Résistance Identitaire Européenne

Culture Enracinée

Sélection (succincte) de films sur (et autour de) la guerre de sécession par Alain SANDERS (et en suivant la vidéo du film « la naissance d’une nation » en V.O.)

 

La Naissance d’une nation (1915), le chef-d’œuvre de D.W. Griffith.

 

1136 gettyimages 506002357

 

CSS Hunley (1999) de John Gray. L’histoire du sous-marin sudiste et des héros qui le manœuvrèrent.

Gangs of New York (2002) de Martin Scorsese. Quand, en 1863, New York se mutine contre les Nordistes.

Le Cavalier du crépuscule (1956) de Robert D. Webb. Le premier grand rôle d’Elvis Presley. Et, toujours avec le King, Flaming Star (1960) qui se déroule au Texas, juste après la guerre entre les Etats.

Sur la piste de Santa Fe (1940) de Michael Curtis. A l’aube de la guerre, la tentative du psychopathe John Brown à Harpers Ferry.

Le Relais de l’or maudit (1952) de Roy Huggins. En 1865, au Nevada, avec un commando sudiste.

The Raid de Hugo Fregonese. Un groupe de soldats sudistes sur les arrières de l’ennemi. Un incontournable.

 

raid 2

 

Retour à Legend City (2009). Parti enfant de Legend City, après la mort de son père, James Conners fait la guerre de Sécession, côté sudiste, et revient se venger.

Lincoln (2012) de Steven Spielberg. De la pure propagande yankee.

Alvarez Kelly (1966) d’Edward Dmytryk. Sudistes et Nordistes se battent pour la possession de 2 500 bovins.

Chevauchée avec le Diable (1998) d’Ang Lee. La guérilla sudiste à la frontière du Kansas et du Missouri. Un autre incontournable.

Les Rebelles (2009) de George Sherman. En 1864, un officier sudiste cherche à acheter des armes au Mexique.

L’Escadron noir (1940) de Raoul Walsh. Avec John Wayne. Avec la grande figure de Quantrill. Nous sommes là quelques mois avant la sécession.

Gods and Generals (2002) et Gettysburg (2001), les deux chefs-d’œuvre de Ron Maxwell.

Josey Wales hors-la-loi (1976) de (et avec) Clint Eastwood. Après la fin de la guerre, la guérilla sudiste ne désarme pas. A voir et à revoir !

Rio Lobo (1970) de Howard Hawks. Avec John Wayne. Après la guerre, l’alliance de circonstance entre un ancien officier nordiste et deux anciens officiers sudistes.

Frank et Jesse (1996) de Robert Boris. Et, en règle générale, tous les films mettant en scène le résistant sudiste Jesse James. Et notamment L’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford avec Brad Pitt.

Cavalry Charge. Avec Ronald Reagan.

Andersonville (1966) de John Frankenheimer. L’histoire du camp de prisonniers nordistes en Géorgie. On attend toujours le film qui raconterait l’horreur de camp de prisonniers sudistes à Elmira…

Major Dundee (1964) de Sam Peckinpah. Avec Charlton Heston.

La Dernière Cavalerie (1995) de Robby Henson. Jamais sorti en France. Disponible en DVD.

La Brigade des cow-boys (1968) de William Hale. Sept jeunes Texans s’engagent dans l’armée confédérée.

 

la brigade des cow boys 4

 

Two Flags West (1950) de Robert Wise. Un des meilleurs films sur l’après-guerre.

Shenandoah (1965) d’Andrew V. McLaglen. Avec James Stewart.

Le Jugement des flèches (1957) de Samuel Fuller. Pour rester un libre Sudiste.

Les Géants de l’Ouest (1969) d’Andrew McLaglen. Avec John Wayne.

Sur le territoire des Comanches (Comanche Territory) (1950)

Sans foi ni loi (Incident at Phantom Hill ) (1966).

Abraham Lincoln (1930, D.W. Griffith). Une intéressante biographie du président de l’Union et bourreau du Sud.

 

786dc081 e169 409e bd0f 43843fbfebc9 1.f6c0e6a81e587501eb870c6cdb6fe9e0

 

L’Aigle solitaire (1954, Demer Daves). A la fin de la guerre, un chasseur d’Indiens est désigné pour aller négocier avec eux un traité de paix.

Ambush At Cimarron Pass (1956, Jodie Copeland). Comme Rod Steiger dans Le Jugement des flèches (de Samuel Fuller), Clint Eastwood incarne un rebelle qui refuse de vivre sous la loi des vainqueurs.

L’Arbre de vie (1957, Edward Dmytryk). En plein conflit, un homme qui refuse la violence épouse une jeune Sudiste.

Arizona Bill (1956, Mario Bava). Un rancher ruiné par la guerre décide de participer à l’attaque d’une banque dans l’Utah.

L’Attaque de la Rivière Rouge (1954, Rudolph Mathé). Contrairement aux ordres qu’il a reçus, un officier sudiste se porte au secours d’un fort unioniste attaqué par les Indiens.

Autant en emporte le vent (1939, Victor Fleming). On ne présente plus. Et on est à vie sous le charme de Scarlett O’Hara.

 

autant 6

L’Aventure est à l’Ouest (1953, Lloyd Bacon). Un ancien officier nordiste doit faire face à une révolte indienne.

La Bagarre de Santa Fe (1951, Irving Pichel). Après la guerre, deux frères ne se retrouvent pas du même côté de la loi.

Le Bataillon des lâches (1964, George Marshall). Des déserteurs nordistes sont capturés et envoyés dans l’Ouest pour combattre les Indiens.

Le Bon, la Brute, le Truand (1968, Sergio Leone). Trois aventuriers à la recherche d’un trésor pendant la guerre de sécession.

Le brigand bien-aimé (1939, Henry King). La vie du guérillero sudiste Jesse James. Sur le même thème (et la liste n’est pas exhaustive) : Le Retour de Frank James (1940, Fritz Lang) ; Bad Men of Missouri (1941, Ray Enright) ; La Ville des sans-loi (1946, Tim Whelan) ; Jesse James vs the Dallons (1954, William Castle) ; Jesse James Women (1954, Don Barry) ; Le Brigand bien-aimé (1957, Nicholas Ray) ; Jesse James Meets Frankenstein’s Daughter (1966, William Beaudine) ; La Légende de Jesse James (1972, Philip Kaufman) ; Le Carrefour de la violence (1957, Franklin Adreon).

Les Cavaliers (1959, John Ford). En 1863, le colonel nordiste Marlowe (John Wayne) mène un raid de cavalerie à l’intérieur des lignes sudistes.

Les Cavaliers de l’ombre (1982, Andrew McLaglen). Deux frères, séparés par leurs choix entre le Nord et le Sud, se retrouvent pour combattre des renégats.

Les Chevaliers du Texas (1949, Ray Enright). Trois ranchers inséparables sont séparés par leurs engagements dans le conflit.

Les Clairons sonnent la charge (1952, Roy Rowland). Un officier nordiste, qui s’est conduit comme un lâche pendant la guerre, va se couvrir de gloire à Little Big Horn.

Custer, l’homme de l’Ouest (1968, Robert Siodmak). La vie d’un sabreur yankee. De la guerre entre les Etats au désastre de Little Big Horn.

Dallas ville frontière (1950, Stuart Heisler). Un vétéran, revenu de tout et désabusé, découvre l’amour.

Les Dernières Heures d’un bandit (1956, Charles Haas). Un ancien shérif revient de la guerre de sécession. Et pas pour se reposer...

Dixie (Edward Sutherland, 1943). Avec Bing Crosby et Dorothy Lamour. L’histoire du compositeur Dan Emmett, auteur de l’hymne sudiste Dixie, à la conquête de New Orleans.

 

dixie 7

 

Le Dollar troué (Calvin Jackson Pager, 1965). Après la guerre de sécession, deux frères se séparent. L’un rejoint la Virginie où l’attend sa femme, l’autre part chercher l’aventure à l’Ouest.

El Paso, ville sans loi (Lewis R. Foster, 1949). Avec John Payne, Gail Russel, « Gabby » Hayes. A la fin de la guerre, un avocat se rend compte que pour maintenir l’ordre, les colts —justement appelés peacemakers — sont bien plus efficaces que les livres de loi.

El Condor (John Guillermain, 1970). La guerre de sécession terminée, deux aventuriers se liguent pour récupérer un chargement d’or destiné à l’empereur du Mexique, Maximilien.

L’Esclave libre (Raoul Walsh, 1957). Avec Clark Gable , Yvonne De Carlo, Sydney Poitier. Un gentleman sudiste un peu voyou sur les bords s’éprend d’une jeune femme qui, au moment où éclate la guerre de sécession, s’aperçoit qu’elle est métisse.

Escorte pour l’Oregon (Francis D. Lyon, 1959). Avec Victor Mature. Un soldat confédéré et sa fille, en route vers l’Oregon, croisent le chemin de deux femmes rescapés d’une attaque et détentrices de la paie de soldats nordistes.

Fais ta prière, Tom Dooley (Ted Post, 1959). Ignorant que la guerre est finie, un combattant sudiste attaque une diligence yankee. Arrêté, il est condamné à la pendaison.

La Femme qui faillit être lynchée (Allan Dwann, 1953). Pendant la guerre, une femme s’installe dans l’Ouest et s’initie au maniement des armes pour se faire respecter.

La Fille rebelle (David Butler, 1935). Pendant les combats, une petite fille (Shirley Temple) essaie de sauver son père, officier sudiste condamné à mort par l’Occupant.

Fort Bravo (John Sturges, 1953). Dans un fort de l’Arizona, des prisonniers sudistes préparent leur évasion avec l’aide d’une espionne. Avec William Holden et Eleanor Parker.

 

fort 8

 

Fureur à l’Ouest (Oscar Rudolph, 1962). Un shérif et sa femme tentent d’acheminer une cargaison d’or vers les Etats nordistes

Le Gang des Frères James (Walter Hill, 1980). L’histoire des célèbres guérilleros sudistes Frank et Jesse James, Miller, Younger, Ford.

Les Géants de l’Ouest (Andrew V. McLaglen, 1969). Avec John Wayne. Deux officiers, un nordiste et un sudiste, se rendent au Mexique après la guerre. L’un avec sa famille, l’autre avec un troupeau

Le Gentilhomme de la Louisiane (Rudolph Mathé, 1953). Avec Tyrone Power. Un aigrefin décide de prendre le contrôle des maisons de jeu — et Dieu sait s’il y en a — de New Orleans.

Gettysburgh (Ronald F. Maxwell, 1993). Les trois jours de combats qui, en 1863, marqueront un des tournants de la guerre.

Glory (Edward Zwick, 1989). Le colonel nordiste Robert Gould Shaw est chargé de constituer le premier régiment de volontaires noirs.

La Conspiration (Robert Redford, 2012). Le sort de Mary Seurat (elle sera pendue) accusée pour avoir conspiré avec l’auteur du meurtre de Lincoln, John Wilkes Booth, le «Brutus du Sud».

Les Quatre Filles du Dr March (Mervyn Leroy, 1949). Pendant que le docteur March est médecin dans les rangs nordistes, sa femme et ses quatre filles ont du mal à joindre les deux bouts. Autres versions : Les Quatre Filles du Dr March (George Cukor, 1933) ; Les Quatre Filles du Dr March (Davil Lewell Roch, 1978) ; Les Quatre Filles du Dr March (Gillian Armstrong, 1944).

Les Rebelles du Missouri (Gordon Douglas, 1950). Une superbe chevauchée avec les frères James et leurs compagnons.

Les Rebelles (Georges Sherman, 1954). Avec Joel McCrea. Un officier sudiste essaie d’acheter des armes au Mexique pour soutenir la cause.

 

rebel 9

 

La Reine des rebelles (Irvin Cummings, 1941). Avec Randolph Scott et Gene Tierney. L’histoire de Belle Starr, rebelle sudiste puis chef de bande. Remake : Belle Starr (John A. Alonzo, 1980). Séquelle : Belle Starr’s Daughter (Lesley Selander, 1946).

Le Relais de l’or maudit (Roy Huggins, 1952). Avec Randolph Scott. Des cavaliers sudistes s’emparent d’un convoi d’or et s’opposent à leur officier qui veut rendre le butin.

Représailles en Arizona (William Witney, 1965). Avec Audie Murphie. Un ancien officier sudiste prend le commandement d’un détachement d’Arizona Rangers pour combattre la bande de Quantrill.

Retour à Cold Mountain (Anthony Minghella, 2003). Le destin de jeunes Sudistes de Cold Mountain, Caroline du Nord, dans l’enfer de Vicksburg, et celui de ceux et celles qu’ils ont laissés au pays.

Le Retour de Frank James (Fritz Lang, 1940). Frank James revient venger Jesse, son frère assassiné.

Adventures of Frank et Jesse James (Fred Bannon, 1948). Une autre approche de la saga des frères James.

La Révolte des dieux rouges (William Keighley, 1950). Avec Errol Flynn. Un Sudiste se trouve mêlé à une guerre indienne.

Rio Conchos (Gordon Douglas, 1964). Réfugié au Mexique avec ses hommes, un officier sudiste veut reprendre les combats en armant les Apaches.

Rio Grande (John Ford, 1950). Avec John Wayne et Maureen O’Hara. Le colonel York qui, sur ordre, a brûlé la plantation d’une Sudiste, retrouve cette dernière dans l’Ouest où il se bat contre les Apaches.

Rio Lobo (Howard Hawks, 1970). Avec John Wayne. Un colonel nordiste veut récupérer un chargement d’or qui a été détourné.

La Rivière du hibou (Robert Enrico, 1961). Pendant la guerre, un soldat qui va être pendu revoit défiler sa vie.

La Rivière rouge (Howard Hawks, 1948). Avec John Wayne. Après la guerre, Thomas Dunson ouvre à son bétail la fameuse Chilsholm Trail.

La Route au tabac (John Ford, 1941). La vie d’une famille de petits Blancs en Géorgie.

Sugarfoot (Edwin L. main, 1954). Un ancien officier sudiste retrouve son ennemi en Arizona.

 

Sugar 10

 

La Tache de sang (John Ford, 1918). Trop jeune pour intégrer l’armée sudiste, un jeune montagnard rejoint les francs-tireurs de Quantrill (connu en anglais sous deux titres : The Scarlet Drop et Hill Billy).

Les Tambours de la guerre (Reginald LeBorg, 1957). En pleine guerre de sécession, les Indiens se soulèvent contre des chercheurs d’or malhonnêtes.

Terre damnée (John Farrow, 1950). Après les épreuves de la guerre, celles de la fièvre de l’or.

Terre sans pardon (Rudolph Malé, 1956). A la fin de la guerre, un Sudiste revient chez lui et affronte les carpetbaggers.

La Trahison du Capitaine Porter (André De Toth, 1953). Un officier nordiste est envoyé dans le Sud pour mettre fin à la persécution des vaincus.

Trois cavaliers pour Fort Yuma (Calwin Jackson Padget, 1966). Des soldats sudistes tentent de s’emparer d’une réserve d’or nordiste cachée à Fort Yuma.

Tuez-les tous… et revenez seul ! (Enzo G. Castellari, 1970). Un commando sudiste est chargé de s’emparer d’un trésor caché dans une caisse de dynamite.

La Vengeance de Frank James (William Berke, 1950). Un sosie de Frank James multiplie les hold-up. Ce qui déplaît fortement au vrai Frank James…

Dans la brume électrique avec les soldats confédérés (Bertrand Tavernier, 2009). Dans la moiteur de la Louisiane, une grande enquête de l’inspecteur Dave Robicheaux à laquelle s’invitent les fantômes des soldats confédérés.

Je n’ai pas tué Lincoln (John Ford, 1936). L’histoire vraie du docteur Samuel Mudd qui soigna – sans savoir qu’il il était – John Wilkes Booth, l’assassin de Lincoln. Il sera condamné à perpétuité et envoyé dans le sinistre bagne de Shark Island.

Vers sa destinée (John Ford, 1939). Avec Henry Fonda. A la mort de sa (première) femme, le jeune Abraham Lincoln part étudier le droit à Springfield, Missouri. Avocat débutant, il doit défendre les frères Matt et Adam Clay accusés de meurtre.

Bataille sans merci (Raoul Walsh, 1953). Avec Rock Hudson. A la fin de la guerre de sécession, un paisible fermier doit prendre les armes pour délivrer sa fiancée enlevée par un ancien soldat confédéré.

A la poursuite de Jesse James (Joseph Kane, 1939). Roy Rogers sur les traces de Jesse James accusé, à tort, d’un vol qu’il n’a pas commis.

Redemption, les cendres de la guerre (Joseph Paul Stachura, 2010). 1865. La guerre va s’achever. Sudistes, les Matherson ont payé un lourd tribut à ce terrible conflit. Ils décident de partir refaire leur vie en Californie.

La Peine du Talion (Jules Schermer, 1948). Avec Glenn Ford et William Holden. De retour de la guerre, un colonel nordiste devient juge. Et se met à dos toute la ville. Y compris sa femme qui le quitte, et son adjoint qui se révolte contre ses méthodes.

La Haine des Desperados (Henry Levin, 1969). Une bande de déserteurs ravage l’Ouest pendant la guerre de sécession.

L’Héroïque Lieutenant (Frederick de Cordova, 1953). Avec Audie Murphy. Pendant la guerre, un officier nordiste contrecarre un soulèvement peau-rouge.

L’Homme de Kansas City (Edwin L. Marin, 1949). Avec Randolph Scott. Un épisode la vie de Jesse James.

L’Infernale Poursuite (Francis D. Lyon, 1956). Un agent nordiste se voit confier la mission de détruire un pont entre Alexandria et Memphis.

J’ai tué Jesse James (Samuel Fuller, 1956). Le destin de Bob Ford (this dirty little coward comme dit la chanson) qui assassina Jesse James d’une balle sans le dos.

J ai tue11

 

Jesse James vs The Daltons (William Castle, 1954). Le fils de Jesse James règle ses comptes avec les Daltons (les vrais, pas les caricatures de Lucky Luke…).

Judge Priest (John Ford, 1934). En 1890, dans une petite ville du Kentucky, un homme accusé de meurtre est acquitté compte tenu de sa conduite héroïque pendant la guerre.

Kansas en feu (Ray Enright, 1950). Avec Audie Murphy. Le jour où Jesse James rejoignit les guérilleros sudistes de Quantrill.

La Légende de Jesse James (Philip Kaufman, 1972). Les frères James préparent un hold-up dans le Minnesota, à savoir assez loin de leurs terrains de chasse habituels.

The Lonely Trail (Joseph Kane, 1936). Avec John Wayne. Après la défaite, John Wayne aide le gouverneur du Texas à combattre les carpetbaggers yankees accourus à la curée. Inédit en France.

Louisiane (Philippe de Broca, 1983). A travers le destin d’une femme, les bouleversements provoquées en Louisiane par la guerre.

Macho Callahan (Bernard Kowalski, 1970). A la fin de la guerre, un homme s’échappe de prison pour se venger de celui qui l’a fait condamner.

Le Mécano de la “General” (Buster Keaton, 1927). Chauffeur de loco (“The General”), Keaton veut s’engager dans l’armée nordiste pour épater une jeune fille. En vain. En 1956, Walt Disney en a produit un remake signé Francis D. Lyon : Andrew’s Raiders d’après le fait historique qui a inspiré les deux films). En français : La Poursuite infernale.

Les Mercenaires du Rio Grande (Robert Siodmak, 1966). En 1864, deux aventuriers se mettent au service des rebelles juaristes contre l’empereur Maximilien.

La Montagne rouge (William Dieterie, 1951). Avec Alan Ladd. Les aventures des guérilleros de Quantrill sur les arrières de l’armée nordiste.

L’Or des pistoleros (William A. Graham, 1967). Avec James Coburn. Trois soldats sudistes dérobent à l’armée nordiste une fortune. Ils décident d’aller cacher le trésor près d’un point d’eau en plein désert.

L’Or et l’amour (Jacques Tourneur, 1956). Juste avant la guerre, dans le Colorado en pleine fièvre de l’or, les camps – pro-sudiste, pro-nordiste – commencent à se dessiner.

Les Pillards du Kansas (Edward Bends, 1958). Les francs-tireurs de Quantrill préparent l’attaque d’un arsenal fédéral au Kansas.

 

Les Pillards 12

 

Les Proies (Don Siegel, 1971). Avec Clint Eastwood. Pendant la guerre, un soldat blessé est recueilli et soigné dans une école de filles.

Alain Sanders

 

Naissance d'une nation - 1915, D.W. Griffith

 

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites