RACE, CASTE ET FONCTION SOCIALE

Une différence dans le rôle et les aptitudes des diverses races est reconnue dans le Shivaïsme pour les hommes comme pour les animaux. L'homme n'a pas une origine unique. Il existe quatre races d'hommes de souche distincte. Cette notion, longtemps niée par les Occidentaux pour des raisons surtout bibliques (le mythe d'Adam et d'Eve), tend à être envisagée aujourd'hui par certains anthropologues. La diversité des espèces et des races est un aspect essentiel de l'harmonie de la création. Les restrictions concernant les mariages interraciaux permettent d'éviter l'abâtardissement des espèces, de maintenir chacune dans sa noblesse et sa beauté. Le système des castes a pour but de permettre la coexistence de races différentes dans une même société en assurant à chaque groupe social une profession réservée et des privilèges distincts. Il a fait partie de l'organisation sociale du Shivaïsme ancien.
 
D'après Hésiode, l'évolution de l'homme passe par quatre étapes, qui correspondent aux quatre races des Hindous. Ces quatre étapes sont symbolisées par quatre couleurs : blanc, rouge, jaune et noir. Les quatre races d'hommes qui y correspondent jouent successivement un rôle prédominant dans les divers âges que traverse l'humanité. Le sage, de couleur blanche, était l'homme de l'Age d'Or, le Krita Yuga. Puis apparut l'homme guerrier de couleur rouge dans l'Âge des Rites ou Âge d'Argent, le Tréta Yuga. L'homme jaune, cultivateur et commerçant, est celui de l’Âge d'Incertitude, l'Âge de Bronze ou Dvâpara Yuga. Finalement c'est l'homme noir, artisan et ouvrier, qui domine dans l'Âge des Conflits, l'Age de Fer ou Kali Yuga. Dans les sociétés qui ne sont pas multiraciales, les castes ont tendance à se rétablir sur des bases d'aptitudes, car elles sont un aspect essentiel de toute société.
 
Nous connaissons mal le système social des Egyptiens et des Crétois. Selon Hérodote (chap. 2, 164-168), les Égyptiens reconnaissaient sept castes professionnelles : celles des prêtres, des guerriers, des vachers, des porchers, des commerçants, des interprètes et des bateliers. Aristote remarque que le système des castes crétois était similaire à celui de l'Egypte. Il en attribue l'origine à Sésastris en Egypte et à Minos en Crète.
 
Nous retrouvons dans toutes les traditions cette division de l'humanité selon des fonctions et des capacités. Chez les Celtes, les druides sont des prêtres et juristes : l'aristocratie militaire, le flaith, représente le pouvoir ; le bo-airig (possesseurs de vaches) forme la classe agricole. L'attribution d'un rôle social particulier à des races d'origines différentes ne semble pas particulière à l'Inde et reste en tout cas une tendance latente dans toutes les sociétés.
 
L'humanité ne trouve l'équilibre et le bonheur que lorsque les quatre groupes humains qui sont à la base des quatre castes sont en harmonie. Cela seul permet d'éviter les quatre tyrannies dont parle Manu, le grand législateur, et qui sont la tyrannie des prêtres, celle des guerriers, celle des marchands et celle de la classe ouvrière qui sont également néfastes et se succèdent indéfiniment jusqu'à ce qu'un équilibre social soit rétabli.
 
Il n'est pas nécessaire d'aller en Inde pour observer ce cycle inéluctable, l'Europe, dans le passé récent, a connu la prise du pouvoir par l'Église, puis par l'aristocratie suivie de la bourgeoisie capitaliste, et enfin la dictature du prolétariat. Aucune de ces formules n'est stable ni efficace. Elles aboutissent inévitablement à la tyrannie et à l'injustice. Seule une reconnaissance des quatre groupes essentiels à toute société et leur attribution de droits et de privilèges distincts peut permettre une organisation sociale stable et juste. C'est une organisation de ce genre, le système des castes, qui a permis à l'Inde, malgré les invasions et les guerres, de maintenir une civilisation ininterrompue depuis l'Antiquité. Le Moyen Âge européen avait tenté d'établir une organisation de ce genre. Ce fut l'Église, avec l'Inquisition qui rompit l'équilibre.
 
L'homme, né dans une catégorie donnée, correspondant à des aptitudes particulières, doit s'employer à se réaliser pleinement dans le cadre de la profession familiale. L'ambitieux qui veut occuper des fonctions pour lesquelles il n'est pas qualifié mène au désordre social. Le mélange des races produit des individus bâtards qui défigurent l'harmonie, la beauté de la création, qu'il s'agisse des animaux ou des hommes, car ils ne possèdent plus les vertus qui caractérisent chacune des races. Nous le savons pour les animaux, mais nous prétendons l'ignorer pour les hommes. Des animaux de pure race ont un caractère défini que n'ont pas les bâtards. Un chien de berger n'est pas un chien de chasse. On ne fait pas un chevalier avec un commerçant.
 
C'est sur le plan des réalisations spirituelles, du progrès de l'être humain, des rites et des pratiques religieuses et magiques que le Shivaïsme ne connaît pas de différences entre les hommes. Son enseignement est ouvert à tous, ce que lui reprochent véhémentement les textes du Védisme aryen. En fait, les plus hautes réalisations spirituelles sont considérées comme plus aisées pour les humbles que pour les puissants. Dans le Kali Yuga, les plus favorisés sont les artisans et les femmes, car leurs devoirs sociaux, leurs responsabilités sont plus limités que ceux des prêtres ou des princes. Le détachement, l'abandon des tâches quotidiennes n'implique pas un manquement à des devoirs importants. Il est plus facile au pauvre qu'au riche de suivre la voie du bacchant, de se rapprocher du divin, de s'identifier à Shiva, le dieu errant, d'entrer dans le royaume du dieu.
 
Ce sont les différences entre les hommes, leur inégalité qui sont la source de tout progrès, de toute civilisation. L'identité dans les aptitudes des diverses races et une fiction. Cela ne veut pas dire que chaque race collectivement ne possède pas des aptitudes que n'ont pas les autres. Il en est de même pour les individus à l'intérieur de chaque groupe. Le véritable problème social est celui de donner à chacun le maximum de chances de se développer selon ses tendances, ses capacités, ses besoins.
 
Certaines idées ne sont vraies que sur un plan et ne sont pas applicables sur un autre. C'est là que les slogans simplistes aboutissent à des absurdités. L'exemple classique des grammairiens indiens est comme suit : « Devant les dieux tous les êtres sont égaux, donc ma mère, ma femme et ma fille sont égales, je puis donc coucher avec l’une comme avec l'autre. » Les théories soi-disant égalitaires et démocratiques de notre temps aboutissent inévitablement à un nivellement qui est une frustration, une sorte d'esclavage pour tous. La liberté, c'est le droit d'être différent. Le fait que les pouvoirs ou les privilèges soient mal répartis est une chose à laquelle on peut remédier, un égalitarisme qui n'est qu'une abstraction en est une autre. Il n'aboutit qu'à l'élimination des plus faibles, mais aussi souvent des plus doués, de ceux qui créent les valeurs, la raison d'être d'une culture. La répression des ces intellectuels, mais aussi des hommes qui, par leur talent, ont su arriver au succès, à la fortune, est une caractéristique des pays dits « socialistes ».
 
Toute énergie électrique ou dynamique est fondée sur des différences de potentiel. C'est aussi le cas de toute activité, de toute vie. « Le nivellement est la mort », disent les Tantras. L'eau, principe féminin qui tend toujours à se niveler, à s'immobiliser, est l'image d'un principe négatif. Le feu, par contre, qui tend à monter et à détruire, est un symbole de vie, d'énergie.
 
 
 
Sources : Alain DANIELOU - Shiva et Dionysos - Editions Fayard 1979
 

Imprimer

L'actrice gauchiste Anne-Elisabeth Blateau (Scènes de ménages) placée en garde à vue

Anne-Elisabeth Blateau aurait été placée en garde à vue ce vendredi 6 septembre. La comédienne, révélée au grand public dans Scènes de ménages, aurait tenté d’étrangler une femme pompier.

Rendue célèbre pour son rôle d’Emma dans Scènes de ménages, Anne-Elisabeth Blateau aurait passé la nuit en garde à vue. Selon les informations de Closer, les pompiers seraient intervenus à son domicile situé dans le quartier du Marais, à Paris, ce vendredi 6 septembre aux environs de 4h30. Mais la situation aurait rapidement dégénéré. Contactés pour « une suspicion de traumatisme crânien », les soldats du feu auraient été violemment pris à partie par la comédienne de 43 ans, une fois arrivés sur place.

Une femme pompier étranglée

En état d’ivresse, Anne-Elisabeth Blateau serait entrée dans une colère noire qui l’aurait rendue « physiquement agressive ». Selon un rapport de police rapporté par Closer, la comédienne se serait jetée sur une femme pompier pour l’étrangler, obligeant des agents de la brigade anti-criminalité à intervenir pour la calmer. Mais l'interprète d'Emma serait devenue incontrôlable au point d’insulter les forces de l’ordre de « sales nazis ». La femme pompier aurait fait part de son intention de porter plainte, tandis qu’Anne-Elisabeth Blateau aurait fini la nuit au commissariat. « Elle devrait être auditionnée dans la matinée après dissipation des vapeurs d’alcool », écrivent nos confrères.

Imprimer

CHRISTINE LAGARDE À LA BCE : CHANTAGE ET POLITIQUE

L’arrivée de Christine Lagarde à la tête de la BCE signe la continuation – et même l’accélération – des politiques monétaires accommodantes. Avec un objectif bien précis en tête…

On ne voit pas beaucoup d’analyses intéressantes sur la nomination de Christine Lagarde à la tête de la Banque centrale européenne (BCE). Elle connaît un peu de choses en matière d’échanges internationaux grâce à sa formation par l’ex-patron de l’OMC, Pascal Lamy, mais quasi-rien en matière monétaire, financière, bancaire – et bien sûr, rien aux marchés.

Christine Lagarde est une « politique » et une politique intellectuellement sous influence anglo-saxonne, c’est-à-dire ralliée à l’inflationnisme et aux dépenses déficitaires. Les médias l’ont bien vu, disant qu’elle était “colombe”, dovish– et que comparé à elle, Draghi serait considérée comme un faucon, un hawk.

Cette nomination est très importante ; selon moi, elle constitue une victoire pour Macron. Elle signe la chute d’Angela Merkel.

Il s’agit là d’une sorte de conspiration politique menée par l’élite européenne pour éviter de placer un Allemand à la barre de la BCE. Jens Weidmann était peut-être un choix difficile, mais il était logique. Lagarde, elle, est un choix absurde, sauf si on l’analyse dans une perspective politique et non dans une perspective technique.

La future ex-directrice du FMI reste une politicienne suprême. Le rôle qu’elle a joué dans le plan de sauvetage de la Grèce était de la pure politique ; le prix payé par les citoyens grecs a été sévère, voire inhumain. Tout cela dans le but de renflouer les nombreuses institutions financières européennes qui avaient failli. On attend les commentaires de Yanis Varoufakis sur ce qu’il pense de de Lagarde…

Une question essentielle

La question qui devrait préoccuper les investisseurs et les analystes financiers est la suivante : quel a été le chantage politique que la France a pratiqué dans le but de garantir la direction de la BCE à un politicien français ?

Certes, les Allemands ont pu désigner l’actuelle ministre de la Défense allemande, Ursula von der Leyen, à la présidence de la Commission européenne – mais c’est un poste et un rôle bidon et sans réelle substance.

Le Financial Times affirme comme nous que le bilan des nominations est un succès absolu pour Macron.

Mercredi, les rendements italiens à 10 ans ont chuté, Bruxelles ayant annoncé que le pays respectait les exigences budgétaires de l’Union européenne (UE) et ne subirait pas la redoutable « procédure de déficit excessif ». Cela aurait entraîné des pénalités monétaires pour Rome.

Les Italiens ont donc obtenu un arrangement de Bruxelles en ne s’opposant pas à la candidature de Lagarde !

A qui d’autre a-t-on promis des faveurs politiques pour ne pas s’opposer aux nominations de haut niveau issues des réunions de l’UE ?

La semaine dernière, le Financial Times a publié un article intitulé « Macron se moque de Weidmann pour anéantir les espoirs de la BCE en Allemagne ».

Railler un haut fonctionnaire allemand très respecté n’est pas du meilleur goût. Il convient de rappeler à Macron – comme l’a d’ailleurs fait la presse allemande – que c’est la carte de crédit allemande qui permet à la dette française à 10 ans de se négocier à des taux négatifs.

Triste fin de règne pour Angela Merkel

Les efforts de Draghi pour faire tout ce qui est nécessaire pour préserver l’euro ont débouché sur un programme de quantitative easing gigantesque et une accumulation massive de dette souveraine dans le bilan de la BCE. Cette dette ne trouve aucun acheteur aux taux actuels.

L’accumulation a été cynique, encore plus cynique que celle de la Fed, et dépourvue de toute stratégie de sortie. L’écart entre la valeur des dettes accumulées par la BCE et la valeur de marché est colossale, c’est un gouffre.

La seule issue – et c’était certainement l’objectif de Draghi – consiste à créer un eurobond synthétique en fondant tous les avoirs en un seul instrument d’emprunt.

Sur ce sujet, Draghi a gagné car la position de Merkel était contradictoire : elle voulait, elle avait donné comme instruction, de défendre la construction européenne à tout prix… mais sans avoir les moyens de contrôler ce prix. Et le prix élevé qu’a payé Draghi fait que, maintenant, l’Allemagne va devoir accepter la couleuvre majeure : l’eurobond !

Merkel termine bien mal son règne ; la postérité ne sera pas tendre avec elle.

Le récent discours de Draghi à Sintra était tout à fait révélateur : il visait à laisser un testament, à faire en sorte que le prochain président de la BCE soit bloqué pour très longtemps dans le programme de QE. C’était déjà une manœuvre contre la nomination de Weidmann.

Maintenant que Lagarde succède à Draghi, il n’est plus question de mettre fin aux programmes européens d’assouplissement quantitatif et de taux d’intérêt négatifs. Au contraire !

Lagarde a le poids politique et le respect international pour mener à bien l’eurobond.

Vous aurez été prévenu.

source : https://la-chronique-agora.com/christine-lagarde-bce-chantage-politique/

Imprimer

EDITORIAL - TP MAG N°80 (VERSIONE ITALIANA)

VIAGGIO IN MACRONIA

 

Gli imbecilli che hanno installato con il loro voto Macron all’Élysée hanno seguito, in buoni somari che sono, il contaballe che è e che li conduce verso l’abisso. Ovviamente alcuni rimpiangono con tutto il cuore. Ma non hanno ancora finito di pagare per la loro stupidità.

E' pronto Macron a tutte le turpitudini per imporre il progetto che motiva coloro che lo hanno incaricato di essere dov'è : un paese multirazziale. Ha quindi scelto come portavoce del governo di Édouard Philippe una senegalese, francese dal 2016 (ma che ha conservato la doppia nazionalità), Sibeth Ndiaye, che presenta come provocazione una voluminosa acconciatura africana. In questo "job" (è lei che fa uso di questa parola per designare la sua funzione) è pronta a tutto perché, dice tranquillamente, "assume perfettamente di mentire per il presidente". Non ha esitato a tessere tra diverse tele per difendere Benalla, compresa la diffusione di informazioni false.

Quando era incaricata all’Élysée delle relazioni con la stampa, tutti i giornalisti che hanno avuto a che fare con lei hanno sottolineato "il disprezzo nel suo comportamento", come ci ricorda la nostra amica Françoise Monestier nel giornale "Présent" (12 aprile 2019). L’UNEF ha fatto la sua carriera come apparatchik del PS (Partito Socialista), sostenendo Dominique Strauss-Kahn nel 2016 prima di servire Martine Aubry e poi Montebourg.

Questa intrigante vuole far vedere che ha delle lettere. Ma questa scema è ignorante. Lei che è stata alunna dell’istituto Jeanne D'Arc a Dakar e che sostiene di aver studiato filosofia politica ha fatto un bello sproposito dichiarando con sapienza alla stampa che era come Tommaso D'Aquino perché « se non vedo non credo ». Bisognerebbe che qualcuno le spiegasse che ciò che attribuisce a Tommaso D'Aquino è una frase dell’apostolo Tommaso... pronunciata dodici secoli prima di Tommaso D'Aquino.

Mentre ogni giorno che passa conferma che la grande sostituzione è « en marche », giura Macron, la mano sul cuore, che non bisogna preoccuparsi perché l’assimilazione è ben avviata. A parte il fatto che... Un’inchiesta pubblicata nella rivista "Elle" dell'8 aprile rivela che il mercato della verginità è oggi fiorente in Francia. Molte donne, di origine africana, ricorrono all’imenoplastica, operazione chirurgica di rifacimento dell’imene, pegno di verginità. Ne testimonia Myriam, ingegnere civile di 29 anni, che ha sborsato 2500€ per l’intervento. Ci spiega : « Non ho altra scelta, questa è la mia tradizione ». Nella sua famiglia, musulmana « e tuttavia poco praticante », si chiede alle donne di essere vergini il giorno del loro matrimonio : « Mia madre me lo ripeteva sempre : la tua verginità è la cosa più preziosa che possiedi ».

Come risposta ai bravi ingenui che vogliono credere che la Chiesa sia un baluardo contro l’invasione musulmana, il nuovo arcivescovo di Reims ha invitato alla sua messa di insediamento il rappresentante della Grande moschea di Reims, accogliendolo in questi termini : « Vorrei che gli uomini cattolici preoccupati della presenza dell’islam nel nostro paese fossero altrettanto assidui alla messa o all’adorazione eucaristica quanto gli uomini che ho visto alla moschea un giovedì sera alla preghiera ».

Amen.

 

Pierre Vial

Tradotto da Matteo Petrachi.

Imprimer

EDITORIAL - TP MAG N°80 (VERSIÓN ESPAÑOLA)

Viaje a Macronia  

 

Los imbéciles que han instalado con sus votos a Macron en el Eliseo han seguido, como los burros que son, al flautista que los conduce al abismo. Algunos, claramente, se muerden los codos. Aun así, no han terminado de pagar sus tonterías. 

Macron es capaz de hacer cualquier tipo de bajezas para imponer el proyecto que motiva a aquellos que lo han encomendado para estar ahí donde está hoy: un país multirracial. Por lo tanto, él ha elegido como portavoz del gobierno de Edouard-Philippe a una senegalesa, naturalizada francesa en el año 2016 (con doble nacionalidad), Sibeth Ndiaye, que enarbola como un desafío un voluminoso peinado africano. En cuanto a su “curro” (palabra que utiliza para definir su función) está lista para hacer todo pues, dice tranquilamente, “que ella asume perfectamente el hecho de mentir para proteger al presidente”. Algo que no ha dejado de hacer sirviéndose de todos los recursos disponibles para defender a Benalla, difundiendo incluso falsa información.  

Cuando estuvo a cargo en el Eliseo, de las relaciones con la prensa, todos los periodistas que tuvieron que vérselas con ella han señalado “el desprecio en su actitud”, como lo recuerda nuestra amiga Françoise Monestier en Présent (12 de abril 2019). A su paso por la UNEF, hizo su carrera como apparatchik del Partido Socialista, apoyando Dominique Strauss-Kahn (DSK) en 2016 antes de servirle a Martine Aubry y luego a Montebourg. 

Esta maquinadora quiere demostrar que ella es letrada. Pero esta tonta es una inculta. Ella, que fue alumna de la institución Jeanne D’arc de Dakar y que pretende haber realizado estudios superiores de filosofía política, ha hecho una muy bella metida de pata declarando como una sabelotodo delante de la prensa que ella es como un Tomas de Aquino pues “yo solo creo en lo que veo”. Alguien tendría que explicarle que esto que ella le atribuye a Tomas de Aquino es, pues, una frase del apóstol Tomas...pronunciada doce siglos antes de Tomas de Aquino. 

Así que cada día que pasa, se confirma que el gran remplazo está en marcha, Macron jura, con la mano en el corazón, que no hay de qué preocuparse, pues la asimilación va por buen camino. Excepto que...una investigación publicada en la revista Elle del 8 de abril, revela que el mercado de la virginidad es hoy prospero en Francia. Bastantes mujeres, de origen africano, ya han recurrido a la himenoplastia, la cirugía de reconstrucción del himen, prueba de virginidad. Como testimonio, Myriam, ingeniera civil de 29 años, ha pagado 2.500 euros por esta operación. Explica que “no tuve elección, es la tradición”. En su familia musulmana “y poco practicante”, se les exige a las mujeres que sean vírgenes el día de su matrimonio: “mi madre me lo ha dicho muchas veces, tu virginidad es tu bien más preciado”.  

Como respuesta a los amables e ingenuos que quieren creer que la iglesia es una muralla contra la invasión musulmana, el nuevo arzobispo de Reims ha invitado a su misa de instalación al representante de la Gran Mezquita de Reims, recibiéndolo en estos términos: “me gustaría que los hombres católicos preocupados por la presencia del islam en nuestro país sean igual de diligentes para hacer presencia en la misa o a la adoración eucarística que los hombres que vi en la mezquita un jueves en la noche durante la plegaria”.

Amén. 

 

Pierre Vial

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites