Résistance Identitaire Européenne

Chroniques, par Pierre Vial

Y a bon Omar

Les bobos se pâment devant l’histrion très coloré Omar Sy qui, après avoir bénéficié d’un intense battage médiatique en faveur du film Intouchables profite de la même opération de communication pour le film Samba. Le message idéologique d’Intouchables est clair (si on ose dire…) : un bourgeois blanc très friqué mais handicapé, fatigué de vivre, retrouve du tonus grâce à l’intervention quasi providentielle d’un garde-malade coloré qui fait le gugusse pour distraire son client et qui rappelle fortement la publicité d’antan « Y a bon Banania ».

Dans Samba, rebelote : un gentil sans-papiers, toujours coloré bien sûr puisque c’est à nouveau ce brave Omar qui s’y colle, reçoit l’aide d’une Blanche bien dévouée et méritante (Charlotte Gainsbourg, dont la carrière a été bien facilitée par le nom qu’elle porte… et qui, ça tombe bien, ne vient pas d’Auvergne) qui, bien sûr, tombe amoureuse du beau ( ?) bamboula. Ils seront très heureux et auront beaucoup d’adorables petits métis. Voilà le message, style « Veillées des chaumières » à la sauce SOS-Racisme, destiné à formater encore un peu plus le cerveau mou de nos congénères gaulois, toujours prêts à endosser le rôle de moutons voués à l’abattoir. Ils auront l’avenir qu’ils méritent.

P.V.

ImprimerE-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites