Résistance Identitaire Européenne

Livres

S'instruire et comprendre avant d'agir

 

 

 

3 nouveautés aux Editions Terre & Peuple !

 

Brochure 1Brochure 2Brochure 3

 

Jean-Patrick Arteault est questionné par Pierre Vial concernant son analyse du mondialisme contemporain:

 

Pierre Vial - Tu as abordé la question des origines du mondialisme contemporain et de la genèse de l'Etat Profond occidental dans les numéros 43,44, 45, 46, 47, 49, 50 de Terre et Peuple Magazine. Or aujourd'hui tu choisis de revenir sur cette question dans sept livrets publiés par les Éditions Terre et Peuple. Pourquoi ce choix ?

Jean-Patrick Arteault : Pour plusieurs raisons. D’abord, en guise de pirouette, je dirais que je suis partisan, sur les sujets essentiels, de la « pédagogie au marteau » : soit, sans cesse taper sur la même tête de clou pour s’assurer qu’elle rentre bien dans le matériau, ici les esprits. Or, le mondialisme occidental est aujourd’hui, plus que jamais, au cœur de l’effort d’emprise de l’oligarchie ploutocrate qui domine les pays de la sphère occidentale. L’épisode du Covid, comme prétexte à l’établissement d’une société de surveillance (qu’on souhaite approuvée avec enthousiasme), après l’épisode du changement climatique, comme prétexte à un appauvrissement des gens ordinaires de l’Occident (qu’on souhaite également volontaires et enthousiastes), est sa manifestation actuelle sous l’emblème de l’ordre issu de Davos. Donc, revenir sur les bases historiques et conceptuelles de la dynamique mondialiste, avec ses évolutions et ses constantes, est important. Cela vise à donner aux résistants à cet ordre mondial toxique des outils de compréhension pour être plus efficaces dans une lutte qui est très loin d’être jouée d’avance. Comprendre pour vaincre, telle pourrait être ma devise.

Par ailleurs, j’ai aussi évolué dans mon approche du sujet depuis la parution de mon enquête inachevée dans Terre & Peuple Magazine. D’une part, j’ai augmenté ma connaissance sur les origines du mondialisme occidental et musclé mes références. Ce dont les nouveaux livrets essayent de rendre compte. Et je précise, dès à présent, que je ne livre pas une somme sur le sujet, ce dont mes limites personnelles me rendent parfaitement incapable, mais une sorte de rapport d’étape, fait de multiples compilations et analyses, plein d’imperfections, dont le seul but est d’inciter d’autres chercheurs honnêtes à aller plus loin pour dénicher d’autres pépites et faire progresser une connaissance rationnelle de cette « conjuration à ciel ouvert » contre les peuples enracinés, toutes origines confondues, qu’est devenu au fil du temps le mondialisme occidental.

Par ailleurs, j’ai aussi affiné mon analyse du phénomène oligarchique. Je ne le considère plus comme une anomalie qui serait rentrée par effraction dans la pratique politique des peuples euro-américains, puis des autres. Je considère aujourd’hui le phénomène oligarchique, c’est à dire la domination des grands nombres par les petits nombres, comme une constante anthropologique des sociétés organisées, quel que soient les temps, les lieux ou les races. Le fait que nous soyons sous la domination d’une oligarchie ne me semble pas un scandale en soi : c’est un phénomène inévitable dès qu’une société atteint un certain degré de complexité. Ce qui est contestable, de mon point de vue de résistant à l’ordre mondial actuel, c’est la domination de l’oligarchie ploutocratique, dont la base du pouvoir est la maîtrise du pouvoir de l’argent et qui s’exerce dans un but de « liquider », à tous les sens du terme, le monde de l’enracinement, que cet enracinement soit dans le sexe, la famille, le métier, le groupe social, l’ethnie, la culture, la religion ou la vision du monde. Cette ploutocratie doit être combattue avec détermination. Elle laissera nécessairement sa place car l’histoire du monde est aussi un cimetière d’oligarchies. Mais il faut bien comprendre que ce qui la remplacera, ce ne sera pas un ordre issu d’une révolte populaire égalitaire, même si une telle révolte peut être l’instrument de sa chute, mais une ou des oligarchies alternatives basées sur d’autres visions du monde, d’autres valeurs et d’autres objectifs historiques. Le pot de terre ne peut pas détruire le pot de fer, seul un autre pot de fer plus résistant le peut. Tout cela impliquait de reprendre le travail paru il y a quelques années dans Terre & Peuple Magazine d’une manière plus étoffée et sous un angle un peu différent.

 

PV - Pourquoi avoir choisi de diviser en sept livrets ton travail plutôt que de le publier en un seul livre ?

JPA : Comme je l’ai dit, il s’agit d’un rapport d’étape, de multiples rapports d’étapes en fait, selon les sous-sujets du thème général. Je suis donc très loin d’avoir achevé cette enquête. Si les Dieux me prêtent vie et énergie au travail Il y aura d’autres étapes, même au-delà des sept livrets d’ores et déjà prévus. Je ne me suis pas senti non plus la force de travailler rapidement à un gros ouvrage. Comme je l’ai dit avec franchise tout à l’heure, mes limites personnelles en termes de connaissances et ma tendance à la procrastination ne me facilitent pas la tâche ! J’ai longtemps attendu que quelqu’un de plus doué que moi s’attelle à ce type de travail que j’ai voulu rationnel et mesuré, donc sans tomber dans les travers du sectarisme idéologique ou du réductionnisme complotiste. Le statut de lecteur est infiniment plus confortable que celui de chercheur écrivain ! Je ne me suis mis à la tâche que faute d’avoir trouvé ailleurs ce que je pensais devoir être dit. D’où la lenteur d’une progression qui n’autorise pas l’espoir rapide d’un opus magnum…

D’un autre côté, j’ai aussi constaté, comme beaucoup, un changement du rapport à la lecture chez nombre de nos contemporains : les gros livres aujourd’hui font peur. Il y a moins d’appréhension à se lancer dans la lecture de livrets moins épais et plus concentrés sur un sujet précis. D’où l’idée de jouer gagnant-gagnant : d’une part l’auteur peut se donner le temps de prolonger son travail pour en apporter les fruits au fur et à mesure, d’autre part le lecteur a plus de chance d’aller rapidement au bout de sa lecture.

 

PV - Peux-tu alors donner le programme des premières parutions ?

JPA : Des sept premiers livrets, six sont d’ores et déjà rédigés et je crois savoir que grâce à l’engagement des Éditions de Terre et Peuple, les trois premiers devraient paraître à la fin de décembre 2021. Le septième livret est en cours d’écriture.

Le premier livret sera une grosse introduction sur les concepts, la méthodologie et les bases historico-culturelles du mondialisme occidental, en répétant encore une fois que pour moi mondialisme et occidentalisme sont des quasis synonymes. Le second s’intéressera aux premières décennies de la Société Secrète de Cecil Rhodes (la désignation est de lui-même) et du Groupe de Milner en espérant à avoir réussi à aller un peu au-delà de la paraphrase du maître livre de Carroll Quigley sur le sujet. Le troisième sera consacré aux premiers temps de la Société Fabienne qui n’est ni la matrice du groupe Rhodes – Milner ni sa création, contrairement à ce qu’on peut lire ici ou là dans la littérature « conspirationniste » française. Ces deux derniers livrets reprennent et développent la matière qui avait fait l’objet des articles parus dans Terre & Peuple Magazine.

Parmi les livrets dont la parution aura lieu plus tard, le quatrième s’interrogera sur les convergences et les frottements entre les oligarchies britanniques, juives et américaines entre la fin du XIXe et les débuts du XXe siècle, sachant que les rapports noués dans cette période conditionnent toute l’évolution ultérieure. Le cinquième livret aura pour but de poser des bases sur les rapports de cette première ploutocratie transatlantique aux grands problèmes géopolitiques avant, pendant et après le premier conflit mondial. Le sixième fera un pas de côté par rapport à l’approche très historique des précédents pour creuser les racines du précoce intérêt de la ploutocratie atlantiste pour l’ingénierie culturelle, politique et sociale. Quant au septième livret, actuellement en cours de rédaction, il s’intéressera à la manière dont la France, qui avait son propre projet universaliste (donc mondialiste) a été contrainte de se couler dans le moule atlantiste anglo-saxon. On verra que cela ne date pas des années Sarkozy… Après… après nous verrons…

 

PV - Ceux que dérange ton travail sur le mondialisme vont, faute d'arguments solides à t'opposer, crier bien sûr au complotisme. Que souhaites-tu leur répondre ?

JPA : Je n’ai justement pas voulu faire œuvre « complotiste » au sens habituel du terme. Mon enquête, j’ai la faiblesse de le croire, n’est ni monomaniaque ni réductionniste ni prisonnière d’aprioris idéologiques, même si je ne cache pas ma posture critique de l’occidentalisme qui, pour moi, est presque synonyme du mondialisme contemporain.

Je tiens aussi les accusations de « complotisme » en général pour illégitimes. On peut constater, en effet qu’elles sont le fait d’acteurs désinformateurs ou propagandistes dont l’unique but est de décrédibiliser des chercheurs ou des lanceurs d’alerte qui mettent en cause les « storytelling » des dominants. C’est devenu presque criant dans les affaires du Covid où de prestigieux chercheurs se font traiter de complotistes ou de charlatans par de petits esprits qui ne leur arrivent pas à la cheville mais qui servent servilement les agendas de Davos et de Big Pharma. Cela dit, l’affaire se complique parce qu’il est historiquement attesté que certains acteurs de l’histoire que je raconte dans mes livrets ont explicitement revendiqué d’agir souterrainement à la manière de conjurés. C’est le cas de Cecil Rhodes et d’une certaine manière pour les créateurs de la Société Fabienne.

En fait, je crois que la question complotiste est mal posée. Si l’on observe bien la manière dont les gens se conduisent pour mener leurs vies et leurs projets, que ce soit individuellement, en petits ou grands groupes, on constate qu’ils se conduisent tous la plupart du temps de manière stratégique en dissimulant leurs buts ultimes, soit pour être plus efficaces, soit pour s’afficher moralement immaculés. On parle ainsi de stratégie amoureuse, de stratégie de carrière, de stratégie économique, de stratégie métapolitique ou de stratégie militaire etc.

Dès que l’on parle de stratégie, la dissimulation entre en ligne de compte car il s’agit toujours de conduire un individu, un petit groupe ou une société à faire ce qu’ils n’auraient pas eu l’idée de faire spontanément. De manière plus précise, on peut dire que la stratégie dissimulée est l’air que respirent tous les acteurs historiques. Si on remplace « complot » ou « conjuration » par « stratégie dissimulée », on a la même chose au final, et sans doute avec moins de cris d’orfraie.

Cela dit, je le répète, les dominants n’aiment pas voir leurs stratégies dissimulées dévoilées car une stratégie dévoilée perd en partie de son efficacité, et donc se livrent à un travail prophylactique en dénonçant le « complotisme » de ceux qui les dévoilent. Bon, cela étant dit, si des ennemis me traitent de « complotiste », je dirai que c’est une péripétie inévitable de la guerre culturelle et je vivrai avec, l’esprit serein et philosophe. La seule chose qu’il ne faut jamais faire, c’est chercher à se justifier aux yeux des nuisibles qui vous attaquent ainsi car cela vous conduit à accepter la posture de l’accusé qui se défend (et quand on se défend, c’est bien connu qu’il y a anguille sous roche…) et parce que cela ne sert à rien : qui veut tuer son chien l’accuse toujours d’avoir la rage…

 

PV - De quelle façon Macron s'inscrit-il dans le flux mondialiste ?

JPA : Il est utile, en cette année d’élection présidentielle, de resituer le président Macron dans ce que tu appelles fort justement le « flux mondialiste ». C’est parfaitement bien vu car le mondialisme occidental est bel et bien une tentative de liquidation, au sens d’élimination et de liquéfaction, des mondes enracinés. Quand on parle de Macron, on a souvent tendance à se focaliser sur les clowneries de son équipe ministérielle mais c’est l’arbre d’une communication voulue qui ne doit pas masquer la forêt des sources idéologiques du macronisme et de ses actions conformes aux plans ploutocratiques portés aujourd’hui par la nébuleuse de Davos.

De manière étrange pour quelqu’un qui fait la promotion de ses propres bouquins, je voudrais attirer ici l’attention de nos lecteurs sur un livre très subtil dont je me servirai dans mon septième livret. Ce livre, de Frédéric Rouvillois, s’intitule justement « Liquidation. Emmanuel Macron et le saint-simonisme ». C’est un portrait d’Emmanuel Macron au miroir des postures idéologiques de Claude-Henry de Rouvroy de Saint-Simon et surtout des disciples de ce philosophe socialiste. Le point commun entre les saint-simoniens d’hier et le Macron d’aujourd’hui c’est bien de vouloir rendre le monde fluide, liquide. C’est saisissant pour comprendre les fondements idéologiques de Macron qui possède lui-même une certaine formation philosophique, ce qui rend très probable que ces rapprochements soient conscients chez lui. Bien des choses paraissent banales dans le vocabulaire pauvre de la société du spectacle, dont Macron maitrise bien les codes en bon comédien qui a eu un/une excellent-e professeur-e de théâtre…, mais qui renvoient en réalité à un vieux bagage idéologique venu de ce socialisme atypique qu’était le saint-simonisme. Y ayant retrouvé bien des positions communes aux créateurs de la Société Fabienne (qui, dans l’état actuel de ma documentation, ne semblent pas s’être inspirés de Saint-Simon et des saint-simoniens qui leur étaient antérieurs), j’ai eu envie d’explorer, pour le septième livret, cette piste qui donne une teneur bien particulière à la ploutocratie française.

À côté de ces racines intellectuelles, Macron par son parcours (Banque d’affaire Rothschild, Commission Attali, French American Foundation, audition auprès du Groupe de Bilderberg et forts liens de complicité avec Klaus Schwab du Forum de Davos) a le pedigree classique de la classe dirigeante compradore française au service des grands oligarques ploutocrates occidentaux. Mais soyons clair : Emmanuel Macron n’est pas un oligarque car ce n’est pas vraiment un possesseur de capitaux. Ce n’est que le majordome de l’entreprise France, le premier des domestiques de luxe qui constituent la classe dirigeante française et qui espère bien le rester en 2022…

 

Désignation

Prix unitaire

Frais de port

 

Comprendre les origines du mondialisme - livret 1

10 €

4 €

     

Comprendre les origines du mondialisme - livret 2

10 €

4 €

 

   

Comprendre les origines du mondialisme - Livret 3

12 €

4 €

 

   

Les 3 livrets

    32 €  

   6 €

Chèques à l’ordre de Terre & Peuple

Adresse postale d’envoi : Association TP – Licorne 2 Chemin des Monts 42110 Feurs

Imprimer

Les Runes et la Tradition primordiale – Paul-Georges Sansonetti

Désignant l’écriture des anciens Germains, le mot rune signifie « secret », « mystère », termes directement évocateurs d’ésotérisme et d’initiation Si, dans leur ensemble, les universitaires concèdent qu’il existe un usage religieux ou magique des runes, il n’entre pas dans leur conception du sacré que cette écriture fasse référence à ce qui, constituant sans doute la plus grande énigme de l’Histoire, appartient aux profondeurs de l’âme européenne.

S’écartant de la théorie officielle affirmant que les runes furent créées au premier siècle de notre ère à partir de lettres alpines ou nordétrusques, le travail du professeur Paul-Georges Sansonetti propose un tout autre regard sur ces caractères présentant la singularité de privilégier les formes angulaires, comme pour transcrire une géométrie sacrée formatrice des structures mentales d’un être originel en résonance avec l’univers. Conséquemment à cela, le décryptage du système runique apporterait la preuve de l’existence de ce que l’on nomme, depuis René Guénon, la Tradition primordiale, source même des divers domaines initiatiques.

 

Sansonetti Paul Georges Les runes et la tradition primordiale

 

Sansonetti Paul Georges Les runes et la tradition primordiale 4ème

18 € Format: 12,5 x 19cm – 316 pages

A commander ici : https://editions-ace.com/produit/les-runes-et-la-tradition-primordiale-paul-georges-sansonetti/

Imprimer

Atlas Wandervogel

L’aventure des mouvements de jeunesse en photos. Cet ouvrage, comporte 94 illustrations, en noir et blanc pleine page, et retrace les randonnées à travers l’Allemagne de jeunes Allemands, filles et garçons, entre 1919 et 1929.

Un beau travail de la part des Amis de la Culture Européenne !

 

20200330 VW Atlas Couv

 

Atlas Wandervogel Les Amis de la Culture Européenne

 

Atlas Wandervogel 112 pages 3 Seite 016

 

24 € 

Ouvrage trilingue : français, allemand, espagnol

Format : A4 – 21×29,7cm; 112 pages, impression sur papier glacé et signet

A commander ici : https://editions-ace.com/produit/atlas-wandervogel/

Imprimer

LE FUTHARK ANCIEN GERMANIQUE, LE NOMBRE 37 CLEF DE L’ÉNIGME.

couverture livre

 

L'ouvrage intitulé LE FUTHARK ANCIEN GERMANIQUE de Christian René Robin traîte des correspondances métaphysiques par le jeu des runes, de la signification de leur nom germanique ancien et de l'importance incontournable du nombre clef 37.


C'est l'ambition d'une très longue étude qui se sera déroulée sur plus de trente cinq ans de recherches.


Ce travail personnel n'a pas pour but d'être un traîté de petite magie, de divination ou de sorcellerie. Bien que l'étude parle souvent de chamanisme opératif, celui-ci est à aborder comme une forme possible d'expérience individuelle dont certaines données sont étudiées afin de constituer des pistes d'un travail personnel. Le fondement de ces travaux est basé sur les textes fondamentaux des deux grands métaphysiciens que sont René Guénon et Julius Evola, mais également, sur ceux de Mircea Eliade et de bien d'autres... Le propos s'appuie notamment sur des textes universitaires des éminents spécialistes en la matière tels que Renauld Krantz, Wolfgang Krauze, Rudolph Simek, R.L.M. Derolez entre autres mais également en utilant l'indispensable outil de la recherche qu'est la traduction de l'Edda par Xavier Dillmann.


Cette enquête minutieuse s'interroge sur les raisons impérieuses de la définition particulièrement précise de chaque nom de rune mais également sur la manière dont les runenmeister les ont pensées, nommées, placées et écrites. Il ressort de cette étude qu'elles entretiennent individuellement un rapport savant au sein de leur famille respective nommée "aett" et en groupes dans l'approche du qualifiant nominal qui les déterminent au sein de l'ancien futhark évoluant dans son anneau magique. Cet essai traîte également de la raison spécifique de leur arrivée chronologique; il tente d'établir les relations ésotériques qui unissent la signification des runes par rapport à la cosmologie, à la cosmogonie et à l'onthologie développées par les mythes fondateurs de la tradition Germano-Scandinave.

L'ouvrage, composé en trois textes interdépendants, expose une possible compréhension ésotérique du futhark ancien germanique par la division programmée de ces trois octades.
Cette investigation a permis de mettre en relation certains aspects de la quête mystique liée à ce qui est nommé : l'Eveil. Cette recherche tente d'exprimer, au travers de maîtres à penser de la littérature ésotérique, une synthèse permettant de mettre en évidence une possible voie d'accès au monde d'En-Haut par la compréhension des runes.


Cette écriture est à la fois méthodique et simple. Elle nous rapproche étrangement d'un système de calcul élémentaire par les lettres et leur nom. Celui-ci se nomme la guématrie, terme explicité par le métaphysicien R.Guénon. Nous avons tenté de donner forme à son discours nous amenant à reconsidérer ce qu'il dit de l'Apollon hyperboréen et de la Borée primordiale.


Cette démarche initiatique permettra d'éclaircir quelques aspects opératifs non développés par les métaphysiciens en tentant de donner corps à la spiritualité. Il s'en dégage une alchimie qui ne peut s'entendre qu'en établissant une réelle possibilité de changement comportemental interne. La religion doit se vivre comme une action virile en accord avec le Principe antérieur à toute chose. Ragin "la Puissances Magique qui nous gouverne et nous inspire" nous révèle cette chance unique. Il s'agit bien d'une expérience personnelle qui s'exprime au travers d'exemples tels que ceux développés dans l'alchimie taoïste des origines et le zen opératif. Méditations et contemplations ne sont jamais loin de la quête et l'action pure est une démarche non négligeable à la transformation de l'être qui se veut différencié.

Mythologie et épopées, religion, jeu de mots et de noms, jeu des chiffres et des nombres, tout semble appartenir à un ensemble bien huilé. Une runes, une lettre, un mot, un nombre: une guématrie, une forme. Les Maîtres des runes n'étaient pas seulement des magiciens, c'étaient avant tout des savants tels que des druides. Ils se nommaient alors "erilaz", "gudija" ou "thulaz"...

Vous pouvez acquérir ce livre en laissant un message sur le portable 06 79 41 95 84 ou sur le messenger de Christian Robin : https://www.facebook.com/christian.robin.98499/

34 euros + 8 euros de frais d'envoi (42 euros) en passant par Paypal ou par chèque en me contactant directement.

Cet ouvrage de plus de 500 pages est agrémenté de très nombreux dessins, schémas et tableaux explicatifs de l'auteur.

***

cr Copier

 

Tables des matières.

Le premier aett du fuÞark ancien germanique.
Préface.
Mise au point.

Livre.1

Avant-propos.
‶Penser runique.″
Chapitre 1
Chapitre 2
Petite introduction.

La première octade.

0- Le zéro ou le point : ‶0″ ou ‶."
1- fehu : l’Unité primordiale.
2- uruz et la dualité des complémentaires.
3- Þurisaz : triade, ternaire & trinité.
4- asuz-ansuz : le Roi des Dieux et l’Empereur.
5- raido : mesure du Ciel, mesure de la Terre.
6- kaunan : les étoiles magiques et l’Étoile ERILAZ.
7- gebo : le Don du Ciel, les centres de force et les runes.
8-wunjo : Félicité, bon heur, la récompense de la Divine Fratrie ?

ANNEXES
N°1 : L’idéogramme de la première rune.
N°2 : La Création en acte.

Livre 2.

Le deuxième aett du fuÞark ancien germanique.

Avant-propos.

La deuxième octade.

9 - haglaz le nombre du cœur et de la plénitude du cœur.
10 - naudiz : le retour au principe et l’épreuve du monde.
11 - isaz : la nature du géant et la mesure du monde.
12 - jeran : la galaxie ou le cœur du ciel boréal et du fuÞark.
13 - ïwaz-ïhwaz : l’axe du monde. L’if ou le frêne ?
14 - perÞo : ‶fruchbaum″ l’arbre fruitier, le porteur de vie.
15 - algiz : le monde du double.
16 - sowilo-sowilu : le feu du Ciel ou le soleil.

ANNEXES.
N°1 : Les lettres qui ne servent qu’à elles-mêmes.
N°2 : La place de naudiz et de ragin par rapport à perÞo.
N°3 : KRN : la couronne de notre Roy.
N°4 : L’Homme est le fils du Ciel et de La Terre.
N°5 : La particule divine.
N°6 : LogaÞore.
N°7 : Gudija ou godija, le godi.
N°8 : Les Pléiades et le disque de Nebra.

Livre 3.

Le troisième aett du fuÞark ancien germanique.

Description sommaire.

Chapitre 1. Providence, Volonté, Destin.

La troisième octade.

17- tiwaz, le dieu du Ciel.
18- berkanan, l’arbre du clan, l’arbre de vie.
19- ehwaz, l’étalon, le coursier céleste.
20- mannaz, la rune de l’Homme.
21- laukaz, la rune germinative et de l’eau.
22- ingwaz, l’espace sacré où agit la providence.
23- dagaz, la rune du jour, la révélation.
24- oÞalan, le fuÞark comme héritage sacré.

Chapitre 2. Wodan et Þonar.

ANNEXES :
N°1 Le numen et la puissance manifestée du double.
N°2 Loki, le mal nécessaire ?
N°3 L’importance capitale des voyelles au sein du fuÞark.
N°4 L’Alphabet Gothique par rapport au fuÞark.
N°5 L’universalité symbolique des Puissances en mouvement.
Aide-mémoire des guématries importantes.
Les trois octades du fuÞark.
Tables des matières.
Bibliographie.

trois livres

Imprimer

Pour une Boussole Métapolitique

Pour une Boussole Métapolitique

"Pour une Boussole Métapolitique

En ces temps d’incertitude et de doute généralisés, Jean-Patrick Arteault propose aux Albo-Européens que nous sommes une boussole pour ces « missionnaires de la Gentilité » qu’il nous propose d’être, ayant pour vocation de tracer une route pour l’avenir de leurs frères de sang. La clé, c’est ce qu’il appelle le Triangle de la Puissance : puissance de l’Esprit, puissance de la Force, puissance de la Richesse. Trois axes indispensables pour combattre efficacement le Système oligarchique occidental en place. Par les formules percutantes qu’il utilise, l’auteur incite son lecteur à descendre en lui-même pour se poser les bonnes questions : celles qui conditionnent notre avenir et même, tout bonnement, notre survie.

Pierre Vial"

 

9 € + les frais de port :

- France :  1,94 € 

- International (y compris U.E.) : 2,80 €

http://www.leseditionsdelaforet.com

 

Imprimer

2 500 libraires indépendants ripostent à Amazon en créant le site Lalibrairie.com

N'oubliez pas de privilégier les librairies ou commerçants de chez nous !

 

Comment acheter des livres en ligne sans tuer les libraires indépendants ? Exemple avec ce site qui propose 350 000 références.

Amazon a révolutionné notre façon d’acheter des livres. Pour le meilleur… mais aussi pour le pire. Certes, le catalogue est gigantesque, le service ultra rapide et le coût, économique. Mais Amazon, c’est surtout une mutinationale championne de l’optimisation fiscale qui écrase les libraires, le tout, sans grande considération pour l’écologie. Alors, pour riposter, 2 500 libraires indépendants ont décidé d’unir leurs forces au sein de lalibrairie.com, une alternative pratique et précieuse qui gagne à être connue.

Le 3 mars dernier, France Inter a consacré une chronique à cette librairie en ligne bien décidée à concurrence Amazon (qui pèse déjà 50% des ventes de livres en ligne…). Créée en 2009, lalibrairie.com, compte désormais 350 000 ouvrages référencés qu’on peut soit récupérer dans la librairie partenaire la plus proche de chez soi, soit se faire livrer à domicile en 24 à 72 heures pour des frais de port variant entre 50 centimes et 4€.

Mais alors, si on choisit la livraison à domicile, pourquoi préférer lalibrairie.com plutôt qu’Amazon chez qui les frais de porte sont offerts ? Pour avoir la réponse à cette question, il suffit lire l’interview de Georges-Marc Habib, président de la Général Librest, société propriétaire de lalibrairie.com sur ID L’Info durable. Extrait :

« Nous sommes installés sur le territoire français, nous payons nos salariés qui sont tous en CDI à temps complet et nous leur versons des primes en fonction de nos résultats. Nous sommes inscrits dans une vision sociale de ce que doit être une entreprise responsable vis-à-vis des gens avec qui elle travaille. De plus, nous travaillons avec une réseau de 2 500 points libraires, des sociétés elles-mêmes installées de manière locale, qui paient correctement leurs salariés et leurs impôts. »

Autrement dit, choisir lalibrairie.com, c’est défendre une certaine idée de la justice fiscale, c’est préserver les acteurs économiques existants et c’est encourager la vitalité du commerce local tout en profitant d’un service efficace et moderne. Alors certes, ce genre de choses a un léger coût, mais nous aurions vraiment tort de nous en priver.

Pour en savoir plus, lire l’article d’Info Durable ici ou écouter la chronique de France Inter .

source :  positivr.fr

Imprimer

EUROPA : le trilogie de Robert Steuckers

EUROPA - Volume I, II & III


I : VALEURS ET RACINES PROFONDES DE L'EUROPE

Les valeurs qui nous déterminent ou devraient encore et toujours nous déterminer sont nées aux périodes axiales de l’histoire, nous expliquait Karl Jaspers. Pour l’Europe et pour les peuples de souche européenne, Jaspers situait cette émergence de valeurs dans l’antiquité, aux époques de Zoroastre ou de Socrate.

Pour la Grèce, nous situerions cette émergence à l’ère homérique. D’autres filons philosophiques voient la naissance de valeurs fondatrices en Europe à d’autres époques, portée par d’autres figures individuelles ou collectives : Marc-Aurèle, Maître Eckhart, Sohrawârdî, Nietzsche…

Il s’agit désormais, à une époque de nihilisme profond, de vide, de ressusciter ces valeurs fondamentales et traditionnelles par un combat métapolitique permanent et vigilant, créant tout à la fois une rétivité sociale, politique et militante, dirigée contre les vecteurs du nihilisme délétère, et, chez chacun des combattants politiques ou métapolitiques, du plus humble au plus prestigieux, une force intérieure tranquille, inaccessible aux séductions perverses de la modernité dévoyée.




II : DE L'EURASIE AUX PÉRIPHÉRIES, UNE GÉOPOLITIQUE CONTINENTALE

Les deux guerres mondiales du XXème siècle nous ont appris que seuls comptaient sur l’échiquier planétaire les grands espaces, théorisés par les écoles géopolitiques et par le juriste Carl Schmitt.

Pour l’Europe, il s’agit de s’insérer dans un espace eurasien qui englobe la Sibérie russe, comme au temps de l’alliance tacite entre Louis XVI, Marie-Thérèse et Catherine II ou comme au temps, trop bref, de la Sainte-Alliance post-napoléonienne.

Cette convergence eurasienne implique un regard bienveillant sur les espaces perse, indien ou chinois (confucéen), de façon à créer un monde multipolaire où le politique repose sur des assises éthiques traditionnelles et solides, sur les longues mémoires, sur la plus grande profondeur temporelle possible.

 

 

III : L'EUROPE, UN BALCON SUR LE MONDE

L’Europe, c’est d’abord une identité anthropologique. Mais c’est aussi une réalité géographique : une presqu’île à l’ouest d’une masse continentale eurasienne, perpétuellement assiégée, depuis les Huns, les Avars ou les Ottomans jusqu’aux faux réfugiés économiques arrivant aujourd’hui à Lampedusa ou à Lesbos.

Une Europe réveillée doit connaître son passé tragique, son passé de sous-continent et d’humanité assiégée, doit se remémorer la volonté de combattre de ses générations antérieures et les ressorts religieux et idéologiques de ses voisins, amis ou ennemis. Il n’y a pas de politique cohérente possible, pas d’avenir stable, sans longue mémoire.

Ce livre entend surtout, et de manière didactique, fournir les éléments de cette mémoire qu’il faudra impérativement, impérialement, retrouver, sous peine de mort, de disparition dans la honte et la misère.

 
 
Editions BIOS
Directeur: Laurent Hocq
 
Retrouvez nous sur :
 
 
 
+33 7 70 27 00 46
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 
Janvier 2018
Trois volumes d'un total de 996 pages
ISBN : 979-10-94233-01-6
75.00 €

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites