions. Seuls les postes inférieurs étaient abandonnés aux autochtones.

Lorsque les fonctionnaires anglais eurent le loisir de s’installer en Inde avec toute leur famille, de retourner en Angleterre fréquemment grâce au canal de Suez, ils s’isolèrent encore plus du pays qu’ils administraient, reprenant la méthode du ghetto pour se séparer des impurs autochtones.

Organiser l’abrutissement des autochtones

Il était impossible aux Indiens d’accéder à un poste dans leur propre pays s’ils n’avaient pas reçu une éducation à l’anglaise. Le principe a été généralisé à toute l’Europe sous la férule de l’ Union Européenne et en France en particulier. L’institut d’études politiques par exemple est devenu un centre de l’obscurantisme où la formation n’a plus rien à voir avec la culture propre du pays.

Il se forme ainsi peu à peu une classe de Cipayes, ces autochtones qui ne participent que superficiellement à la culture anglo-saxonne , mais surtout sont quasi totalement ignorants de leur propre culture. Ce sont de parfaits aliénés, d’excellents esclaves dont les caractéristiques très observables sont la superficialité et la prétention. Ils sont toujours méprisés par leurs maîtres mais aussi, peu à peu, par leurs concitoyens qui conservent quelque chose de leurs traditions. Ce sont eux la source de tous les problèmes, en Inde ou en Europe. Lorsque fut créé le Congrès national indien, ce dernier fonda sa politique sur des notions anglo-saxonnes très étrangères à l’Inde. L’obsession de détruire la diversité du continent au profit d’un vaste ensemble politique laïc fut une erreur qui se perpétue aujourd’hui et détruit le pays.

Victoire de la caste commerçante

Avec Gandhi, membre de la caste des marchands, le pouvoir en Inde tomba entre les mains des commerçants dont la caractéristique de caste est le puritanisme, l’absence totale de culture philosophique, et une sentimentalité religieuse grossière.  La charité fait partie des vertus qui justifient l’âpreté du commerçant au gain mais non point la justice sociale. Le puritanisme glacial masque la malhonnêteté dans tout ce qui concerne les affaires et les questions d’argent. Aussi, derrière Gandhi s’installa le grand capital indien (Birla, Tata…) et les réformes furent toujours favorables aux trafiquants. La dernière réforme monétaire indienne illustre cette tyrannie des castes marchandes.

Le 8 novembre, le Premier ministre indien Narendra Modi a annoncé la démonétisation des plus grosses coupures de 500 et 1000 Rs (roupies) avec un effet presque immédiat. Les détenteurs ne pouvaient récupérer leur valeur qu’en les déposant sur un compte bancaire avant la fin de l’année 2016 . En même temps, le gouvernement indien cherche depuis longtemps à réduire la demande d’or de la population. Le tout est piloté par les Cipayes, les colonialistes de deuxième degré. Cette minorité autochtone d’éducation étrangère applique, bêtement, les volontés de reforme des anglo-saxons.

Le processus de suppression de la monnaie fiduciaire s’appuie en effet sur des dits « experts » tels que Raghuram Rajan, qui dirigea la Banque centrale indienne de septembre 2013 à septembre 2016. Rajan est professeur d’économie à l’université de Chicago. De 2003 à 2006, il a été économiste en chef du Fonds monétaire international, poste qu’occupa le français Blanchard, qui n’eut aucune honte à signer le programme de destruction massive de la Russie au moment de la chute du bolchévisme. Ce Rajan est membre du Groupe des trente, cette entente illicite des Banques Centrales sous la férule de la BCI. Ce Groupe des trente est le soviet pieux d’où émane l’anathème contre les billets de banque. On ne s’étonnera pas d’y trouver tout ce que l’occident accumule comme escrocs intellectuels, spécialisés dans la justification mensongère.

Cette politique d’aliénation menée par les prédicateurs occidentaux finit par engendrer des monstres, des morts en grande quantité, un Président qui se prétend patriote mais détruit une civilisation millénaire. On rendra hommage au  dissident Alexandre Zinoviev qui nous en avait averti.

L’occidentisme, cet absolutisme de trafiquants s’auto-proclamant race supérieure engendrera des difficultés durant tout le XXIème siècle. La destruction de l’Inde, comme celle de l’Europe, est effectuée désormais par les Cipayes, une catégorie de la ferme des animaux qui nous paraît proche des chiens dont parlait Orwell. Si ces armées de colonisateurs de second niveau ne sont pas exterminées, le néant est notre futur.

(1) Alain Daniélou : Histoire de l’Inde. Fayard, 1971.
Illustration : Cipayes et char de procession. Ivoire sculpté et ciselé. Inde, Bengale. Fin du 18e-début du 19e s. Musée de la Compagnie des Indes

 

 

http://metamag.fr/2017/02/01/le-monde-des-esclaves-dorwell-larmee-des-cipayes-en-inde/

 

 

ImprimerE-mail

Le cirque

Grande découverte : les politiciens sont des menteurs, des tricheurs âpres au gain (aux frais des citoyens… of course comme dirait la douce Pénélope). Nous, il y a belle lurette que nous le savons et le disons. Mais il y a – il y avait ? – encore bien des braves gens, naïfs, pour ne pas le croire, car c’était trop dérangeant pour leur paisible digestion. Les braves gens c’est comme les enfants, ça a besoin de croire au Père Noël.

Pour se sortir du merdier où cet imbécile s’est mis lui-même, Fillon compte beaucoup, en matière de Père Noël, sur l’avocat qu’il a choisi : Antonin Lévy, le fils de l’illustre BHL. Un tel choix est aussi instructif que la mission confiée par Marine Le Pen à Nicolas Bay, ex-MNR, secrétaire général du FN, pour aller en son nom faire acte d’allégeance en Israël, avec l’incontournable visite au Mémorial de Yad Vashem et le rappel de rigueur de la déclaration de la parricide au Point (« les camps ont été le summum de la barbarie ») censée être son billet d’entrée au sein du Système.

Tout cela est dérisoire et pitoyable. Mais – et même les media aux ordres commencent à s’en inquiéter – cela conduit beaucoup de gens, las d’être pris pour des crétins, à considérer avec suspicion et même mépris un Système qui se révèle un peu plus chaque jour pourri jusqu’à l’os. Les pantins qui siègent sous les ors de la République s’inquiètent pour leur avenir. La soupe est bonne mais jusqu’à quand ?

A nous de continuer à accomplir notre mission, pour dire et redire que notre pays va droit dans le mur. Quelle solution ? La Révolution populaire identitaire. Au travail !

                                                                             Pierre VIAL

ImprimerE-mail

“Les patries sont toujours défendues par les gueux et livrées par les riches”...

“Les patries sont toujours défendues par les gueux et livrées par les riches”...

Meeting%20Olivier%20et%20Le%20Pen[9].jpg

Le discours intégral d’Olivier Roudier (Ligue du Midi) au meeting de Palavas-les-Flots (Hérault), samedi 21 janvier 2017

Mes chers camarades, mes chers amis,

Porte-parole de la Ligue du Midi, au nom de notre président Richard Roudier et de l’ensemble de nos militants, laissez-moi vous souhaiter, Monsieur le Président Le Pen, la bienvenue chez nous, en Occitanie !

Vous le savez, mouvement identitaire, la Ligue du Midi a récemment mené campagne dans le choix du nom de notre région, et le peuple d’Oc nous a largement suivis en s’exprimant en faveur d’une dénomination identitaire. Je vous rappelle que la victoire était loin d’être acquise puisque « Occitanie » ne figurait même pas parmi la liste que les technocrates entendaient nous soumettre pour votation.

Leurs esprits comptables n’avaient accouché que d’appellations fonctionnelles mort-nées, faisant la part belle à la seule géographie économique. A l’inverse, l’affirmation identitaire exigeait une dénomination faisant référence à l’histoire, à un peuple, dans sa triple dimension passée, présente et à venir. Nous voulions que le nom reflète notre patrie charnelle, nous nous sommes battus et nous avons gagné !!! Alors oui, Président Le Pen, ben vengut en co nostra, ben vengut en occitania !!!

Mais l’amour de notre petite patrie n’exclut pas l’attachement à la grande. Avec Maurras « nous concevons la France comme une fédération des provinces de France » .

Nous vivons notre appartenance identitaire sous une forme multiple et complémentaire… Un rapport direct et étroit à nos terroirs… Un profond respect pour cette terre qui a nourri ma lignée, qui m’a vu naître et recèle mes si chers souvenirs d’enfance. Un amour ressenti physiquement, comme une absence quand je m’expatrie trop longtemps et qui m’emplit de joie quand je rentre au pays.

Ce qui ne m’empêche pas, bien au contraire, d’être fier d’être Français, d’être attaché à l’histoire de France, à sa langue et à sa culture. De même qu’en tant que Français, je suis fier d’appartenir à cette communauté de destin qu’est la civilisation européenne.

Si l’on convient que l’identité est la meilleure défense immunitaire pour résister au virus de la mondialisation, un triple enracinement ne peut que renforcer notre système. Et l’ennemi mondialiste ne s’y trompe pas en sapant nos références identitaires : quand on n’a plus conscience de ce que l’on est, on n’a plus confiance en ce que l’on est et en ce que l’on peut réaliser collectivement.

Depuis deux siècles, la France est marquée par une gauchisation mécanique de sa vie politique. En effet, en remplaçant progressivement les partis de gauche par de nouveaux partis plus radicaux, les anciennes formations se sont retrouvées à tour de rôle décalées à leur droite. C’est ainsi que le libéralisme, idée de gauche à l’origine est aujourd’hui défendu par un personnel politique dit de droite.

Avec l’effondrement du bloc soviétique et les dégâts collatéraux liés à la mondialisation, la tendance s’est inversée et les problématiques identitaires sont désormais au cœur des débats. Mondialisation ou localisme, gouvernance ou souveraineté, suppression ou nécessité de frontières, libre-échange ou protection, laïcisme ou retour au sacré, diversité ou identité…

Mes amis, le vent de l’histoire gonfle à nouveaux nos voiles !!! Il est temps de réaffirmer que la prise du pouvoir peut réussir si nous utilisons de façon concertée le terrain des urnes et de la rue. La prise en main de l’action culturelle, du secteur associatif ou de pouvoirs locaux, nous permettra de déplacer encore le centre de gravité de l’opinion. Et j’en profite pour saluer les équipes de Lengadoc-infos et TV Libertés qui effectuent un remarquable travail de ré-information, nous réappropriant un pouvoir médiatique.

Militants du Bloc Identitaire d’avant sa déchéance, puisque je vous le rappelle, Richard Roudier président de la Ligue du Midi, a été l’un des 4 fondateurs du Bloc, nous avons su démontrer que “l’agit-prop” passait désormais par des actions couplées dans lesquelles les moyens modernes de communication étaient utilisés à fond… Que les actions de lobbying exigeaient la mise en place de réseaux, mais aussi d’une vigoureuse force militante que seule une plate-forme commune à plusieurs organisations rend possible.

Un récent exemple de ce type d’action : l’opération « Ali Juppé » visant à neutraliser le candidat le plus islamophile des primaires de la droite. Victoire doublement joyeuse de nos contingents lorsque, sur un plateau de télévision, le lèche-babouches expliquait sa défaite par une campagne “nauséabonde” menée par les réseaux identitaires.

C’est au sein de notre peuple, en progressant par de petites victoires successives que les « bons Français » nous feront confiance dans l’action. Nous savons, avec Jules Monnerot, qu’une heure vient où les réprouvés, qui le sont de moins en moins, n’apparaissent plus inquiétants, mais rassurants à la partie la plus homogène de la population. Ils semblent incarner à travers le malheur, les valeurs de courage, de bravoure et de caractère sans quoi il n’est pas de grand pays…».

C’est en constituant un appareil révolutionnaire efficace autour d’une plate-forme commune que nous bâtirons du solide. C’est en unissant nos efforts… C’est en pouvant compter sur la caisse de résonance d’un grand parti électoraliste que nous pourrons enrayer l’infernale machine libérale à broyer les peuples.

Pour les libéraux le corps social de la nation ne serait qu’un agrégat de citoyens, une juxtaposition d’individus présents en un instant T sur le territoire. Exit la transcendance qu’apporte le partage d’un héritage et d’un destin commun. Pour ces Français, souvent les plus modestes, pour lesquels l’enracinement et l’attachement à une patrie, qu’elle soit locale ou nationale, se place au dessus de l’économie, la rupture est consommée.

Héritiers du colonel Rossel et de La “Commune”, nous savons trop que “Les patries sont toujours défendues par les gueux et livrées par les riches”, pour reprendre les mots de Péguy.

Aux yeux de la France des relégués, l’immigration ne passe plus pour une fatalité ou le produit de l’impéritie de nos dirigeants. Il est évident qu’il s’agit d’un plan concerté de remplacement, une délocalisation à domicile lorsque le travail n’est pas exportable. Les cris d’orfraies n’y suffisent plus et l’amalgame est désormais évident entre insécurité économique, insécurité sociale, insécurité culturelle et insécurité civile.

Pour les petits-blancs de la France périphérique, il est clair que cette immigration de masse qui ne pouvait que transformer fondamentalement notre cadre de vie et nos traditions nous a été imposée pour satisfaire les seuls intérêts privés de l’oligarchie. Eux en tirent les bénéfices immédiats (baisse des salaires, désyndicalisation du salariat), tandis que les coûts d’intégration (formation, éducation, sécurité) ainsi que les coûts sociaux (santé, logement, aides et prestations sociales) sont eux à notre charge.

Saviez-vous, à titre anecdotique, que tout étranger justifiant de trois années de résidence en France perçoit plus de 700 € au seul titre du minimum vieillesse, alors que l’épouse d’un paysan, d’un artisan ou d’un commerçant, elle qui aura travaillé toute sa vie durant, n’en touchera que la moitié. Vergonha !!!

En 40 ans des diverses politiques de la ville, ce sont plus de 150 milliards d’€uros qui ont été prélevés sur les efforts des Français pour acheter la paix sociale aux immigrés sous le fallacieux prétexte qu’ils seraient défavorisés. Et pendant ce temps là, combien de plan d’urgence pour la France des Gaulois ? Pour cette France rurale sacrifiée où un paysan se fout en l’air tous les deux jours ? Vergonha !!!

Nous le savons, cette injustice insupportable de la préférence étrangère porte en elle les germes de la prochaine guerre civile. Et c’est bel et bien l’État jacobin français qui nous impose la préférence immigrée et islamique avec ces millions d’Arabo-musulmans porteurs d’une autre histoire, d’une autre civilisation et d’un autre avenir qui n’est autre que la charia… Car c’est bel et bien l’État jacobin français qui, par sa politique, ses lois et ses tribunaux, organise notre « grand remplacement »…

Cette révolte sourde et légitime, c’est à nous de la vertébrés pour la faire éclater au grand midi. En tant que peuple autochtone nous avons des droits ! Droits reconnus par les Nations-Unis… Nous invoquons donc le droit au refus d’être dépossédés de ce que nous sommes… Nous invoquons le droit de refuser de devenir des étrangers sur notre propre sol… le droit de refuser de nous retrouver un jour minoritaires dans un environnement qui fut autrefois familier et rassurant.

No border, no limit !!! Entendez les avec leurs accents New-Yorkais… Medef et antifas sont à l’unisson… les libéraux-libertaires nous imposent un monde à leur image, un monde de l’avidité et de la jouissance sans entrave. Un monde sans plus aucune limite territoriale, économique, sociétale ou même morale.

Dominique Venner annonçait que notre monde serait sauvé par des veilleurs postés aux frontières du royaume et du temps. Mes amis, soyons ces sentinelles ! Sacrifions au dieu Terminus gardien des bornes et réaffirmons fermement l’ensemble de nos limites communautaires. Nous en avons le droit tout autant que le devoir, parce qu’ici, amis, nous sommes chez nous !!!

Continuons d’affirmer avec Dominique Venner que notre futur, n’est pas encore écrit. Osons affirmer qu’il n’y a pas de fatalité à notre remplacement. Osons affirmer que seule la volonté des peuples leur forge un destin… Et que les seuls combats que l’on soit certain de ne pas remporter sont ceux que l’on ne livre pas. Affirmons le haut et fort : la fatalité est un mensonge et notre avenir nous appartient.

Mes amis, partout les peuples d’Europe s’organisent pour demeurer eux-mêmes et continuer de vivre sur leurs terres selon leur identité propre. Voyez les Hongrois, voyez les Islandais, les Tchèques, les Slovaques, les Polonais et demain les Autrichiens ! Eux ont décidé de demeurer fidèles à leurs ancêtres et d’assurer un avenir à leurs enfants.

Je reviens de Hongrie. D’Asotthalom pour être précis, à la frontière sud où se massent les migrants… A Asotthalom il n’est pas rare d’intercepter un clandestin porteur d’un document distribué dans les camps par le Haut-Commissariat aux Réfugiés des Nations-Unies. Rédigé en anglais et traduit en arabe, on y explique toutes les ruses, mensonges et dissimulations pour pénétrer illégalement en Europe et s’y installer. A Asotthalom on sait que ce sont des ONG américaines qui collectent des fonds pour payer les réseaux mafieux de passeurs.

A Assothalom on sait que pour stopper la déferlante migratoire, il est nécessaire que les camps de réfugiés soient des centres fermés. Qu’il est nécessaire que leurs occupants soient massivement rapatriés pour une vaste structure d’accueil, au plus près des pays d’origine, quelque part en Syrie, au Qatar ou dans la banlieue de Tombouctou, on s’en fout… mais il ne demeureront pas chez nous !!!

A Asotthalom on sait aussi que le combat est civilisationnel et que c’est tous ensemble que les Européens se sauveront. On sait aussi que le combat est démographique c’est pourquoi le gouvernement hongrois a décidé de soutenir la natalité par l’octroi d’une prime de 32 000 € pour toute famille hongroise de trois enfants, auxquels vient s’ajouter un crédit gratuit pour la construction d’une maison. Et pour ne pas que la mesure soit contre-productive et soutenir une population criminogène, ne sont éligible au programme que les familles sans antécédents judiciaires graves.

Voilà le type de mesure identitaire de bon sens que je veux voir appliquer dans la France de mes enfants… Mais pour cela il faut nous battre !

Alors, mes amis, organisons-nous !!! Organisons-nous et nous effectuerons enfin le grand ménage citoyen qui s’impose dans notre pays !

Pour que perdure ce que nous sommes… Pour une Occitanie à jamais occitane, pour la France aux Français, pour l’Europe aux Européens !

ImprimerE-mail

Au hasard des travées de Terre & Peuple : MZ à la Table ronde 2016

Dans ce reportage, Méridien Zéro vous propose une série d’entretiens avec des écrivains, éditeurs, militants et militantes que nous avons croisés le 11 décembre à la Table ronde de T&P et que nous n’avons guère l’occasion de rencontrer puisqu’ils résident en province, à l’image de Philippe Baillet, Jean Plantin ou encore Cindy et Laura Derieux par exemple.

A la barre et à la technique, Eugène Krampon et Wilsdorf.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour écouter l'émission :

http://radiomz.org/reportage-10-decembre-2016-au-hasard-des-travees-de-terre-peuple/

 

 

 

ImprimerE-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites