Résistance Identitaire Européenne

Ecologie

La carte de la radio activité en France après Fukushima

 

La CRIIRAD publie ce jour la carte qui prouve que la France a été
contaminée dès le 22 mars 2011 :

1/ les masses d’air contaminé par les rejets radioactifs de la
centrale nucléaire de fukushima daiichi sont arrivées 2 jours avant la
date indiquée par l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire
(IRSN) ;

2/ elles ont affecté les trois quarts de la France (et non pas le seul
sommet du Puy-de-Dôme) ;

3/ l’activité de l’iode 131 particulaire était plus de 20 fois
supérieure à celle annoncée pour le 24 mars.

Ni l’IRSN, ni les grands exploitants du nucléaire, ne pouvaient
l’ignorer. Omission involontaire (mais invraisemblable) ou délibérée…
mais dans quel but ?

La CRIIRAD a saisi ce jour, le Premier ministre et le président de
l’Autorité de Sûreté Nucléaire d’une demande d’enquête sur la
chronologie des faits et les différents niveaux de responsabilités.

Plus d’information dans le PDF en pièce jointe.



http://www.criirad.org/actualites/dossier2011/japon_bis/sommaire.html

CRIIRAD
Immeuble Le Cime
471 av. Victor Hugo - 26000 VALENCE
Tel : 04 75 41 82 50
Fax : 04 75 81 26 48
Site web : http://www.criirad.org

 

carte_radioactivt_france

 

http://www.criirad.org/actualites/dossier2011/japon_bis/irsn/iode_particulaire.pdf

 

Effets pour la santé : une question de dose(s)


La radioprotection est basée sur 2 grandeurs majeures :
- l’activité émise (nombre de désintégrations par seconde ou Becquerels (Bq)
- la dose (énergie absorbée par kg de matière exprimée en Joules/kg ou Gray (Gy)
Afin de différencier la dose reçue selon la nature des particules émises, l’organe cible et la surface touchée, on parle pour les effets chez l’homme d’équivalent de dose ou dose efficace, exprimé en Sievert (Sv).
Quelques ordres de grandeur utiles :
Radioactivité naturelle : 1-20 mSv par an (des pics à 40 mSv ont été reportés en Iran)
Une radiographie du bras : 0,1 à 1 mSv en quelques minutes
Une mammographie : 1 à 4 mSv en quelques minutes
Un scanner du thorax : 10-20 mSv en quelques minutes
Une session de radiothérapie : 2 Sv en quelques minutes à la tumeur (une radiothérapie est faite de plusieurs sessions espacées de 24 h)
En dehors de la radioactivité naturelle et de toute irradiation d’origine médicale, la limite individuelle pour le grand public (hors travail) est de 1 mSv/an (corps entier), 15 mSv/an pour le cristallin et 50 mSv/an pour chaque cm2 de peau.

 

http://www.inserm.fr/actualites/rubriques/actualites-societe/radioactivite-faibles-doses-fortes-doses-sommes-nous-tous-egaux

 

Imprimer E-mail

L'entretien du nucléaire coute cher

L'entretien d'un réacteur coute 500 Millions, alors qu'un neuf coute 5 milliards; alors on prolonge la durée de vie... et tant pis si les soucis commencent, c'est ca la logique de la rentabilité aux actionnaires !

RF

LEAD 1 La durée de vie d'un réacteur de Tricastin prolongée

vendredi 3 décembre 2010 13h24

PARIS, 3 décembre (Reuters) - L'Autorité de sûreté nucléaire a autorisé début novembre l'exploitation pour dix années supplémentaires du réacteur nucléaire numéro un de la centrale du Tricastin dans la Drôme, en fonctionnement depuis 1980, a fait savoir vendredi l'ASN dans un communiqué.

Il s'agit de la première prolongation de la durée de vie d'un réacteur nucléaire au delà de 30 ans en France.

La centrale du Tricastin exploitée par EDF (EDF.PA: Cotation) possède quatre réacteurs de 900 mégawatts chacun.

La décision de prolongation a été prise à l'issue de la troisième visite décennale du réacteur, obligatoire pour la poursuite de l'activité, la réglementation française ne prévoyant pas d'imposer une durée limite d'exploitation.

"L'ASN considère que le réacteur n°1 de la centrale nucléaire du Tricastin est apte à être exploité pour une durée de dix années supplémentaires", peut-on lire dans le communiqué.

La visite décennale qui s'est déroulée entre mai et août 2009 a permis, selon l'ASN, de vérifier la conformité des installations aux exigences de sûreté nucléaire et d'intégrer de nouvelles considérations concernant la maîtrise du vieillissement et le renouvellement des compétences.

En juillet 2009, l'organisme de contrôle des activités nucléaires civiles avait annoncé qu'il n'avait pas d'objection de principe à une prolongation jusqu'à 40 ans de la durée de vie des centrales mais qu'il se prononcerait réacteur par réacteur.

EDF estime que les réacteurs français ont été initialement conçus pour fonctionner au moins 40 ans et espère étendre leur durée de vie à 60 ans à l'instar de certains réacteurs aux Etats-Unis.

Les visites décennales des réacteurs français ont débuté en 2009 et ces inspections s'échelonneront jusqu'en 2019.

EDF dispose actuellement d'un parc de production électronucléaire de 58 réacteurs d'une capacité totale de 63,1 gigawatts, dont 34 ont une capacité de 900 MW.

(Mathilde Cru, édité par Yves Clarisse)

Imprimer E-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites